Libération d’Elie Kamano : voici les Réactions d’un des condamnés, du Procureur et du FNDC N’Zérékoré.

Le procès de dame Sata épouse de l’ex ministre de l’agriculture Jean marc Telliano contre Elie kamano et Cie, poursuivies pour des faits de participation délictueuse à un attroupement, coups et blessure volontaire ayant entrainé une incapacité de travail de moins de 20 jours, violences, destructions, injures publique et complicité a pris fin ce mardi, 14 janvier 2020 au tribunal de première instance de N’Zérékoré. Le reggae man et homme politique a été condamné à 6 mois assorti de sursi, 6 autres condamnés à 3 mois avec sursis, quant à Emmanuel Tinguino vice-président du cadre de concertation de Makona et Coordinateur préfectoral du FNDC de Guéckédou a été condamné à 1 an de prison ferme avec une amende d’un million de nos francs et les 15 autres ont été libéré pour délit non constitué.

Fara Michel Lenoh
Fara Michel Lenoh

A la sortie de la salle des audiences, Fara Michel Lenoh, condamné à 3 mois assorti de sursis a livré ses sentiments «on m’a condamné à 3 mois de prison assorti de sursis, je ne reconnais pas les faits. Donc je suis avec les frères dans la voiture nous partons vers Guéckédou. Je remercie Guéckédou, je remercie la Guinée que la paix soit dans notre pays. Car le pays Kissi, nous sommes tous unis et la Makona c’est notre affaire.»

Abdoulaye Babady Camara, procureur de la république près le Tribunal de Premiere Instance de Macenta
Abdoulaye Babady Camara, procureur de la république près le Tribunal de Premiere Instance de Macenta

Pour Abdoulaye Babady Camara, procureur de la république près le Tribunal de Premiere Instance de Macenta, la loi a été dite « c’est un sentiment de réconfort. C’est le droit qui a été dit dans cette affaire. Bien que le ministère public que j’ai représenté dans ce dossier j’ai requis des peines fermes. Mais le tribunal est allé outre, pour condamner certains à des peines fermes d’autre à des peines assorties de sursis. Mais à tout état de cause, je me remets à la décision. Puisque c’est une décision fondée sur le droit, je n’attends pas relever appel contre cette décision. Nous avons jugé ce dossier, contrairement à ce que les gens pensaient que c’est un dossier qui allait mettre le feu. Partout on est passé, de Guéckédou jusqu’ici, ce dossier a été pédagogique. On a jugé cette affaire à Guéckédou tant bien que mal avec quelques bruits. Mais à N’Zérékoré c’est avec la plus grande sérénité. Et avec le concours de nos collègues le procureur de N’Zérékoré. Nous avons eu à canaliser et la sécurité était assurée donc nous avons abouti a cette fin. Donc c’est le moment de remercier tout le monde. Les gens ont suit que nul n’est au-dessus de la loi. Seul les coupables peuvent être condamnés devant un tribunal mais et les innocents doivent être libérés.»

Cécé Théa vice Coordinateur régional du FNDC
Cécé Théa vice Coordinateur régional du FNDC

Une décision largement saluée par Cécé Théa vice Coordinateur régional du FNDC, «c’est un sentiment de satisfaction, parce que nos avocats à l’occurrence de Me. Salifou Béavogui et Me. Traoré, ont mené une lutte très acharnée pour la libération de notre confrère. Et surtout leurs collèges de N’Zérékoré, à l’occurrence Me. Siba Michel Kolié qui a fait une belle prestation au tribunal dans ce dossier. Mes salutations vont au niveau de toute la jeunesse de la guinée forestière en général mais à celle de N’Zérékoré en particulier qui a montré son soutien infernal à la libération de M. ELIE KAMANO et compagnie. C’est une fierté pour nous de voir encore Elie Kamano revenir sur l’arène du FNDC pour continuer la lutte. C’est pourquoi après ici, il aura un entretien avec la coordination régionale du FNDC et nous allons essayer ensemble de réactiver les nouvelles pistes de nos manifestations.»

De N’Zérékoré, Bruno Lamah pour guineeplus.net