Author: admin

Le Groupe Vista acquiert la filiale BNP Paribas en Guinée

Le groupe Vista (« Vista ») a fait l’acquisition de la participation majoritaire de BNP Paribas au capital de la Banque Internationale pour le Commerce et l’Industrie de la Guinée (BICIGUI), annonce un communiqué parvenu à Financial Afrik.

Cette acquisition vient élargir le réseau des banques de Vista en Guinée, Sierra-Leone, Gambie et Burkina Faso.  “Afreximbank a accompagné Vista dans la structuration du financement de cette acquisition stratégique en venant par là-même combler le vide créé par le retrait des banque internationales du continent africain. Le soutien apporté par Afreximbank permettra également à la nouvelle Vista Guinée de fournir des services étendus afin d’accroitre les opportunités commerciales et les investissements dans la région”, lit-on dans le communiqué.

Le cabinet Astura est intervenu en qualité de conseil juridique principal du groupe Vista en collaboration avec les conseils suivants : Perkins Coie LLP sur les aspects de droit américain, Semega Chambers et Sollie Law Chambers (Gambia) sur les aspects de droit gambien, Yada Williams & Associates sur les aspects de droit sierra léonais, Thiam & Associés (Guinée) et Bile-Aka Brizoua-Bi & Associes (Côte d’Ivoire) sur les aspects de droit OHADA.

Guinée : La Cédéao renvoie son verdict au 17 novembre

La Cour de justice de la Cédéao, a mis en délibéré, pour le 17 novembre prochain, sa décision finale sur le changement de Constitution intervenu en 2020.

Le Procès contre l’Etat guinéen avait été ouvert suite à une plainte de l’opposition en lien avec le changement de Constitution intervenu en 2020.

La juridiction ouest-africaine devra également se prononcer sur une plainte des blogueurs guinéens visant le pouvoir de Conakry, pour la coupure du réseau internet lors des dernières élections dans le pays.

Internet coupé, la Cédéao doit réagir

Lors des élections législatives et référendaire du 22 mars 2020 et  la présidentielle de la même année, les autorités guinéennes avaient coupé le réseau internet et bloqué les plateformes de réseaux sociaux.

Une situation qui a affecté de nombreux citoyens au nombre desquels des journalistes et blogueurs qui ont donc décidé de porter l’affaire devant la cour de justice de la Cédéao.

Joint par la DW, Alfa Diallo, président de l’association des blogueurs de Guinée, affirme, “Nous attendons de la Cour une condamnation, que la Cour prenne une ordonnance pour obliger l’Etat guinéen à mettre en œuvre des mesures pour que ce type d’actes ne se produisent plus. Chaque fois que la situation se crispe en Guinée, le reflexe est de bloquer internet et les plateformes de réseaux sociaux. Nous comptons sur la Cour de la Cédéao pour obliger la Guinée à ne plus recourir à ces pratiques anti-démocratiques.”

Le mandat d’Alpha Condé 

Sur le plan purement politique, c’est le Front national pour la défense de la Constitution, FNDC, qui a saisi la Cour de justice de la Cédéao.

Pour la plateforme de l’opposition, le changement de Constitution en 2020, dans le seul but pour Alpha Condé, de briguer un troisième mandat, est une violation de la législation communautaire.

Nous avons porté devant la Cour les griefs de violation du droit à l’alternance démocratique, à participer à des élections. Que la Cour vérifie la conformité de la reforme constitutionnelle qui a été portée par Alpha Condé au regard du droit communautaire. L’interdiction de changer les constitutions aux seules fins de rester au pouvoir“, explique Maître Alpha Yaya Dramé avocat du FNDC.

Pour Ibrahima Diallo, chargé des opérations du FNDC, qui espère un jugement favorable de la Cour de justice de la Cédéao, ” Si la Cour tranche en notre faveur, la conséquence sera une remise en cause du processus qui a conduit au maintien d’Alpha Condé au pouvoir.”

La Cour de la Cédéao a décidé lors de son audience de ce mercredi de mettre en délibéré sa décision finale pour le mercredi 17 novembre 2021. 

PAR Georges Ibrahim Tounkara

Guinée : la BAD évalue à mi-parcours sa stratégie et la performance de son portefeuille (2018-2022)

Les Conseils d’administration du Groupe de la Banque africaine de développement ont examiné, mardi à Abidjan, le rapport de la revue à mi-parcours du Document de stratégie-pays 2018-2022 combinée avec la revue de la performance du portefeuille en Guinée.

Le Document de stratégie-pays (DSP), approuvé en 2018, visait trois objectifs : relever le défi de la fragilité ; stimuler des changements structurels et des investissements catalyseurs afin de relever le niveau d’accès à l’énergie ; et renforcer les capacités de production, transformation et valorisation des produits agricoles afin de réduire la dépendance aux importations alimentaires.

L’atteinte de ces objectifs du DSP 2018-2022 nécessitait l’approbation de douze opérations estimées à 355,47 millions de dollars américains, dont huit projets prévus à mi-parcours pour 210,44 millions de dollars : trois dans l’énergie (104,82 millions de dollars) et cinq dans les chaînes de valeur (105,61 millions de dollars). Entre 2018 et mi-avril 2021, dix opérations ont été approuvées, pour un montant de 182,15 millions de dollars.

« Cette sous-performance en valeur, mais atténuée par la préparation et l’évaluation de dix projets en temps opportun au lieu de huit, tient compte du recalibrage du volume des projets approuvés pour permettre la prise en compte, à la demande du gouvernement, de sept nouvelles opérations de substitution, alignées sur le DSP », indique le rapport.

Dans l’énergie et l’agriculture, la Banque a levé des cofinancements de 99,32 millions de dollars sur la période 2018-2020, soit 73,48% de ses approbations.

La mise en œuvre des projets à mi-parcours a favorisé la création de 248 emplois directs et 344 emplois indirects en 2020, contre des cibles respectives de 500 et 1 500. Ce résultat devrait s’améliorer avec la création des agropoles régionaux dont la mise en œuvre est en cours.

Les réformes engagées progressent en matière de gouvernance économique, financière et sectorielle. Elles portent notamment sur le cadre institutionnel et de régulation du secteur de l’électricité, le cadre macro-budgétaire, la dématérialisation des procédures fiscale et douanière, avec le projet de numérisation des administrations fiscales. La mobilisation des recettes fiscales se matérialise, en particulier grâce à la réforme du code minier.

Pour la période 2021-2022, au regard de la nature des défis, la Banque et le gouvernement guinéen ont convenu de maintenir les deux domaines prioritaires actuels du DSP (énergie et agriculture), en mettant l’accent sur l’économie bleue dans le second domaine.

Performance du portefeuille

Le portefeuille actif de la Banque en Guinée comprend vingt-deux opérations, pour un engagement total de 608,53 millions de dollars. Il couvre huit secteurs : énergie (32%), transports (32%), industrie minière (16%), gouvernance (9%), agriculture (4%), environnement (3%), social (2%), et secteur financier (2%). Sa performance est jugée satisfaisante avec une note de 3,04 sur une échelle de 1 à 4. Le taux de décaissement du portefeuille est de 41,6%, dont 66,9% pour les opérations souveraines nationales et 23,15% pour les régionales, et 93% pour les opérations non souveraines.

L’amélioration du portefeuille nécessite de mettre en œuvre le Plan d’amélioration de la performance du portefeuille pays autour de six axes : un démarrage rapide des projets ; une gestion des projets axée sur les résultats ; de meilleurs suivi et coordination du portefeuille ; une mobilisation effective des fonds de contrepartie en temps opportun et leur usage rationnel ; une efficacité dans les passations de marchés ; une gestion financière plus rigoureuse.

Les opérations prévisionnelles sur la période restante 2021-2022 s’élèvent à 190,23 millions de dollars, dont 99,09 millions en 2021 et 91,14 millions en 2022. Les activités hors prêts incluent six études économiques et sectorielles en cours ou à engager et une assistance technique. À court terme, les conditions d’un accès au cas par cas aux ressources BAD seront examinées. À moyen-long terme, un processus de graduation pourrait être étudié avec la Guinée en tenant compte des résultats économiques et des progrès dans les réformes.

Chicha/Guinée : le gouvernement interdit son importation, sa consommation et sa commercialisation en Guinée.

Le gouvernement guinéen vient à travers un  arrêté conjoint des ministres du Commerce, du Budget et de la Sécurité portant interdiction de l’importation, la distribution et la commercialisation de la chicha sur toute l’étendue du territoire national.

Le même arrêté invite les services des départements concernés, à procéder à l’identification et à la fermeture de tout local de consommation et espace de vente de la Chicha.Ci-joint l’arrêté

BOUNA SARR : COURTISÉ PAR LA GUINÉE ET LE SÉNÉGAL, IL VISE L’EURO AVEC L’ÉQUIPE DE FRANCE

Alors qu’il est courtisé par les sélections nationales du Sénégal et de la Guinée, Bouna Sarr rêve toujours de l’équipe de France, en dépit de ses 28 ans.

Convoqué par Didier Deschamps en novembre dernier, à l’occasion du dernier rassemblement des Bleus, le défenseur du Bayern Munich n’a pas pu répondre à l’appel en raison d’une blessure. Mais Bouna Sarr s’accroche et compte bien se battre pour gagner sa place en équipe de France en vue de l’Euro :

« L’Euro, ce serait le maximum. C’est à moi de me mettre en évidence aux yeux du sélectionneur pour qu’il ne puisse pas me laisser de côté. Après mon transfert au Bayern, ce serait le prochain rêve d’une vie qui se réaliserait », a-t-il confié au magazine officiel du club bavarois. « Je travaille dur pour ce grand objectif. Je n’abandonnerai pas et je travaillerai tous les jours pour y arriver. (…) Je pense que ce transfert m’aide, car chaque séance d’entraînement me rend plus fort et le club, dans son ensemble, est très concentré », a ajouté Bouna Sarr.

L’ancien joueur du FC Metz ne compte toutefois que trois matchs de Bundesliga cette saison avec le Bayern et va devoir se battre très dur pour avoir une place au sein de l’effectif de Deschamps.

Par AfricaTopSports

COMMUNIQUE DU MINISTERE DE LA JUSTICE: M. Mamadi CONDE alias «Madic100frontières»

COMMUNIQUE DU MINISTERE DE LA JUSTICE

Le Ministère de la Justice informe l’opinion que suite à des douleurs abdominales, M.  Mamadi CONDÉ alias « Madic100frontières » en détention à la Maison Centrale de Conakry, a été référé au CHU IGNACE DEEN de Conakry pour des soins appropriés ce vendredi 18 décembre 2020.

Au moment où le corps médical des urgences voulait l’examiner, il a opposé un refus catégorique au motif qu’il préfère se faire consulter par son médecin traitant qui est au Canada.

Ce lundi 21 décembre, conduit de nouveau pour les mêmes raisons M. Mamadi CONDÉ alias «Madic100frontières» a toujours opposé le même refus au corps médical disposé à le traiter.

Devant ce refus répété et n’ayant pas obtenu son consentement pour son traitement, le régisseur a été autorisé à le ramener à la Maison centrale.

Le Ministère de la Justice rassure qu’il respectera toujours les droits et libertés individuels de chaque détenu ainsi que l’accès aux soins de  santé, conformément au Régime Juridique des Établissements Pénitentiaires.

Fait à Conakry, le 21 Décembre 2020

COMMUNIQUE DU MINISTERE DE LA JUSTICE

Le Ministère de la Justice a le regret d’informer du décès de M. ROGER BAMBA, survenu dans la nuit du 16 décembre 2020 à l’hôpital national IGNACE DEEN de Conakry, des suites de maladie.

En cette douloureuse circonstance, le département de la Justice présente ses condoléances aux familles et aux proches du défunt.

Le Ministère de la Justice rappelle enfin qu’il est du droit des familles et proches de faire une demande d’autopsie et rassure l’opinion quant à son attachement aux respects scrupuleux des droits et libertés des citoyens.

Fait à Conakry, le 17 Décembre 2020

Déclaration conjointe des associations de presse

Déclaration



Les Associations de presse AGUIPEL, URTELGUI, AGEPI, REMIGUI, UPLG ont été surprises d’apprendre queles journalistes, Youssouf Boundou Sylla de Guineenews ; Ibrahima SoryTraoré de Guinee7 et Moussa Moise Sylla de l’Inquisiteur, ont reçu une « citation à comparaitre devant le tribunal correctionnel » de Kaloum, pour le 15 décembre 2020.

Cette « convocation » fait suite à la requête de Madame ZénabDramé, ministre de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle qui accuse ces journalistes des faits de « diffamation » sur sa personne.

Les Associations de presse soutiennent les journalistes « convoqués » et condamnentles agissements de Mme Dramé, qui n’a pas attendu les conclusions de l’enquête ouverte par le procureur pour détournement de deniers publics, suite aux révélations de la presse, pour porter plainte contre les journalistes pour « diffamation », comme si, elle était déjà blanchie par la justice.

En tout état de cause, les Associations de presse rappellent que les lanceurs d’alerte et les dénonciateurs de corruption et infractions assimilées doivent bénéficier d’une protection spéciale de l’Etat contre les actes de représailles ou d’intimidation, selon l’article 100 de la Loi /L2017/041/AN du 4 juillet 2017 portant Prévention, Détection et Répression de la Corruption et des Infractions Assimilées.

Elles considèrent que la démarche de la Ministre est une manœuvre dilatoire pour empêcher l’instruction en cours pour détournement de deniers publics et une action d’intimidation de la presse.

Elles exhortent les autorités judiciaires à préserver leur indépendance et à respecter leur serment en évitant d’appliquer les consignes de punition des journalistes données par le Premier Ministre dans un communiqué du gouvernement.

Elles réaffirment leur soutien aux journalistes concernés et continueront à dénoncer les détournements des derniers publics, la corruption, la gabegie, comme l’a souhaité le Président de la République.

Les Associations de presse condamnent, vigoureusement,cette tentative d’intimidation de la presse, et défendront de toutes leurs forces la liberté de la presse chèrement acquise.



Conakry, le 6 décembre 2020



Ont signé:


L’Association Guinéenne de la Presse en Ligne (AGUIPEL)


L’Union des Radios et Télévisions Libres de Guinée (URTELGUI)


L’Association Guinéenne des Editeurs de la Presse Indépendante (AGEPI)


Le Réseau des médias sur Internet en Guinée (REMIGUI)


L’Union de la Presse Libre de Guinée (UPLG)

Réception du PRAC à N’Zérékoré : la ville totalement envahi de jaune!

Suite à l’incroyable réception qu’a été accordée M. Cellou Dalein Diallo président de l’UFDG dans la capitale de la région forestière le Camp présidentiel semble être perturbé. Le RPG AEC, a décidé de répondre le chef de file de l’opposition guinéenne ce dimanche 11 octobre 2020 par une forte mobilisation des militants et sympathisants du parti.  Du côté de sekoutoureya, le patron du RPG AEC, le président candidat Alpha Condé a décidé de sortir de sa recève pour  battre campagne à l’intérieur du pays. Ce dimanche, le chef de l’État est annoncé dans la ville de NZérékoré et de Lola où il doit tenir des meetings.

 Le parti présidentiel de N’Zérékoré ne menace aucun effort pour offrir une mobilisation de taille ce dimanche en guise de réponse au chef de file de l’opposition guinéenne dit-on.

Dans la nuit de ce samedi 10 au 11 octobrer, le RPG AEC à travers les ministres ressortissants et cadres de la région passe pas tous les moyens pour mobiliser la population de N’Zérékoré. Ce matin, le grand marché est  fermé, la circulation quasiment paralysée par les jaunes, la ville presque jaunes à travers des panderoles qui sont entachées ça et là, ainsi que des affiches.

À la place des Martyrs, la mobilisation ne se désemplit pas, les populations  fortement engagées pour la cause du RPG AEC sont  venus un peu de  partout dans la préfecture.Au niveau de la sécurité, tous les points stratégiques de la ville sont pris d’assaut par les services de défense et de sécurité. Une équipe mixte de patrouille sillonne la ville.

Interrogé, un des militants nous indique que<< les gens ont menti que tout N’Zérékoré est pour le président Cellou Dalein Diallo. Nous sortons montrer à l’opinion nationale et internationale que c’est faux.>>

Il reste à savoir, si la mobilisation que le RPG AEC de N’Zérékoré compte faire  pourrait rivaliser celle de Cellou Dalein Diallo.

Attendons de voir!

Bruno LAMA

Non, cette photo ne montre pas des opposants politiques en train de détruire une route en Guinée

Des publications partagées plusieurs centaines de fois sur Facebook depuis le 30 septembre affirment diffuser des photos d’”émissaires” de Cellou Dalein Diallo, principal rival du chef de l’Etat guinéen Alpha Condé à l’élection présidentielle du 18 octobre, en train de détruire une route. Selon nos recherches, les photos partagées montrent en réalité des manifestants en Afrique du Sud qui protestaient en septembre contre les difficultés d’accès à l’eau et à l’électricité pour leurs communautés.

Plusieurs publications circulant sur Facebook en Guinée ces derniers jours (123) dénoncent la “violence de la part de l’UFDG”, l’Union des Forces Démocratiques de Guinée, dont le candidat Cellou Dalein Diallo sera le principal rival du président Alpha Condé à l’élection présidentielle du 18 octobre.

Elles diffusent une photo montrant un homme en train de détruire une route à l’aide d’une pioche ou d’une masse. La chaussée, largement endommagée, est jonchée de plaques de goudron. 

Cellou Dalein Diallo (président de l’UFDG, ndlr) envoie ses émissaires pour détruire les routes faites par le Président Alpha Condé en moyenne Guinée“, accusent ces publications, dont la plus virale a été partagée plus de 300 fois en depuis le 30 septembre. 

Cette image a été diffusée à moins de deux semaines de l’élection qui se tiendra le 18 octobre dans un contexte de vives tensions. Depuis un an, le pays est secoué par un mouvement de contestation contre un troisième mandat du président Alpha Condé, au pouvoir depuis 2010. 

Une recherche d’image inversée – procédé qui permet de retrouver les précédentes utilisations d’une image sur internet – fait apparaître que cette photo ne vient pas de Guinée, mais d’Afrique du Sud, où elle a circulé dès le 22 septembre.

Habitants exaspérés en Afrique du Sud 

Plusieurs médias sud-africains l’ont notamment publiée dans des articles évoquant un mouvement de colère d’habitants de la commune de Pomeroy, dans la province du KwaZulu Natal (est du pays), qui ont bloqué et dégradé la route R33 pour protester contre les problèmes d’approvisionnement en eau et électricité qui durent depuis quatre ans (1234).

Elle est apparue initialement sur les réseaux sociaux évoquant ces protestations.

L’AFP a contacté le 2 octobre plusieurs internautes qui n’ont pas été en mesure de confirmer le lieu et les circonstances où elle a été prise ou n’ont pas répondu aux sollicitations.

La plus ancienne occurrence de cette photo en ligne, trouvée sur Twitter par l’AFP, remonte à la matinée du 22 septembre.

Le service des Transports de la province du KwaZulu-Natal a également relayé cette photo le 25 septembre sur sa page Facebook, accompagnée d’autres clichés, dans une publication condamnant “la destruction des infrastructures et les dommages matériels après que des habitants ont bloqué la R33 et creusé la route en signe de protestation“.

Capture d'écran d'une publication Facebook, prise le 2 octobre 2020
Capture d’écran d’une publication Facebook, prise le 2 octobre 2020

Une porte-parole du service des transports du KwaZulu-Natal, Gugu Sisilana, a confirmé à l’AFP l’authenticité de cette image. “Oui il s’agit de la R33 à Pomeroy”, a-t-elle déclaré le 5 octobre.

Toujours selon le service des Transports sur Facebook, trois suspects ont été arrêtés “pour violence publique“. 

Deux jours après cette manifestation, un membre du conseil exécutif provincial en charge des questions de transports, Bheki Ntuli, s’est rendu à Pomeroy accompagnés de plusieurs autres représentants du conseil exécutif de la province, comme le montre une autre publication du ministère sur Facebook. 

Capture d’écran d’une publication Facebook prise le 2 octobre 2020

Des indices visuels concordants

En parcourant sur Google Street View la R33 entre les localités de Pomeroy et Dundee, on tombe rapidement sur un lieu présentant plusieurs indices visuels concordants avec la photo virale. Et ce malgré des différences, probablement dues au fait que les vues disponibles sur Google Street View datent de mars 2010.

La courbure de la route, la barrière au bord et les panneaux sont identiques. Des différences existent dans la végétation alentour et le marquage au sol qui a changé.

Capture d’écran de Google Street View, prise le 2 octobre 2020

L’étude d’une des photos publiées par le ministère le 25 septembre, comparée à une vue en contre-champ de la capture Google Street View ci-dessus, confirme la localisation. 

On remarque en effet plusieurs correspondances dans la disposition des arbres aux formes caractéristiques (rectangles verts) et des rochers (rectangle rouge) à l’arrière-plan de l’image. Un panneau de signalisation (cercle bleu) est également reconnaissable sur les deux photographies.

Tensions et “discours de haine” en Guinée

Cette photo n’a donc aucun lien avec la campagne à l’élection présidentielle en Guinée, où les tensions se multiplient à l’approche du scrutin. 

Le 30 septembre, jour de diffusion des publications que nous vérifions, le gouvernement avait dénoncé le caillassage d’un convoi du Premier ministre et directeur de campagne d’Alpha Condé dans la région du Fouta-Djalon (qui fait partie de la Moyenne-Guinée), bastion du principal adversaire annoncé du président à l’élection, Cellou Dalein Diallo.

L’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) s’est dit étranger aux incidents, s’ils sont confirmés, et a dénoncé une “manipulation”.

Quelques jours plus tôt, un jeune avait été tué par balles à Dalaba et des heurts avaient également fait une quinzaine de blessés à Faranah (centre).

Une mission conjointe de l’ONU, de l’UA et de la Cédéao (Communauté des Etats d’Afrique de l’Ouest) a mis en garde le 3 octobre contre les “discours de haine à relent ethnique (…) susceptibles d’encourager les violences” durant la campagne pour l’élection présidentielle. 

La mission conjointe a annoncé le déploiement d’observateurs de la Cédéao et de l’Union africaine “afin de contribuer à une élection crédible et transparente” le 18 octobre.

PAR AFP Factuel