Advertisements

L’appel à la manifestation pour exiger le départ du président Alpha Condé au pouvoir  lancé ce lundi, 20 juillet  2020 par le front national pour la défense de la constitution(FNDC)  sur  l’étendue du territoire national est passé inaperçu dans la capitale de la région forestière. Seul  les boutiques, magasins, et quelques kiosques sont qui sont restés fermés depuis le matin mais  la circulation a gardé son cours normal.

Contrairement aux manifestations précédentes, très tôt le matin, les grandes issues de la ville et les grandes artères et  ainsi que certains quartiers supposés  être fief de l’opposition, notamment Mohomou, Gbangana, Nakouyakpala, Boma, Gonia, Horoya, Burkina…. ont été pris d’assaut par les services de sécurité, ce lundi, 20 juillet 2020.  Au niveau du marché central, certains commerçants,  marchands, étalagistes, vendeuses, et  tabliers  chacun à ce qui le concerne, vaguait  à son affaire et la police routière veillait au  grain sur la  circulation. Le même constat a été observé  au sein de l’administration où  les services publics et privés, les  banques et les  transports  communautaires et interurbains  ont fonctionné normalement.

Advertisements

Au  QG du principal  parti de l’opposition UFDG,  situé dans le quartier Mohomou secteur Scierie, un important dispositif sécuritaire était mis sur place. Les pickups des services de sécurité, étaient visiblement présents sur les lieux souvent considérés par plusieurs observateurs comme le départ de chaque  de manifestation. Le même constat a  été observé  sur les routes de la ville qui n’ont connu aucune perturbation.

Pour l’heure, aucun mouvement n’a été constaté dans la  ville  et deux équipes des services de maintien d’ordre dont une  stationnée dans les points  stratégiques  de la ville et l’autre continue de  faire des patrouilles  dans la ville notamment dans  les quartiers des Leaders de  l’opposition.

Il faut noter qu’à  N’Zérékoré, le  FNDC semble être disparu, depuis le  lendemain des évènements du 22, 23 et 24 mars derniers lors des élections législatives  couplées du référendum qui ont été émaillées de violences à relents communautaire et qui ont fait fuir  certains responsables du front poursuivis par le tribunal de  la ville.  Après l’arrestation des grands ténors de la structure qui lutte contre le 3ème mandat pour Alpha Condé, Cécé LOUA, Coordinateur régional  de l’UFR et membre influent du FNDC,  aujourd’hui détenu à la maison centrale de Kankan, Fassou Goumou, alité dans un hôpital du pays  et qui sont attirer aujourd’hui  par le parti au pouvoir. M. Job Lucas Kpoghomou,  Coordinateur régional et Cécé Théa vice coordinateur du FNDC tous  en fuite et Mamadou Maladho Diaouné secrétaire chargé aux affaires électorales de l’UFDG aujourd’hui placé sous contrôle judiciaire.

Bruno Lamah

Advertisements