N’Zérékoré : après les échauffourées, la ville a repris son cours normal!

N’Zérékoré : après les échauffourées, la ville a repris son cours normal!
Les accrochages ont été éclaté entre forces de l’ordre et les manifestants dans les quartiers Burkina, mohomou, au pont GBANGHANA où un pick-up de la gendarmerie est stationné maintenant dans la commune urbaine de N’Zérékoré.

L’acte II  de la manifestation dénommée « résistance active citoyenne et permanente » projetée ce mardi, 21 janvier 2020 sur toute l’étendue du territoire national par le front national pour la défense de la constitution(FNDC). A N’Zérékoré capitale de la région forestière, cette protestation a  été émaillée de violence dans certains quartiers de la commune urbaine entre les services de maintien  d’ordre et les opposants du projet de nouvelle constitution  publié par le président de la république. Et le  calme est revenu après près une journée très agitée qui n’a fait aucun incident  dans la ville de Koikoya Soua Zogbélèmou.

Très tôt le matin, les grandes issues de la ville, auraient  été érigées avec des troncs d’arbre par les inconnus en rase campagne. Sur la nationale  N’Zérékoré-Beyla, précisément entre  les  districts de Weya et Gbelignéwouon dans la sous-préfecture de Samoe, des troncs d’arbres et de palmiers ont été effectivement érigés sur la chaussée. Mais après l’intervention des autorités qui ont fait le déplacement sur les lieux, notamment le  préfet de N’Zérékoré, Elhadj Sory Sanoh qui a instruit aux autorités de la localité de libérer la voie. Et la circulation a été rétablie sous l’ordre du préfet.

Dans la ville, au niveau du marché central, certaines boutiques étaient fermées et au niveau des écoles, avec la grève du SLECG, qui paralyse le système éducatif continue aussi de  perturber les cours dans certains établissements de la ville. Mais  c’est les  quartiers  Nienh secteur Burkina et Belle vue où des pneus ont été brulés très tôt le matin. Au quartier Mohomou vers le secteur scierie  des accrochages entre les services de sécurité et les jeunes manifestants ont été enregistrés.

Au pont de Gbangana, les opposants à  la nouvelle constitution, avaient  barricadé et  déversé  l’huile de moteurs   sur la chaussée. Peu après, les services de sécurité qui sillonnaient partout dans la ville  sont intervenus pour rétablir l’ordre.  Ce qui a finalement soldé avec des jets de pierres  contre des gaz lacrymogènes. Au moment
nous quittions les lieux, les services de sécurité avaient  reçu à rétablir  l’ordre et un  pick-up  de la gendarmerie était stationné au carrefour Gbangana en train de veiller au grain sur  la circulation.

Mais pour l’heure, la ville a repris son cours normal  et une équipe des services de maintien d’ordre était  stationnée dans les points stratégiques  de la ville et l’autre fait des patrouilles  dans les quartiers mouvementés. Mais il faut noter qu’aucun incident majeur n’a été enregistré au compte de l’acte 2 de la « résistance active citoyenne et permanente » du FNDC  dans la ville.

De N’Zérékoré,  Bruno Lamah pour guineeplus.net