Le Burkina Faso et la Guinée recherchent les moyens de renforcer la coopération dans divers domaines d’activité

Le Burkina Faso et la Guinée sont confrontés à des défis, notamment liés aux conditions sécuritaires et économiques auxquelles ils sont confrontés, et envisagent d’unir leurs forces pour stabiliser leurs économies. Ouagadougou et Conakry voient déjà de belles perspectives de coopération.

Une délégation gouvernementale du Burkina Faso a effectué une visite physique en Guinée, jeudi 12 janvier, pour explorer les moyens de renforcer la coopération dans plusieurs domaines avec les autorités guinéennes, selon le site Internet du ministère des Affaires étrangères burkinabé vendredi.

Selon la note d’information, à l’issue de la réunion de travail avec le Premier ministre guinéen Bernard Goumou, les deux pays ont convenu de travailler ensemble pour développer les liens entre les deux pays. La coopération couvre plusieurs secteurs, y compris les domaines militaires et de sécurité pour la formation, le renforcement des capacités et le partage d’informations et de renseignements.

« Dans le commerce, l’industrie et les PME, des négociations ont été engagées pour doter le Burkina Faso d’installations lui permettant d’utiliser le port de Conakry pour transporter les produits et équipements burkinabé, ainsi que pour fournir des espaces de stockage. pour les marchandises, les produits pétroliers », indique la note d’information.

Deux États d’Afrique de l’Ouest sont sous le coup de sanctions de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) à la suite de récents coups d’État. Le Burkina Faso a enregistré deux soulèvements en moins d’un an en 2022. Cela a conduit à son retrait de l’organe directeur de la CEDEAO.

Sur le plan économique, la Banque mondiale a publié des perspectives à moyen terme globalement positives malgré le ralentissement de la croissance du PIB en 2022. Un déficit budgétaire était également attendu dans le pays sahélien, qui fait face à de nouvelles attaques djihadistes. Questions sécuritaires, humanitaires et sociales (y compris celles liées à la crise alimentaire).

La Guinée est dirigée par un gouvernement militaire dirigé par le colonel Mamady Doumbouya depuis le 5 septembre 2021. La CEDEAO a également imposé des sanctions diplomatiques, économiques et financières appliquées progressivement contre certains individus, dont le président Mamady Doumbouya et tous les membres du gouvernement.

Sur le plan économique, le pays est confronté à un certain nombre de défis, notamment le ralentissement de la croissance et la hausse de l’inflation. La Banque mondiale estime que “le gouvernement bénéficiera d’une mobilisation accrue des recettes intérieures, de l’approfondissement des réformes dans le secteur de l’énergie et du renforcement des mesures de santé et de protection sociale”.