Primes d’incitations :des Enseignants se fâchent à N’Zérékoré “Ça c’est une ségrégation”.

Advertisements

Ecarté dans le paiement des primes d’incitations, les administrateurs scolaires (directeurs et principaux), chargés  d’école et de classes  de l’élémentaire et du secondaire  ont haussé le ton ce lundi, 25 janvier 2021 à travers une  rencontre tenue  à  l’école primaire de Komou dans la sous-préfecture Samoe préfecture de N’Zérékoré  pour dénoncer  leurs mise à l’écart dans le paiement de ces primes.

Ils sont au total 143  administrateurs scolaires chargés d’école et de classes  dont  114 à l’élémentaire et 29 au secondaire à être exclus sur la liste des enseignants  prise en charge  au compte des primes   depuis janvier  2020 dans la préfecture de N’Zérékoré.  Ces directeurs et principaux d’école n’arrivent toujours pas à digérer leur exclusion. « Nous sommes très chargés, en dépit de nos activités pédagogiques et administratives à la direction, nous enseignons aussi dans les différentes classes. C’est pourquoi depuis qu’on a commencé à payer les primes d’incitations en janvier 2020 jusqu’à présent ce qui sont là n’ont jamais bénéficié de cette prime. C’est pourquoi  nous voulons  tout simplement qu’ils  nous rétablissent   dans nos droits. C’est-à-dire le paiement intégral  de nos primes avec rappel. Ce qui est déplorable, parmi nous il y a certains qui sont même  pris en charge, il y a des directeurs qui sont chargés de classe en même temps la direction mais ils  bénéficient. Ça c’est une ségrégation. Nous sommes étonnés de voir ça», déplore,  Nema Solié directeur de l’école primaire de Gouécké 3

Advertisements

Abordant dans le même sens, le  directeur de l’EP/Yalenzou centre 2 et DES Yalenzou  centre 1, Gaspard Haba dira que  « Comme disait dans le mémo, nous travaillons dans les directions et dans les classes. Et nos adjoints qui sont avec nous se foutent  de nous et se moquent souvent de nous. On n’a plus de considération. Tu travailles avec lui à la fin de chaque mois, il a deux salaires et tu en as un mais ça fait très mal. Les DPE ont beaucoup remonté des informations à leur hiérarchie pour nous  mais malheureusement la suite n’a jamais été à notre égard », déplore M. Gaspard Haba.

Très remonté, Manianée Doré, directrice par intérim de l’EP/Aly Zoum, chargé de cours, dit ne pas percevoir depuis janvier 2020.  « Depuis qu’on a  commencé à partager les primes d’incitation moi  je n’ai jamais eu. On m’a muté à l’école primaire Ali Zoum, comme directrice par intérim pendant 3 mois. Mais ce qui est inconcevable, on m’a pas confirmé, ils ont envoyé, une nouvelle directrice qui prend actuellement les primes et moi non ! Donc à partir de ce jour, je serai maintenant à la direction peut-être,  il y aura deux directrices  à l’école primaire Aly Zoum », a martelé Mme Doré.  

Aux dires du  directeur de l’école primaire Yalenzou 2 les primes d’incitations seraient mises dorénavant sur les salaires ce que regrette ce dernier qui interpelle d’ailleurs les autorités. « On vient de nous apprendre que les primes là sont déjà mise sur les bulletins de  salaires. C’est encore plus grave si nous les administrateurs en même temps chargé d’école et de  classe on ne reçoit pas ces primes là sur les salaires, ça veut dire durant toute la carrière. C’est encore plus grave, un enseignant que tu le gères son salaire est plus élevé que toi où est le respect ? Donc c’est une prière pour l’autorité préfectorale, régionale et nationale de regarder avec l’attention nos cris de cœur», indique-t-il.  

Bruno Lamah

Advertisements