Author: Blanchard Haba

NZEREKORE: OCCUPATION ANARCHIQUE DU TRONÇON CINÉMA DIANI- ROND POINT DU GRAND MARCHE PAR LES CAMIONS TRANSPORTEURS DE BANANES

L’occupation anarchique des lieux publics est devenue une monnaie courante dans la capitale de la Guinée forestière.  En passant de routes en routes,  les stationnements désordonnés des agents roulants font preuve concrète de cette pratique.  C’est le cas du tronçon allant de la station de la radio liberté FM de N’zérékoré (Quartier Nyen CINÉMA DIANI)  au grand marché, en passant la mosquée géographie qui a été occupée anarchiquement ce mardi 14 mars 2017,  dans les environs de 09h30 minutes.

Ce matin comme tous les jours,  les camions ont occupé totalement une allée,  en embarquant de très importantes quantités de bananes. Suite à ces embarquements un embouteillage a été observé ce matin sur ce tronçon.  Un embouteillage qui a engendré une forte discussion  entre les différents usagers, car chacun voulait coût à coût rejoindre son point de destination.

Interrogés sur cette question,  plusieurs usagers ont fait ce constat amère et l’ont  expliqué comme  Moriba HABA, conducteur de taxi moto : « Vraiment je suis très fier d’être demandé sur cette situation de ces  mauvais stationnements.  Je vous assure que cette partie est très dangereuse. Les gros camions qu’on stationne ici,  provoquent tant de problèmes à tout le monde qui utilise cette route. Comme vous-même vous voyez,  une allée de cette route est complètement occupée par ces camions transporteurs de bananes.  Donc à cause de cela, la seule allée reste utilisée comme l’allée et retour,  ce qui provoque beaucoup d’accidents à cet endroit »,  a ensuite rajouté monsieur HABA.

Quant à un jeune  conducteur d’un de ces gros camions, c’est parce-que ici à Nzerekore il n’y a pas un lieu spécial où on peut stationner les véhicules.  Nous sommes obligés de les garer  ici , car c’est ici derriere la mosquée géographie se trouve le point de vente de ces bananes en provenance des villages.  Ce que nous nous pouvons faire c’est peut-être demander aux autorités communales de nous trouver un bon espace pour que nous puissions y stationner  nos camions,  nous a expliqué ce jeune conducteur qui a voulu garder l’anonymat.

En bref l’embouteillage a duré près d’une trentaine de minutes et il faut signaler que ces occupations provoquent souvent des accidents à cet endroit.

N’zérékoré, Blanchard Haba pour guineeplus.net

Email:[email protected]

Tel:624807592/657082394/661305548

NZEREKORE: JOURNÉE NATIONALE DE VACCINATION CONTRE LA ROUGEOLE (PREMIER TOUR-2017)

L’intérieur de la maison des jeunes du quartier MOHOMOU où se fait la vaccination

Comme toutes les autres régions de la Guinée,  la région de N’zérékoré a entamé,  ce Lundi 13 mars 2017,  sa première journée de vaccination contre la rougeole,  au compte du premier tour 2017,  dans toutes ses localités.  Des enfants âgés de 6 à 59 mois et de 5 à 10 ans bénéficieront  de cette vaccination gratuite.

Ce vaccin à base de la vitamine A et Mebendenzole permettra à tous les enfants vaccinés d’être protégés contre la rougeole.  Plusieurs sites de vaccination ont été mis en place dans la commune urbaine de N’zérékoré et dans les zones rurales de la forêt pour rendre efficace cette activité.

Plus précisément dans le quartier Mohomou,  commune urbaine de Nzerekore,  c’est la maison des jeunes  qui abrite cette vaccination durant 7 jours . Pluseurs  enfants sont venus pour se faire vacciner.  Des mamans également ont accompagné des bébés pour leur vaccination.

L’intérieur de la maison des jeunes du quartier MOHOMOU où se fait la vaccination

Selon la chargée de programme élargi de vaccination (PEV) du centre de santé de Mohomou , madame Josephine KOUROUMA « depuis le matin de ce lundi , aucune fausse majeur n’a  été enregistrée. Les activités se passent dans les conditions favorables.  Il n’y a pas encore de difficultés dans le travail, parce-que depuis que nous sommes venus ici, beaucoup de femmes et leurs enfants viennent. Nous les agents de santé, nous  sommes très contents parce-que les populations viennent massivement ».

Quant à madame Kadiatou BAH,  mère de famille,  elle est venue pour faire vacciner ses enfants. Selon elle, depuis l’apparition de la rougeole au début de cette année,  aucun de ses enfants n’a été attaqué par cette maladie,  raison pour laquelle elle est engagée à les faire vacciner. Moi je suis très contente du fait que mes enfants sont vaccinés,  car ils seront protégés contre cette rougeole. Je ne veux pas du tout que mes enfants tombent malades.  On sait bien que quand un enfant tombe malade cela fatigue sa maman,  car c’est elle qui va toujours le supporter au dos et cela  ralentit  forcement ses activités alors que nous guinéens,  nous vivons de quotidien en quotidien,  a ajouté madame BAH

Signalons que cette maladie de rougeole se manifeste par l’apparition  des boutons sur la peau de l’enfant, qui peuvent facilement contaminer d’autres enfants.

A rappeler que depuis le début de cette année 2017,  la rougeole est apparue ici à N’zérékoré,  tout comme certaines préfectures du pays et  certaines communes de la capitale Conakry.

A Beyla: Tenue d’une assise communautaire

Dans le cadre de l’amélioration de la santé maternelle, néonatale et infantile, des assises communautaires sont organisées depuis le mois de janvier dans plusieurs centres de santé de la région forestière, grâce à l’appui du projet HC3 (collaboration sur les capacités en communication sanitaire) /USAID à travers l’ONG PRIDE Guinée/Nzérékoré.

C’est dans cette logique qu’une assise communautaire s’est tenue, ce jeudi 9 mars 2017, au centre de santé de Diakolidou dans la commune urbaine de Beyla, sur le thème: la problématique de la vaccination des femmes enceintes et de leurs enfants. C’est le centre de santé qui a servi de cadre à cette rencontre.

Cette assise a regroupé une cinquantaine de personnes composées des représentants des forces vives des différents quartiers couverts  par ce Centre de santé, les leaders religieux ainsi que  les représentants des femmes et des jeunes.

D’entrée en jeu les leaders religieux ont tout d’abord souhaité la bienvenue à tous les participants pour avoir répondu massivement à cette invitation avant d’adresser quelques mots de bénédictions à tous les bénéficiaires de la rencontre.

Prenant la parole, le trésorier du comité d’hygiène et de santé (COSAH) de Diakolidou et facilitateur de l’assise, monsieur Moussa DOUKOURé, a à son tour donné les raisons de l’organisation de cette assise. Il a signalé que cette rencontre se tient dans le cadre de l’amélioration de la santé des populations. Nous nous sommes réunis ce matin pour discuter tous les problèmes qui empêchent les femmes à fréquenter le centre pour leur vaccination. En plus nous allons chercher à savoir pourquoi les agents vaccinateurs  sont souvent refusés par certaines personnes pendant les campagnes de vaccination a ajouté M. Doukouré. Un peu plus loin, il a demandé à tous les participants de dégager chacun, ce qu’il entend dans son quartier au nom du centre de santé de Diakolidou et qui fait que les femmes refusent non seulement de venir au centre pour leur vaccination mais aussi les raisons qui font qu’elles sont réticentes à n’importe quel type de vaccination pour leurs enfants.

Dans les interventions les participants ont, à travers la voix de madame Fanta KONATÉ, déclaré que les femmes ne veulent pas se faire vacciner, parce qu’elles se disent entre elles que la vaccination peut rendre stérile la femme. En plus Mme KONATÉ a ajouté que ce qui concerne la vaccination des enfants,  les vaccinateurs viennent souvent seuls dans les familles. Ces vaccinateurs ne sont pas accompagnés par un membre du conseil du quartier pour une bonne communication, est pour cela les populations les refoulent souvent dans certaines familles. Donc nous devons faire de multiples sensibilisations et informations des communautés sur l’importance de ces différentes vaccinations pour que les agents vaccinateurs soient désormais acceptés dans les familles pendant les campagnes de vaccination, a-t-elle ajouté.

Quant à madame Justine KOUROUMA, chef de centre de santé de Diakolidou, elle réitéré son engagement dans le cadre de l’amélioration de la santé féminine et infantile. Elle a aussi demandé à tous leurs représentants des différentes populations présentes dans la salle de s’impliquer dans la sensibilisation, pour que son centre soit beaucoup fréquenté par tout le monde. Pour finir madame KOUROUMA a remercié l’ensemble des participants pour leurs soutiens moraux et matériels qu’ils ne cessent d’apporter à l’ensemble des travailleurs du centre. C’est avec des notes de satisfaction que la rencontre a pris fin dans une bonne atmosphère.

A signalé que d’autres assises de ce genre se tiendront dans d’autres centres de santé de la région forestière.

Depuis Nzérékoré Haba Blanchard pour Guineeplus.net

624807592; 657082394; 661305548

N’zérékoré: crise d’essence, un litre varie entre 12000 à 15000fg sur les marchés noirs

C’est depuis le début de  la semaine  que le constat de rareté d’essence a été fait. Ce samedi 10 mars 2017, presque toutes les stations de la ville ne possèdent pas d’essence à l’exception de la station Shell qui se trouve au cœur de la ville, à Hona près du chef-lieu du gouvernorat.

Cette station qui appartient à l’ex-maire de la commune urbaine de N’zérékoré, du nom de Monsieur CeCe Loua connu sur le nom de Gbouwo-ce, a accueilli des centaines de personnes pour l’achat d’essence.

Des clients venus de tous les horizons de la ville, se sont alignés pour se faire approvisionner. Des clients venus depuis le matin sont restés assis avec leurs bidons de 20l, dans l’espoir de gagner quelques litres d’essence pour aller les revendre sur le marché noir.

Interrogé; M Moussa CONDÉ décrit les difficultés rencontrées dans l’obtention du carburant «Depuis 8h je suis à la recherche de l’essence, Je n’en trouvais pas dans le quartier. Apres une très longue distance, je vois quelques litres d’essence en bordure de route, qui coutaient 13000 FG le litre, ce qui est trop cher pour moi. Quand je suis venu à la station, j’ai trouvé qu’elle est trop pleine. Vous-même vous voyez ici, il y’a trop de monde, pour le moment le service n’a pas commencé, nous attendons l’arrivée d’essence. Vraiment nous sommes trop fatigués et moi-même j’ai faim je vais aller manger et revenir. Je ne sais même pas si tout le monde sera servi car il y’a, des motards, des automobilistes et des hommes qui ont des bidons de 20 litres et autres récipients. Y’a même des personnes ici quand elles remplissent leurs bidons, elles revendent sur place à 10000 FG par litre et puis ces mêmes personnes cherchent à en trouver pour revendre encore» a ajouté Mr Moussa CONDÉ.

On moment qu’on lançait cette dépêche, les acheteurs étaient toujours là en attendant impatiemment l’arrivée de l’essence à via station.

À rappeler que depuis le début de cette année, la crise d’essence est très fréquente.

N’zérékoré, Blanchard Haba pour guineeplus.net

Email: [email protected]

Tel: 624807592 / 657082394/661305548