LE VIRUS EBOLA DE RETOUR EN GUINÉE

Advertisements

Cinq ans après l’épidémie dévastatrice du virus Ebola en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone entre 2014 et 2016, une nouvelle épidémie d’Ebola a été déclarée en Guinée le 14 février dernier. Et ce, à peine une semaine après qu’une autre épidémie d’Ebola se soit également déclarée au Nord-Kivu, en République démocratique du Congo.

Nous avons immédiatement envoyé une équipe de spécialistes du virus dans les zones touchées de N’Zerekore et Gouéké, à l’extrême sud du pays. Parmi cette équipe se trouve un épidémiologiste chargé de cartographier les chaînes de transmission, bien que nous n’ayons pas encore une idée précise de ce à quoi nous pouvons nous attendre.

Advertisements

INTERVENIR DÈS QUE POSSIBLE

Nous examinons actuellement où et comment nous pouvons intervenir au mieux contre le virus. Cela consiste en différentes activités :

  • une recherche des contacts adéquate
  • les installations médicales appropriées pour isoler et traiter les patients
  • garantir des enterrements sûrs
  • des activités de promotion de la santé, afin d’informer au mieux
  • un triage des patients approprié pour minimiser les répercussions sur les autres services de santé

LA COLLABORATION AVEC LA COMMUNAUTÉ AVANT TOUT

La collaboration et le dialogue avec la communauté sont particulièrement essentiels. Non seulement nous devons être capables d’adapter notre réponse aux besoins exprimés par la population, mais la communauté a également un rôle clé à jouer dans la prévention de nouvelles infections en son sein.

LES VACCINS CONTRE LE VIRUS EBOLA SONT DISPONIBLES, MAIS PAS SUFFISANTS

Contrairement à la grande épidémie de 2014-2016, des vaccins Ebola efficaces sont désormais disponibles. Mais il est peu probable qu’il y ait suffisamment de vaccins pour couvrir des régions entières. Cela signifie que nous devons faire des choix et les communiquer très clairement à la population.

LES TRAITEMENTS ACTUELS CONTRE L’EBOLA PEUVENT FAIRE LA DIFFÉRENCE

Les traitements actuels contre l’Ebola constituent également une différence significative par rapport à l’épidémie précédente. Ils permettent d’augmenter les chances de survie des patients – surtout s’ils commencent le traitement tôt. Si l’isolement du patient et la prise du traitement sont précoces, le risque de contamination au sein de la communauté est moindre.

Par Medecins Sans Frontieres

Advertisements