Guinée : Un Togolais accusé de fraude à Conakry

Un Togolais du nom de Popossi Pagnan, ainsi que deux complices guinéens, ont comparu devant le tribunal de première instance de Dixinna en Guinée le mardi 17 janvier 2023. Les deux hommes sont accusés de fraude.

Narumba Malik Kaba, Amara Soumahoro (Guinéen) et le Togolais Poposi Panyan, Somasunam Saravanan Kathiresan (Indien), pour 360 000 dollars US (£218 731 320) de “faux lingots d’or”. Il a été accusé de fraude dans le cadre de cette affaire.

Selon les médias locaux, le collectionneur de lingots d’or Amara Sumahoro a été le premier à comparaître à l’audience de mardi et n’a pas plaidé coupable.

“Jusqu’à présent, je ne sais pas pourquoi j’ai été entraîné dans cette affaire. C’est Malik Kaba qui m’a appelé avec un spectroscope et m’a demandé de venir pour le test. Il a dit qu’il avait un partenaire qui voulait acheter de l’or. Quand je lui ai dit que je ne pouvais pas venir ce jour-là parce qu’il faisait déjà nuit, il m’a dit de venir le lendemain matin. Le matin, je suis venu avec un spectromètre. Quand je suis arrivé, j’ai trouvé Malik Kaba, Poposi Panyan et deux Indiens”, a-t-il dit avant de poursuivre.

Ils ont apporté un lingot d’or et je l’ai testé sur le spectroscope en présence de tous les officiels et experts qu’ils avaient amenés avec eux. J’ai testé la barre quarante fois en présence de toutes les personnes concernées. Après le test, ils ont tous exprimé leur satisfaction. Et quand le test a été terminé, ils nous ont donné 150 $. Une semaine après ce test, Sébastien a envoyé des agents à mon bureau pour m’interroger. Il m’a montré une vidéo dans laquelle il disait que je l’avais trompé. Quand j’ai été arrêté, on m’a remis un lingot d’or dans le bureau de l’enquêteur.

Mais la barre montrée ici n’est pas celle qui a été testée. Ce n’est pas la même chose, et ce n’est pas le même karaté. C’est le cuivre qui a été montré ici, pas l’or qui a été testé. Je ne sais pas comment ces gens sont arrivés en Guinée. Et je ne le savais pas jusqu’à maintenant. Le seul de ces gens que je connais est Malik Kaba.”

Suite à ce témoignage, le tribunal a convoqué les représentants des parties civiles pour qu’ils s’expliquent sur l’affaire. Le tribunal a ajourné l’affaire au 24 janvier 2023 pour une nouvelle audience.