Author: Bruno Lamah

Soulouta (N’Zérékoré): une partie de l’Ecole primaire de Kpagalaye décoiffée par un vent violent

Dans la soirée de ce dimanche 22 janvier 2023, un vent violent accompagné d’une forte pluie a décoiffé un bâtiment de 3 Salles de classe, d’une direction et d’un magasin à l’école primaire de Kpagalaye, relevant de la sous-préfecture de soulouta située à 45 kilomètres du chef-lieu de la préfecture de N’Zérékoré. Selon Saa Gabriel Kolié,  directeur de cette école,  c’est dans  les  environs de 18 heures que le district de Kpagalaye, village d’origine de l’actuel Premier ministre Dr Bernard Goumou, a enregistré cette tempête.  <<Hier dimanche à partir de 18 h 20, un grand vent accompagné d’une grande pluie a décoiffé un bâtiment de 3 Salles de classe, une direction et un magasin. Donc, ce matin nous sommes arrêtés dans la cour de l’école pour faire le constat et prendre des dispositions nos élèves.

Les enfants ne savent pas où aller pour étudier. Je ne suis même pas rentré d’abord dans ma direction, tout est gâté là-bas parce que le plafond est descendu, les documents des enseignants et les élèves sont mouillés. Les Gens sont à l’air libre ici. Il y a 150 élèves qui n’ont pas de bâtiments. Il y a une salle qui est seulement occupée par une partie des élèves de la 6 ème année. Donc il faut que le bâtiment soit vite réparé pour permettre aux élèves du CM2 de suivre les cours. Parce que l’État n’a pas tenu compte que à Kpagalaye, il y a un tel dégât.

À l’heure là, c’est la situation des  élèves de la 6 ème année qui sont au nombre de 44 qui me préoccupe beaucoup>> a laissé entendre Saa Gabriel Kolié, directeur de l’école primaire de Kpagalaye. 

A noter que  le bâtiment décoiffé par le vent dans  cette école a  été construit depuis  1947 par les Pères blancs qui s’étaient installés  à Gouécké centre en 1914.  

Bruno LAMAH

Gouécké -N’zérékoré : Des femmes de la localité de Nöna torse nue protestent ”Libérez nos sages” contre l’incarcération de leurs notabilités.

Les femmes torse nue accompagnées des jeunes du district de Nonan, relevant de la sous préfecture de Gouécké ont marché ce vendredi 20 janvier pour exiger la libération de leurs notables dont le chef du village en détention à N’Zérékoré. Selon nos informations, c’est un jeune ressortissant de la localité qui est accusé de sorcellerie qui aurait été à la base de la mort de quatre personnes dont son jeune frère. Ce jeune aurait donc été confié au sous-préfet par les responsables du district sous la demande des populations de cette localité afin d’être expulsé  du village. 

À N’Zérékoré, une plainte aurait été formulée par le jeune  contre les 6 notables dont le chef du village qui sont aujourd’hui en détention.

Menue des pancartes sur lesquelles ont pouvait lire ‘ “Libérez nos sages”.

Les femmes et les jeunes de cette localité ont décidé de marcher de leur village jusqu’à la ville pour demander sa libération. Interrogé un des manifestants nous confie ceci “Il ya un jeune chez nous qui ne faisait que faire du mal aux gens. Il a fait quatre fois et c’était la cinquième fois. On a donc décidé qu’il quitte le village. C’est lui qui a porté plainte contre nos sages qu’ils sont venus répondre mais ils ont été arrêtés et mis en prison. Aujourd’hui nous manifestons pour demander leurs libérations.  Et il faut que nos sages soient libérés.” a expliqué cette manifestante.

C’est au niveau du lycée Collège Général Lansana Conté que les manifestants ont été bloqués par les services de sécurité présents sur les lieux mais il a fallu l’intervention  du préfet, le Colonel Alseny Camara qui est descendu de sa voiture pour sensibiliser les manifestants.

Après avoir donc réussi à les calmer, le préfet s’est embarqué avec quelques responsables de cette  manifestation pour chercher une solution pacifique à cette affaire. 

Aux dernières nouvelles, ces 6 notables dont le chef du village de NÖNA ont été libérés grâce à la médiation du préfet de N’Zérékoré Col. Alseny Camara

Bruno LAMAH

Justice : le TPI de Macenta n’a pas de maison d’arrêt !

Mamadou Bhoye Diallo procureur de la république près le tribunal de première instance de Macenta
Mamadou Bhoye Diallo procureur de la république près le tribunal de première instance de Macenta

Le tribunal de première instance de Macenta depuis plusieurs décennies n’a pas de prison civile digne de nom. La seule qui les servait de lieu de détention a été détruite lors d’une manifestation violente des populations de cette localité. Et aujourd’hui cette préfecture n’a pas de lieu de détention. Selon le procureur près le tribunal de première instance de Macenta, les condamnés sont envoyés à la maison centrale de N’Zérékoré ou de Gueckédou. <<Souvent quand il y a condamnation surtout en matière correctionnelle les gens sont transférés soit à N’Zérékoré ou à Gueckédou. Parce que ici on n’a pas de maison d’arrêt. C’est ceux qui sont là en train d’entendre  leurs jugement qu’on peut garder à la police ou à la gendarmerie>> a souligné Mamadou Bhoye Diallo procureur de la république près le tribunal de première instance de Macenta. 

Le maire de la commune urbaine de Macenta, Gnènègo GUILAVOGUI
Le maire de la commune urbaine de Macenta, Gnènègo GUILAVOGUI

Interrogé sur ce fait, le maire de la commune urbaine de Macenta, Gnènègo GUILAVOGUI, a décrit la scène qui a conduit à la destruction de l’ancienne maison d’arrêt avant de tendre  la main au gouvernement de la transition.<<Vous savez à l’époque ce sont les jeunes,la population de Macenta qui c’étaient vraiment décenée pour aller écroulés la maison d’arrêt qui était là mais aujourd’hui il faut qu’on cherche vraiment un domaine pour qu’il ait vraiment une maison civile pour pouvoir incarcéré ces bandits, les gens qui ne veulent pas respecter la loi. Nous tendons les mains vers le CNRD d’augmenter ce qu’il est en train de faire pour la préfecture de Macenta>>.

Après avoir tapé par tous les portes pour avoir gain de cause, le procureur de la république près le tribunal de première instance de Macenta, lance une invite<< on a fait plusieurs démarches pour par rapport à l’obtention d’un local pour en faire la prison. Le préfet, le maire, le directeur préfectoral du patrimoine bâti, j’ai mis tout le monde en contribution parce que on était dans le cadre de la récupération des bâtiments de l’Etat on pourrait quand-même nous donner un bâtiment pour en faire une prison. Vous voyez il y a combien de bâtiments de l’Etat ici mais les gens payent la location. Mais pour préserver la paix et  la sécurité au sein de Macenta  les gens ne s’intéressent pas. Et je crois que on a parlé avec les autorités à tous les niveaux. Je crois que ils vont essayer de voir la situation qui est urgente pour la justice de Macenta>>, a dit le procureur. 

En entendant le ministre de la justice, garde des sceaux et des droits de l’homme est interpellé.

Bruno LAMAH

Fête de fin d’année : 25 cas d’accident dont 9 cas graves et un décès enregistrés par l’hôpital régional de N’Zérékoré.

L’hôpital régional de N’Zérékoré, a enregistré 25 cas d’accident dont 7 graves et un décès pendant les fêtes de fin d’année.  Le médecin-chef des services d’urgence de l’hôpital régional de N’Zérékoré, a déclaré que 7 cas dont deux graves ont été enregistrés pendant les fêtes de Noël et 18 cas dont 7 cas  graves et un décès enregistrés pendant les fêtes de fin d’année. Dr Mamadou Condé a profité l’occasion d’inviter les jeunes conducteurs à la prudence dans la conduite avant d’indiquer  que l’excès de vitesse était  la cause principale de ces cas d’accident. 

Dr Mamadou Condé, médecin-chef des services d'urgence  de l'hôpital régional de N'Zérékoré
Dr Mamadou Condé, médecin-chef des services d’urgence  de l’hôpital régional de N’Zérékoré

Selon le médecin-chef des services d’urgence  de l’hôpital régional de N’Zérékoré, la mise en place des dos-dane ou ralentisseurs sur certains artères de la commune urbaine aurait permis de limiter le nombre de cas d’accident pendant ces fêtes de fin d’année dans la ville contrairement aux années précédentes. <<Les cas d’accident sur la voie publique n’ont pas été très exagérés cette fois-ci contrairement aux années précédentes. Pour cette année avec la construction des dos-dane sur les routes de N’Zérékoré par la population moi personnellement je sais que c’est une infraction mais ça permis de limiter le nombre de cas d’accident sur la voie publique.  A la date du 24 au 25 décembre (fête de Noël) le service des urgences n’a enregistré que 7 cas. Parmis les 7 cas il y a deux qui étaient dans un état grave et les 5 autres cas étaient des blessés légers, les égratignures on a fait juste des soins préalables et puis ils sont rentrés à la maison. Mais par contre du 31 décembre au 03 janvier nous avons enregistré assez d’accidentés au nombre de 18. Parmis les 18, il y a 8 (huit) qui étaient dans les états graves dont un cas de décès. Les 7 autres cas sont dans le coma. Ils sont en train d’être réanimés au niveau des soins intensifs parmis eux il y a  deux avec traumatisme crânien fermé et les quatre autres c’est traumatisme crânien ouvert avec les plaies frontale, pariétale et même des authoragie c’est-à-dire des saignements au niveau de l’oreille. Ce qui faut retenir c’est que l’âge de nos patients varie entre 17 à 50 ans donc majoritairement 80% des cas c’est les jeunes>> a déclaré Dr Condé .

A la question de savoir dans quel état ils ont reçu les victimes, Dr Mamadou Condé répond en ses termes<< on a eu des blessés ou on a senti l’odeur de l’alcool mais cette fois-ci cette année là il y a pas eu de cas. On peut dire que c’était lié à l’excès de vitesse et aussi il y avait eu des cas de collision entre deux motards ou un motard et un véhicule. On n’a pas constaté l’état de d’ébriété sur les patients>> soutient-il.

 Pour terminer, Dr Mamadou Condé, médecin-chef des services d’urgence a lancé une invite auprès des conducteurs.<< C’est de rouler lentement et puis éviter les excès de vitesse mais aussi éviter de prendre les drogues. Parce que si on a pas constaté l’odeur d’alcool mais par contre il y a de ces jeunes qui prennent de  la drogue en conduisant. Parce que quand tu prends la drogue tu n’es plus l’auteur de toi-même, ils vont rouler à toute allure. Donc vigilance et prudence sur la route…>> a-t-il Conseillé.

Bruno LAMAH

Voeux de nouvel an 2023 : Lamine Keita, gouverneur de N’Zérékoré annonce l’ouverture du méga-projet simandou !

M. Lamine Keita, gouverneur de N'Zérékoré
M. Lamine Keita, gouverneur de N’Zérékoré

Dans le cadre de la célébration du nouvel An 2023, le gouverneur de la région administrative de N’Zérékoré, le contrôleur général de police, s’est adressé ce 31 décembre lors du réveillon tenue à sa résidence,  aux  populations et aux cadres des différents services de la région. Lamine Keita a invité les uns et les autres à cultiver la Paix et garantie la sécurité des citoyens. Il a aussi annoncé l’ouverture prochaine du Méga-projet de simandou dans la préfecture de Beyla dans la région forestière qui pourrait créer de l’emploi pour les guinéens.

Ci-dessous l’adresse du gouverneur

Je suis heureux de vous adresser mon message de vœux à l’occasion du  nouvel an. 

D’abord, je me joins à vous en prière pour le repos de l’âme de nos chers disparus et le prompt rétablissement de nos malades. Je pense aussi à toutes celles et ceux dont les conditions de vie difficile nous rappelle le devoir de solidarité qui nous lie.

Mesdames et messieurs

Distingués invités, nos convictions et nos choix peuvent être différents mais pour l’histoire et le destin qui nous unissent nous sommes tenus de préserver la paix, la sécurité, l’unité et la stabilité de notre pays en général et celle de notre région administrative en particulier. Ce sont là les fondements de la Nation guinéenne. Le socle sur lequel repose notre vivre ensemble dans la fraternité et la cohésion sociale. Souvenons-nous surtout que les générations intérieures nous ont laissé un héritage, une Nation qui nous rassemble sous son  aille protectrice. 

Mesdames et  messieurs, les instances solennelles et émouvantes que nous vivons à présent par la grâce du tout puissant Allah marque la fin d’une  année et le début d’une nouvelle. 

L’année qui s’achève aura enregistré dans notre pays et dans notre région de nombreuses avancées significatives sur le plan de la paix et du  développement économique et sociale sous le leadership éclairé de son excellence Monsieur le Président de la transition, chef de l’État, chef suprême des armées le colonel Mamadi Doumbouya. 

L’année 2023 qui s’annonce Ouvre ses portes par la mise en oeuvre de l’un des Méga-projet du Monde dans notre pays et particulièrement dans  la région administrative de N’Zérékoré que je vais nommer le projet simandou qui va à cours su entrainé le développement, la richesse, l’emploi à tous les guinéens.

 A cet effet, nous devons lutter contre la corruption et le détournement de deniers publics qui sont les facteurs de pauvretés et de division des citoyens. 

Mesdames et messieurs, la violence qui secoue le monde doit conséquemment nous rappeler la chance que nous avons de vivre en paix, la responsabilité qui nous incombe de la préserver. 

Nous sommes à la fois des héritiers et les gardiens. Parce que cette paix est un légué qui nous faut d’entretenir et de transmettre aux générations futures. C’est dans cet esprit que je vous adresse mes vœux de paix, de santé, de bien-être et de réussite. Et c’est avec vous je souhaite que la paix et la sécurité continuent de régner sur   notre région afin qu’elle reste toujours paisible et stable. 

Unie en masse vers un destin radié.

Bonne année, que Dieu bénisse la Guinée…

N’Zérékoré :les responsables religieux invités à prêcher les messages de Paix !

A N’Zérékoré, la bibliothèque préfectorale  a servi de cadre ce vendredi à un atelier de formation et de sensibilisation des leaders religieux de la région administrative. Une initiative du secrétariat général aux affaires religieuses qui vise à outiller les leaders religieux sur des messages de Paix  à diffuser dans les  sermons  aux églises et mosquées de la région pendant cette période de transition.

Dr Souleymane Cissé directeur national affaires islamiques au secrétariat général des affaires religieuses.
Dr Souleymane Cissé directeur national affaires islamiques au secrétariat général des affaires religieuses.

La délégation du secrétariat général des  affaires religieuses conduite est par le directeur national aux affaires islamiques. Elle a rencontré les leaders religieux des 6 préfectures de la région administrative de N’Zérékoré. Objectif sensibiliser les responsables religieux à faire passer des messages de Paix dans les lieux Cultes. Dr Souleymane Cissé directeur national affaires islamiques au secrétariat général des affaires religieuses. 

<<En étant le département le mieux représenté dans toute la Guinée, notre secrétaire général des affaires religieuses Elhadj Karamo Diawara a jugé nécessaire de d’envoyer des missions dans toutes les régions de la Guinée pour sensibiliser les leaders religieux et leur  rôle pendant cette période de transition. Comment sensibiliser les populations dans les mosquées et dans les églises pour la réussite de la transition. Parce que aucun développement n’est possible si il n’y a pas l’attente, l’unité, la cohésion sociale. C’est pourquoi nous sommes là à N’Zérékoré aujourd’hui pour véhiculer ce message>>

Elhadj Amadou Soumaoro, secrétaire Prefectoral des affaires religieuses de N'Zérékoré
Elhadj Amadou Soumaoro, secrétaire Prefectoral des affaires religieuses de N’Zérékoré.

Elhadj Amadou Soumaoro, le secrétaire préfectoral des affaires religieuses de N’Zérékoré a  promis de diffuser le message des émissaires aux fidèles. << c’est un sentiment de joie et de satisfaction puisse que le message qui est véhiculé par les envoyés du Secrétaire général des affaires religieuses c’est un message que longtemps que longtemps les églises et les mosquées sont en train de véhiculer. Cette rencontre du donner et recevoir est un compliment de ce que nous donnons dans les lieux de culte. Ils viennent renforcer ce que sommes habitués de donner.  Et nous profitons également l’occasion de dire à cette présente délégation de penser surtout la paroisse notre dame de Gueckédou pour la rénovation de cette grande église qui sera bientôt érigé en diocèse>>.

Emmanuel Tamba Lenoh, représentant du curé de la paroisse de Gueckédou.
Emmanuel Tamba Lenoh, représentant du curé de la paroisse de Gueckédou.

Venu représenter le curé de la paroisse notre dame de Gueckédou, à cette rencontre des religieux,  Emmanuel Tamba Lenoh, se dit réconforté. Il plaide pour la rénovation de l’église catholique de Gueckédou. << c’est un sentiment de joie et de satisfaction puisse que le message qui est véhiculé par les envoyés du Secrétaire général des affaires religieuses c’est un message que longtemps que longtemps les églises et les mosquées sont en train de véhiculer. Cette rencontre du donner et recevoir est un compliment de ce que nous donnons dans les lieux de culte. Ils viennent renforcer ce que sommes habitués de donner.  Et nous profitons également l’occasion de dire à cette présente délégation de penser surtout la paroisse notre dame de Gueckédou pour la rénovation de cette grande église qui sera bientôt érigé en diocèse>>.

Bruno LAMAH

Caravane de paix en Guinée forestière : le gouverneur de Faranah  lance les activités à Kissidougou.

C’est au  stade préfectoral de Kissidougou que la cérémonie de la  campagne de sensibilisation pour une transition Réussie sans violence en région forestière a été officiellement  lancée ce dimanche 30 octobre 2022 par le  chef de cabinet du gouvernorat de Faranah. Cette cérémonie initiée par l’association des pionniers pour le développement de la forêt (APDF) et l’ONG voix  des sans voix(VSV), a regroupé les autorités locales,  certains artistes originaires de la région, des jeunes et des notables ainsi qu’une forte mobilisation des populations de la ville.  En présidant cette cérémonie Fores Camara, a invité les autorités locales à accompagner les artistes  de la région dans leur initiative de préservation de la paix et de quiétude sociale pendant cette phase transitoire. 

Promouvoir la paix,  la quiétude sociale en région forestière  pendant cette phase transitoire est l’objectif qu’ont   assigné les artistes de la forêt pendant cette caravane de sensibilisation. Aubin Théa artiste international et responsable de l’ONG voix des sans voix a exprimé sa satisfaction avant de signifier les motifs de cette initiative. 

« Je tiens à remercier les jeunes, sages, autorités de Kissidougou. Au nom de la voix des sans voix, au nom de l’APDF et mon nom personnel nous tenons à vous remercier pour la mobilisation et aussi nos remerciement vont à l’endroit du chef de l’Etat, président  de la transition, colonel Mamadi Doumbouya qui a jugé nécessaire d’accompagner cette initiative qui a voulu que  les enfants de la région se  parlent entre eux, se pardonnent afin de   recevoir les compagnies minières, les sociétés dans notre région».

Prenant la parole, le Préfet de Kissidougou, Col. Pascal Faïno NIKAVOGUI, a invité les acteurs de paix à soutenir les artistes. « En disant merci à l’ONG voix des sans voix pour nous avoir donné la voix d’unification les populations  forestière. Je m’engage solennellement à vous accompagner dans l’accompagnement de cette magnifique œuvre.   

Pour y aboutir je demande à tous les acteurs de la paix  notamment les neveux,  communicateurs traditionnels, les leaders traditionnels, les leaders d’opinons, les notables, les maitres de la forêt sacrée de s’impliquer positivement pour la consolidation de la paix et la l’unité nationale en guinée forestière», a-t-il promis. 

Présidant cette cérémonie, Fores Camara, chef de cabinet du gouvernorat de Faranah a tout d’abord remercié les artistes et acteurs de paix de l’initiative avant d’inviter les autorités locale à les accompagner. «  Cette importante cérémonie qui nous réunit aujourd’hui est hautement significative car elle est basée  sur le maintien de la Paix et de la cohésion Sociale au sein de nos communautés à la base pour une Transition apaisée Focalisé essentiellement sur la paix et la réconciliation entre les communautés de la Région Forestière.  Ce thème cadre effectivement avec les idéaux du Comité National du Rassemblement pour le Développement (CNRD), avec à sa tête le Colonel Mamadi DOUMBOUYA, Président de la Transition, Chef de l’Etat, Chef Suprême des Armées. Ainsi, je profite de cette opportunité pour inviter les autorités préfectorales, communales, les leaders d’opinion, les leaders religieux, les femmes, les jeunes et l’ensemble de la population laborieuse de Kissidougou, à s’impliquer activement dans cette dynamique, afin de faire de cette Préfecture un havre de paix, où il fait bon vivre ».

A noter que cette caravane va s’effectuer dans les 7 préfectures de la région forestière et prendra fin le 12 novembre 2022 dans la capitale de la région. 

Bruno LAMAH

DPE de N’Zérékoré : ‘’ je promets aux enseignants… que la gestion sera inclusive, personne ne se verra écarter’’

Depuis le 31 décembre 2021, l’ancien chef de section de l’enseignement élémentaire à la direction préfectorale de l’éducation de Nzérékoré,  assurait  l’intérim du DPE Moussagbè Diakité parti en retraite. Yozile Kolamou a été confirmé à son poste  dans la soirée du samedi dernier à travers un décret signé par le président de la transition. Interrogé ce mardi 30 aout 2022, le nouveau promu, promet une gestion inclusive aux enseignants de sa juridiction. 

Yozile Kolamou, jusque-là  intérimaire, a été confirmé à son poste à travers un décret du président de la transition. Suite à cette  confirmation, le nouveau DPE a rendu un hommage à ses feux parents et pour la réussite de sa mission  a demandé l’appui des cadres et enseignants de la DPE. « Je voudrais rendre un grand hommage à mes deux grands parents qui ne sont plus dans cette vie qui n’ont pas eu la chance de voir aujourd’hui ce qu’ils ont voulu voir. Et rendre un hommage à monsieur Amara condé et monsieur Moussagbè Diakité ces DPE m’ont géré le premier pendant 9 ans et le deuxième pendant 4 ans tous ceux-ci ont fait de moi un cadre bien former sur le plan professionnel, administratif et pédagogique, je les dois cette reconnaissance. Le tout approfondi par ce que monsieur Moussagbè Diakité a  posé comme acte  le 31 décembre 2021 à 11 heure 48 min,  a désigné ma personne pour assumer l’intérim afin d’évacuer les affaires courantes de la DPE jusqu’à nouvel ordre. Donc mes premiers sentiments  sont les sentiments de satisfaction  par rapport à cette confirmation au poste de la  DPE de Nzérékoré. Sur ce je remercie le ministre Guillaume Hawing  et le président du CNRD pour la confiance placée à ma modeste personne  et je pense avec l’appui des uns et des autres nous allons  relever  les défis qui enjaillent le système éducatif à  Nzérékoré» a déclaré Yozile Kolamou DPE de Nzérékoré.

Dans le cadre de l’amélioration du système éducatif guinéen, le nouveau DPE de Nzérékoré, promet de se mettre en droite ligne sur le changement amorcé  par son chef hiérarchique. «Le remède que le ministre compte, apporté au système éducatif pour changer la donne je me mets en droite ligne.  Ce remede commence par  la formation continue des enseignants. Nous allons le faire de façon transversale  du sommet à la base   vice versa.  Nous avons commencé par la formation des encadreurs scolaires,  des chargés du CM2 et aujourd’hui nous sommes sur la formation des maitres chargés du CP1. Tout ça, c’est un appui que nous faisons   pour relever le défi du point de vu formation des enseignants  avant la Rentrée des classes.  Deuxièmement, il ne s’agit pas de former mais  il faut faire le suivi. Je veillerai à ce que le suivi soit régulier jusque  dans les salles de classe. Il arrive souvent qu’on n’a pas la maitrise des effectifs. Donc tout part par des transferts. Donc je veillerai que tous les transferts soient officiels pour qu’on sache à la fin des opérations combien d’élèves ont quitté Nzérékoré pour ailleurs  et combien d’élèves sont rentrés.  Une mission de redéploiement a  passée il est question de redéployer les enseignants qui  se sont montrés souvent malades alors qu’ils ne sont pas,   des enseignants qui ont toujours flottés,  ils ne sont ni en classe, ni au service de l’état dans le secteur éducatif. Ce redéploiement nous a permis de découvrir ces enseignants-là,  la note  de  services  est prête pour qu’ils sachent ou ils doivent aller dès l’ouverture des classes » a indiqué M. Kolamou. 

Pour terminer, le Directeur Préfectoral de l’Education de N’Zérékoré promet aux enseignants une gestion inclusive. «  Nous aller gérer la DPE de Nzérékoré pour que les défis que nous avons trouvé cette année soit relevés. Et cela ne peut se faire si tout le monde se retrouve intéressé dans ma gestion. Je promets aux enseignants partout où ils  se retrouvent  que je suis de cœur avec eux. La gestion sera inclusive que personne ne se verra écarter. C’est dans ça nous pourrons résoudre le problème du système éducatif à N’Zérékoré» a-t-il rassuré.

A noter que pour cette année,  la prérentrée scolaire  est fixée pour le 15 septembre sur l’ensemble du territoire national mais pour la préfecture de Nzérékoré le DPE anticipe cette prérentrée scolaire pour permettre dit-il  aux  parents d’élèves qui veulent transférer  le  dossier  de leurs enfants à aller les  retirer  dès le 1er septembre. 

Bruno Lamah 

Justice : qui en veut à l’éminent magistrat Pierre Lamah ?

Le président du Tribunal de Commerce est un magistrat connu pour sa parfaite maîtrise du domaine de la justice, sa franchise, son talent incontestable, son dévouement au travail et surtout sa bonne gestion de la chose publique. Pierre Lamah, puisqu’il s’agit de lui, a un parcours hors pair. C’est un magistrat intègre et incorruptible.

Issu d’une famille noble, venant de Gbouo (un village de N’Zérékoré) et bénéficiant d’une bonne assise économique, Pierre Lamah a bénéficié de la confiance de l’ancien président Alpha Condé qui l’a nommé en 2019, président du Tribunal de Commerce pour la première fois en Guinée.

Après y avoir passé un an, marqué par une gestion crédible, Pierre Lamah est l’architecte de gigantesques réformes engagées sur place. Un mérite récompensé à juste titre par le Professeur Alpha Condé qui n’a pas hésité à le confirmer dans son poste pendant que certains de ses collègues ont été mutés.

Après le coup d’Etat du 5 septembre, le magistrat Pierre Lamah, président de la commission nationale de l’OHADA, en même temps président du Tribunal de commerce de Conakry, a encore gagné la confiance des nouvelles autorités qui l’ont confirmé en décembre 2021 à ce poste, peu après une inspection générale.

Pourquoi cherche-t-on des poux sur un crâne rasé ? L’ancien maitre de stage de l’actuel ministre de la justice, apprend-on, est-il victime de sa rigueur, de son intégrité dans son travail ?

Je me rappelle de cet éminent magistrat qui avait dénoncé les manquements de certains juges dans l’exercice de leurs fonctions lors de la première rencontre avec les nouvelles autorités. Ce jour, Pierre Lamah n’a pas fait dans la langue de bois devant le Colonel Mamadi Doumbouya, président de la transition : « nous magistrats, par endroits, nous avons démissionné. Nous avons failli à notre devoir. Honnêtement, les magistrats ont failli à leur devoir d’impartialité, d’indépendance et d’intégrité. On n’est pas indépendants. Comment voulez-vous qu’on soit indépendants si des magistrats font de la politique ?’ », s’interrogeait-il avant de répondre, « Ce n’est pas possible. C’est vrai, il y a des interférences, il y en a eu toujours et il y en aura toujours. Quand il y a une interférence, le juge ne doit pas être quelqu’un qui a la peur au ventre. Parce qu’il ne doit obéir qu’à la loi ».

Quel courage pour ce jeune magistrat ? Comme on aime à le dire, quand on maitrise parfaitement son sujet, rien ne pourra nous effrayer. Mais depuis ce jour, des clans maléfiques se dressent contre lui.

Oui, Pierre Lamah, pur croyant catholique, baptisé et confirmé, a la parfaite maitrise de son travail. Je n’en ai aucun doute puisqu’il a fait ses preuves en Guinée et partout dans le monde. Connaissant l’homme pour son honnêteté et son intégrité, le président du tribunal de commerce ne peut en aucun cas détourner un centime du contribuable.

Pour la course au Conseil Supérieur de la Magistrature (CSM), l’enfant prodige de Gbouo, toujours victime de son honnêteté, sa sincérité et sa rigueur dans le travail, a été malheureusement « trahi » par certains de ses pairs dans l’élection des membres de cette instance. Une situation floue qui avait indigné plus d’un.

Au moment des faits, l’ex ministre de la justice, maitre Moriba Alain Koné, avait également condamné. « Conseil Supérieur de la Magistrature : que s’est-il réellement passé pour écarter le juge Pierre Lamah au profit de Ibrahima Sory 1 Tounkara ? », avait titré le site mosaiqueguinee.

Dans les lignes de cet article, l’éminent magistrat était pourtant « dans la course pour cette élection, 13 postes étaient à pourvoir. Si pour les 12 autres postes, la convoitise était plus ou moins rude, la candidature pour le poste réservé au Président du Tribunal de première instance Dixinn, désigné par ses pairs, s’annonçait davantage gagner par Monsieur Pierre LAMAH, Président du Tribunal de Commerce de Conakry… »

Mais contre toute attente, le mercredi 9 mars 2022, jour de l’élection, des membres du CSM, l’ex Chef de Cabinet du Ministère de la Justice et des droits de l’Homme avait arrêté une liste sur laquelle monsieur Pierre LAMAH s’était retrouvé curieusement en compétition avec ses homologues Ibrahima Sory 1 TOUNKARA et N’Faly SYLLA alors que ces derniers avaient candidaté pour être élus parmi les Magistrats à élire en assemblée générale des Cours d’Appel.

Face à cette confusion, monsieur Pierre LAMAH aurait saisi, le même jour, le Collège électoral (composé du Ministre de la Justice et des droits de l’Homme, du Premier Président de la Cour suprême et du Procureur Général près de ladite cour) et ce avant le vote, à l’effet d’examiner les actes de candidature des trois personnes concernées et au besoin de rectifier l’erreur se trouvant dans la liste des candidats.

Le même jour, le Ministre de la Justice, s’étant ravisé de l’erreur commise, a aussitôt rectifié le tir en déclarant irrecevable la candidature des sieurs Ibrahima Sory 1 TOUNKARA et N’Faly SYLLA avant de constater que seul Monsieur Pierre Lamah avait candidaté dans sa catégorie.

Mais entre-temps, les présidents des tribunaux de première instance avaient procédé à l’élection qui a mis aux prises ces trois Magistrats, et Monsieur Ibrahima Sory 1 Tounkara a été déclaré vainqueur.

Pierre Lamah est-il devenu gênant ou un obstacle pour le ministre Charles Wright ?

Après plusieurs tentatives de déstabilisation, ce jeune magistrat visiblement indéboulonnable, a toujours tenu tête face à ses adversaires privés d’arguments. Mais toujours à la recherche d’une stratégie machiavélique.

Comment se débarrasser de cette patate chaude ? Salir sa carrière à travers un « faux dossier » de « détournement de deniers publics » ?

Après une « fausse » inspection générale formelle dans son service, le président de la transition, le Colonel Mamadi Doumbouya, pourrait prendre un décret pour le destituer à son poste. Ce plan machiavélique viendrait confirmer que « Tous les chemins sont bons pour arriver au pouvoir ».

Selon nos informations, un haut cadre du ministère de la Justice passerait par tous les moyens pour prendre les rênes de cette juridiction. Ce, en complicité avec son homme de confiance. Donc, pour mettre leur plan à exécution, ils ont engagé des poursuites judiciaires contre monsieur Pierre Lamah et Cie pour les faits de « détournement, corruption et complicité sur la gestion financière du tribunal de Commerce de Conakry pour un montant de deux cent dix-sept millions quatre cent soixante-deux mille quatre cent quatre-vingt-dix-neuf francs guinéens (217 462 499 GNF).

Un règlement de comptes ? Une mauvaise interprétation des chiffres de la part de ceux qui étaient censés produire un bon rapport d’audit ? Je serais très surpris que ça ne soit pas un règlement de comptes car ce n’est pas en tout cas pour un déficit de 200 millions que vous allez sortir les griffes contre ce tribunal.

Par contre, nous connaissons des gens qui ont volé et détourné des milliards GNF et d’autres des millions en dollars mais qui dorment tranquillement sans être inquiétés. Accuser quelqu’un de détournement pendant qu’il reconnaît que chaque année, il y a une augmentation des ressources internes n’est-il pas une contradiction de votre part ?

De toutes façons, ce n’est pas à cause de 200 millions que vous allez chercher à salir un des éminents magistrats de ce pays. Avec tout ce qui a été volé dans ce pays-là, allez chercher les gros poissons en nous épargnant de ces miettes.

Foromo Archimède Lamah, journaliste, Web-activiste

Massacre de Zogoto(N’Zérékoré ): le collectif des avocats des victimes  dénonce ”  Jusqu’à nos jours…, l’Etat guinéen n’a fourni aucun effort pour faire la lumière sur ce massacre”

COMMUNIQUE DE PRESSE A L’OCCASSION DE L’AN 10 DU  MASSACRE DE ZOGHOTA

Dans la nuit du 03 au 4 août 2012, aux environs de 1 heure du matin, les habitants de Zoghota ont été brutalement attaqués dans leur sommeil par des éléments des FDS vénus dans les environs du village à bord d’une dizaine de véhicules appartenant à l’armée, à la police et à la gendarmerie. Cette attaque nocturne, d’une ampleur jamais égalée dans la contrée, a duré près 

de quatre heures et s’est soldée par la mort de cinq (05) citoyens abattus sur le champ et un 

sixième citoyen décédé de ses blessures au petit matin à l’hôpital régional de N’zérékoré. Ceux 

qui étaient sortis de leur maison suite aux coups de fusils, ont également essuyé des tirs à bout 

portant et reçu des gaz lacrymogènes. Les plus chanceux ont été arrêtés et torturés avant d’être amenés manu militari à N’Zérékoré où ils seront arbitrairement détenus pendant plusieurs jours. 

En plus de ces assassinats, les membres des FDS ont blessé de paisibles citoyens, incendié la 

case de Monsieur Bèlèwolo KOLIE avant de dégoupiller une grenade à l’intérieur de la maison de Monsieur Moriba KPOGHOMOU. 

Les victimes, avec l’aide de l’ONG « Les Mêmes Droits pour Tous » (MDT), ont déposé une 

plainte avec constitution de partie civile le 23 août 2012 devant le Doyen des Juges d’instruction 

du Tribunal de première instance de N’Zérékoré. Cette plainte est encore sans suite judiciaire à 

la date d’aujourd’hui. 

En effet, par ordonnance de transmission des pièces au procureur général près la Cour d’appel de Kankan datée du 10 décembre 2014, le Doyen des Juges d’instruction du Tribunal de première instance de Nzérékoré estimait qu’il résultait charges suffisantes contre six (6) hauts responsables des FDS et un administrateur territorial d’avoir à Zoghota dans la nuit du 03 au 04 

août 2012 : – donné volontairement la mort avec préméditation et guet-apens à cinq citoyens du 

village de Zoghota- donné des coups et fait des blessures – volontairement mis le feu aux 

habitations. 

Cependant, aucune suite n’a été donnée à l’ordonnance du juge et aucun procès n’a été organisé.

Jusqu’à nos jours d’ailleurs, l’Etat guinéen n’a fourni aucun effort pour faire la lumière sur ce massacre.

C’est ainsi, par requête en date du 13 Octobre 2018, enregistrée le 19 Octobre 2018 au greffe de 

la Cour sous le N°EWC/CCJ/APP/50/18, les victimes ont saisi la Cour de justice d’une action en responsabilité contre la République de Guinée pour violation des droits de l’homme, en l’espèce :

 le droit à la vie ;

 le droit de ne pas être soumis à la torture ou autres traitements inhumains cruels, 

inhumains ou dégradants ;

 le droit de pas subir une arrestation et de détention arbitraire

 le droit à un recours effectif…

A l’issue d’une procédure contradictoire, la Cour a rendu définitivement son l’arrêt 

N°EWC/CCJ/JUD/25/20 le10 Novembre 2020, par lequel elle a reconnu la République de 

Guinée coupable de violation des droits de l’homme suscités ; et, au titre de la réparation du 

préjudice subi, elle a alloué aux victimes « Trois milliards Six Cent Millions (3 600 000 000 de 

francs guinéens soit (Deux cent vingt-cinq millions de francs CFA (225 000 000) à titre de 

dommages et intérêts ».

À ce jour, la République de Guinée n’a exécuté aucune disposition de l’arrêt de la Cour de justice 

et n’a fourni aucun effort pour faire juger les auteurs de cette atrocité.

Justice pour les victimes du massacre de Zoghota !