TPI de N’Zérékoré : le procureur requis un an de prison ferme dont 3 mois assorti de sursis, contre Élie Kamano

Elie Kamano, artiste reggae-man et homme politique, membre du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC), et certains de ses compagnons, s’est ouvert au tribunal de N’zérékoré ce vendredi 10 janvier 2020. Mis aux arrêts suite à des accrochages à la fête du Makona à Guéckédou, ils ont été entendus à la barre où le procureur a requis des peines de prison ferme contre certains d’entre eux.

Elie Kamano et 22 de ses compagnons d’infortune sont poursuivis pour participation délictueuse à un attroupement, coups et blessures volontaires ayant entraîné une incapacité de travail de moins de 20 jours, violences, voies de faits, destruction, injures publiques et complicité.

A la barre, ils ont tous nié les faits pour lesquels ils sont poursuivis.

Dans ses réquisitions, le ministère public, représenté par le procureur du tribunal de première instance de Macenta, Abdoulaye Babady Camara, a demandé au tribunal de retenir Elie Kamano dans les liens de la culpabilité. Pour la répression, il a requis une peine de prison d’un an, dont 3 mois assortis de sursis, contre lui.

Le procureur a aussi requis des peines allant de 6 mois à un an et des amendes de 1 à 2 millions GNF pour une dizaine de prévenus dans la même affaire.

En outre, Abdoulaye Babady Camara a demandé de libérer 5 autres pour délit non constitué.

Il reste à savoir si le juge va suivre ou pas les réquisitions du procureur.

Nous y reviendrons !

Bruno Lamah pour guineeplus