Author: Bruno Lamah

DPE de N’Zérékoré : ‘’ je promets aux enseignants… que la gestion sera inclusive, personne ne se verra écarter’’

Depuis le 31 décembre 2021, l’ancien chef de section de l’enseignement élémentaire à la direction préfectorale de l’éducation de Nzérékoré,  assurait  l’intérim du DPE Moussagbè Diakité parti en retraite. Yozile Kolamou a été confirmé à son poste  dans la soirée du samedi dernier à travers un décret signé par le président de la transition. Interrogé ce mardi 30 aout 2022, le nouveau promu, promet une gestion inclusive aux enseignants de sa juridiction. 

Yozile Kolamou, jusque-là  intérimaire, a été confirmé à son poste à travers un décret du président de la transition. Suite à cette  confirmation, le nouveau DPE a rendu un hommage à ses feux parents et pour la réussite de sa mission  a demandé l’appui des cadres et enseignants de la DPE. « Je voudrais rendre un grand hommage à mes deux grands parents qui ne sont plus dans cette vie qui n’ont pas eu la chance de voir aujourd’hui ce qu’ils ont voulu voir. Et rendre un hommage à monsieur Amara condé et monsieur Moussagbè Diakité ces DPE m’ont géré le premier pendant 9 ans et le deuxième pendant 4 ans tous ceux-ci ont fait de moi un cadre bien former sur le plan professionnel, administratif et pédagogique, je les dois cette reconnaissance. Le tout approfondi par ce que monsieur Moussagbè Diakité a  posé comme acte  le 31 décembre 2021 à 11 heure 48 min,  a désigné ma personne pour assumer l’intérim afin d’évacuer les affaires courantes de la DPE jusqu’à nouvel ordre. Donc mes premiers sentiments  sont les sentiments de satisfaction  par rapport à cette confirmation au poste de la  DPE de Nzérékoré. Sur ce je remercie le ministre Guillaume Hawing  et le président du CNRD pour la confiance placée à ma modeste personne  et je pense avec l’appui des uns et des autres nous allons  relever  les défis qui enjaillent le système éducatif à  Nzérékoré» a déclaré Yozile Kolamou DPE de Nzérékoré.

Dans le cadre de l’amélioration du système éducatif guinéen, le nouveau DPE de Nzérékoré, promet de se mettre en droite ligne sur le changement amorcé  par son chef hiérarchique. «Le remède que le ministre compte, apporté au système éducatif pour changer la donne je me mets en droite ligne.  Ce remede commence par  la formation continue des enseignants. Nous allons le faire de façon transversale  du sommet à la base   vice versa.  Nous avons commencé par la formation des encadreurs scolaires,  des chargés du CM2 et aujourd’hui nous sommes sur la formation des maitres chargés du CP1. Tout ça, c’est un appui que nous faisons   pour relever le défi du point de vu formation des enseignants  avant la Rentrée des classes.  Deuxièmement, il ne s’agit pas de former mais  il faut faire le suivi. Je veillerai à ce que le suivi soit régulier jusque  dans les salles de classe. Il arrive souvent qu’on n’a pas la maitrise des effectifs. Donc tout part par des transferts. Donc je veillerai que tous les transferts soient officiels pour qu’on sache à la fin des opérations combien d’élèves ont quitté Nzérékoré pour ailleurs  et combien d’élèves sont rentrés.  Une mission de redéploiement a  passée il est question de redéployer les enseignants qui  se sont montrés souvent malades alors qu’ils ne sont pas,   des enseignants qui ont toujours flottés,  ils ne sont ni en classe, ni au service de l’état dans le secteur éducatif. Ce redéploiement nous a permis de découvrir ces enseignants-là,  la note  de  services  est prête pour qu’ils sachent ou ils doivent aller dès l’ouverture des classes » a indiqué M. Kolamou. 

Pour terminer, le Directeur Préfectoral de l’Education de N’Zérékoré promet aux enseignants une gestion inclusive. «  Nous aller gérer la DPE de Nzérékoré pour que les défis que nous avons trouvé cette année soit relevés. Et cela ne peut se faire si tout le monde se retrouve intéressé dans ma gestion. Je promets aux enseignants partout où ils  se retrouvent  que je suis de cœur avec eux. La gestion sera inclusive que personne ne se verra écarter. C’est dans ça nous pourrons résoudre le problème du système éducatif à N’Zérékoré» a-t-il rassuré.

A noter que pour cette année,  la prérentrée scolaire  est fixée pour le 15 septembre sur l’ensemble du territoire national mais pour la préfecture de Nzérékoré le DPE anticipe cette prérentrée scolaire pour permettre dit-il  aux  parents d’élèves qui veulent transférer  le  dossier  de leurs enfants à aller les  retirer  dès le 1er septembre. 

Bruno Lamah 

Justice : qui en veut à l’éminent magistrat Pierre Lamah ?

Le président du Tribunal de Commerce est un magistrat connu pour sa parfaite maîtrise du domaine de la justice, sa franchise, son talent incontestable, son dévouement au travail et surtout sa bonne gestion de la chose publique. Pierre Lamah, puisqu’il s’agit de lui, a un parcours hors pair. C’est un magistrat intègre et incorruptible.

Issu d’une famille noble, venant de Gbouo (un village de N’Zérékoré) et bénéficiant d’une bonne assise économique, Pierre Lamah a bénéficié de la confiance de l’ancien président Alpha Condé qui l’a nommé en 2019, président du Tribunal de Commerce pour la première fois en Guinée.

Après y avoir passé un an, marqué par une gestion crédible, Pierre Lamah est l’architecte de gigantesques réformes engagées sur place. Un mérite récompensé à juste titre par le Professeur Alpha Condé qui n’a pas hésité à le confirmer dans son poste pendant que certains de ses collègues ont été mutés.

Après le coup d’Etat du 5 septembre, le magistrat Pierre Lamah, président de la commission nationale de l’OHADA, en même temps président du Tribunal de commerce de Conakry, a encore gagné la confiance des nouvelles autorités qui l’ont confirmé en décembre 2021 à ce poste, peu après une inspection générale.

Pourquoi cherche-t-on des poux sur un crâne rasé ? L’ancien maitre de stage de l’actuel ministre de la justice, apprend-on, est-il victime de sa rigueur, de son intégrité dans son travail ?

Je me rappelle de cet éminent magistrat qui avait dénoncé les manquements de certains juges dans l’exercice de leurs fonctions lors de la première rencontre avec les nouvelles autorités. Ce jour, Pierre Lamah n’a pas fait dans la langue de bois devant le Colonel Mamadi Doumbouya, président de la transition : « nous magistrats, par endroits, nous avons démissionné. Nous avons failli à notre devoir. Honnêtement, les magistrats ont failli à leur devoir d’impartialité, d’indépendance et d’intégrité. On n’est pas indépendants. Comment voulez-vous qu’on soit indépendants si des magistrats font de la politique ?’ », s’interrogeait-il avant de répondre, « Ce n’est pas possible. C’est vrai, il y a des interférences, il y en a eu toujours et il y en aura toujours. Quand il y a une interférence, le juge ne doit pas être quelqu’un qui a la peur au ventre. Parce qu’il ne doit obéir qu’à la loi ».

Quel courage pour ce jeune magistrat ? Comme on aime à le dire, quand on maitrise parfaitement son sujet, rien ne pourra nous effrayer. Mais depuis ce jour, des clans maléfiques se dressent contre lui.

Oui, Pierre Lamah, pur croyant catholique, baptisé et confirmé, a la parfaite maitrise de son travail. Je n’en ai aucun doute puisqu’il a fait ses preuves en Guinée et partout dans le monde. Connaissant l’homme pour son honnêteté et son intégrité, le président du tribunal de commerce ne peut en aucun cas détourner un centime du contribuable.

Pour la course au Conseil Supérieur de la Magistrature (CSM), l’enfant prodige de Gbouo, toujours victime de son honnêteté, sa sincérité et sa rigueur dans le travail, a été malheureusement « trahi » par certains de ses pairs dans l’élection des membres de cette instance. Une situation floue qui avait indigné plus d’un.

Au moment des faits, l’ex ministre de la justice, maitre Moriba Alain Koné, avait également condamné. « Conseil Supérieur de la Magistrature : que s’est-il réellement passé pour écarter le juge Pierre Lamah au profit de Ibrahima Sory 1 Tounkara ? », avait titré le site mosaiqueguinee.

Dans les lignes de cet article, l’éminent magistrat était pourtant « dans la course pour cette élection, 13 postes étaient à pourvoir. Si pour les 12 autres postes, la convoitise était plus ou moins rude, la candidature pour le poste réservé au Président du Tribunal de première instance Dixinn, désigné par ses pairs, s’annonçait davantage gagner par Monsieur Pierre LAMAH, Président du Tribunal de Commerce de Conakry… »

Mais contre toute attente, le mercredi 9 mars 2022, jour de l’élection, des membres du CSM, l’ex Chef de Cabinet du Ministère de la Justice et des droits de l’Homme avait arrêté une liste sur laquelle monsieur Pierre LAMAH s’était retrouvé curieusement en compétition avec ses homologues Ibrahima Sory 1 TOUNKARA et N’Faly SYLLA alors que ces derniers avaient candidaté pour être élus parmi les Magistrats à élire en assemblée générale des Cours d’Appel.

Face à cette confusion, monsieur Pierre LAMAH aurait saisi, le même jour, le Collège électoral (composé du Ministre de la Justice et des droits de l’Homme, du Premier Président de la Cour suprême et du Procureur Général près de ladite cour) et ce avant le vote, à l’effet d’examiner les actes de candidature des trois personnes concernées et au besoin de rectifier l’erreur se trouvant dans la liste des candidats.

Le même jour, le Ministre de la Justice, s’étant ravisé de l’erreur commise, a aussitôt rectifié le tir en déclarant irrecevable la candidature des sieurs Ibrahima Sory 1 TOUNKARA et N’Faly SYLLA avant de constater que seul Monsieur Pierre Lamah avait candidaté dans sa catégorie.

Mais entre-temps, les présidents des tribunaux de première instance avaient procédé à l’élection qui a mis aux prises ces trois Magistrats, et Monsieur Ibrahima Sory 1 Tounkara a été déclaré vainqueur.

Pierre Lamah est-il devenu gênant ou un obstacle pour le ministre Charles Wright ?

Après plusieurs tentatives de déstabilisation, ce jeune magistrat visiblement indéboulonnable, a toujours tenu tête face à ses adversaires privés d’arguments. Mais toujours à la recherche d’une stratégie machiavélique.

Comment se débarrasser de cette patate chaude ? Salir sa carrière à travers un « faux dossier » de « détournement de deniers publics » ?

Après une « fausse » inspection générale formelle dans son service, le président de la transition, le Colonel Mamadi Doumbouya, pourrait prendre un décret pour le destituer à son poste. Ce plan machiavélique viendrait confirmer que « Tous les chemins sont bons pour arriver au pouvoir ».

Selon nos informations, un haut cadre du ministère de la Justice passerait par tous les moyens pour prendre les rênes de cette juridiction. Ce, en complicité avec son homme de confiance. Donc, pour mettre leur plan à exécution, ils ont engagé des poursuites judiciaires contre monsieur Pierre Lamah et Cie pour les faits de « détournement, corruption et complicité sur la gestion financière du tribunal de Commerce de Conakry pour un montant de deux cent dix-sept millions quatre cent soixante-deux mille quatre cent quatre-vingt-dix-neuf francs guinéens (217 462 499 GNF).

Un règlement de comptes ? Une mauvaise interprétation des chiffres de la part de ceux qui étaient censés produire un bon rapport d’audit ? Je serais très surpris que ça ne soit pas un règlement de comptes car ce n’est pas en tout cas pour un déficit de 200 millions que vous allez sortir les griffes contre ce tribunal.

Par contre, nous connaissons des gens qui ont volé et détourné des milliards GNF et d’autres des millions en dollars mais qui dorment tranquillement sans être inquiétés. Accuser quelqu’un de détournement pendant qu’il reconnaît que chaque année, il y a une augmentation des ressources internes n’est-il pas une contradiction de votre part ?

De toutes façons, ce n’est pas à cause de 200 millions que vous allez chercher à salir un des éminents magistrats de ce pays. Avec tout ce qui a été volé dans ce pays-là, allez chercher les gros poissons en nous épargnant de ces miettes.

Foromo Archimède Lamah, journaliste, Web-activiste

Massacre de Zogoto(N’Zérékoré ): le collectif des avocats des victimes  dénonce ”  Jusqu’à nos jours…, l’Etat guinéen n’a fourni aucun effort pour faire la lumière sur ce massacre”

COMMUNIQUE DE PRESSE A L’OCCASSION DE L’AN 10 DU  MASSACRE DE ZOGHOTA

Dans la nuit du 03 au 4 août 2012, aux environs de 1 heure du matin, les habitants de Zoghota ont été brutalement attaqués dans leur sommeil par des éléments des FDS vénus dans les environs du village à bord d’une dizaine de véhicules appartenant à l’armée, à la police et à la gendarmerie. Cette attaque nocturne, d’une ampleur jamais égalée dans la contrée, a duré près 

de quatre heures et s’est soldée par la mort de cinq (05) citoyens abattus sur le champ et un 

sixième citoyen décédé de ses blessures au petit matin à l’hôpital régional de N’zérékoré. Ceux 

qui étaient sortis de leur maison suite aux coups de fusils, ont également essuyé des tirs à bout 

portant et reçu des gaz lacrymogènes. Les plus chanceux ont été arrêtés et torturés avant d’être amenés manu militari à N’Zérékoré où ils seront arbitrairement détenus pendant plusieurs jours. 

En plus de ces assassinats, les membres des FDS ont blessé de paisibles citoyens, incendié la 

case de Monsieur Bèlèwolo KOLIE avant de dégoupiller une grenade à l’intérieur de la maison de Monsieur Moriba KPOGHOMOU. 

Les victimes, avec l’aide de l’ONG « Les Mêmes Droits pour Tous » (MDT), ont déposé une 

plainte avec constitution de partie civile le 23 août 2012 devant le Doyen des Juges d’instruction 

du Tribunal de première instance de N’Zérékoré. Cette plainte est encore sans suite judiciaire à 

la date d’aujourd’hui. 

En effet, par ordonnance de transmission des pièces au procureur général près la Cour d’appel de Kankan datée du 10 décembre 2014, le Doyen des Juges d’instruction du Tribunal de première instance de Nzérékoré estimait qu’il résultait charges suffisantes contre six (6) hauts responsables des FDS et un administrateur territorial d’avoir à Zoghota dans la nuit du 03 au 04 

août 2012 : – donné volontairement la mort avec préméditation et guet-apens à cinq citoyens du 

village de Zoghota- donné des coups et fait des blessures – volontairement mis le feu aux 

habitations. 

Cependant, aucune suite n’a été donnée à l’ordonnance du juge et aucun procès n’a été organisé.

Jusqu’à nos jours d’ailleurs, l’Etat guinéen n’a fourni aucun effort pour faire la lumière sur ce massacre.

C’est ainsi, par requête en date du 13 Octobre 2018, enregistrée le 19 Octobre 2018 au greffe de 

la Cour sous le N°EWC/CCJ/APP/50/18, les victimes ont saisi la Cour de justice d’une action en responsabilité contre la République de Guinée pour violation des droits de l’homme, en l’espèce :

 le droit à la vie ;

 le droit de ne pas être soumis à la torture ou autres traitements inhumains cruels, 

inhumains ou dégradants ;

 le droit de pas subir une arrestation et de détention arbitraire

 le droit à un recours effectif…

A l’issue d’une procédure contradictoire, la Cour a rendu définitivement son l’arrêt 

N°EWC/CCJ/JUD/25/20 le10 Novembre 2020, par lequel elle a reconnu la République de 

Guinée coupable de violation des droits de l’homme suscités ; et, au titre de la réparation du 

préjudice subi, elle a alloué aux victimes « Trois milliards Six Cent Millions (3 600 000 000 de 

francs guinéens soit (Deux cent vingt-cinq millions de francs CFA (225 000 000) à titre de 

dommages et intérêts ».

À ce jour, la République de Guinée n’a exécuté aucune disposition de l’arrêt de la Cour de justice 

et n’a fourni aucun effort pour faire juger les auteurs de cette atrocité.

Justice pour les victimes du massacre de Zoghota !

Face à la menace des forces vives : le FNDT/N’Zérékoré, interpelle le président de la transition sur la nécessité de la Paix!

DECLARATION DU FRONT NATIONAL POUR LA DÉFENSE DE LA TRANSITION ANTENNE: FNDT/N’ZÉRÉKORÉ

La République de Guinée à l’instar des autres nations en voie de la construction d’une démocratie stable et apaisée, est à la croisée des Chemins depuis le 5 Septembre 2021.

Considérant la nécessité de la création d’un climat social apaisé, le Front National pour la Défense de la Transition (FNDT), a lancé ses activités le 14 mai 2022, pour

Défendre sans complaisance aucune les acquis de la transition militaire afin de donner sa chance aux reformes engagées d’aboutir sans entrave.

C’est pourquoi, nous citoyens résidents en Guinée forestière avons décidé d’adhérer au Front National pour la Défense de la Transition au regard de la noblesse de ses objectits.

Conscient, qu’aucune démocratie ne peut se construire dans la Violence et le désordre source de chaos, nous demandons à l’ensemble des acteurs politiques, sociaux et les syndicats à rejoindre sans conditions le cadre de dialogue initié par Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement.

Nous encourageons le CNRD et Monsieur le Premier ministre de peser de tous leurs poids auprès des acteurs politiques à venir autours de la table du dialogue, nous sollicitons également l’implication personnelle de monsieur le Président de la transition pour que cette transition soit une reussite et la dernière.

Nous demandons aussi aux acteurs sociopolitiques, de saisir la main tendue du Gouvernement pour retourner à la table de dialogue pour que tous les points de discordes soient discutés entre nous Guineens.

Connaissant les conséquences des conflits politiques en tant que région frontalière, nous membres du FRONT NATIONAL POUR LA DÉFENSE DE LA TRANSITION de N Zérékoré disons:

-Non à la violence, aux manitestations de rues en Guinée et particulièrement dans notre cité Zalikwèlè;

Non à une transition bâclée;

Non au communautarisme et à la division, 

Non à l’ethnocentrisme.

Devant ces menaces, nous allons nous déployer dans tous les quartiers et toutes les préfectures de la région pour sensibiliser les concitoyens sur la nécessité de la

preservation de la paix, de la cohésion et de la quiétude sociale sans lesquelles aucune démocratie ne peut se construire dans la durée ;demander à tous les citoyens

de defendre la transition pour qu’elle se déroule dans la paix et permettre que ces reformes engagées puissent être achevées pour le bien-être du peuple de Guinée.

-Gloire au peuple

Victoire au peuple

Honneur au peuple

-Vive la république

-Vive la Guinée

Que Dieu benisse la Guinée et les Guinéens.

Le FNDT: Mon devoir, Ma Patrie.

N’Zérékoré, le 26 Juin 2022

Je vous remercie!

N’Zérékoré : 20 acteurs  de communication  outillés par l’Unicef sur les techniques de riposte contre la pandémie à covid19 dans la région.

Dans le cadre de l’exécution du projet intitulé: Promotion de la demande et de l’engagement  communautaire contre la Covid19 et les autres maladies à potentiel épidémique dans la région de N’Zérékoré, financé par Unicef Guinée à travers le Gouvernorat de N’Zérékoré,  l’Inspection Régionale de la Jeunesse a organisé ce Samedi, 14 Mai 2022, en collaboration avec son homologue de la Santé une session régionale de Briefing des acteurs préfectoraux en charge de la communication sur la gestion des feedbacks communautaires. Cette formation tenue dans la salle de conférence du gouvernorat, a regroupé les responsables  de la  communication au niveau des directions préfectorales de santé, les responsables des radios rurales et aussi des responsables de jeunesse (DPJ) de la région, rapporte le correspondant de guineeplus.net dans la préfecture.

Susciter l’engagement des communautés vis-à-vis des vaccins contre la covid-19 à travers le renforcement du mécanisme d’analyse et de gestion des feedbacks communautaires est l’objectif de cette session de formation.

«  La session d’aujourd’hui a été consacrée au renforcement des capacités des acteurs de communications en ce qui concerne les modalités d’approches face aux aléas et autres situations d’urgence que nous rencontrons dans notre région. L’idée générale c’est de pouvoir renforcer les capacités et surtout les mettre ensemble pour conjuguer  les efforts pour les permettre  de pouvoir travailler de commun accord. Aujourd’hui nous  avons une séance de travail qui a regroupé les responsables  de la  communication au niveau des directions préfectorales de santé, les responsables des radios rurales et aussi des responsables de la jeunesse ou DPJ. Donc ces responsables, ont à la commande la nécessité de pouvoir communiquer, informer,  adresser  la meilleure information possible à nos  communautés dans le cadre spécifique de la riposte contre la pandémie à covid19. Mais nous voulons que ces acteurs soient suffisamment outillés, soient formés  et ayez  les compétences qu’il faut pour pouvoir les permettre d’adresser les questions d’information mais surtout gérer les réticences et  autre  forme   de rumeurs   qui peuvent les rencontrer» a dit le  Chef bureau Sud l’Unicef N’Zérékoré,  Dr Claude NGABU.

Prenant la parole, le directeur de cabinet par intérim du gouvernorat de N’Zérékoré, a dans son discours,  remercié l’Unicef pour son appui à la communauté et aussi invité les acteurs de communication à s’impliquer davantage dans la sensibilisation.  << Mesdames et messieurs, comme vous le savez depuis mars 2020. Le monde entier est attaqué par cette maladie. Mais grâce aux scientifiques, la Guinée a pu souscrire à ces différents vaccins pour qu’on puisse nous traiter. Mais malheureusement en Guinée,  si on fait le cumul, il y a peut-être près de 6 millions de personnes qui sont vaccinées. Alors que nous avoisinons les 12 millions d’habitants. Ça veut qu’il y a encore des réticents. Et comment corriger ça ? C’est pourquoi la jeunesse a pensé à faire appel des différentes radios, communicateurs au niveau des DPS pour vous venir en charge pour faire des différentes communications dans toutes les préfectures, de porte en porte.  Le vaccin ce n’est pas seulement contre le covid19 mais ça soigne d’autres maladies telles que la fièvre Lassa même la fièvre typhoïde. Moi qui vous parle j’ai déjà pris mes deux doses, mais d’autres ont pris la première dose et refusent de prendre la deuxième. Par peur, ça c’est de l’ignorance.  Je veux aussi remercier l’Unicef qui ne cesse d’appuyer nos communautés surtout les enfants. Donc c’est sur cette note d’espoir  que  je vous invite au nom du gouverneur en mission à Conakry que je déclare ouvert votre atelier de formation et de renforcement des capacités des  acteurs de communication>>,  a dit M. Siba Koné.

Du côté des participants, Sény Alida Haba, directrice par intérim de la radio rurale de N’Zérékoré dira que, « notre rôle essentiel  c’est de véhiculer au niveau des populations rurales l’information surtout la sensibilisation sur le thème d’aujourd’hui qui porte sur comment vaincre  le covid19 dans notre région. Donc pour nous,  notre rôle c’est d’aider l’Unicef et la direction régionale de la jeunesse à sensibiliser cette population sur les mesures barrières  contre cette pandémie de covid19 à travers les émissions interactives en langue locale».

Bruno LAMAH pour Guineeplus.net

CNT: L’ABSTENTION, UN MESSAGE LUI AUSSI DÉMOCRATIQUE.

POURQUOI JE ME SUIS ABSTENU ?

Il vous souviendra que la classe politique Guinéenne a eu quinze (15 ) sièges sur quatre-vingt-un (81 ) , en dépit de toutes les tractations, bien évidemment. Sur ces 15 représentants des groupes politiques retenus : trois (3) représentants sont sortis de la salle de la plénière avant les opérations de vote ( RPG, UFDG, UFR ), onze (11) ont voté pour le «Oui». J’ai été le seul au-delà même des formations politiques a opté pour l’abstention.

Le mandant que nous avons – individuellement – n’est pas impératif. Si nous devons cette position au nom de nos formations politiques, nous avons – pour le plus important d’ailleurs – l’obligation de conscience devant le peuple de Guinée et l’histoire que nous écrivons ici et maintenant dans la grande histoire de notre pays. Chaque membre de cette institution est ainsi responsable des choix qu’il opère, indépendamment des structures qu’il représente. Cela est-il possible ? C’est en tout cas l’idéal.

De ce fait, j’ai choisi de m’abstenir – non pas contre encore moins pour. Mais j’estime qu’il y’a la nécessité de voir les choses sur un autre angle, celui d’attendre de voir plus clair. Aussi j’estime, en toute conscience que le débat sur le délai de la transition – même s’il importe pour beaucoup – n’est ni encore “définitif” ni pour le moins absolu… Ce débat sera résolu dans les actions à mener, et tout le monde saura faire ses appréciations.

Ce qui importe le plus aujourd’hui, ce délai connu, accepté ou non, c’est de le rendre plus utile aux chantiers déjà annoncés, et permette derrière un retour à l’ordre constitutionnel dans la sérénité. C’est cela qui doit être “désormais” notre préoccupation. Comment faire en sorte que « cette transition de la dernière chance » puisse se solder de la meilleure manière ?

Hon. Conseiller Aboubacar Koly Kourouma
Membre du CNT
Parti GRUP

N’Zérékoré : le gouverneur Mohamed Lamine Keita, dans le viseur de la Presse.

Déclaration du bureau régional SPPG-GF

Nous, membres du bureau régional Guinée forestière du syndicat des professionnels de la presse de Guinée, avons été surpris de l’acte du gouverneur de N’zérékoré à l’encontre des journalistes des medias privés qu’il a empêchés de couvrir la réunion préparatoire de la campagne de récupération des domaines de l’Etat tenue le lundi 25 avril 2022, dans la salle de conférence du gouvernorat où il a pourtant admis les journalistes de la radio rurale.
Profondément attachés au droit non négociable à l’information publique, le bureau régional du SPPG condamne avec la dernière énergie, l’attitude liberticide du gouverneur le général à la retraite Mohamed Lamine Keita qui a malheureusement choisi le prélude à la journée internationale de la liberté de la presse pour poser un acte aussi discriminatoire contre les médias privés.
Pour exprimer notre désapprobation vis-à-vis de cette attitude anti démocratique, nous suspendons la couverture médiatique de toutes activités initiées par le gouverneur de N’zérékoré jusqu’à nouvel ordre.
À cet effet, le bureau régional SPPG invite tous les responsables des Medias privés, les correspondants des sites d’information et radios, les journalistes-reporters de la région administrative de N’Zérékoré au respect strict de cette décision. Si rien n’est fait pour corriger cette faute, nous nous réservons le droit de recommander au bureau exécutif national basé à Conakry, d’inviter toutes les antennes régionales du pays à des actions de protestation le 3 mai prochain(journée internationale de la liberté de la presse) pour que plus jamais l’exclusion des médias privés en provinces.
-Vive le SPPG;
-Vive la Presse indépendante;
-Vive la Liberté de la Presse.

N’Zérékoré, le 26 avril 2022
Pour le bureau du SPPG/GF,
La Secrétaire régionale

Makan Soumaoro, Foromo LAMAH

Administration du territoire : le président de la transition, Col Mamadi Doumbouya, nomme des préfets

Dans une série de décrets publiée ce vendredi 11 mars 2022 à la télévision nationale, le président de la transition, le Colonel Mamadi Doumbouya a procédé à la nomination, à la permutation et à la conformation des préfets des 33 préfectures de la République de Guinée. Il s’agit des :

1- Préfet de Coyah : Colonel Yaya Kalissa, matricule 16533G, précédemment préfet de Fria

2- Préfet de Dubréka : Aboubacar Sidiki Traoré, matricule 17777G, précédemment Commandant de la compagnie de gendarmerie de Coyah

3- Préfet de Kindia : Colonel Adel Kader Mangué Camara, matricule 18268G, confirmé

4- Préfet de Forécariah : Colonel Mohamed 5 Camara, matricule 16662G, confirmé

5- Préfet de Télémelé : Colonel Mamadou Lamarana Diallo, matricule 19943G, confirmé

6- Préfet de Boké : Colonel Sény Sylvert Camara, matricule 2449G, précédemment préfet de Labé

7- Préfet de Boffa : Colonel Mamadou Ciré Bah, matricule 17522G, confirmé

8- Préfet de Fria : Colonel Alpha Oumar Cissé, matricule 20038G, précédemment préfet de Coyah

9- Préfet de Gaoual : Colonel Augustin Fancinan Dounoh, matricule 17835G, confirmé

10- Préfet de Koundara : Lieutenant-colonel Abdourahmane Keita, matricule 21227G, confirmé

11- Préfet de Mamou : Colonel Mamadi Diallo, matricule 17805G, confirmé

12- Préfet de Dalaba : Lieutenant-colonel : Fodé Abdoulaye Cissé, matricule 21052G, précédemment préfet de Pita

13- Préfet de Pita : Colonel Mohamed Bangoura, matricule 16537G, précédemment préfet de Dalaba

14- Préfet de Labé : Colonel Etienne Tounkara, matricule 17838G, précédemment préfet de Kankan

15- Préfet de Tougué : Lieutenant-colonel Mohamed Lamine Camara, matricule 17921G, précédemment préfet de Koubia

16- Préfet de Koubia : Colonel Jean Louis Kgomou, matricule 19776G, précédemment préfet de Faranah

17- Préfet de Lélouma : Commandant Bassia Léno, matricule 18943G, confirmé

18- Préfet de Mali : Colonel Manson Sangala Camara, matricule 14671G, confirmé

19- Préfet de Faranah : Colonel Sékou Keita, matricule 18035G, précédemment préfet de N’zérékoré

20- Préfet de Dabola : Colonel Mohamed Niang, matricule 16988G, confirmé

21- Préfet de Dinguiraye : Colonel Karamoko Boké Camara, matricule 18059G, précédemment préfet de Yomou

22- Préfet de Kissidougou : Colonel N’Famara Oularé, matricule 18108G, précédemment préfet de Siguiri

23- Préfet de Kankan : Colonel Sékou Sacko, matricule 15606G, précédemment préfet de Dubréka

24- Préfet de Kouroussa : Colonel Aboubacar Doumbouya, matricule 15511G, confirmé

25- Préfet de Mandiana : Colonel Fodé Soumah, matricule 14452G, confirmé

26- Préfet de Siguiri : Colonel Ibrahima Douramoudou Keita, matricule 18342G, précédemment préfet de Beyla

27- Préfet de Kérouané : Lieutenant-colonel Cheick Mohamed Keita, matricule 19554G, précédemment commandant de compagnie de Kassa

28- Préfet de N’zérékoré : Colonel Alsény Camara, matricule 16570G, précédemment préfet de Macenta

29- Préfet de Guéckédou : Colonel Moussa Condé, matricule 13838, confirmé

30- Préfet de Macenta : Colonel Ousmane Diallo, matricule 21418G, précédemment préfet de Lola

31- Préfet de Beyla : Colonel Ibrahima Soulé Camara, matricule 18136G, précédemment préfet de Tougué

32- Préfet de Lola : Colonel Sissi Maomou, matricule 17512G, précédemment préfet de Kissidougou

33- Préfet de Yomou : Colonel Cécé Richard Haba, matricule 17922G, précédemment préfet de Kérouané

N’Zérékoré : le ministre du (MEP-UA) aux élèves “tout élève qui pense qui va se prêter à ce jeu…”

En séjour dans la région de N’Zérékoré, le ministre de l’enseignement pré-universitaire et de l’alphabétisation, a assisté ce mardi 15 février  à la montée des couleurs au lycée collègue Alpha Yaya Diallo, situé à la banlieue de la commune urbaine de N’Zérékoré. Accompagné des cadres de son département, du préfet Col Sékou KEITA, de l’inspecteur régional, du directeur préfectoral de l’éducation ainsi que  leur staff, le ministre de l’enseignement pré-universitaire et de l’alphabétisation  a expliqué que sa visite à l’intérieur du pays ne constitue pas seulement de constater l’état des écoles mais d’apprécier les valeurs que ces écoles en ont. Guillaume Hawing,<<<Nous très content, très joyeux d’être là ici ce matin dans cette école historique. Qui porte le nom d’un grand homme, un homme qui a marqué l’histoire de notre pays, Alpha Yaya Diallo. Nous nous retrouvons ici dans cette cour, c’est comme à la coutumière, partout nous passons, nous assistons à la montée des couleurs dans l’une des écoles symboles. Comme Alpha Yaya Diallo, je sais que le choix n’a pas été fortuit. Je remercie aux autorités éducatives de N’Zérékoré.

Nous ne sont pas sortir seulement pour voir l’état des écoles. Nous sommes aussi sortir pour apprécier les valeurs des différentes écoles. Ici j’ai remarqué, j’ai regardé entre les toits, je n’ai vu aucun élève avec un téléphone, ça, ça m’a impressionné >>, dit M. Guillaume.

En ce qui concerne l’état des lieux, le ministre de l’enseignement pré-universitaire et de l’alphabétisation dit le constat n’est pas reluisant, << ici aussi le constat n’est pas tellement reluisant. Jusqu’à présent les élèves continuent à venir. Il était 7 h 45, il n’y avait même pas 10 élèves autours du mât. Chers élèves, venez à l’école très tôt. Le sérieux commence là, la ponctualité et si jusqu’à 8h 30, 9 heures certains élèves sont encore en route pour venir à l’école. Moi je me demande si c’était des élèves ou autres personnes. Parce que un bon élève, un élève soucis pour son avenir, son devenir, très tôt, il quitte la maison pour venir à l’école. >>

Avant de quitter les lieux, le ministre de l’enseignement pré-universitaire et de l’alphabétisation a martelé que << tout professeur qui viendra vous voir pour de telle combine, dénoncer le à la direction, il ira en prison. Acceptez d’échouer dignement. J’apprécie encore un IRE, un DPE, ou un ICE, il laisse les élèves travailler consciemment, il freine toute sorte de fraude avec deux admis ou 10%,  5% ou  4% qu’ autre qui à 80%, 100% avec des manœuvres dilatoires. Et cette année nous avons dit ceci: tout élève qui pense qui va se prêter à ce jeu, il sera d’office éliminé, surtout avec le téléphone. On prend le téléphone avec un  élève, il est éliminé et ta session de l’année est ajourné. Donc, tu perds deux ans sans aller à l’école>>, a martelé le ministre

Bruno LAMAH

Université de N’Zérékoré :” la justice sera le cheval sur lequel je vais…” dit le nouveau Secrétaire Général

Le président de la transition, Col. Mamadi Doumbouya,  a nommé dans la nuit du jeudi, 10 février des cadres  au département du ministère de l’enseignement supérieur et de recherche scientifique et  de l’innovation.  À l’Université de N’Zérékoré, c’est désormais l’ancien responsable de la communication et de l’information de cette institution qui a été nommé Secrétaire Général  de ladite l’Université. M. Alpha Oumar Baldé, enseignant chercheur, va désormais prendre les règnes de ce poste stratégique, interrogé, le nouveau promu, s’est réjoui de sa nomination. Il promet d’utiliser la justice comme son cheval de bataille. <<Je suis comblée de joie, défait que le président de la transition a eu confiance en moi en me nommant comme Secrétaire Général de l’Université de N’Zérékoré.  Je ne peux que le remercier, et remercier la ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique et de l’innovation, Dr Diaka, également mes remerciements vont à l’endroit du recteur, du personnel de l’université de N’Zérékoré mais aussi à ma très chère famille,  ma maman pour tous les sacrifices consentis depuis des années mais aussi la qualité des formations que j’ai reçu aujourd’hui qui est un facteur déterminant d’ailleurs qui me met à ce niveau de responsabilité à mon jeune âge. Je ne peux que me réjouir et lui réitérer de toute ma disponibilité et de mon engagement à œuvrer pour l’atteinte des objectifs qui s’est toujours assigné au niveau du système éducatif celui de donner aux jeunes guinéens une formation de qualité à travers une administration saine>>, a dit M. Baldé.

De  poursuivre, << Étant déjà fruits de cette université, évoluant ici  depuis près de 15 ans maintenant.  Donc  l’expertise et l’expérience que j’ai. Je crois que cela pouvait me permettre d’œuvrer vaillamment pour relever  le défi auquel on est confronté ici à l’université de N’Zérékoré.>>

Pour M. Alpha Oumar Baldé,<< la justice sera le cheval sur lequel je vais œuvrer pour que chacun puisse bénéficier le fruit de son travail. Et cela en étroite collaboration avec les programmes du CNRD au niveau institutionnel avec l’engagement, la bonne collaboration, avec Monsieur le recteur, je crois que nous pouvons y arriver à avoir un résultat escompté>>

Bruno LAMAH