Accusé de diviser l’Union Kpèlè : le maire réplique ” Ça ne me fera ni chaud ni froid”.

Advertisements

Du berger à la bergère, recemment les responsables de l’Union Kpèlè ont  accusé le maire Moriba Albert Délamou de pouvoir mettre une structure parallèle de l’Union Kpèlè lors d’une rencontre extraordinaire tenue   dans leur siège au quartier NYEN Daniné dans la commune urbaine de N’Zérékoré. Après cette annonce, le maire Moriba Albert Délamou, est monté au créneau pour apporter des démentis. Selon Moriba Albert Délamou, la mise en place d’un bureau parallèle de l’Union Kpèlè ne relève pas de ses prérogatives << je m’inscris en faux. Parce que la mise en place d’une telle organisation qui représente la communauté Kpèlè n’est pas de mon apanage. Peut-être c’est des  bruits de couloirs qui ont  circulé. Mais s’ils ont dit peut-être ils ont des raisons et aussi ils ont des preuves qui les exhibent pour dire que voici les preuves tangibles qui accusent le maire de cette activité. mais sinon,  moi je ne suis pas au courant>>, a expliqué le maire.

Répondant aux accusations des responsables de l’Union Kpèlè qui l’accuse d’avoir présenté un groupe parallèle avec l’indicatif de l’Union Kpèlè, le maire Moriba Albert Délamou, dira que <<je n’ai  jamais présenté à quelques réunions que ce soit un groupe de personnes pour dire que c’est l’Union Kpèlè. Pour la petite histoire, lorsque nous avons convié à la préfecture, les représentants de toutes les communautés. Quand les gens ont dit communauté telle. On dit communauté Kpèlè, c’est un groupe qui a dit, c’est eux. Mais est-ce que c’est écrit sur leurs fronts l’Union Kpèlè ? Donc c’est comme ça que celui qui est chargé de prendre ces listes, il a mis communauté Kpèlè et ils n’ont pas dit  l’union Kpèlè. C’est pas moi qui ai désigné les gens>>, s’est-il défendu.Plus loin, le maire envisage une réorganisation de la structure de l’Union Kpèlè. << Il faudrait qu’on réorganise cette Union Kpèlè qui va embrasser toute la forêt. l’Union Kpèlè ne résume pas seulement à N’Zérékoré. l’Union Kpèlè doit aller jusqu’à Yomou, Macenta, Beyla et partout dans la forêt où quelqu’un se reconnaît Kpèlè, l’Union Kpèlè doit les embrasser. Et aussi il doit avoir leurs représentants là-bas. Je crois que cette phase là va arriver. On va mettre même des moyens pour que ce travail là soit fait qu’on se regroupe pas entre deux murs, 3 à 5 personnes disent c’est l’Union Kpèlè et essayer à effrayer les gens. Quand on dit, on prend la communauté internationale à témoin ce qui va arriver à N’Zérékoré c’est le  maire. Mais il parle au nom de qui? Et, ils veulent effrayer qui ? >>, S’est t-il interrogé.

Advertisements

Pour terminer, le maire, invite l’équipe dirigée par M. Pépé Aimé Kolié président de l’Union Kpèlè à se ressaisir. << Il faut qu’ils arrêtent d’instrumataliser cette affaire de l’Union Kpèlè. l’Union Kpèlè ce n’est l’apanage de personnes. Nous avons tous été à la base de la création de cette union Kpèlè. Paix à son âme, l’ancien ministre de l’environnement, Nyankoye Georges Délamou, il en a fait beaucoup. Mais il ne faut pas qu’ils cherchent  les poils sur l’oeuf. Moi je n’ai jamais dit,  voici un groupe qui représente l’Union Kpèlè,  qu’ils arrêtent. Ou bien si ils ont des preuves qu’ils nous exhibent. Ça c’est des fuites à l’avant. Et ça, ça ne va m’ebranler à rien. Ça ne me fera ni chaud ni froid. Parce que je suis Kpèlè et  je me reconnais>>, a précisé le maire sous un ton ferme.

Bruno Lamah

Advertisements