Enseignant condamné à N’Zérékoré : “ça servira de leçon aux autres qui se pointent à l’horizon” (procureur).

Advertisements

Le tribunal de première instance de N’Zérékoré a condamné hier à 5 mois de prison ferme et au payement d’une amende d’un million (1 000 000GNF), à  l’enseignant qui avait déshabillé publiquement  sa femme  montrant ainsi  ses parties intimes aux publics. Cette décision  a été saluée d’une part par   la partie civile  et l’autre  par le ministère public qui disent-ils cette condamnation pourrait permettre de freiner le phénomène de violence conjugale qui est très  récurrent  dans la région.  

Madame Hélène Kol-kol  Zogbélèmou, présidente de l’ONG humanitaire pour la protection de la femme et de l’enfant
Madame Hélène Kol-kol Zogbélèmou, présidente de l’ONG humanitaire pour la protection de la femme et de l’enfant

Pour la représentante de la partie civile,  madame Hélène Kol-kol  Zogbélèmou, présidente de l’ONG humanitaire pour la protection de la femme et de l’enfant, se dit satisfait de la sentence : « je suis très contente que M. Etienne soit condamné à 5 mois de prison ferme et une amende d’un million de francs guinéens. Je me dis que c’est satisfaisant et cela servira  vraiment de leçon pour les  autres hommes qui voudraient vraiment  aussi attenté à ces actions de violences là vers leurs épouses. Donc comme on a dit à la barre que M. Etienne n’est pas le mari légal d’Eugénie Sagno il n’a pas le droit de porter main sur cette  femme. Et le fait que vraiment il a été condamné,  je remercie la  justice qui vient de  faire  preuve de compétence. »

Advertisements

Quant à M. Sidiki Kanté,  procureur de la république près le TPI de N’Zérékoré, cela pourrait dissuader les  autres à en fait autant : « la violence faite aux femmes, il faut absolument  fait beaucoup attention.  De faire en sorte que ceux qui sont pris maintenant donnent leçons aux autres. Donc, il faut réprimer. Parce que lui en le laissant partir, il y a d’autres, qui vont le recopier pour dire ça mais il n’y a pas de problèmes. Quand on viendra, je vais prier la dame. Elle va dire qu’elle est d’accord. Ça va créer un problème sérieux dans la société. C’est pourquoi, nous n’avons pas d’autre rôle que d’appliquer la loi. Le côté social est là d’accord mais, il faut absolument passer à la répression des infractions qui sont  commises.  C’est pourquoi la peine là a été appliquée sur lui et je crois que ça servira de leçon aux autres qui se pointent à l’horizon. »    

Bruno Lamah

Advertisements