Author: Bruno Lamah

Dossier Elie Kamano et Cie: la décision attendue pour le mardi prochain !

Tribunal correctionnel de Macenta qui a délocalisé son jugement opposant dame Sata Diakité, épouse de l’ex-ministre de l’agriculture, Jean marc Telliano et l’artiste Elie Kamano, ce vendredi 10 janvier 2020 sous haute surveillance au TPI de N’Zérékoré va connaître son épilogue le mardi prochain.

Après la réquisition du ministère public représenté par le  procureur de la république près le tribunal de première instance de Macenta, Abdoulaye Babady Camara a demandé au tribunal de condamné l’artiste à un an de prison ferme dont 3 mois assorti de sursis et le renvoi de 5 des prévenus à des faits non constitués.

Le tribunal à dans son délibéré annoncé la prorogation de la sentence du procès de l’artiste reggae-man reconverti en politique et membre du FNDC, Elie Kamano au mardi, 14 janvier 2020 à 10 heures au tribunal de première instance de N’Zérékoré. Mais,  Peu après cette annonce de renvoie les jeunes fans de l’artiste se sont mis en colère et ont commencé à   scander  des slogans comme «  Libérez Elie, il n’a rien fait. » et «  C’est un dossier vide de contenu ». Ce qui a d’ailleurs  fallu créer un accrochage entre ces jeunes en colère qui ont voulu rentrer avec  leur artiste et les forces de l’ordre. Pour les disperser, les services de sécurité qui étaient stationnés-là, ont fait usage de tire à gaz lacrymogène et aussi  des tirs de sommation.

Pour l’heure, le calme est revenu.

Grève du SLECG à N’Zérékoré: ‘’ s’ils pensent à l’Etat,…Ils vont pas faire cours’’, dit un lycéen

Le mot d’ordre de grève illimitée  lancé ce jeudi,  09 janvier 2020 par le Syndicat Libre des Enseignants Chercheurs de Guinée (SLECG) dirigé par le bouillant Syndicat,  Aboubacar Soumah et Cie  sur toute l’étendue du territoire national a été  partiellement suivi dans certaines écoles publiques de la   capitale de la région forestière. Ce matin dans la plupart des écoles publiques visitées, les élèves et  encadreurs  ont répondu en grand nombre. Du  côté des enseignants, certains  ont répondu à l’appel des autorités mais la plupart malgré les menaces et les intimidations des autorités locales de geler leur salaire ont boudé les cours dans  la ville.

Du collège  Amara Nokè Traoré, en passant par l’école primaire de Tilépoulou, le lycée-collège Alpha Yaya Diallo,  Felix Roland Moumié, Général Lansana conté et l’école primaire N’Faly Touré, le constat reste le même. Les élèves et encadreurs présents  mais pas d’enseignants.  Au collège Amara Nokè Traoré, où nous avons trouvé les enseignants en situation de classe, mais la plupart des élèves trainaient toujours  dans la cour.

Au Lycée collège général Lansana Conté, où nous avons vu un grand nombre d’élèves  arrêtés devant la cour fermée. Interrogé, Lancinet Cissé,  élève de la 12 SM nous dit ceci «depuis ce matin nous sommes rentrés  dans la salle, on n’a trouvé personne.  Notre proviseur a  dit  de rester en classe attendre  les enseignants. Mais,  on est resté jusqu’à 11 heure, on n’a pas vu les professeurs, c’est ainsi que nous sommes sortis pour aller à la maison.»

De poursuivre, le jeune lycéen, invite les enseignants à surseoir à leur grève« ce que je veux dire  aux enseignants, c’est de les dire de venir en classe. Parce que si,   ils ne viennent pas. C’est nous qui sommes perdant. Malgré que leur condition de vie ne soit pas améliorée. Ils devraient au moins penser en nous. Pour  venir dispenser les cours. Sinon s’ils pensent à l’Etat, je ne pense pas si  ils  vont faire cours.»

Abordantdans le même sens, Noël Lamah élève de la 10ème année, se dit  très surpris « depuis avant-hier, nous avons appris  la menace de grève illimitée du syndicaliste SOUMAH. Hier, on a bien fait les cours avec nos professeurs. Mais depuis ce matin, on ne comprend rien. On est  là depuis 7 heure   et  on ne  fait que  trainer dans la cour. Il n’y a aucun prof ici, seul le proviseur qui est-là. Nous étions en classe, on a rien compris, c’est pourquoi nous avons décidé de rentrer à la maison.  »

Rencontré, le  proviseur de cet établissement scolaire, a refusé toute communication avec la presse et se dit être très prudent.

A suivre !

Bruno Lamah pour guineeplus.net

Le mot d’ordre de grève du SLECG: largement suivi dans la préfecture de Lola !

Annoncé pour ce jeudi, 09 janvier 2019 sur toute l’étendue du territoire national. À Lola, cet appel du Syndicat Libre des Enseignants Chercheurs de Guinée (SLECG) est largement suivi dans la ville.

Ce matin, la rédaction locale de nos confrères de LOLA INFOS a sillonné quelques écoles, dont entre autres, le grand lycée, le collège Lola centre, le collège II, dans ces écoles, la grève est largement suivi, nombreux sont les élèves qui se sont retournés à la maison après avoir constaté l’absence des professeurs. Au lycée moderne de Lola, les élèves sont venus massivement, mais sur 15 professeurs programmés, seulement 2 sont venus dispenser les cours.
Quant aux élèves rencontrés sur le chemin du retour, ils disent que leurs professeurs ont boudé les salles de classe ce matin pour respecter le mot d’ordre de grève.

Dans les écoles primaires, les enseignants se sont également absentés à plusieurs endroits. A l’école primaire Lola centre I et III, c’est seulement les membres de la direction qui étaient visibles, les salles de classe étaient ouvertes, mais pas d’enseignants, ni d’élèves.
Après le constat dans toutes les écoles visitées par nos confrères de Lola INFOS, nous pouvons dire que, la grève qui a été déclenchée ce Jeudi, 09 Janvier 2020 sur toute l’étendue du territoire national par le SLECG dirigé par Aboubacar Soumah, est largement suivi dans la ville de Lola.

Bruno LAMAH, pour guineeplus.net

Risque d’affrontement à N’Zérékoré? Le maire, Moriba Albert Delamou invite le FNDC à sursoir sa marche !

La lettre d’information adressée 03 janvier dernier à la municipalité de la ville relatif à l’organisation d’une marche pacifique contre le changement constitutionnel le lundi 13 janvier 2020 dans la commune urbaine de N’Zérékoré par l’antenne regionale du FNDC, suivant
l’itinéraire : rond-point Gouvernorat – carrefour commissariat Ier arrondissement —carrefour grande mosquée de Kpoyéba – rond-point bicigui-place des martyrs de 08 H 30 mn à 15 H 00 mn vient d’être annulée par le maire de la commune urbaine de N’Zérékoré. Selon, le maire Moriba Albert Delamou<> A indiqué le maire dans sa lettre réponse.
Pour l’heure, les responsables de l’antenne régionale du FNDC n’attendent pas de cette oreille. Ils promettent de marcher le jour j dans la commune urbaine afin de dénoncer le projet de la nouvelle constitution publié par le président Alpha Condé.
A suivre !

De N’Zérékoré Bruno LAMAH pour guineeplu.net

Guinée : les autorités annoncent la disponibilité de la carte d’identité nationale biométrique à partir du 20 janvier 2020.

Selon le commissaire Paye Camara, porteur du projet, cette carte coûtera 100 000 GNF pour une validité de 5 ans.

Aussi dit-il, pour avoir la carte d’identité nationale biométrique, il faudra passer par l’Etat civil c’est-à-dire la mairie pour avoir un acte de naissance numérisé et sécurisé, “parce que dès que vous aller commencer l’enrôlement au niveau de l’administration du territoire, les données seront automatiquement communiqué à la police. Donc il n’y pas de fraude possible>>, a dit le commissaire chargé dudit projet.

Bruno LAMAH pour guineeplus.net

Grève des enseignants : ” le SLECG n’a pas de bureau ici” dit le préfet de N’Zérékoré

La menace de grève annoncée par le syndicat Libre des Enseignants chercheurs de guinée(SLECG) ce jeudi 09 janvier 2020, sur toute l’étendue du territoire national suscite de vagues de réactions dans tout le pays. A N’Zérékoré, la structure syndicale représentée dans la région forestière aurait déposé hier son préavis de grève au niveau des autorités préfectorales de la ville. Mais cette structure semble être méconnue par les autorités locales de la ville. Selon le premier responsable de la préfecture de N’Zérékoré, le SLECG n’existe dans sa zone de juridiction.

préfet de N’Zérékoré, Elhadj Sory Sanoh
préfet de N’Zérékoré, Elhadj Sory Sanoh

Et menace d’appliquer la loi a ceux qui se passeront comme représentants du SLECG. Elhadj Sory Sanoh, préfet de la ville promet d’organiser un point de presse demain mercredi pour donner les raisons de l’inexistence du SLECG dans sa zone de confort. «Le SLECG n’a pas de bureau ici actuellement, je vous le dis et je vous le répète. C’est les gens qui se sont levés avec une violation flagrante de quelques articles et de leur statut et règlements intérieur que le secrétaire général monsieur Soumah a fait. Donc, demain c’est mercredi, 08 janvier, si le temps me permet, je vais convoquer un point de presse au sujet de ça pour dire tout ce qui trouve autour du SLECG ici.

Le SLECG en tant que organisation syndicale je le reconnais mais il n’y a pas de responsables préfectoraux ici,» a dit le préfet de N’Zérékoré, Elhadj Sory Sanoh, avant d’ajouter, « les personnes qui vont se lever pour dire, ils vont manifester, ils seront en face de l’autorité. Parce que jusqu’à preuve de contraire, je vais vous le démontrer à ce point de presse, il n’y a pas de responsables du SLECG ici à N’Zérékoré», a-t-il prevenu.

Mais, pour les responsables du SLECG de N’Zérékoré,  la sortie du préfet  est un non événement.

A suivre !

Bruno Lamah pour guineeplus.net

Célébration du 46ème pèlerinage de Gobou Yaza à Kabiéta (Womey) : ” puisse l’exemple deGobou Yaza raffermir notre foi et susciter beaucoup de vocations ” Évêque deN’Zérékoré !

Le diocèse de N’Zérékoré, a célébré dimanche,  05 janvier 2019, le 46ème Pèlerinage  du martyre de ZAORO GOBOUYA-ZA Félémou à kabiéta dans la sous-préfecture de Womey, préfecture de N’Zérékoré. C’est la paroisse de Sérédou (Macenta) qui a organisé cet événement qui a regroupé 50 prêtres et  Plus de 7.000 fidèles chrétiens pèlerins venus dans les différentes localités de  la Guinée, de la  côte d’Ivoire ainsi que du Liberia.

C’est par des chants de louanges en hommage du martyr que le 46 ème  pèlerinage de Zaoro Gobou Yaza Félémou a été célébré sous le signe “Soutenir les vocations, une mission pour tous” dans la forêt, où,  Zaoro Gobou Yaza Félémou âgé seulement de 20 ans, issu d’une famille animiste,  a été tué pour sa foi en Jésus Christ  et  enterré sous le proche ruisseau en 1927 par ses propres frères. Abbé Paul Marie  curé de la paroisse de Sérédou, “l’église diocésaine, célèbre son 46 ème pèlerinages de Zaoro Gobou Yaza, 1974-2020. En la solennité de l’Epiphanie un signe éloquent qui montre que la foi doit être vécue et célébrée. En effet, frères et sœurs en Christ, l’événement  Gobou Yaza, Dieu le maitre des temps et de l’histoire a fait passer d’un sacrifice réservé à une minorité d’initié à un sacrifice rassemblant désormais tous les hommes de tous les horizons. Car le sacrifice de la messe aux  non chrétiens remplace tous les autres sacrifices qui sont en lien avec les religions traditionnelles africaine”, dit-il.

De poursuivre, l’abbé Paul Marie dira que, “notre piété pour ce lieu, est une des expressions de notre foi. Que nos célébrations dans cette forêt favorisent  le processus de canonisation de Gobou Yaza et procurent d’abondantes grâce pour nos familles, pour notre église diocésaine et notre pays en vue d’un renouveau intérieur pour l’abonnement d’un monde nouveau aujourd’hui et demain pour des siècles des siècles !” a-t-il prié.

Monseigneur Raphaël Balla Guilavogui, évêque du diocèse de N’Zérékoré et  président du conseil épiscopal de Guinée a dans son homélie rappelé la foi qu’avait Zaoro Gobou Yaza avant d’inviter les fidèles à œuvrer pour la paix dans le pays. “Après les fêtes de Noël et du nouvel an, nous voici rassemblés pour ce rendez-vous  annuel dans cette forêt qui a été témoin d’un fait inédit. Un fils du terroir qui a donné sa vie à cause de sa foi, un chercheur de Dieu. Cette fête de l’Épiphanie est donc la fête de tous les chercheurs de Dieu.et nous demandons au seigneur, au cours de cette fête,  qu’il nous donne d’abord un cœur qui cherche Dieu. Nous demandons également au seigneur de nous donner un cœur qui aime ses frères et sœurs. C’est parce qu’on aime ses frères et sœurs qu’on fait la paix avec eux et entre eux. Puisque donc cette célébration  nous  aide  à  être des pèlerins de la fraternité, de l’amour et de la paix dans notre pays dès maintenant et pour des siècles et des siècles Amen !”

Au terme de la cérémonie, la paroisse de Mohomou dans la commune urbaine de N’Zérékoré a été choisi pour organiser  le 47 pèlerinage de Zaoro Gobou Yaza dans la forêt de kabiéta.

Bruno Lamah pour guineeplus.net

Message de nouvel an : Dr Edouard Zoutomou KPOGHOMOU, président de L’UDRP appel aux Guinéens à l’unité !

Guinéennes et guinéens,
Chers compatriotes,
Militants de l’UDRP.
Dans le sillage des temps et de l’histoire, une année finit quand une autre année commence. L’année 2019 s’éclipse et 2020 s’annonce, porteuse de tous les espoirs des peuples de l’humanité entière et surtout du peuple martyr de Guinée. En ces moments palpitants de profonde réflexion sur l’avenir économique et démocratique de notre beau pays, l’UDRP souhaite à tous les guinéens et à toutes les guinéennes, une très bonne et heureuse année 2020. Que cette nouvelle année soit le véhicule de la paix et de la concorde entre nos différentes communautés qui ont toujours vécu en symbiose et en harmonie les unes avec les autres, en dépit des conflits inhérents à toute vie sociétale.
L’histoire politique traumatisante de la Guinée, démontre que l’année 2019 a été une année particulièrement critique, une marquée essentiellement par les efforts soutenus de Mr. Alpha Condé, parjure après parjure, de fouler au pied la loi suprême du pays qu’est la constitution, provoquant encore des vagues de contestation et potentiellement une chienlit qui a déjà et risque d’embraser davantage toutes nos communautés.
Après une rentrée remarquable dans l’arène électorale il y a de cela juste un an, avec des succès qui ont fait trembler la hiérarchie du RPG au plus haut niveau, votre parti politique, l’UDRP, reste engagé et continuera son ascension fulgurante pour assumer pleinement toutes ses prises de position dans la lutte pour l’avènement d’une véritable démocratie en République de Guinée.
En 2020, des défis majeurs s’annoncent sur le chemin escarpé de la démocratie dans notre pays. L’UDRP souhaite ardemment à travers sa jeunesse intrépide et dynamique, s’offrir la confiance du peuple dans un climat de paix, et redoublera  d’efforts pour la conquête du pouvoir, en évitant les raccourcis habituels et les alliances reposant sur des calculs d’intérêts égoïstes.
L’UDRP lance à cet effet un appel au rassemblement, à la mobilisation citoyenne avec une détermination sans faille pour vaincre toutes les velléités anticonstitutionnelles, enveloppées dans l’emballage décevant d’un reférendum en gestation « d’enfants indésirables » que sont la nouvelle candidature de Mr. Alpha Condé, son troisième ou second premier mandat et la nouvelle constitution, dont l’existence ne peut nullement être justifiée en ces moments critiques de la vie de la Nation.
Avec la confiance et le soutien du peuple, l’UDRP veut s’inscrire résolument dans la logique de transformation de la Guinée en un vaste chantier de projets prioritaires de développement au service de la nation entière. Pour y arriver, la politique minière, doit d’abord être refondue complètement pour favoriser l’implantation des unités intégrées de transformation en produits finis ou semi-finis, qui seuls sont générateurs de valeur ajoutée, donc de revenus, créateurs d’emplois directs et indirects, et promoteurs d’opportunités dans des secteurs parallèles dont la jeunesse a cruellement besoin.
Dans sa configuration actuelle, l’exploitation de nos richesses minières ne profite nullement aux populations qui semblent plutôt s’éloigner du bonheur au fur et à mesure que les toits des habitations encore à leur disposition, s’embaument de poussière de bauxite, conséquence désastreuse de l’exploitation anarchique des grandes réserves de la Guinée. Les ressources issues de cette industrie minière reformatée seront directement mises à contribution sans intermédiaire encombrant à l’image de l’ANAFIC, à tout le moins inutile et potentiellement porteuse de velléités de corruption et de détournement. Une structure simplifiée permettra de construire rapidement au top des prioritéset dans un premier temps, des routes d’accès à toutes les sous-préfectures du pays, carrossables en toutes saisons.
A travers l’expertise technique dont elle dispose, l’UDRP entreprendra ensuite la construction de micro-barrages sur les sites énergétiques inventoriés sur toute l’étendue du territoire national pour garantir non seulement la fourniture d’électricité au niveau local, mais aussi pour favoriser la construction d’une grille nationale d’interconnexion électrique, afin de résoudre définitivement le problème harassant du manque criard d’électricité en Guinée et son corollaire de délestages intempestifs. Il est temps de se convaincre que la solution au problème lancinant de fourniture d’électricité en Guinée passera inéluctablement par les sources d’énergie renouvelables.
Sous le leadership de l’UDRP, l’Etat entreprendra concomitamment un vaste programme de construction de nouvelles infrastructures sanitaires et de modernisation, d’expansion des unités existantes, afin de doter chaque préfecture non pas d’un centre de santé, mais d’un centre hospitalier digne de ce nom. Les prêts octroyés à l’Etat dans le cadre des échanges de ressources minières contre infrastructures, seront mis à profit pour la couverture financière de ces projets spécifiques.
L’Union Démocratique pour le Renouveau et le Progrès prend l’engagement solennel devant le peuple de Guinée et devant la communauté internationale, de combattre le fléau rongeant et contagieux de l’ethnocentrisme, du népotisme aveugle et de la corruption endémique  afin d’engager la Guinée dans la voie d’un développement socioéconomique, en adéquation avec les besoins prioritaires du peuple, gage certain de paix, de concorde et de quiétude sociale.
Bonne et heureuse année 2020 à tous !
Que Dieu bénisse abondamment la Guinée et son peuple !
Je vous remercie !
Dr. Edouard Zoutomou KPOGHOMOU
Président de l’UDRP

N’Zérékoré : le FNDC annule sa marche du 06 janvier et projette une nouvelle manifestation 13 janvier 2020.

Après la publication du projet de la nouvelle constitution par le président de la république la semaine dernière. L’antenne régionale du Front National pour la Défense de la Constitution ne lâche pas prise contre ce projet qui pourrait permettre au président alpha condé de briquer un nouveau mandat.

La structure qui a pour vocation de barrer la route à toute modification de la constitution, a organisé hier lundi, 30 décembre 2019 au domicile du coordinateur régional de l’UFR, une réunion préparatoire de leur marche projetée pour le jeudi 06 janvier 2020 prochain. Mais à l’issue de la rencontre, les opposants à la nouvelle constitution se sont convenus de reporter leur manifestation au jeudi sur prochain sous la demande des fidèles catholique qui entameront un pèlerin du 03 au 05 janvier. Cécé Théa vice coordinateur régional du fndc, parle les raisons de l’annulation de leur manifestation. « On vient de sortir d’une Réunion préparatoire du FNDC N’Zérékoré pour les préparatifs de notre marche qui était prévue pour le 06 janvier 2020. Mais après concertation, on est convenu de reporter la marche au 13 janvier pour permettre aux pèlerins de Gobou Yaza de se reposer 6 jours après le pèlerinage du 05 janvier, Hopaipèly yooooo (ça ne marchera pas d’accord) » a laissé entendre, Cécé Théa vice coordinateur du FNDC.

De Nzérékoré, Bruno Lamah pour guineeplus.net

Crise politique en Guinée :<>, Évêque de N’Zérékoré

À l’image de leurs coreligionnaires du monde, la communauté chrétienne de guinée a célébré le mercredi, 25 décembre, 2019 la naissance de Jésus Christ. A N’Zérékoré, c’est la salle des ordinations de la cathédrale qui a servi cadre à la tenue de cette célébration qui a été présidé par monseigneur Raphaël Balla Guilavogui évêque du diocèse de N’Zérékoré. L’évêque Balla Guilavogui a déploré defaite qu’on enregistre des morts et des dégâts matériels dans les manifestations sociopolitique et il a aussi appelé les fidèles chrétiens à œuvrer pour la paix dans le pays.

C’est de par la situation sociopolitique de la guinée et certains pays africains que monseigneur Raphaël Balla Guilavogui a introduit son homélie devant ses fidèles chrétiens venus des différentes paroisses de la préfecture de Nzérékoré. «Depuis quelque mois, notre pays est confronté à une série de marche. Soit de l’opposition ou de la mouvance présidentielle et malheureusement certaines de ces marches se sorte par des morts et de dégâts matériels de tout ordre. Les uns et les autres cherchent à démontrer par leur mobilisation, ils sont les plus nombreux à être pour ou contre du projet de la nouvelle constitution. »

Cette situation qui ne dit pas son nom, pourrait compromettre, selon l’évêque de Nzérékoré l’avenir des guinéens. « C’est bien dans cette situation sociopolitique qui est la nôtre trouble notre avenir et nous plonge dans l’incertitude. »

Pour l’évêque du diocèse de N’Zérékoré ce qui nous arrive en guinée est la résultante du refus par nos dirigeants d’écouter la parole de dieu. « Nous restons sourds à la voix de Dieu. Voilà pourquoi bien souvent nos dirigeants n’écoutent pas les messages des chefs religieux, des évêques, ou encore d’autres dirigeants religieux surtout quand cela ne les arrangent pas.»

Par ailleurs, monseigneur Raphaël Balla Guilavogui, rassure la population guinéenne que ce qui nous arrive n’est pas une fatalité, car dit-il jésus christ est venu pour nous sortir dedans. « Dieu nous dit que ceux qui nous arrivent en guinée ou en Afrique en général, n’est pas une fatalité ni même d’un hasard. C’est pour cela, qui’il n’a pas hésité à nous envoyer son fils unique Jésus Christ pour nous sauver. »

Il faut noter que 214 fidèles ont reçus des insignes dont 141 médailles et 73 Chapelets.

De N’Zérékoré Bruno Lamah pour guineeplus.net