Author: admin

Guinée : accord de 15 mds de dollars pour le gisement de fer de Simandou

Un accord-cadre de 15 milliards de dollars a été signé entre l’Etat guinéen, Winning Consortium et Rio Tinto Simfer en vue de l’exploitation de l’immense gisement de fer de Simandou (sud-est), a annoncé la télévision publique guinéenne RTG. L’accord tripartite, signé vendredi soir, d’une durée de 35 ans prévoit un co-développement entre Rio Tinto avec sa filiale Simfer (bloc 3 et 4) et Winning Consortium (bloc 1 et 2).

L’anglo-australien Rio Tinto est allié à Chinalco dans une joint venture pour l’exploitation du gisement et le singapourien Winning Shipping au producteur chinois d’aluminium Shandong Weiqiao, au groupe Yantaï Port et à la société guinéenne United Mining Supply. Simandou est un des plus vastes gisements de fer au monde, mais aussi un serpent de mer.

Le contrat concerne «les infrastructures, le développement minier, le port», selon Fadi Wazni responsable de Winning Consortium s’exprimant à la RTG. Il prévoit la construction d’un chemin de fer d’environ 670 km pour relier le corridor minier à un port minéralier sur la côte guinéenne au sud de Conakry. Le chemin de fer et le port en eaux profondes devraient être terminés en décembre 2024, selon les termes de l’accord annoncé à la RTG. Et la première production commerciale devrait voir le jour au plus tard le 31 mars 2025.

L’exploitation est entravée depuis des années par les litiges sur les droits miniers, les soupçons de corruption et l’ampleur des investissements à réaliser dans une région enclavée et un pays cruellement dépourvu d’infrastructures. Le 10 mars, le chef de la junte guinéenne Mamady Doumbouya avait ordonné la cessation de toute activité sur le site de Simandou, pour réclamer que les intérêts de la Guinée soient «préservés» par les exploitants.

Le ministre guinéen des Mines et de la Géologie, Moussa Magassouba, a déclaré à la RTG que l’Etat guinéen avait «négocié» avec les sociétés minières. «Avant on avait 0% donc 0 francs. On a négocié et on a réussi à avoir 15% des rails, du port, des mines», a-t-il dit. L’ensemble du projet représente plusieurs milliers d’emplois directs.

Selon des experts, la Guinée pourrait disposer des plus importantes réserves mondiales non exploitées de fer à haute teneur, parmi d’autres ressources naturelles et minières considérables (bauxite, or, diamants, capital hydrologique), mais celles-ci n’empêchent pas le pays d’être très pauvre. Simandou est toutefois aussi affligé par la corruption réputée chronique en Guinée. Le colonel Doumbouya, qui s’est fait investir président le 1er octobre, a fait de la lutte contre la corruption l’un de ses grands combats.

Par LeFigaro

Guinée: la maison de l’opposant Cellou Dalein Diallo à Conakry détruite

En Guinée, les autorités ont détruit des résidences de la cité ministérielle, à Conakry. Elles inscrivent ces démolitions dans leur opération de récupération des domaines de l’État lancée en 2021. Selon le pouvoir, ces bâtiments n’étaient plus aux normes. L’opposant Cellou Dalein Diallo indique que sa maison a été démolie.

Ce sont des images de gravats, de ruines, de murs effondrés qui proviennent de la Cité ministérielle, à Conakry, où plusieurs résidences cossues ont été démolies. Un témoin affirme même avoir vu des gens quittant les lieus avec leurs objets personnels.

L’opposant Cellou Dalein Diallo déclare que sa résidence fait partie des logements visés. L’homme politique avait contesté le projet d’expropriation des autorités et précise que ces démolitions ont lieu alors que « le dossier est encore en cours d’instruction ».

C’est une manière de marquer et d’exprimer une haine peut-être vis-à-vis du candidat favori à l’élection présidentielle que je suis.

Selon lui, l’opération a commencé avec l’arrivée de dizaines de pick-up de gendarmes et policiers, suivis de techniciens d’Électricité de Guinée qui ont débranché le courant. Ensuite, des engins de terrassement ont débarqué, sont entrés dans la concession avec policiers et gendarmes, et démoli la maison ainsi que ses annexes. « Ce ne sont plus que des amas de gravats », dit Cellou Dalein Diallo. Son parti UFDG a d’ailleurs diffusé des photos de la résidence détruite.

Des maisons détruites, car ne correspondant plus aux normes, selon la junte

Samedi soir, les autorités de transition avaient confirmé la destruction d’une partie des logements de la Cité ministérielle. La raison officielle invoquée est qu’ils « ne répondaient plus aux normes de l’habitat », un argument que conteste Cellou Dalein Diallo.

Le pouvoir indique que les occupants avaient libéré les lieux avant vendredi, mais que certains avaient endommagé la plupart des biens et que par conséquent, ces logements étaient devenus inhabitables. Les autorités de transition citent des portes, plafonds et fenêtres abîmés et précisent que de nouvelles infrastructures conformes aux lois seront construites à la place.

Les explications du directeur général du patrimoine bâti public, Mohamed Doussou Traoré. « Après avoir récupéré ces bâtiments, on s’est rendu compte que ces bâtiments étaient dans une situation de dégradation très avancée. On a fait un état des lieux. On a fait un travail sélectif. Les bâtiments qui ne valaient pas le coût, on a mis en place un programme pour les casser et reconstruire dans un bref délai. »

Au micro de notre correspondant à Conakry Matthias Raynal, Mohamed Doussou Traoré ajoute que des opérations ont déjà eu lieu à Kaloum, et vont se poursuivre, commune par commune. Le CNRD s’est engagé à mener les opérations de récupération des domaines de l’Etat au niveau national.

Mon téléphone sonne. C’est ma belle-sœur qui m’appelle. Les militaires sont venus et me disent de venir prendre ma voiture parce que les grues doivent rentrer. Je n’étais pas au courant, j’ai été surpris.

Par RFI

CAN 2025 : Le Maroc ou le Sénégal pour remplacer la Guinée en difficultés logistique et politique?

La CAN 2023 sera organisée par la Côte d’Ivoire. Une délégation de la CAF a effectué une récente visite d’inspection pour évaluer les travaux en cours. Elle s’est montrée très satisfaite de la situation au point de penser confier le CHAN 2023 prévu en Algérie à la Côte d’Ivoire en cas  de défaillances algériennes constatées lors d‘une imminente visite d’inspection.
 
La CAN 2025 est confiée à la Guinée. Mais entre des travaux dont l’avancée peine à être constatée et un contexte politique instable, la Confédération Africaine de Football s’inquiète pour la tenue de sa compétition. D’autant plus qu’entre temps, ce ne sont plus 16 équipes à accueillir mais 24 équipes que devra accueillir la Guinée pour la CAN 2025.
 
Une mission d’inspection officieuse de la CAF en visite discrète n’a pas été optimiste. La Guinée doit construire 5 nouveaux stades et en rénover un 6e. Un 7e est même prévu. Sauf que dans les faits, les chantiers n’ont pas avancé et les émissaires de la CAF ont émis de sérieux doutes sur la tenue du calendrier, tant pour les stades que pour le réseau de transports et la logistique. Il y a un nouveau facteur : le contexte politique, avec le coup d’Etat du 5 septembre 2021, n’inspire guère à l’enthousiasme.
 
Au plus haut niveau du pays, on commence à réfléchir à la « faisabilité de l’organisation » de la CAN 2025 ! De quoi semer un peu plus le doute autour de l’organisation et laisser penser que la Guinée pourrait renoncer si la Commission chargée d’étudier la faisabilité  indique que le pays ne pourra pas être prêt à temps.
 
La CAF, inquiète, suit de très près l’évolution de la situation. Le Sénégal serait intéressé. Le Maroc le serait également. Compte tenu des infrastructures  de qualité déjà existantes, le Maroc serait plus proche de récupérer la CAN de 2025.

CAN 2021: Mané délivre le Sénégal à la dernière seconde

Les Lions de la Teranga, finalistes lors de la dernière CAN TotalEnergies, se sont offert leurs trois premiers points de cette édition 2021 au bout du temps additionnel de leur rencontre face au Zimbabwé. La rencontre qui avait lieu sur la pelouse du Stade de Kouekong à Bafoussam a été conclu après un penalty sifflé par l’arbitre Mario Escobar et executé par Sadio Mané.

Les protégés d’Aliou Cissé, favoris de la compétition n’ont pas pu trouver la faille durant plus de 90′ face au Zimbabwé qui a bloqué toutes les issues, ont finalement réussi à déverouiller le match à la 90+5 grâce à Sadio Mané sur penalty après une main d’un défenseur zimbabwéen.

En première période, le Sénégal qui domine les débats surtout au milieu et en attaque, n’arrive pas à déverouiller les différentes situations.

Sadio Mané, Idrissa Gueye ou encore Keita balde ne trouvent pas le chemin des filets malgré plusieurs incursions face au gardien zimbabwéens Petros Mhari.

La meilleure occasion est à l’oeuvre du parisien, capitaine des Lions Idrissa Gueye qui rate de peu face au keeper du Zimbabwé (37′). Le sénégalais qui pouvait contrôler le ballon avant de le mettre au fond des filets, a préféré partir en première intention pour rater un but tout fait.

Durant le dernier quart d’heure de cette première mi-temps, les zimbabwéens reviennent dans le jeu et profitent du manque de détermination des sénégalais avec quelques occasions, pauvres, mais présentes par l’intermédiaire de Musona à gauche.

Après la pause citron, les sénégalais haussent le ton dès le début avec une tête de Pape Cisse qui frôle de peu le poteau droit du gardien zimbabwéen après un corner, très bien boté par le défenseur du Bayern Munich, Bouna Sarr.

Sénégalais et Zimbabwéens se disputent le milieu de terrain et les deux entraineurs jouent les contres pour espérer ouvrir la marque. 75′, sur un long ballon de la défense après un corner zimbabwéen, Mouhamadou Diallo, l’attaquant du RC Strasbourg sert Sadio Mané dans les six mètres, mais le gardien Petros Mhari coupe la trajectoire du ballon et freine l’action des Lions de la Teranga.

Il aura fallu les dernières secondes de la rencontre pour assister à l’unique changement au tableau d’affichage lorsque Mané délivre les siens en exécutant un penalty sifflé à la 90+5 après une main dans la surface de réparation zimbabwéenne.

Les sénégalais se lancent avec une victoire dans le tournoi pour prendre la tête du groupe B composé également de la Guinée et du Malawi dont l’affrontation est prévue à partir de 17h00.

Par CafOnline

Football : Didier Deschamps dévoile une liste de joueurs sans Olivier Giroud pour les qualifications du Mondial 2022

Quatre nouveaux joueurs ont été sélectionnés en équipe de France pour commencer leurs carrières sous le maillot tricolore. Olivier Giroud, présent au Mondial 2018 et à l’Euro 2021, n’a pas été retenu.

Rapidement confirmé à son poste après l’échec de l’équipe de France de football à l’Euro, Didier Deschamps se retrouvait face à des choix forcément très observés au moment d’énumérer les heureux élus, jeudi 26 août, depuis le siège de la Fédération, à Paris. Le patron des Bleus a choisi de se passer des services d’Olivier Giroud pour la reprise des qualifications au Mondial 2022 début septembre, le sélectionneur offrant une première convocation à Aurélien Tchouaméni, Jordan Veretout, Moussa Diaby et Théo Hernandez, frère de Lucas, présent au dernier Euro.

« C’est simplement un choix sportif du moment, par rapport à une liste de 23 [joueurs] et de la concurrence », s’est justifié le sélectionneur à propos de Giroud, nouvel avant-centre de l’AC Milan (34 ans) qui s’éloigne de l’équipe de France à quinze mois de la Coupe du monde au Qatar.

Avec le forfait d’Ousmane Dembélé, l’absence de Marcus Thuram sur blessure, les pépins physiques en défense et au milieu, les deux secteurs se retrouvent renforcés par les quatre nouveaux arrivants.

4️⃣ nouveaux joueurs dans la liste de Didier Deschamps pour le rassemblement qui débute lundi ! 👋 @TheoHernandez,… https://t.co/7GD8kdT4k5— equipedefrance (@Equipe de France ⭐⭐)

Pas de grande surprise

S’il y a « toujours des pages qui se tournent » à chaque grande compétition, comme il l’a glissé dans un entretien accordé en juin à L’Equipe, le technicien basque n’a pas été l’auteur de coups de tonnerre de la fin d’été à l’annonce cette liste, qui reste sans grande surprise pour les qualifications à la Coupe du monde en 2022.

L’élimination des Bleus en huitièmes de finale de l’Euro par la Suisse, à la fin du mois de juin à Bucarest, est à peine digérée que les champions du monde français doivent basculer sur les qualifications pour le Mondial 2022, contre la Bosnie le 1er septembre à Strasbourg, en Ukraine, le 4, et face à la Finlande, trois jours plus tard à Lyon.La liste des 23 joueurs sélectionnés en équipe de France

Gardiens : Hugo Lloris (Tottenham, Angleterre), Mike Maignan (Milan AC, Italie), Steve Mandanda (Marseille).

Défenseurs : Lucas Digne (Everton, Angleterre), Léo Dubois (Lyon), Théo Hernandez (Milan AC, Italie), Presnel Kimpembe (PSG), Jules Koundé (Séville, Espagne), Dayot Upamecano (Bayern Munich, Allemagne), Raphaël Varane (Manchester United, Angleterre), Kurt Zouma (Chelsea, Angleterre).

Milieux : N’Golo Kanté (Chelsea, Angleterre), Paul Pogba (Manchester United, Angleterre), Aurélien Tchouaméni (Monaco), Corentin Tolisso (Bayern Munich, Allemagne), Jordan Veretout (AS Rome, Italie).

Attaquants : Karim Benzema (Real Madrid, Espagne), Kingsley Coman (Bayern Munich, Allemagne), Moussa Diaby (Bayer Leverkussen, Allemagne), Antoine Griezmann (FC Barcelone, Espagne), Thomas Lemar (Atlético Madrid, Espagne), Anthony Martial (Manchester United, Angleterre), Kylian Mbappé (PSG).

Le Monde

Guinée : acharnement sur Foniké Mangué

L’ONG Tournons la page continue d’exprimer ses inquiétudes concernant l’état de santé de Foniké Mangué, incarcéré à la prison centrale de Conakry.

L’activiste guinéen est malade et son état de santé ne cesse de se dégrader en raison des conditions difficiles de détentionFoniké Mangué a été hospitalisé sept fois et depuis hier lundi (2 août) Oumar Sylla a de nouveau été interné à l’hôpital.

Laurent Duarte, secrétaire exécutif de “Tournons la page”, dénonce l’acharnement dont serait victime Foniké Mangué. 

La campagne internationale « Tournons la page ! », qui promeut l’alternance démocratique en Afrique, dénonce l’attitude du pouvoir guinéen à l’égard de l’activiste Foniké Mangué dont l’épouse redoute un risque d’empoisonnement comme cela a été le cas avec quatre autres opposants morts en prison en début d’année.

Mi-juin, la Cour d’appel de Conakry a condamné jeudi à trois sans de prison ferme Oumar Sylla, poursuivi notamment pour “diffusion de fausses nouvelles et attroupement illégal” lors du grand mouvement de contestation contre un troisième mandat du chef de l’Etat guinéen.  Le Parquet avait requis le 3 juin une peine de deux ans de prison contre M. Sylla, détenu depuis septembre 2020 à Conakry.

Tunis: la Guinée au rendez-vous de deux rencontres littéraires en septembre

Au cours du conseil du dernier conseil des ministres, la ministre de la culture et du patrimoine historique, Sona Konaté, a apporté de larges informations relatives à l’organisation des états généraux du livre en langue française et le congrès mondial des écrivains francophones  qui se tiendront les 23 et 24 septembre à Tunis,

Cette rencontre qui accueillera 3000 personnes à laquelle la Guinée compte participer  à travers son ministère de la culture,  sera une occasion pour les acteurs littéraires venus des différents horizons, notamment à la Guinée d’exposer son potentiel littéraire grâce à des thématiques bien définies. Elle se fixe pour objectifs, le développement de l’accès au livre et à la lecture pour tous les publics francophones, la mise en valeur de la richesse et de la diversité de la création intellectuelle et littéraire en langue française, la favorisation du développement d’un secteur éditorial francophone dynamique et équilibré, basé sur la coopération et la réciprocité et l’intégration des opportunités du numérique.

À  cette circonstance, la ministre guinéenne de la culture a dans son exposé rappelé aux membres du gouvernement l’intérêt de la Guinée à cette rencontre.

 » Nous bénéficierons de plusieurs ressources éducatives dont le financement est assuré par l’Agence Française de Développement (AFD) à hauteur de 20 millions d’euros sur une durée de 5 ans. Cette initiative va aussi permettre et développer l’accès des jeunes guinéens au livre et à la lecture. Aussi, une offensive communicationnelle sur la Guinée lors des états généraux du livre en langue française se fera pendant les deux jours de l’événement. Ces deux grands rendez-vous littéraires seront un tremplin qui va donner une visibilité aux acteurs de la chaîne du livre et une redynamisation de l’industrie littéraire et libraire guinéenne« , a-t-elle indiqué.

Convaincu de l’exposé  de la ministre Sona Konaté,  le conseil a sans tarder apporté  son soutien à la Ministre et a recommandé la participation active de notre pays à cet important événement. La Guinée étant co-organisatrice de la rencontre

Bouka Barry

La Guinée et l’Angola signent plusieurs accords de coopération bilatérale

 Au terme de sa visite de trois jours en Guinée en compagnie d’une importante délégation gouvernementale, le président angolais João Manuel Gonçalves Lourenço et son homologue guinéen Alpha Condé ont signé plusieurs accords de coopération bilatérale, a annoncé samedi dans un communiqué final le ministre des Affaires étrangères et des Guinéens de l’étranger Ibrahima Khalil Kaba.

Selon le ministre, les deux chefs d’Etat ont décidé de “promouvoir une coopération mutuellement avantageuse dans les domaines présentant un intérêt commun pour les deux pays”.

Plusieurs secteurs de développement sont ciblés dans le protocole d’accord signé entre les deux parties. Il s’agit de la défense et sécurité, des questions migratoires, de la justice, de l’éducation, des investissements publics et privés, des mines, des transports, de l’agriculture, de l’élevage, de la pêche, des pétroles et gaz, ainsi que de la santé.

De même, les ministres des Affaires étrangères des deux pays ont procédé à la signature d’un mémorandum d’entente portant sur les consultations politiques.

Au regard du contexte sécuritaire dégradé et de la multiplication des mouvements terroristes et intégristes en Afrique ainsi que dans le monde, MM. Condé et Lourenço se sont engagés à “explorer les opportunités de coopération, notamment dans les domaines militaire et sécuritaire, à travers la formation et le renforcement des capacités, l’échange d’informations et de renseignements, la sécurisation des frontières, la circulation illicite des armes légères et de petits calibres”.

“Les deux hommes d’Etat ont mentionné les énormes opportunités économiques qu’offrent leurs pays respectifs. Ils ont invité les opérateurs économiques guinéens et angolais à créer un partenariat gagnant-gagnant, en vue de renforcer et de diversifier les échanges entre les deux pays”, a ajouté M. Kaba.

Pour ce faire, a-t-il poursuivi, “les deux parties sont convenues de la tenue de la deuxième session de la Commission mixte de coopération à Conakry les 20 et 21 novembre 2021 prochain”.

Sur le plan africain, “les deux chefs d’Etat ont déploré la persistance des foyers de tension dans certains pays ainsi que la montée en puissance du terrorisme, de l’intégrisme religieux et la circulation illicite des armes légères et de petits calibres qui freinent le développement”, a ajouté le ministre.

“Ils ont condamné les attentats terroristes récurrents à l’Est de la République démocratique du Congo, au Burkina Faso, au Mali, au Tchad, au Nigeria, au Niger et au Mozambique”, indique le communiqué final, qui précise qu’ils se sont engagés à une meilleure coordination de leurs actions sous l’égide de l’Union africaine pour créer les conditions favorables à la paix et à la sécurité régionale.

Par ailleurs, les deux présidents ont appelé leurs pairs à la mise en œuvre de l’agenda 2063 et des réformes engagées au niveau de l’Union africaine, tout en se réjouissant du lancement de la première phase opérationnelle de l’Accord sur la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA).

Avant de quitter la capitale guinéenne Conakry, le président angolais et sa délégation ont effectué une visite de courtoisie aux anciens combattants de la guerre de libération de l’Angola. Fin

Le Groupe Vista acquiert la filiale BNP Paribas en Guinée

Le groupe Vista (« Vista ») a fait l’acquisition de la participation majoritaire de BNP Paribas au capital de la Banque Internationale pour le Commerce et l’Industrie de la Guinée (BICIGUI), annonce un communiqué parvenu à Financial Afrik.

Cette acquisition vient élargir le réseau des banques de Vista en Guinée, Sierra-Leone, Gambie et Burkina Faso.  “Afreximbank a accompagné Vista dans la structuration du financement de cette acquisition stratégique en venant par là-même combler le vide créé par le retrait des banque internationales du continent africain. Le soutien apporté par Afreximbank permettra également à la nouvelle Vista Guinée de fournir des services étendus afin d’accroitre les opportunités commerciales et les investissements dans la région”, lit-on dans le communiqué.

Le cabinet Astura est intervenu en qualité de conseil juridique principal du groupe Vista en collaboration avec les conseils suivants : Perkins Coie LLP sur les aspects de droit américain, Semega Chambers et Sollie Law Chambers (Gambia) sur les aspects de droit gambien, Yada Williams & Associates sur les aspects de droit sierra léonais, Thiam & Associés (Guinée) et Bile-Aka Brizoua-Bi & Associes (Côte d’Ivoire) sur les aspects de droit OHADA.

Guinée : La Cédéao renvoie son verdict au 17 novembre

La Cour de justice de la Cédéao, a mis en délibéré, pour le 17 novembre prochain, sa décision finale sur le changement de Constitution intervenu en 2020.

Le Procès contre l’Etat guinéen avait été ouvert suite à une plainte de l’opposition en lien avec le changement de Constitution intervenu en 2020.

La juridiction ouest-africaine devra également se prononcer sur une plainte des blogueurs guinéens visant le pouvoir de Conakry, pour la coupure du réseau internet lors des dernières élections dans le pays.

Internet coupé, la Cédéao doit réagir

Lors des élections législatives et référendaire du 22 mars 2020 et  la présidentielle de la même année, les autorités guinéennes avaient coupé le réseau internet et bloqué les plateformes de réseaux sociaux.

Une situation qui a affecté de nombreux citoyens au nombre desquels des journalistes et blogueurs qui ont donc décidé de porter l’affaire devant la cour de justice de la Cédéao.

Joint par la DW, Alfa Diallo, président de l’association des blogueurs de Guinée, affirme, “Nous attendons de la Cour une condamnation, que la Cour prenne une ordonnance pour obliger l’Etat guinéen à mettre en œuvre des mesures pour que ce type d’actes ne se produisent plus. Chaque fois que la situation se crispe en Guinée, le reflexe est de bloquer internet et les plateformes de réseaux sociaux. Nous comptons sur la Cour de la Cédéao pour obliger la Guinée à ne plus recourir à ces pratiques anti-démocratiques.”

Le mandat d’Alpha Condé 

Sur le plan purement politique, c’est le Front national pour la défense de la Constitution, FNDC, qui a saisi la Cour de justice de la Cédéao.

Pour la plateforme de l’opposition, le changement de Constitution en 2020, dans le seul but pour Alpha Condé, de briguer un troisième mandat, est une violation de la législation communautaire.

Nous avons porté devant la Cour les griefs de violation du droit à l’alternance démocratique, à participer à des élections. Que la Cour vérifie la conformité de la reforme constitutionnelle qui a été portée par Alpha Condé au regard du droit communautaire. L’interdiction de changer les constitutions aux seules fins de rester au pouvoir“, explique Maître Alpha Yaya Dramé avocat du FNDC.

Pour Ibrahima Diallo, chargé des opérations du FNDC, qui espère un jugement favorable de la Cour de justice de la Cédéao, ” Si la Cour tranche en notre faveur, la conséquence sera une remise en cause du processus qui a conduit au maintien d’Alpha Condé au pouvoir.”

La Cour de la Cédéao a décidé lors de son audience de ce mercredi de mettre en délibéré sa décision finale pour le mercredi 17 novembre 2021. 

PAR Georges Ibrahim Tounkara