Notice: Undefined variable: ip in /homepages/46/d718938836/htdocs/wp-content/plugins/wp-post-real-time-statistics/PostStatsHelper.php on line 258

La Guinée interrompt à nouveau le projet de minerai de fer de Simandou

Le ministre guinéen des mines a ordonné l’arrêt de tous les travaux liés au projet de mine de fer de Simandou après que les deux sociétés impliquées aient manqué un délai supplémentaire pour se mettre d’accord sur une coentreprise, selon une lettre vue par Reuters lundi.

Simfer SA, la filiale guinéenne de Rio Tinto, et le consortium Winning Consortium Simandou (WCS), soutenu par la Chine, ont fait preuve d’un “manque de volonté” pour travailler sur un partenariat, a déclaré le ministre des Mines, Moussa Magassouba, dans une lettre adressée aux deux sociétés, datée du 3 juillet.

“Malgré les concessions importantes que l’État guinéen a bien voulu faire, il est clair que l’obstruction est maintenue par vos deux sociétés, au détriment des intérêts du projet”, a écrit Magassouba.

M. Magassouba a déclaré que l’arrêt s’appliquerait à l’ensemble du pays, à partir de 8h00, heure locale (0800 GMT), lundi. Ni Rio Tinto ni WCS n’ont immédiatement répondu à une demande de commentaire sur le dernier arrêt.

La junte au pouvoir en Guinée a suspendu la construction de la mine et des infrastructures connexes une fois auparavant, en mars, ce qui a conduit Rio et WCS à signer un accord-cadre ce mois-là, en vertu duquel ils “co-développeraient” les infrastructures de la mine, y compris un chemin de fer de 670 kilomètres et un port.

Le 19 juin, le gouvernement a donné 14 jours aux entreprises pour convenir d’une coentreprise, ce qui constitue une extension d’un délai antérieur.

L’accord-cadre de mars garantissait à l’État 15% du minerai de fer de Simandou ainsi qu’une participation libre et non diluable de 15% dans la coentreprise ferroviaire et portuaire, a déclaré le gouvernement.

Le ministre des mines a déclaré que Rio et WCS bloquaient sur les conditions de la participation du gouvernement dans la coentreprise, reprochant aux sociétés leur “inertie” sur cette question.

Rio Tinto détient les droits sur Simandou depuis 1997. Par le biais de Rio Tinto Simfer, il détient une participation de 45,05 % dans la moitié sud, les blocs 3 et 4, du gisement, Aluminium Corp of China (Chinalco) détenant 39,95 % et le gouvernement guinéen les 15 % restants.

WCS détient les blocs 1 et 2 de Simandou.

par ZoneBourse