Author: Autre Presse

CAN 2021. Le Zimbabwe sauve l’honneur, la Guinée câle mais se qualifie

Malgré deux défaites lors des deux premières journées, le Zimbabwe de Norman Mapeza s’est imposé devant la Guinée (2-1) mardi soir au stade Ahmadou Ahidjou de Yaoundé.

Une rencontre historique entre les Warriors et le Syli National, puisqu’elle a été dirigée par l’arbitre rwandaise Salima Mukansanga qui devient la première femme arbitre à officier lors d’un match de Coupe d’Afrique des Nations TotalEnergies.

En première mi-temps, les poulains de Norman Mapeza sont entrés avec la ferme intention de réaliser un résultat positif et ainsi créer le jeu.

15′, Tigere adresse un tir de l’extérieur de la surface de préparation, qui frôle le poteau droit d’Aly Keita.

Quelques minutes plus tard, le Sily Nation répond par une action collective. Kane reprend un centre de la droite, mais le cuir ne trompe pas le keeper zimbabwéen.

26′, Knowledge Musona, reprend de la tête un corner de Never Tigere pour ouvrir la marque.

Les Warriors réussissent à doubler la marque face au poulains de Kaba Diawarra juste avant la pause citron.

Mahachi est servi dans la surface de réparation, dribble un défenseur guinéen et trompe le gardien Aly Keita.

A la reprise, le Sily National réduit la marque par son capitaine Naby Keita.

Le milieu offensif de Liverpool conclut un joli travail individuel en dribblant deux défenseurs pour relancer le match.

Après cette réalisation, les guinéens continuent de pousser mais sans pouvoir atteindre les buts de Talbert Shumba.

Une victoire pour les Warriors qui sauvent l’honneur dans le tournoi.

Le Sily national termine la phase de groupes avec quatre points et se positionne à la seconde place du groupe C, s’assurant une place en huitièmes de finale.

CAN 2021. Les Fennecs battus au bord de l’élimination

Ça va mal pour le tenant du titre ! Accrochée en match d’ouverture, l’Algérie a été battue à la surprise générale par la Guinée Equatoriale pour son deuxième match (0-1).

Les coéquipiers de Ryad Mahrez joueront leur qualification lors d’un dernier match compliqué face à la Côte d’Ivoire. Ce groupe E, dans lequel la Guinée Equatoriale est 2e, est loin d’avoir livré son verdict.

Le rêve pour la Guinée Équatoriale, le cauchemar pour l’Algérie. Après 35 matches de suite sans défaite, toutes compétitions confondues, les Fennecs sont tombés. Et, à la surprise générale, c’est la Guinée Équatoriale qui a fait plier les champions en titre, sur la plus petite des marges (0-1), grâce à un but d’Orozco Fernandez.

Dans cette édition 2022 de la Coupe d’Afrique des Nations, l’Algérie est plus que jamais en danger. Encore incapable d’inscrire le moindre but, la voilà dans l’obligation de s’imposer face à la Côte d’Ivoire, dans un choc d’ores et déjà très prometteur du groupe E.

Sur un coup franc pourtant mal tiré, Orozco Fernandez a profité d’une déviation au premier poteau et d’un oubli défensif pour punir l’Algérie (0-1, 71e). Le héros du match s’est ensuite fendu d’un geste déterminant dans sa surface, pour repousser sur sa ligne (86e).

Son but, le seul de la rencontre, vient un peu plus accabler des Fennecs bien mal au point dans cette Coupe d’Afrique des Nations.

Avec un petit point pris, ils sont bons derniers du groupe E et sont très heureux d’avoir vu la Côte d’Ivoire être accrochée par la Sierra Leone quelques heures plus tôt (2-2). Après le miracle de la Guinée Équatoriale, c’est au tour de l’Algérie d’en produire un.

Ivan Edu (Guinée Equatoriale), Homme du match

‘’Je suis très heureux de cette distinction, à chaque match, j’essaie de donner le meilleur de moi-même parfois ça marche comme aujourd’hui, parfois c’est non. Ce soir au-delà de ma personne, c’est le groupe qui est allé chercher cette victoire, c’est l’équipe qui a gagné le match et ce titre’’.

Juan Obiang, coach de la Guinée Equatoriale 

‘’Je suis ravi de cette victoire contre une grande et belle équipe de l’Algérie, ce n’était pas un match facile mais nous avons réussi à construire notre victoire. La qualification au prochain tour, n’est pas encore acquise et dès demain nous allons nous projeter sur le match contre la Sierra Leone, l’objectif, c’est d’aller chercher un très bon résultat. Ce soir, j’ai une pensée pour tous les Equato-guinéens vivant au Cameroun et notre population qui nous soutient et nous pousse à aller de l’avant’’.

Djamel Belmadi, sélectionneur de l’Algérie :

‘’Ce n’est pas le résultat escompté et pourtant, nous avons tout fait, nous nous sommes procuré plusieurs occasions mais le ballon n’est pas entré. Nous sommes en situation d’échec, c’est un moment de vaches maigres. Le football, ce n’est pas toujours des raisons rationnelles mais soyons en sûrs, nous nous battrons pour rester dans cette compétition. Ce sera contre une grande équipe de la Côte d’Ivoire qui est constituée de joueurs évoluant dans les plus grands championnats. Au sujet de l’adversaire, la Guinée Equatoriale, elle a défendu avec beaucoup d’envie, de détermination et nous n’avons pas su trouver la faille, c’est une situation d’échec’’.

CAN 2021. Tunisie – Mali : fin de match rocambolesque et défaite des Tunisiens, le résumé

TUNISIE – MALI. Le Mali s’est imposé dans le premier match du groupe F de la CAN 2021 grâce à un but d’Ibrahima Koné. Début de compétition très difficile pour la Tunisie.

Les Aigles du Mali confirment les statistiques, en remportant leur premier match en phase de groupes de la Coupe d’Afrique des Nations TotalEnergies, Cameroun 2021 face à la Tunisie (1-0) mercredi après-midi à Limbe.

Les poulains de Mohamed Magassouba peuvent remercier leur gardien Bosso Mounkoro quia réalisé un excellent match avec plusieurs arrêts dont un penalty à un quart d’heure de la fin de la rencontre.

En première mi-temps, les deux équipes se sont concentrées en milieu de terrain avec une maitrise équitable sans vraiment mettre en danger les deux gardiens.

Wahbi Khazri côté tunisien ou encore Messadio Haidara côté malien se sont essayés mais sans toutefois réussir à mettre le cuir au fond des filets.

Les Maliens débutent fort la seconde période et ouvrent la marque dès la 47’. Skhiri touche le ballon de la main dans la surface de réparation, penalty sifflé par l’arbitre de la rencontre Janny Sikazwe et transformé par Ibrahima Koné.

55’, Wahbi Khazri exécute un coup franc direct des 20 mètres, boxé en corner par le gardien Mounkoro. Dix minutes plus tard, Dylan Bronn tente sa chance des 35 mètres, mais le keeper malien sort le ballon en corner.

75’le stéphanois Wahbi Khazri conclu un joli travail collectif avant que le ballon ne touche la main d’un défenseur malien. Après vérification de la VAR, le referee zambien siffle un penalty. La sentence est exécutée par Khazri, mais très bien sortie par le gardien des Aigles du Mali.

A quelques minutes de la fin de la rencontre, l’attaquant malien est expulsé suite à une « semelle » sur Bronn.

Malgré cela, les Tunisiens ne reviennent pas au tableau d’affichage alors que les Maliens enregistrent leurs trois premiers points dans la compétition pour leur 12e participation dans la plus grande messe du football africain.

La fin du match a été entachée par la décision controversée de l’arbitre de la rencontre d’interrompre le match quelques secondes avant la fin du temps réglementaire.

Les joueurs maliens sont revenus sur la pelouse pour disputer le temps restant, mais les Tunisiens ont préféré ne pas revenir pour se pencher immédiatement sur le match prochain.

Réactions d’après-match :

Ibrahim Bosso, gardien du Mali (Homme du Match)

La force de notre équipe a été la solidarité. On s’est donné la main pour cette victoire collective. C’est très important de bien débuter. Le fait d’arrêter ce penalty à booster l’équipe. »

Mohamed Magassouba, entraîneur du Mali :

« Nous on voulait reprendre pour jouer les minutes restantes mais la Tunisie ne voulait pas reprendre, l’arbitre a sifflé alors la fin de la rencontre. Nous avons démystifié le match, on a géré avec une gestion rationnelle l’occupation de terrain, les transmissions. Naturellement l’objectif c’est de décrocher la timbale, on le dit avec humilité, un vœu pieux”

Mondher Kebaier, entraîneur de la Tunisie :

« L’arbitre a sifflé à la 85 mn après à la 89 mn, c’est lunaire. Il nous a privés de concentration. On ne voulait pas reprendre parce que les joueurs avaient déjà pris leurs bains, déconcentrés et démoralisés face à cette situation ubuesque. »

Guinée : le gouvernement envisage une révision à la hausse des subventions allouées aux médias

A l’image de nombreux pays africains, le paysage médiatique guinéen est confronté à de nombreux défis qui freinent son plein développement. Le manque ou l’insuffisance de soutien financier de la part des autorités est l’un de ces défis.

Le lieutenant-colonel Mamady Doumbouya, président du Comité national du rassemblement pour le développement (CNRD) et de la transition guinéenne, a annoncé le vendredi 7 janvier la revalorisation de la subvention accordée aux entreprises de presse dans deux mois. C’était à l’occasion d’un déjeuner d’échange de vœux avec la presse qui a eu lieu au Palais Mohamed V, en présence des présidents des différentes associations de presse, des patrons de médias et des journalistes.

Cette promesse du chef de la junte militaire au pouvoir fait suite aux différentes doléances formulées par les différents acteurs du secteur des médias au cours de la rencontre. M. Doumbouya a également promis d’alléger les redevances annuelles des radiodiffuseurs privés et de veiller à la réalisation de la maison de la presse qui sera « sans doute, un chantier de la transition ».

« Je vous garantis la liberté d’expression dans les limites de la loi », a-t-il déclaré. Il a ensuite ajouté que les différentes doléances formulées seront prises en compte, chargeant le Premier ministre Mohamed Béavogui de s’en occuper. Toutefois, il a invité les journalistes à plus de professionnalisme et au patriotisme pour bien informer les compatriotes, et réconcilier les Guinéens en cette période de transition.

Cette annonce s’inscrit dans le cadre du soutien de l’Etat aux médias. Elle vient donner de l’espoir aux entreprises de presse guinéennes qui, pour la plupart, doivent faire face à des problèmes d’ordre financier, surtout avec la crise sanitaire de la Covid-19.

Rappelons qu’au titre de l’année 2021, la subvention octroyée par l’Etat guinéen aux médias s’élève à hauteur de 3 milliards de francs guinéens (soit environ 363 462 dollars américains). Ladite subvention est répartie sur l’ensemble des médias du pays, à savoir les stations de radio, les chaînes de télévision, les journaux et sites Internet ainsi que la maison de la presse de Guinée. Elle leur permet notamment de couvrir un tant soit peu leurs dépenses de fonctionnement au cours de l’année.

Isaac K. Kassouwi | AgenceEcofin

CAN 2021. Le Nigéria dicte sa loi à l’Égypte

Les Super Eagles offrent une prestation séduisante, et poussent les Pharaons à une défaite d’entrée 1-0.

Gros coup dur pour les Pharaons avec la sortie sur blessure au genou de Tawfik. L’Égypte est contrainte d’évoluer à 10 durant quelques minutes avant l’entrée d’Abdelmonem. Un avantage qui va profiter aux Super Eagles qui vont faire tourner le ballon et conserver la possession de balle. Le ballon du match est changé à deux reprises, pas assez gonflé au goût de l’arbitre et des joueurs.

Le pressing haut du Nigeria sera récompensé à la 30e minute de jeu. Simon centre dans la surface et son ballon est dégagé par la défense directement sur Aribo. Le joueur remet de la tête vers Ihenacho qui contrôle de la poitrine et marque d’une somptueuse demi-volée du gauche, inscrivant sur le coup son 12e but en 38e sélection avec le Nigeria.

L’Egypte peine à exister, les Super Eagles montent en puissance, à l’image d’un Simon très actif à gauche, c’est donc logiquement qu’ils conservent l’avantage au score à la pause.

Salah et les siens sont forcés de réagir à la reprise du match, Aboul-Fetouh est remplacé par Ashraf à la 46e minute, puis Hassan Trezeguet par Sayed Zizo. Mais c’est le Nigeria qui va une fois de plus mettre la pression dans une nouvelle offensive à la 62e minute.

Iheanacho est servi dans l’axe à l’extérieur de la surface. Il décide d’enchainer directement d’une frappe du gauche, directement contrée puis captée dans les airs par El-Shenawy.

Les Egyptiens essaient de réagir à la 67e sur une contre-attaque rapide. Marmoush centre pour Salah qui cherche à s’illustrer d’une reprise du gauche contrée, mais l’attaquant de Liverpool est signalé hors-jeu. Le Nigeria réussi à maintenir son avantage, jusqu’au coup de sifflet final.

Une victoire qui permet aux Super Eagles de prendre provisoirement la tête de la poule D avec 3 points. Rappelons que Les Pharaons étaient invaincus depuis leurs 16 derniers matches de phase de poules en Coupe d’Afrique des Nations : 12 victoires et 4 nuls. Leur dernier revers à ce stade de la compétition remonte à 2004 face à l’Algérie (1-2).

Sanctions contre le Mali : la Guinée solidaire de son voisin

Fin octobre, à la suite des sanctions de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (Cédéao) contre le Mali, puis la Guinée, où sont intervenus des putschs militaires, nous nous interrogions sur la naissance éventuelle d’un nouvel axe du « nationalisme africain d’autodétermination » impulsé par les deux pays voisins. Avec les sanctions infligées par l’organisation régionale à la suite du sommet extraordinaire du 9 janvier 2022 à Accra (Ghana), notamment les lourdes sanctions jugées « disproportionnées » infligées contre Bamako, et la réaction « nationaliste » et « ferme » des autorités maliennes soutenues par la Guinée, nos interrogations semblent de plus en plus se confirmer.

La Guinée qui se trouve dans la même situation, membre de la Cédéao, n’entend pas lâcher son voisin. Le Comité national du rassemblement pour le développement (CNRD) dirigé par le colonel Mamadi Doumbouya l’a fait savoir sans détour ce lundi 10 janvier. « Les frontières terrestres, aériennes et maritimes de la Guinée resteront ouvertes au Mali », ont en substance annoncé ce jour les autorités guinéennes. Le pays n’ayant pas été associé aux décisions prises à Accra.

La Cédéao a-t-elle omis ce détail ? La Guinée, malgré son statut de pays membre de l’organisation sous-régionale, et étant suspendue de ses instances, n’a logiquement pas été associée aux décisions finales du sommet extraordinaire du 9 janvier sur le Mali et par conséquent, ne se sent nullement engagée par les sanctions prises par contre son voisin. Mais qu’on se le tienne pour fait, le Mali et la Guinée sont dirigés respectivement par les colonels Goïta et Doumbouya. Deux dirigeants qui sont dans une logique de fermeté intransigeante par rapport aux conditions de la transition dans leurs pays respectifs, soutenus en cela par leurs peuples.

Par ailleurs, beaucoup d’observateurs s’interrogent encore sur cette avalanche de sanctions qui s’est déferlée sur le Mali et l’opportunité de mettre en branle toutes ces batteries de mesures politiques et économiques contraignantes qui concourent plus à asphyxier l’économie malienne et par ricochet, à provoquer une nouvelle crise sociopolitique et économique, qu’à accompagner diplomatiquement le pays pour une transition pacifique réussie. Le Mali est-il entrain de payer son rapprochement militaire avec la Russie avec en toile de fond les accusations de collaboration avec les mercenaires russes de Wagner ? La question mérite tout son pesant d’or.

L’on assiste peut-être au début du déclin du leadership de la Cédéao, les chefs d’État ayant résolument pris le risque de conforter l’opinion publique africaine sur son sentiment anti-Cédéao, renforcé par ses prises de décisions qui l’ont fait plus passer pour une Cédéao des chefs d’État qui agit pour les intérêts des puissances occidentales, « impérialistes », que celle des peuples africains qu’elle est censée défendre. Quelle que soit l’issue de ce bras de fer Mali-Guinée vs Cédéao, elle fera tâche d’huile et représentera un antécédent jugé dangereux pour la crédibilité et l’avenir des organisations sous-régionales et régionales en Afrique.

La Guinée et le Mali qui incarnent irrémédiablement ce nouvel ordre africain, à travers l’impulsion d’un nationalisme d’autodétermination des peuples africains, tiendront-ils jusqu’au bout le rapport de force ?

par FinancialAfrik

CAN 2021. La Guinée s’impose face au Malawi pour son entrée en lice

Ce lundi 10 janvier, la Guinée affrontait le Malawi pour leur premier match de cette Coupe d’Afrique des Nations (CAN). La Sily national s’est imposée sur la plus petite des marges grâce à une réalisation du Toulousain Issiaga Sylla (35’). Les Malawites peuvent nourrir énormément de regrets.

Dans le deuxième match du groupe B de cette CAN 2022, la Guinée et le Malawi s’affrontaient ce lundi 10 janvier. Les Guinéens sont sortis vainqueurs de ce duel en s’imposant sur la plus petite des marges. Alors que les Malawites dominaient les débats, la Syli national a fini par trouver l’ouverture sur sa première réelle opportunité grâce à Issiaga Sylla (36’). Le Toulousain, trouvé par Kanté, a fusillé la nation malawite à bout portant.

Un grand Keita dans les buts guinéens

Avant cela, les Flammes du Malawi affichaient un visage enthousiasmant, fait d’un jeu porté vers l’avant. Ils pourront nourrir des regrets au vu du nombre d’occasions ratées. Mais c’est aussi la faute à un grand Keita dans les buts guinéens qui a détourné pas moins de cinq occasions franches en corner. Ses envolées ont sauvé les siens et leur permettent d’être leader du groupe B avec le Sénégal, tombeur du Zimbabwe, plus tôt dans la journée (1-0).

Deux équipes en forme

Un match qui s’annonce ouvert entre deux sélections aux états de forme similaires. En amical, la Guinée s’était imposée face au Rwanda (2-0) tandis que le Malawi avait battu le Mali (2-0).

La Guinée peut compter sur plusieurs joueurs évoluant en France (Ligue 1 et Ligue 2), parmi lesquels Saidou Sow défenseur à l’AS Saint-Etienne, Ousmane Kanté et Morgan Guillavogui (Paris FC), Issiaga Sylla (Toulouse) ou encore Lamarana Diallo (Grenoble) et Mohamed Bayo, attaquant au Clermont Foot 63.

De son côté, le Malawi compte dans son groupe deux joueurs qui évoluent en Europe : Charles Petro, qui joue pour le Sheriff Tiraspol (Moldavie) et Fransisco Madinga (FC Dilla Gori, Géorgie).

Après cette rencontre, la Guinée disputera son deuxième match face au Sénégal (14 janvier). Le même jour, le Malawi sera opposé au Zimbabwe.

Par Ouest-France

CAN 2021 : 7 absents, la Guinée décimée pour son premier match !

Opposée au Malawi lundi pour son entrée en lice à la CAN 2021, la Guinée va se présenter avec un effectif considérablement amoindri. Après le défenseur Mikaël Dyrestam et l’attaquant Seydouba Soumah, quatre nouveaux joueurs ont en effet été testés positifs au Covid-19, a annoncé samedi la Fédération Guinéenne. Il s’agit des défenseurs Fodé Camara et Ibrahima Sory Conté, du milieu défensif Mory Konaté et de l’attaquant Morgan Guilavogui.

Le milieu offensif Morlaye Sylla a quant à lui obtenu un test négatif et va rejoindre le groupe mais il sera trop court pour ce match. Le sélectionneur du Syli National, Kaba Diawara, va donc devoir composer avec un groupe réduit à 20 éléments pour cette première sortie.

Par Afrik-Foot

La vaccination des 12-17 ans commence en Guinée

Ce vendredi, dans les régions de Conakry et Kindia, a débuté la vaccination des jeunes de 12 à 17 ans contre le Covid-19. Jusqu’au 21 janvier, des équipes de santé vont se rendre notamment dans les écoles. Objectif : Parvenir à immuniser complètement au moins 85% des adolescents de ces régions d’ici la fin du mois de février.

C’est la première fois qu’une campagne de vaccination cible spécifiquement les jeunes en Guinée, le pays qui connaît une explosion des contaminations. Des analyses ont révélé fin décembre que le variant Omicron circulait à Conakry. 

Il y a comme une ambiance de kermès à l’école Mohamed Lamine Sidibé, en banlieue de la capitale. « Vous allez tous vous faire vacciner, un à un, ne vous pressez pas, doucement ! », dit le directeur général de l’école Mamadou Bah, qui, essaie de calmer un peu l’excitation des enfants qui découvrent la vaccination de masse. 

« Nous sensibilisons chaque matin avant les cours et les élèves ont réussi à convaincre leurs parents d’accepter ce vaccin comme vous pouvez le voir. Avant les gens prenaient la fuite, mais plus maintenant. Le message a été transmis dans les familles et tout se passe très bien », assure-t-il.

C’est Aïssatou Diallo qui se charge de la piqûre. Elle est infirmière. « Aujourd’hui, le variant Omicron se propage rapidement dans le pays. L’augmentation du nombre de cas de contamination est énorme. On peut avoir jusqu’à 400 cas par jour », témoigne-t-elle.

Une fillette de 12 ans vient de recevoir sa première dose. « Je suis contente parce que la vaccination me protège contre le coronavirus, j’ai attendu avec impatience. »      

C’est le vaccin Pfizer qui est utilisé. Et malgré le soleil brûlant de la saison sèche, il faut le maintenir à basse température. « C’est très bien conservé, à 20 degrés, dans des glacières », indique Mamadou Alpha Barry, agent enregistreur. Avec son équipe, ils ont vacciné environ 250 élèves ce samedi. 

Par RFI