Guinée: 22 personnes écrouées après une manifestation contre les coupures d’électricité

  • Autre Presse
  • July 30, 2020
  • Comments Off on Guinée: 22 personnes écrouées après une manifestation contre les coupures d’électricité

Un collectif d’ONG pour la défense des droits humains a lui aussi dénoncé des «actes de tortures physiques et morales» contre les prévenus et réclamé leur «libération immédiate et sans condition».

Vingt-deux manifestants, arrêtés lors d’une manifestation pour protester contre les coupures d’électricité en Guinée, ont été écroués et inculpés pour troubles à l’ordre public, a annoncé mardi 28 juillet leur avocat. Cette manifestation de plusieurs centaines de personnes le 21 juillet à Kakan, fief du président Alpha Condé en Haute-Guinée (Est), avait donné lieu à de violents heurts avec les forces de l’ordre, plusieurs manifestants avaient été blessés, selon des témoins. Les 22 manifestants ont été inculpés pour «troubles à l’ordre public, attroupement illégal, destruction de biens publics et privés et désobéissance civile», a déclaré à l’AFP leur avocat Me Antoine Camara.

Écroués lundi, les prévenus en majorité des jeunes, ont «tous été rasés» avant leur détention, a-t-il ajouté. Mardi à Kankan la situation était à nouveau tendue, selon des témoins joints par l’AFP depuis Conakry. Des policiers et des gendarmes étaient visibles à certains carrefours et sur des axes routiers importants, ainsi que dans les rues pour empêcher une manifestation de femmes réclamant la libération des prévenus, selon ces témoins. «Nos camarades ont été maltraités pendant leurs arrestations» et «torturés en détention», a affirmé mardi à l’AFP Mamoudou Kaba, un porte-parole du Mouvement pour l’électrification de la Haute-Guinée, une organisation locale.

Un collectif d’ONG pour la défense des droits humains a lui aussi dénoncé des «actes de tortures physiques et morales» contre les prévenus et réclamé leur «libération immédiate et sans condition». Les manifestations contre les coupures d’électricité sont récurrentes en Guinée. Malgré la richesse de son sous-sol en bauxite, or, diamant et minerai de fer, plus de la moitié de la population de ce pays d’Afrique de l’Ouest vit sous le seuil de pauvreté, avec moins d’un euro par jour, selon l’ONU.

Des manifestations contre un éventuel troisième mandat du président guinéen Alpha Condé, suspendue depuis des mois en raison de la pandémie de Covid-19, ont également repris depuis une semaine. À Conakry, la reprise du mouvement a été marquée par des heurts entre manifestants et forces de l’ordre. Lancée par l’opposition mi-octobre, la mobilisation anti-Condé, plusieurs fois sévèrement réprimée, a fait des dizaines de morts parmi les civils.

 

 

Par  AFP