Le président Alpha Condé et ses oreilles sélectives

A scruter de très près le déroulement des derniers évènements en Guinée Conakry, il ne fait aucun doute que le chef de cet Etat d’Afrique de l’Ouest, Alpha Condé en l’occurrence, a des oreilles très sélectives.

En Guinée Conakry, le désordre s’installe de plus en plus avec l’opposition et des membres de la société civile qui descendent très souvent dans la rue pour tenter de barrer la route au Président Alpha Condé, qui ne semble entendre que les cris qu’il veut entendre.

Sourd à l’appel à respecter la Constitution

Alors que l’opposition guinéenne n’a de cesse de dénoncer la volonté du chef de l’Etat de briguer un troisième mandat présidentiel en violation à la Constitution du pays qui limite à deux le nombre de mandats, Alpha Condé fait le sourd face à des appels à la raison. Gare à celui ou ceux qui osent descendre dans la rue pour manifester dans le but de réclamer un quelconque respect, notamment celui lié à la Constitution guinéenne qui limite à deux le nombre de mandats présidentiels.

En effet, le mardi 22 octobre 2019, le tribunal de Conakry a condamné des manifestants ayant participé à la contestation du 14 octobre dernier contre la révision de la Constitution à des peines allant de 6 à 12 mois de prison ferme. Parmi les prévenus, le coordinateur du FNDC (Front national pour la défense de la Constitution), Abdourahamane Sanoh, Ibrahima Diallo, responsable des opérations du Front, Sékou Koundouno, responsable chargé des stratégies et de la planification, Mamadou Baïlo Barry, responsable de l’ONG Destin en Main, et Alpha Soumah.

Dans la foulée, le Président Alpha Condé, qui considère que ces manifestations sont en réalité une stratégie de ses adversaires politiques pour le déchoir, a ordonné le confinement de ses deux potentiels adversaires politiques, Cellou Dalein Diallo et Sidya Touré, dans leurs lieux de résidence. Sans compter la consignation des forces de l’ordre dans les casernes. Parallèlement à ces mesures à l’encontre de l’opposition et de la société civile, le dirigeant guinéen fait un clin d’œil à ceux qui sont favorables à ses désirs.

Tout ouïe à l’appel à confisquer le pouvoir

De retour d’un voyage qui l’a mené en Russie, en Turquie et en France, le chef de l’Etat guinéen, qui a bénéficié d’un accueil grandeur nature que lui ont réservé les membres du gouvernement, les hauts cadres de l’Administration, les fonctionnaires, élèves et les militants de la mouvance présidentielle, a, à travers un communiqué du bureau de presse de la présidence de la République, adressé un message à l’endroit de ses partisans : « je vous ai entendus », a ainsi lancé Alpha Condé qui fait l’omerta sur la situation explosive en Guinée.

Le dirigeant, qui est tout ouïe à l’appel à rester au pouvoir, ferme pour autant les yeux sur ce qui se déroule actuellement dans son pays, où la tension est vive avec notamment la marche envisagée ce lundi 4 novembre 2019 par l’opposition, qui appelle à une forte mobilisation pour « barrer la route au Président Alpha Condé en direction d’un troisième mandat, en violation de la Constitution guinéenne ».

 

PAR AFRIK