Guinée : refonte de l’actionnariat de la Société de gestion et d’exploitation de l’aéroport de Conakry

Les autorités guinéennes annoncent la couleur quant à l’avenir du seul aéroport du pays. Au regard de la taille des ambitions, des réformes structurelles sont devenues nécessaires.

L’État guinéen a pris la tête de l’actionnariat de la Société de gestion et d’exploitation de l’aéroport de Conakry (SOGEAC) en rachetant les 49% des parts détenues par le Groupe ADP (anciennement Aéroports De Paris), l’Agence française de développement (AFD) et la Chambre de commerce et d’industrie de Bordeaux (CCIB).

La convention signée entre les parties le 13 décembre 2022 a été suivie d’un autre accord entre le ministère des Transports et le groupe français Esgis, dont le cahier des charges consiste à apporter une assistance technique pendant 6 mois à l’exploitant de la plateforme.

La refonte de l’actionnariat s’inscrit dans la vision de nationalisation de cette société exploitant l’aéroport, alors que l’accord avec Esgis permettra d’en poursuivre la gestion sur les plans administratif, technique et financier.

« L’objectif de l’État n’est pas de gérer l’aéroport, d’avoir la gestion publique des choses. Nous aurons une assistance technique dans le temps qui nous permettra d’ouvrir le capital à un moment donné à des investisseurs qui nous aideront à développer l’aéroport », a expliqué le DG de la SOGEAC, Namory Camara.

Un plan d’extension comprenant la construction d’un nouveau terminal a été dévoilé depuis quelques années par les autorités, mais les travaux peinent à démarrer. De l’avis de certains observateurs, le retard était lié à certaines incompréhensions entre les anciens actionnaires, et la refonte actuelle pourrait avoir un lien avec les difficultés de mise en œuvre de ce plan de modernisation.

par Agence Ecofin