Advertisements

Après la publication des résultats de l’examen de sortie par le ministère de l’enseignement technique et de la formation professionnelle, la redaction de guineeplus.net  a cherché à rentrer en contact avec la première de la république, au compte  de la filière  Sage femme. Il s’agit de la demoiselle, Marceline Haba, âgé de 25 ans, orpheline de père,  étudiante Sage femme à l’école africaine des services de soins de santé de Kindia. Joint au téléphone, la lauréate, Marceline Haba, Sage femme, classée première de la république, a manifesté sa joie avant d’expliquer la clé de sa réussite.<< C’est un sentiment de fierté, de joie et aussi de victoire. Je me sens très fière de moi et heureuse aussi. Dès le début de l’année, je me suis fixée un objectif, et l’objectif était d’atteindre le niveau supérieur. Je ne suis pas surprise d’être première de la république.

Le rang que j’ai occupé aujourd’hui, je l’ai eue parce que j’ai fourni beaucoup d’efforts. Et je suis beaucoup battue. Je révisais à l’école avec les amies pendant les groupes de révision que l’école avait organisé.  A la maison je me performais de plus pour corriger les lacunes. Et aussi les points forts et points faibles.

Advertisements

Ensuite quand les profs nous donnaient des questions, on se mettait à rechercher avec les proches. En classe, on faisait des exposés, ainsi j’étais toujours là prête à  expliquer  aux amis et ceux qui ne comprenaient les cours venaient vers moi. Je les expliquais. En dehors de l’école, j’avais pas d’autres à faire. Si il y a un cours qui a été dispensé à l’école, arrivée à la maison je me connecte pour faire les recherches sur ce cours. Et si il y a des passages n’ont compris en classe, là, j’essaie de les comprendre.>>

Marceline Haba
Marceline Haba

Poursuivant, la lauréate, a tout d’abord rendu hommage à ses enseignants  ses parents et à ses tuteurs avant de lancer un appel auprès de l’État pour le venu en aide.<< Je tiendrai à demander à l’État de me venir en aide pour que nous puissions aller très loin pour apporter des aides à cette nation. En tant que guinéenne, je vais pouvoir apporter mon aide pour sauver la vie des femmes. Parce que de nos jours, il y a de ces femmes, en voulant donner la vie, elle risque de perdre sa sienne. Donc, j’aimerais en tant guinéenne, me battre pour sauver ses femmes. Pour celà, j’aimerais que l’État puisse nous accorder son soutien afin de nous venir en aide. Pour que nous puissions aller très loin pour se former et revenir sauver cette nation.>>

Pour terminer, Marceline Haba, invite les candidats malheureux au travail. << Je les dirai que l’échec ne veut pas dire de baisser les bras. Il faut toujours prendre le courage, se performer d’avance, et doubler d’efforts. Et aussi se battre pour ne pas que là où, tu as tombé, tu puisses tomber là-bas encore. Il faut qu’elles redoublent d’efforts, qu’elles reprennent courage. Et ça va marcher la prochaine fois.>>

Bruno LAMAH

Advertisements