Littérature: « mémoire collective, une histoire plurielle des violences politiques en Guinée », un livre qui réveille les profondes divisions de la société guinéenne

Advertisements

Ce livre dont la dédicace s’est déroulée le mardi 26 septembre 2018 dans la salle des congrès du palais du peuple à Conakry, retrace une partie de l’histoire guinéenne de 1954 à 2009.

C’est une initiative de la Fédération Internationale de Défense des droits de l’Homme (FIDH) en collaboration avec la Radio France Internationale(RFI). Il compte 354 pages et comprend six (6) épisodes avec un poids de 2 kilos.

Son nom très évocateur suscite à la fois curiosité et douleur pour certains. C’est pourquoi, sa parution est intervenue dans un contexte “contrasté”. Certains y voyant, le retour à une période sombre de l’histoire du pays avec les bourreaux et victimes qui se côtoient avec des perceptions différentes de la chose. Il suffit de voir, les réactions de certains guinéens sur les réseaux sociaux pour s’en convaincre.
Cette “tension” était perceptible dans la salle du congrès lorsque les promoteurs du livre, revenaient sur certains passages du document. Des pro Sékou Touré et ceux qui perçoivent autrement son règne, se sont lancés des “flèches”.

Advertisements

C’est pourquoi, le président de l’OGDH, Abdoul Khadiry Diallo, a tenté d’expliquer les raisons de la sortie de ce livre. Pour lui, c’est une façon de commencer à écrire l’histoire de la Guinée. Et permettre aux jeunes de mieux se l’approprier.

Bouba DIALLO

Advertisements