Category: Guinée Actualité

Guinée Actualité en direct, en photo en Guinée sur l’info politique, sociale, économique, sportive et plus sur Guineeplus.net.

N’Zérékoré : 20 acteurs  de communication  outillés par l’Unicef sur les techniques de riposte contre la pandémie à covid19 dans la région.

Dans le cadre de l’exécution du projet intitulé: Promotion de la demande et de l’engagement  communautaire contre la Covid19 et les autres maladies à potentiel épidémique dans la région de N’Zérékoré, financé par Unicef Guinée à travers le Gouvernorat de N’Zérékoré,  l’Inspection Régionale de la Jeunesse a organisé ce Samedi, 14 Mai 2022, en collaboration avec son homologue de la Santé une session régionale de Briefing des acteurs préfectoraux en charge de la communication sur la gestion des feedbacks communautaires. Cette formation tenue dans la salle de conférence du gouvernorat, a regroupé les responsables  de la  communication au niveau des directions préfectorales de santé, les responsables des radios rurales et aussi des responsables de jeunesse (DPJ) de la région, rapporte le correspondant de guineeplus.net dans la préfecture.

Susciter l’engagement des communautés vis-à-vis des vaccins contre la covid-19 à travers le renforcement du mécanisme d’analyse et de gestion des feedbacks communautaires est l’objectif de cette session de formation.

«  La session d’aujourd’hui a été consacrée au renforcement des capacités des acteurs de communications en ce qui concerne les modalités d’approches face aux aléas et autres situations d’urgence que nous rencontrons dans notre région. L’idée générale c’est de pouvoir renforcer les capacités et surtout les mettre ensemble pour conjuguer  les efforts pour les permettre  de pouvoir travailler de commun accord. Aujourd’hui nous  avons une séance de travail qui a regroupé les responsables  de la  communication au niveau des directions préfectorales de santé, les responsables des radios rurales et aussi des responsables de la jeunesse ou DPJ. Donc ces responsables, ont à la commande la nécessité de pouvoir communiquer, informer,  adresser  la meilleure information possible à nos  communautés dans le cadre spécifique de la riposte contre la pandémie à covid19. Mais nous voulons que ces acteurs soient suffisamment outillés, soient formés  et ayez  les compétences qu’il faut pour pouvoir les permettre d’adresser les questions d’information mais surtout gérer les réticences et  autre  forme   de rumeurs   qui peuvent les rencontrer» a dit le  Chef bureau Sud l’Unicef N’Zérékoré,  Dr Claude NGABU.

Prenant la parole, le directeur de cabinet par intérim du gouvernorat de N’Zérékoré, a dans son discours,  remercié l’Unicef pour son appui à la communauté et aussi invité les acteurs de communication à s’impliquer davantage dans la sensibilisation.  << Mesdames et messieurs, comme vous le savez depuis mars 2020. Le monde entier est attaqué par cette maladie. Mais grâce aux scientifiques, la Guinée a pu souscrire à ces différents vaccins pour qu’on puisse nous traiter. Mais malheureusement en Guinée,  si on fait le cumul, il y a peut-être près de 6 millions de personnes qui sont vaccinées. Alors que nous avoisinons les 12 millions d’habitants. Ça veut qu’il y a encore des réticents. Et comment corriger ça ? C’est pourquoi la jeunesse a pensé à faire appel des différentes radios, communicateurs au niveau des DPS pour vous venir en charge pour faire des différentes communications dans toutes les préfectures, de porte en porte.  Le vaccin ce n’est pas seulement contre le covid19 mais ça soigne d’autres maladies telles que la fièvre Lassa même la fièvre typhoïde. Moi qui vous parle j’ai déjà pris mes deux doses, mais d’autres ont pris la première dose et refusent de prendre la deuxième. Par peur, ça c’est de l’ignorance.  Je veux aussi remercier l’Unicef qui ne cesse d’appuyer nos communautés surtout les enfants. Donc c’est sur cette note d’espoir  que  je vous invite au nom du gouverneur en mission à Conakry que je déclare ouvert votre atelier de formation et de renforcement des capacités des  acteurs de communication>>,  a dit M. Siba Koné.

Du côté des participants, Sény Alida Haba, directrice par intérim de la radio rurale de N’Zérékoré dira que, « notre rôle essentiel  c’est de véhiculer au niveau des populations rurales l’information surtout la sensibilisation sur le thème d’aujourd’hui qui porte sur comment vaincre  le covid19 dans notre région. Donc pour nous,  notre rôle c’est d’aider l’Unicef et la direction régionale de la jeunesse à sensibiliser cette population sur les mesures barrières  contre cette pandémie de covid19 à travers les émissions interactives en langue locale».

Bruno LAMAH pour Guineeplus.net

CNT: L’ABSTENTION, UN MESSAGE LUI AUSSI DÉMOCRATIQUE.

POURQUOI JE ME SUIS ABSTENU ?

Il vous souviendra que la classe politique Guinéenne a eu quinze (15 ) sièges sur quatre-vingt-un (81 ) , en dépit de toutes les tractations, bien évidemment. Sur ces 15 représentants des groupes politiques retenus : trois (3) représentants sont sortis de la salle de la plénière avant les opérations de vote ( RPG, UFDG, UFR ), onze (11) ont voté pour le «Oui». J’ai été le seul au-delà même des formations politiques a opté pour l’abstention.

Le mandant que nous avons – individuellement – n’est pas impératif. Si nous devons cette position au nom de nos formations politiques, nous avons – pour le plus important d’ailleurs – l’obligation de conscience devant le peuple de Guinée et l’histoire que nous écrivons ici et maintenant dans la grande histoire de notre pays. Chaque membre de cette institution est ainsi responsable des choix qu’il opère, indépendamment des structures qu’il représente. Cela est-il possible ? C’est en tout cas l’idéal.

De ce fait, j’ai choisi de m’abstenir – non pas contre encore moins pour. Mais j’estime qu’il y’a la nécessité de voir les choses sur un autre angle, celui d’attendre de voir plus clair. Aussi j’estime, en toute conscience que le débat sur le délai de la transition – même s’il importe pour beaucoup – n’est ni encore “définitif” ni pour le moins absolu… Ce débat sera résolu dans les actions à mener, et tout le monde saura faire ses appréciations.

Ce qui importe le plus aujourd’hui, ce délai connu, accepté ou non, c’est de le rendre plus utile aux chantiers déjà annoncés, et permette derrière un retour à l’ordre constitutionnel dans la sérénité. C’est cela qui doit être “désormais” notre préoccupation. Comment faire en sorte que « cette transition de la dernière chance » puisse se solder de la meilleure manière ?

Hon. Conseiller Aboubacar Koly Kourouma
Membre du CNT
Parti GRUP

N’Zérékoré : le gouverneur Mohamed Lamine Keita, dans le viseur de la Presse.

Déclaration du bureau régional SPPG-GF

Nous, membres du bureau régional Guinée forestière du syndicat des professionnels de la presse de Guinée, avons été surpris de l’acte du gouverneur de N’zérékoré à l’encontre des journalistes des medias privés qu’il a empêchés de couvrir la réunion préparatoire de la campagne de récupération des domaines de l’Etat tenue le lundi 25 avril 2022, dans la salle de conférence du gouvernorat où il a pourtant admis les journalistes de la radio rurale.
Profondément attachés au droit non négociable à l’information publique, le bureau régional du SPPG condamne avec la dernière énergie, l’attitude liberticide du gouverneur le général à la retraite Mohamed Lamine Keita qui a malheureusement choisi le prélude à la journée internationale de la liberté de la presse pour poser un acte aussi discriminatoire contre les médias privés.
Pour exprimer notre désapprobation vis-à-vis de cette attitude anti démocratique, nous suspendons la couverture médiatique de toutes activités initiées par le gouverneur de N’zérékoré jusqu’à nouvel ordre.
À cet effet, le bureau régional SPPG invite tous les responsables des Medias privés, les correspondants des sites d’information et radios, les journalistes-reporters de la région administrative de N’Zérékoré au respect strict de cette décision. Si rien n’est fait pour corriger cette faute, nous nous réservons le droit de recommander au bureau exécutif national basé à Conakry, d’inviter toutes les antennes régionales du pays à des actions de protestation le 3 mai prochain(journée internationale de la liberté de la presse) pour que plus jamais l’exclusion des médias privés en provinces.
-Vive le SPPG;
-Vive la Presse indépendante;
-Vive la Liberté de la Presse.

N’Zérékoré, le 26 avril 2022
Pour le bureau du SPPG/GF,
La Secrétaire régionale

Makan Soumaoro, Foromo LAMAH

L’été en Guinée.

Par une chaude journée ensoleillée

Je suis tombé amoureux aujourd’hui oh

Quel sentiment à l’intérieur

Mon coeur oui mon coeur

Et la belle

Fleurs parfumées sur

Les rives du fleuve et les

Des collines vertes si brillantes

Et le ciel est si beau

Et bleu et il n’y a pas un nuage

Dans le ciel et je marche lentement

Et la vie est si merveilleuse

Et paisible aujourd’hui et le

Les fleurs sourient

Dans la chaude lumière du soleil et

Les petits oiseaux chantent

Toute la journée et le

Il fait si beau aujourd’hui et

je suis assis en train de boire mon vin

Et avec un sourire sur mon visage

Je suis si heureux dans ce beau

Endroit ensoleillé Guinée

Et mes souvenirs seront

Ne s’efface jamais

Et le

Joies et bonheur

j’ai eu toute la journée

Dans ce beau

Pays Guinée aujourd’hui.

David P Carroll.

Logements sociaux communautaires : l’appui d’Afriland First Bank Guinée à l’armée guinéenne

Pour accompagner les forces armées guinéennes en dotant chaque militaire d’un toit, Afriland First Bank Guinée a lancé il y a près d’un an, le concept : ‘’logements sociaux communautaires’’. L’idée est de construire avec la main d’œuvre locale des bâtiments écologiques en briques de terre stabilisée et surtout à moindre coût soit 100 000 000 GNF pour une maison plafonnée de trois chambres, un salon et un magasin. Deux bâtiments de ce type sont construits pour l’armée dans le cadre d’un projet pilote.  Le premier bâtiment est situé au camp Alpha Yaya Diallo, le second au camp Samoréya à Kindia.

« L’armée est un corps extrêmement important parce que c’est elle qui veille à notre sécurité. Et pour que ces combattants puissent être tranquilles dans leur esprit une fois au champ de guerre, il faut que leurs familles restées au pays soient dans un logement décent. C’est pourquoi nous avons pensé qu’en offrant à chaque militaire de l’armée guinéenne un logement décent, c’est une manière de contribuer à sécuriser nos frontières. »  A laissé entendre le DG de Afriland First Bank Guinée qui rappelle de passage que cette œuvre correspond aux objectifs de son institution dont la vocation est de lutter contre la pauvreté en Afrique et restaurer la dignité africaine.

« Nous devons améliorer les conditions de vie et ce projet sociocommunautaire rentre dans cette dynamique là.  Nous allons faire un transfert de compétence et nous allons également permettre aux guinéens d’avoir un habitat décent. Et en retour, nous allons financer cela. Donc l’idée pour nous, c’est de créer une chaîne vertueuse qui permette de propulser le développement de notre pays », a-t-il précisé.

Pour sa part le directeur de cabinet du ministère de la défense nationale colonel David HABA a salué la volonté de Afriland First Bank d’accompagner l’armée guinéenne dans le domaine de l’habitat social.

« Le projet de donner un habitat décent aux militaires Guinéens c’est une initiative de Afriland First Bank. C’est un projet qui s’inscrit parfaitement dans le sillage des objectifs que le Président de la République s’est fixé. À savoir : améliorer les conditions de vie des Guinéens et en particulier des militaires. Ce bâtiment témoin que vous nous montrez nous rassure que vous êtes capables de donner un logement décent aux militaires Guinéens. C’est pourquoi je prends la parole au nom du ministre de la défense nationale pour vous dire sincèrement merci! Je sais qu’avec cette maison, nous avons la preuve, nous armée de Guinée que c’est possible d’avoir un logement décent écologique et à bon prix.» espère  Colonel David HABA.

Plus loin, il ajoute ceci: «….J’ai puisé de votre discours deux points essentiels : le premier c’est que vous réalisez le bâtiment avec des matériaux locaux. Donc, il y a là l’idée de protection de l’environnement derrière et en même temps pendant la réalisation du bâtiment vous travaillez en transmettant les compétences à des Guinéens et à des militaires aussi. Ça veut dire qu’après vous on est capable de réaliser la même chose. Je vous dis donc sincèrement merci! » conclut le directeur de cabinet du Ministère de la Défense Nationale qui a promis de partager auprès de la hiérarchie militaire les enjeux de cette initiative dans la perspective d’un partenariat avec Afriland pour aider chaque militaire à disposer d’un toit décent à moindre coût.

Le projet est également ouvert aux populations. Il y a quelques mois deux autres logements sociaux communautaires avaient été offerts à deux des familles les plus vulnérables de Kassa par Afriland First Bank Guinée.

Thierno Ousmane Diallo, RTG

Amadou Traoré rend visite à la sélection guinéenne

Amadou Traoré a rejoint, pendant la trêve internationale, la Guinée de Kaba Diawara, des suites de nombreux forfaits sur blessure. Passé par les équipes de jeunes de l’Equipe de France (U17 et U19), l’ailier des Girondins de Bordeaux a encore le choix de sa sélection A, et n’a à ce jour pas encore fait de choix définitif. Actuellement blessé, il est juste allé découvrir l’ambiance d’une sélection avant de pourquoi pas opter pour la Guinée.

La Guinée avait un match vendredi contre l’Afrique du Sud, mais le jeune bordelais – en fin de contrat en juin – ne l’a pas disputé car il n’était pas à 100%. Depuis, d’ailleurs, il a été autorisé à revenir en Gironde pour « soucis physiques », lui qui est blessé depuis de nombreuses semaines maintenant, et qui était d’ailleurs le dernier joueur encore à l’infirmerie. Il s’agissait plutôt d’une prise de contact avec le Syli National.

Amadou Traoré a livré sa réaction, confirmant qu’il avait bien la choisi la Guinée comme sélection nationale.

Ça fait beaucoup de sensations. Toute ma famille est de la Guinée, mon père, ma mère, et tous mes frères. Ça me fait très plaisir de porter ces couleurs parce que cela faisait très longtemps que ma famille m’en parlait. Je suis content. Cela fait un moment que la Guinée me suit. Ils contactaient mon frère, et ils l’avaient appelé pour lui dire qu’ils avaient envie que j’intègre la sélection. Moi, au début, comme j’étais avec l’Equipe de France, cela voulait dire qu’il fallait faire un choix, il fallait réfléchir… Même pour la Coupe d’Afrique des Nations, ils m’avaient appelé. Mais au jour d’aujourd’hui, venir à ce moment-là, je pense que c’était le bon moment

C’est notamment l’ancien attaquant des Girondins, aujourd’hui sélectionneur, Kaba Diawara, qui a fait les démarches.

Kaba a appelé mon frère, c’était lui le contact. Ils ont parlé, j’ai aussi parlé avec Kaba, il a tenu le discours de la jeunesse, etc, ça m’a satisfait. Je me sens très bien aujourd’hui, il y a une bonne ambiance. Tout le monde est heureux, tout le monde sourit, tout le monde est dans le projet sportif : ils veulent tous gagner, ils ont tous faim, c’est ce qui est bien

L’actuel ailier bordelais s’est confié sur ses ambitions en sélection.

J’ai envie d’amener la Guinée au plus haut niveau, gagner des titres, comme la Coupe d’Afrique des Nations plus tard. Il y a plein d’ambition, même les qualifications pour la Coupe du Monde… Gagner le plus de matches possibles ! J’ai envie de montrer que la Guinée est là

Par Girondins4ever.com

Guinée-Conakry : le gouvernement hausse le ton face aux menaces de sanctions de la Cédéao

L’organisation sous régionale a donné un ultimatum d’un mois à la junte pour se prononcer sur le calendrier de la transition.

Dans une interview accordée, samedi, à Guinéenews, le porte-parole du gouvernement de la Guinée, Ousmane Gaoual Diallo, a souligné que les Guinéens sont « déçus » en lisant le communiqué des chefs d’États de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) qui étaient réunis à Accra au Ghana, le vendredi 25 mars, pour un nouveau sommet extraordinaire sur le Mali, la Guinée et le Burkina Faso.

Le gouvernement guinéen a fait comprendre à la Cédéao qu’« on n’évolue pas vers la démocratie sous le diktat » et a invité cette organisation à « ne pas considérer la Guinée comme un pays en guerre ou un pays en crise ,» car ce sont les crises qui ont abouti à la situation actuelle en Guinée.

Lors du sommet du 25 mars, la Cédéao a donné un délai d’un mois, jusqu’au 25 avril prochain, plus précisément à la junte de la Guinée, pour qu’elle présente un calendrier « acceptable» pour la transition.

« Cela n’engage que ceux qui ont parlé. La Guinée n’était pas représentée à cette réunion. Ceux qui ont donné ce calendrier-là, en sont responsables. La Guinée continue d’évoluer au rythme de son peuple et en tenant compte des impératifs de sa situation », a répondu le porte-parole du gouvernement de la Guinée.

Concernant les sanctions économiques et financières brandies par l’organisation à l’endroit de la Guinée, si le calendrier n’est pas présenté d’ici un mois, la junte guinéenne a estimé que c’est la population locale qui va en souffrir.

« Le seul effet que cela représente, c’est d’asphyxier la population. Est-ce la mission de la Cédéao de créer des conditions de précarité et de pauvreté pour les peuples de la sous-région ? Donc nous, nous continuons à travailler dans le sens et dans rythme dictés par le contexte de notre pays », a répondu la junte.

Les chefs d’États de la Cédéao réunis à Accra au Ghana, vendredi 25 mars, en sommet extraordinaire à huis clos ont examiné la situation au Mali, au Burkina Faso et en Guinée.

Si les sanctions ont été maintenues à l’encontre du Mali, il faut mentionner qu’en ce qui concerne le Burkina Faso et la Guinée, ce sont des ultimatums qui ont été donnés aux militaires au pouvoir.

En ce qui concerne la Guinée, la Cédéao a demandé la finalisation d’un chronogramme acceptable de la transition au plus tard le 25 avril 2022.

« Passé ce délai, des sanctions économiques et financières entreront immédiatement en vigueur », a prévenu l’organisation.

par AA.com.tr

Guinée : accord de 15 mds de dollars pour le gisement de fer de Simandou

Un accord-cadre de 15 milliards de dollars a été signé entre l’Etat guinéen, Winning Consortium et Rio Tinto Simfer en vue de l’exploitation de l’immense gisement de fer de Simandou (sud-est), a annoncé la télévision publique guinéenne RTG. L’accord tripartite, signé vendredi soir, d’une durée de 35 ans prévoit un co-développement entre Rio Tinto avec sa filiale Simfer (bloc 3 et 4) et Winning Consortium (bloc 1 et 2).

L’anglo-australien Rio Tinto est allié à Chinalco dans une joint venture pour l’exploitation du gisement et le singapourien Winning Shipping au producteur chinois d’aluminium Shandong Weiqiao, au groupe Yantaï Port et à la société guinéenne United Mining Supply. Simandou est un des plus vastes gisements de fer au monde, mais aussi un serpent de mer.

Le contrat concerne «les infrastructures, le développement minier, le port», selon Fadi Wazni responsable de Winning Consortium s’exprimant à la RTG. Il prévoit la construction d’un chemin de fer d’environ 670 km pour relier le corridor minier à un port minéralier sur la côte guinéenne au sud de Conakry. Le chemin de fer et le port en eaux profondes devraient être terminés en décembre 2024, selon les termes de l’accord annoncé à la RTG. Et la première production commerciale devrait voir le jour au plus tard le 31 mars 2025.

L’exploitation est entravée depuis des années par les litiges sur les droits miniers, les soupçons de corruption et l’ampleur des investissements à réaliser dans une région enclavée et un pays cruellement dépourvu d’infrastructures. Le 10 mars, le chef de la junte guinéenne Mamady Doumbouya avait ordonné la cessation de toute activité sur le site de Simandou, pour réclamer que les intérêts de la Guinée soient «préservés» par les exploitants.

Le ministre guinéen des Mines et de la Géologie, Moussa Magassouba, a déclaré à la RTG que l’Etat guinéen avait «négocié» avec les sociétés minières. «Avant on avait 0% donc 0 francs. On a négocié et on a réussi à avoir 15% des rails, du port, des mines», a-t-il dit. L’ensemble du projet représente plusieurs milliers d’emplois directs.

Selon des experts, la Guinée pourrait disposer des plus importantes réserves mondiales non exploitées de fer à haute teneur, parmi d’autres ressources naturelles et minières considérables (bauxite, or, diamants, capital hydrologique), mais celles-ci n’empêchent pas le pays d’être très pauvre. Simandou est toutefois aussi affligé par la corruption réputée chronique en Guinée. Le colonel Doumbouya, qui s’est fait investir président le 1er octobre, a fait de la lutte contre la corruption l’un de ses grands combats.

Par LeFigaro

Guinée: la maison de l’opposant Cellou Dalein Diallo à Conakry détruite

En Guinée, les autorités ont détruit des résidences de la cité ministérielle, à Conakry. Elles inscrivent ces démolitions dans leur opération de récupération des domaines de l’État lancée en 2021. Selon le pouvoir, ces bâtiments n’étaient plus aux normes. L’opposant Cellou Dalein Diallo indique que sa maison a été démolie.

Ce sont des images de gravats, de ruines, de murs effondrés qui proviennent de la Cité ministérielle, à Conakry, où plusieurs résidences cossues ont été démolies. Un témoin affirme même avoir vu des gens quittant les lieus avec leurs objets personnels.

L’opposant Cellou Dalein Diallo déclare que sa résidence fait partie des logements visés. L’homme politique avait contesté le projet d’expropriation des autorités et précise que ces démolitions ont lieu alors que « le dossier est encore en cours d’instruction ».

C’est une manière de marquer et d’exprimer une haine peut-être vis-à-vis du candidat favori à l’élection présidentielle que je suis.

Selon lui, l’opération a commencé avec l’arrivée de dizaines de pick-up de gendarmes et policiers, suivis de techniciens d’Électricité de Guinée qui ont débranché le courant. Ensuite, des engins de terrassement ont débarqué, sont entrés dans la concession avec policiers et gendarmes, et démoli la maison ainsi que ses annexes. « Ce ne sont plus que des amas de gravats », dit Cellou Dalein Diallo. Son parti UFDG a d’ailleurs diffusé des photos de la résidence détruite.

Des maisons détruites, car ne correspondant plus aux normes, selon la junte

Samedi soir, les autorités de transition avaient confirmé la destruction d’une partie des logements de la Cité ministérielle. La raison officielle invoquée est qu’ils « ne répondaient plus aux normes de l’habitat », un argument que conteste Cellou Dalein Diallo.

Le pouvoir indique que les occupants avaient libéré les lieux avant vendredi, mais que certains avaient endommagé la plupart des biens et que par conséquent, ces logements étaient devenus inhabitables. Les autorités de transition citent des portes, plafonds et fenêtres abîmés et précisent que de nouvelles infrastructures conformes aux lois seront construites à la place.

Les explications du directeur général du patrimoine bâti public, Mohamed Doussou Traoré. « Après avoir récupéré ces bâtiments, on s’est rendu compte que ces bâtiments étaient dans une situation de dégradation très avancée. On a fait un état des lieux. On a fait un travail sélectif. Les bâtiments qui ne valaient pas le coût, on a mis en place un programme pour les casser et reconstruire dans un bref délai. »

Au micro de notre correspondant à Conakry Matthias Raynal, Mohamed Doussou Traoré ajoute que des opérations ont déjà eu lieu à Kaloum, et vont se poursuivre, commune par commune. Le CNRD s’est engagé à mener les opérations de récupération des domaines de l’Etat au niveau national.

Mon téléphone sonne. C’est ma belle-sœur qui m’appelle. Les militaires sont venus et me disent de venir prendre ma voiture parce que les grues doivent rentrer. Je n’étais pas au courant, j’ai été surpris.

Par RFI

Il pleut en Guinée.

Il pleut aujourd’hui

En Guinée toute la journée donc

Laisse la pluie toucher mon visage

Et laisse tomber la pluie

Sur moi en Guinée aujourd’hui

Et il suffit d’écouter le

La pluie te chante une berceuse

Alors que le vent doux souffle

Et je barbote dans les caniches

Alors que je marche

Et avec un sourire sur mon visage

Je suis à Conakry aujourd’hui et

je danse sous la pluie

et je suis

Dans cet endroit froid et sombre et humide

Et j’adore chanter

Et danser sous la pluie.

David P Carroll.