En Guinée, le FNDC rejette sa dissolution annoncée par la junte militaire

Lundi soir, le gouvernement de transition a annoncé la dissolution de cette coalition de partis, de syndicats et d’organisations de la société civile, l’accusant d’avoir recours à des actions violentes lors ces manifestations contre la junte. La dernière manifestation fin juillet a fait cinq morts. Le FNDC maintient son appel à manifester sur toute l’étendue du territoire le 17 août.

Dans un communiqué, le FNDC dénonce ce qu’il qualifie d’« intimidation », de « harcèlement » et de « menace » de la part de la junte au pouvoir, qu’il accuse d’être « une mafia politique ».

« Nous ne sommes pas une association ou une organisation, indique Sékou Koundouno, membre de la coordination du mouvement, mais un mouvement citoyen, un élan vers la justice et l’état de droit. » Il poursuit : « Ce mouvement est né avant la nébuleuse du CNRD [Comité national du rassemblement pour le développement], ce pouvoir illégitime et illégal, et continuera d’exister après la nébuleuse CNRD. Car le peuple de Guinée est prêt jusqu’au dernier souffle à défendre sa dignité et revendiquer le droit à une société juste. »

Au gouvernement de transition, qui accuse la coalition d’avoir recours à des actions violentes,  il répond que le FNDC a toujours appelé à des manifestations pacifiques. Et ajoute que la violence est du côté de ceux qui utilisent des armes létales dans le maintien de l’ordre.

Le FNDC appelle à se mobiliser massivement pour ses manifestations à venir, afin de « faire échec à une pérennisation du régime militaire en Guinée ».

par RFI