L’arrestation de plusieurs personnes en Guinée inquiète la société civile

Suite aux manifestations en Guinée contre un troisième mandat du Président Alpha Condé, des arrestations de plusieurs personnes ont été observées par le Front national pour la défense de la Constitution (FNDC). Il demande leur libération sans conditions.

Le silence du gouvernement guinéen sur les arrestations des personnes inquiète la société civile qui demande leur libération sans condition. Selon le collectif d’avocats du Front national pour la défense de la Constitution (FNDC), il y aurait à ce jour plus de 82 personnes interpellées en Guinée, pour des « troubles à l’ordre public, des incitations à la violence ou attroupement ».

Le collectif explique que ces interpellations ne reposent sur aucune base légale : « Ce sont des arrestations qui ne reposent sur aucune base légale, dit-il. Il y a plusieurs arrestations d’innocents. Certains sont même arrêtés à leurs domiciles, certains dans la rue, comme tou passant, d’ailleurs (…) ».

Abdoul Gadiri Diallo, le président de l’organisation guinéenne des droits de l’homme, ajoute que les arrestations se font souvent par des « hommes portant des cagoules ».

La société civile s’inquiète également du sort d’une cinquantaine de jeunes interpellés dans la nuit du 11 au 12 février 2020, dans les quartiers de Koulouma et Kalloum à Conakry.

 

 

Par Africtelegraph