Yekini et son ONG veillent sur les enfants de Guinée

Les dons récoltés par l’ONG Dimé mali en début d’année ont permis de financer l’achat de masques ou encore de denrées alimentaires pour les enfants guinéens dans les orphelinats. Ils sont également initiés aux gestes barrières. Photo DR

Tout tient dans le nom de la jeune ONG : Dimé mali signifie « aider les enfants » en guinéen. L’artiste engagé Yekini Camara porte ce projet humanitaire depuis Thionville. La mission basée sur l’accès aux soins et à l’éducation

Yekini Camara est dans l’action, le mouvement, le rythme. Danseur et musicien guinéen, il sillonne la France, anime des stages, mise sur l’échange et le partage. Ce week-end, il était à Toulouse. Mais l’artiste a deux points d’ancrage : Thionville et Conakry, capitale de la Guinée.

Il a d’abord monté l’association mosellane Kaloum Sogué, pour promouvoir la culture africaine. En 2018, il a lancé un nouveau projet, à vocation humanitaire, pour venir en aide aux enfants dans son pays d’origine. « L’accès aux soins y est difficile », confesse-t-il, la voix serrée. Il évoque un taux de mortalité important, des besoins criants. Yekini a pris attache avec de jeunes médecins guinéens. « Ils ont tout de suite embrassé la cause. »

L’organisation non gouvernementale Dimé mali œuvre auprès de plusieurs orphelinats à Conakry. La mission sanitaire est également éducative. L’acheminement de médicaments s’accompagne de fournitures scolaires. L’association mosellane Kaloum Sogué et d’autres en France soutiennent l’ONG. Yekini Camara monte des partenariats avec les personnes, les structures, les élèves qu’il croise sur sa route. « Nous pouvons compter sur une médecin à Nancy qui fait beaucoup de choses pour nous aider. Elle est notamment en contact avec les médecins en Guinée, ils peuvent échanger », illustre-t-il. L’ONG compte sur des dons matériels mais aussi financiers. Yekini, lui, fait le lien entre les pays.

Distribution de kits sanitaires

Pour le moment, la Guinée est bouclée. Elle n’est pas épargnée par le Covid-19, comme d’autres pays d’Afrique de l’Ouest. Selon le site Jeune Afrique, plus de 3 000 cas ont officiellement été détectés. Le virus fragilise une situation déjà critique et l’action sanitaire menée par l’ONG Dimé mali s’avère d’autant plus nécessaire.

« L’argent récolté lors d’une animation en janvier dernier a permis de financer la distribution de masques, de kits de lavage, d’aliments », souligne Yekini Camara. « Les médecins de Conakry sont très présents dans les orphelinats auprès des équipes et des enfants. » Le contact est maintenu. La motivation comme le travail sont décuplés.

Contact auprès de la présidente de l’association partenaire Kaloum Sogué, Alexandra, au 06 30 86 97 48, ou sur la page Facebook de l’ONG Dimé mali.

prend encore plus de sens avec le Covid-19. La Guinée n’est pas épargnée.

Par Republican Lorrain