Category: Guinée forestière

Guinée forestière Actualité en direct, en photo en Guinée forestière sur l’info politique, sociale, économique, sportive et plus sur Guineeplus.net.

Page noire : M. Moguèa Doré l’ancien fédéral de Lola n’est plus !

Les familles Doré, Souomou, Koné, Gbèmou, kpokomou, Dounamou et alliés ont la profonde douleur de vous annoncer le décès de leur père, neveu, beau-père, oncle, M. Moguèa Doré, infirmier d’état à la retraite et ancien secrétaire fédéral(préfet) de Lola à l’âge de 90 ans.  

Décès survenu, ce samedi 3 juillet 2021 à la clinique Huguette de N’Zérékoré des suites d’une longue maladie.
Le défunt fut secrétaire général à Gama Berema avant d’être élu secrétaire Fédéral de la région administrative de Lola en 1975.
Il laissse derrière lui une veuve et 15 enfants.
 Qu’en soient informé ses enfants :


-1 Maître Keoulen Doré et famille à Washington,

-2 Madame Goumou née Maneane Doré et famille au Canada,

3- Madame Kone née Djene Doré au Canada,

4- Madame Bangoura née Mame Doré en Espagne,

5- Docteur Foromo Ble Doré à Michigan aux usa 🇺🇸,

6- Daniel Doré en Espagne,

7- Madame Toure née Christiane Doré et famille à N’Zérékoré,

8- Monsieur Soua 7 Doré, président des sages de Lola.

9- Monsieur Amadou Togba, president de la coordination Forestiere a Conakry,

10. Colonel  à la retraite, Mamadi Camara a conakry,

11- Toutes la communauté musulmane de Lola.
Elles vous informent que l’enterrement aura lieu le vendredi 9 Juillet 2021 à Lola après la prière de 14heures.


Que son âme repose en paix!Amen!

Nuisance Sonore à N’Zérékoré: le maire, Moriba Albert Délamou, prend une décision!

Citoyennes et citoyens de la commune urbaine de N’ Zérėkore, je constate avec regret la nuisance sonore toutes les nuits dans certains quartiers de la ville et gênant ainsi le sommeil des voisins.Suite à la réunion tenue à la mairie le vendredi 28 mai 2021 en présence des chefs de quartiers, présidentes des femmes et les Secretaires généraux des 22 quartiers, les decisions suivantes ont été prises: 

1. A partir de 00 heures, aucune animation sonore n’est autorisée dans les quartiers à l’exception du 31 décembre et du 1 janvier;

 2. Tout Citoyen n’ayant pas respecté cette decision doit payer une amende de trois cent mille francs guinéens (300.000 FG).

A cet effet, j’invite les Chefs de quartiers et les secrétaires généraux à prendre toutes les dispositions utiles pour l’application de laditedécision.

Je sais compter sur l’esprit de compréhension habituelle et de bonne collaboration de tous et de chacun.

Pénurie de Carburant à Nzérékoré ? : ‘’On n’est pas en situation de crise’’ dit Yacouba Traoré

Face aux spéculations de certains citoyens qui pensent à une éventuelle augmentation du prix de carburants à la pompe par le gouvernement à partir de ce mardi, 01 juin 2021, ce qui engendre d’ailleurs une pénurie de carburant dans certaines stations de service, le ministère des hydrocarbures a dans un communiqué invité les chefs de stations-service à la réouverture immédiate des Stations. Pour veiller à l’application de cette décision, l’inspecteur régional des hydrocarbures de Nzérékoré, accompagné des services de sécurité, a fait une descente musclée ce lundi 31 mai 2021 dans les différentes stations-services pour des vérifications. Pour l’inspecteur régional des hydrocarbures de Guinée Forestière, la région n’est pas en crise mais plutôt c’est des spéculations que certains gérants de station font. << On n’est pas en situation de crise. Parce que, il faut le dire, le vendredi dernier, nous avons fait le maximum, pour éviter cette situation effectivement dans les stations.

De mieux encore nous avons reçu 4 camions en  TT direct. Ce qui donne 800 milles litres de carburants pour les stations. Mais malheureusement, ce qu’ont constaté depuis hier, c’est que, il y a certain gérant qui va  la rétention de stock dans le but de faire de la spéculation. Parce que, il y des éventuelles augmentations du prix du carburant. Donc, ces gérants-là veulent profiter de la situation en refusant de donner du produit aux citoyens. Mais je vous donne l’assurance que toutes les stations-services qui ont du carburant vont vendre. Et la station-service qui n’a pas du carburant, on fera le maximum pour l’approvisionner aujourd’hui >>, a laissé M. Yacouba Traoré, inspecteur régional des hydrocarbures de N’Zérékoré.


 Dans la station de l’opérateur économique, Cécé Loua, située au quartier koléyéba secteur ONAH, dans la commune urbaine de N’Zérékoré,  une file d’engins était observée. Mais, le patron de ladite station dit avoir donné des instructions fermes à ses travailleurs.

<< Dans ma station-service de N’Zérékoré, j’avais 3000 l ce matin, j’ai dit de vendre ce matin à la population. Mais seulement de ne pas vendre dans les bidons même les bidons de 5 l, j’ai interdit. Moi, je vais liquider  ma cuve sera libre pour libérer ma conscience. Ils n’ont qu’à passer contrôler si ils trouvent une goutte d’essence dans une de mes stations que j’ai confisquée, qu’ils fassent ceux qu’ils veulent>>, a dit Cécé Loua.

Il faut noter que dans des marchés noirs, le litre d’essence se négocie entre 11-12000fg dans la commune urbaine et près de 15 000 dans les zones rurales, où il n’y a pas de station-service.

Bruno LAMAH

Guinée: le prix du litre à la pompe maintenu à 9 000 GNF .

Sauf changement de dernière minute, le prix du carburant à la pompe en Guinée restera inchanger pendant le mois de juin. Le comité paritaire des prix des produits pétroliers a annoncé le prix du litre à la pompe à 9 000 francs guinéens sur toute l’étendue du territoire national.

ci-jointe la copie de la circulaire

A suivre

Bruno LAMAH

Lecture de Saint Coran à N’Zérékoré : ”on n’acceptera pas que les bandits, marionnettes, détruisent notre chère patrie” (Hadja Aminata Sylla).

Dans le cadre de la préservation de la paix en région forestière, les femmes de la coordination mandingue de N’Zérékoré ont organisé  ce dimanche 23 mai 2021,  une lecture du  saint coran pour le  rayonnement de la paix dans la cité. Cette cérémonie de prière a été présidée par le  secrétaire  préfectoral des affaires religieuses de N’Zérékoré, en présence du secrétaire  général chargé des  collectivités décentralisées de la préfecture. 


C’est le siège de la coordination mandingue de N’Zérékoré situé dans le quartier Gonia ici dans la commune urbaine de N’Zérékoré qui a servi de cadre à la tenue de cette cérémonie de lecture du saint Coran.Prenant la parole, la  présidente des femmes de la coordination mandingue de N’zérékoré a rappelé l’objectif de la cérémonie de  lecture du saint Coran. << Nous avons fait ça  pour qu’il ait  la paix en Guinée. Parce qu’il n’aura pas de développement sans la paix. La Guinée est un pays béni, on n’acceptera pas que les bandits, marionnettes, détruire notre chère patrie. Nos grand parents nous ont fait comprendre que Dieu est le seul soutien de la guinée. la preuve de ça est que tous les pays limitrophes de la guinée ont connu la guerre sauf nous. Je demande à tous les religieux de continuer à prier pour la paix pour notre Guinée>>, a souhaité Hadja Aminata Sylla.

Présent sur les lieux, le secrétaire général chargé des  collectivités décentralisées de la préfecture s’est réjouie de la cérémonie << il  y a beaucoup d’armes pour maintenir la paix. Mais l’une des armes les plus efficaces c’est les armes liées à l’imploration de Dieu. C’est Dieu seul qui peut déterminer l’avenir d’un pays. Si ce Dieu son assistance est demandé, on ne peut que s’en réjouit et félicité les leaders religieux,  les initiateurs et initiatrice de  bonne initiative. Pour dire que tout le monde doit écouter  ces messages de paix. La paix est une denrée rare. C’est quand on la perd.  On  se rend compte qu’elle est nécessaire. ET c’est pourquoi je voudrais lancer un appel à l’ensemble des populations de la région forestière afin de resserrer les rangs pour se donner la main. ,Eviter la discrimination raciale et religieuses. La guinée est un pays laïc,  l’une ne peut s’épanouir sans l’autre, y a pas une vie à base clos. Alors donnons-nous la main pour amorcer le développement tant ambitionné >> a  lancé Amara Kaba secrétaire général chargé des collectivités décentralisées de N’zérékoré.
Bruno LAMAH

Bisbille au sein du Patriarcat de N’Zérékoré : les autorités dans le viseur des femmes Zowo ?

Depuis la disparition du patriarche Molou Holomo Hazaly Zogbélèmou, il y a de cela 6 mois, la préfecture de N’zérékoré enregistre une bisbille au niveau du patriarcat de la ville. Face ce problème, les autorités qui, au départ avaient montré leurs ”soutien” à David Zogbélèmou (fils adoptif du patriarche), ont finalement décidé de se mettre à côté tout en confiant le problème à la communauté Kpèlè et la famille Zogbélèmou. Malgré, cette prise de position des autorités la situation reste toujours pendante. C’est pourquoi,  Les femmes Zowo de la préfecture de N’zérékoré, ont rencontré ce lundi, 24 mai 2021, les autorités régionales et puis  communales pour les signifier de l’existence d’un seul patriarche qui n’est autre que ‘’Goikoya Lambert Zogbelemou’’.

Elles étaient très nombreuses ces femmes détentrices des pouvoirs spirituels, venus des sous-préfectures et de certains   quartiers de N’zérékoré,  ont rencontré à huis clos  l’autorité régionale. Au sortir de leur rencontre, la présidente des femmes Zowo de Nzérékoré, Mme Maan Koliyé Kpèna, a confié ceci à la presse. 

« Nous sommes venues voir les autorités, notamment le gouverneur. Mais son directeur de cabinet nous a dit qu’il est en déplacement  mais quand ils sont là tous les jours, le gouverneur n’a jamais soutenu un camp (patriarche). Mais nous  constatons même que, si il ne dit pas en bouche, il peut dire dans les actes. C’est ce qui nous poussent à venir vers eux, pas pour leur demander leurs avis mais pour leur dire que nous n’avons qu’un seul patriarche et non deux comme ils aiment dire. Et après on va aller voir le maire pour lui dire les mêmes choses. Si on veut la paix à Nzérékoré ou si nous voulons que tout le monde se couche bien et se réveille bien, on a un seul patriarche» a martelé Mme Maan Koliyé Kpèna.

De quel des deux  patriarches, s’agit-il, pour la présidente des femmes Zowo, « c’est le patriarche Goïkoya Lambert Zogbélèmou qui a été officiellement intronisé par les notables de N’zérékoré, comme demande d’ailleurs la tradition Kpèlè. Et a été  montré à la population de Nzérékoré. Mais comme on n’arrive pas à comprendre. Tous les jours les échos viennent,  que il y a deux patriarches. Chez nous, on n’a pas deux patriarches, on a que un seul patriarche, qui est Goïkoya Lambert Zogbélèmou. Parce que c’est les zogbela, qui ont décidé dans l’unanimité Lambert Zogbélèmou qui a été montré à la population. Donc, nous restons derrière cette famille avec le patriarche Goïkoya Lambert Zogbélèmou », indique-t-elle.

A la question de savoir si elles douteraient de la neutralité  des autorités sur la crise  patriarcale de Nzérékoré, Mme Maan Koliyé Kpèna  répond en ces termes. « Au nom de toutes les femmes, on  doute. Parce que si ce n’est pas quelqu’un qui soutient un côté, l’affaire de patriarcat, ça ne se discute pas. Les gens n’ont pas besoin de monter ou descendre. Ils ont déjà choisi, c’est fini et c’est fini. Pourquoi aujourd’hui,  les autorités  disent qu’il y a deux patriarches cela n’a jamais été et cela ne se fera pas à Nzérékoré» a souligné la présidente des femmes Zowo.  

Il faut rappeler  que ce sont ces femmes Zowo (prêtres de la  forêt sacrée) qui avaient facilité la levée des réticences dans le district de kpaghalaye lors des dernières résurgences de l’épidémie à virus Ébola dans la sous-préfecture de Soulouta.  Il reste à savoir si leur démarche sera comprise par les autorités dont les femmes  doutent  de leurs neutralités dans cette affaire.

A suivre !
 Bruno LAMAH

Crise d’Essence à N’Zérékoré: le litre vendu à 12 000FG !

Dans la préfecture de N’Zérékoré, une crise ”sporadique” de carburant se fait sentir au niveau des propriétaires des engins roulant de la ville. Ce manque de carburant affecte  aussi négativement  le transport urbain. Au niveau des marchés noirs, le  litre d’essence se négocie entre 11 à 12 000 francs guinéens et  13 000FG par endroit en lieu et place de 10 000FG soit une augmentation de 4 à 5000FG sur le litre d’essence. Mais dans certaines stations de services,  cela occasionne l’arrêt momentané des activités des pompistes   et par contre,  le peu qui fonctionne, c’est un regroupement des conducteurs des engins roulant et les détaillants qui y caractérise. Interrogé, les propriétaires des engins roulant et les détaillants  ne savent pas à quel saint  se vouer. Ils interpellent le gouvernement guinéen à se pencher sur la situation du carburant de N’Zérékoré.


<< cette crise d’Essence ça me fait mal si mal aussi. Ce matin j’ai pris un litre à 12 000 FG. C’est pourquoi mon cœur est chaud comme ça. C’est l’essence qui fait nous on gagne pour satisfaire nos besoins. Je veux qu’ils n’ont qu’à diminuer le prix de l’essence>>, a plaidé Moustapha Condé, conducteur de taxi moto.Pour Nyankoye Haba, << cette crise d’Essence n’est pas Bon. Depuis hier, on a constaté que il y a la crise, on n’a sait pas de l’origine. Ou bien, si  il y a l’essence au niveau du dépôt et que les gens refusent de revendre ou c’est à Conakry ? Je ne sais pas. Il faudrait que le gouvernement arrive à revoir cette situation>>, a dit M. Haba.Quant aux détaillants, Mohamed Camara, précise que<< ce matin, ils ont augmenté. Ils disent c’est 9500 FG. Mais quand on prend l’essence à 9500 FG ajouter au prix de taxi moto pour aller chercher l’essence à la station. Quand on accumule tout cela et extrait le bénéfice que nous devons recevoir sur un bidon de 20 litres. C’est 20 000FG, les 5 000FG, qu’ils nous retirent là, plus les 500 sur chaque litre et ajouter le prix du transport. On ne peut pas avoir franchement, les 20 000FG de bénéficie sur un bidon. Raison pour laquelle on vend ça à 11 000 ou 12 000 fg>>, a expliqué M. Camara.


Au niveau des responsables du dépôt régional du carburant, c’est un silence radio qui se passe.


Bruno Lamah 

Fête de Ramadan : voici les messages des fidèles musulmans de N’Zérékoré.

La fête de Ramadan qui marque la fin du carême musulman a été célébrée dans la ferveur ans 52 lieux de cultes dans la capitale de la région administrative de N’Zérékoré. Cette fête qui a été place sous un contrôle sanitaire et sécuritaire. Aux sortir des différentes  mosquées de la ville, les fidèles musulmans ont manifesté leur joie certains ont déploré la cherté de la vie et le vandalisme de certains édifices privés et publiques lors des manifestations. Ils  ont enfin formulé les vœux  de prière et de  paix dans le pays.Pour le commandant régional de la gendarmerie de N’Zérékoré, Col. Sékou Keita, <<nous prions Dieu de nous avoir donné l’occasion de terminer le mois de carême sans problème à N’Zérékoré.

Car tout le monde s’est que pendant les mois de carême, il y a des problématiques ici. Mais avec la sensibilisation de la population tout c’est passé dans les règles de l’art. Nous remercions tout le Monde pour le bon comportement. Et surtout pour le respect des mesures barrières. Donc je félicite toute la population de N’Zérékoré pour leur bon comportement vis-à-vis du respect des mesures barrières contre l’épidémie à virus Ebola et la pandémie de covid19>>.

Quant à M. Aly Diabaté, acteur de la société civile, dira que le sermon de l’imam qui était axé sur la paix, la cohésion sociale entre les Guinéens vient à point nommé. <<Le sermon de l’iman est un message de paix et de pardon. Et nous en tant que fidèle musulman. Je pense que nous devons vraiment suivre ces mots là. Parce quand nous l’appliquons comme il l’a dit ça va nous permettre de vivre dans un environnement de Paix. Et comme le dit. On ne peut pas parler de développement sans paix.

Donc, l’idéal pour aujourd’hui pour qu’il est la paix aujourd’hui en Guinée. Parce que on constate en longueur de journée, nous sommes en manque d’infrastructures. Mais en moins de manifestation, on se retrouve pour sagager le peu qui est avec nous. Donc, ce qui veut dire la propriété des propriétés, c’est de cultiver la paix. Donc, ces sermon vient à point nommé. Si le premier imam de la forêt parle ainsi, cela veut dire, ça va impacter forcément ses fidèles.>>Se son côté, Alpha Oumar Baldé, pense que le gouvernement doit revoir, les conditions de vie des citoyens. << Ce n’est plus a demonstré. On a tous vus comment les Gens ont traversé le mois de ramadan. Les prix des denrées alimentaires ont nettement augmenté sur le marché.

Et moi je crois que si il y a une chose aujourd’hui, qu’il faut déplorer. C’est naturellement, cette cherté de la vie mais à mon avis des dispositions doivent être prises par le gouvernement pour que le panier de la ménagère soit à la hauteur de son Revenu>>, a exprimé M. Baldé.

Bruno Lamah

Fête de Ramadan : Gl Mohamed Gharé” Dieu a tout donné à cette région…”

À l’image de leurs coreligionnaires du monde, la communauté musulmane de Guinée a célébré ce jeudi 13 mai 2021 la fête qui marque la fin du mois de Ramadan. À N’Zérékoré, c’est dans la  grande mosquée de la ville située dans le quartier Gboyéba dans la commune urbaine de N’Zérékoré que le gouverneur de la région, accompagné des cadres de son service  a accompli son devoir religieux.  Au sortir de la mosquée, Le général Gharé s’est adressé à la population de N’Zérékoré.

Le gouverneur de la région administrative de N’Zérékoré, Gl Mohamed Gharé a tout d’abord commencé par rendre grâce à Dieu avant d’invité les populations de N’Zérékoré a l’unité et à la coexistence pacifique. << Je commence d’abord par  rendre grâce à Dieu d’avoir accordé aux musulmans de Guinée la chance et la santé, de passer ce mois saint de ramadan. Depuis plusieurs années, la ville de N’Zérékoré passait le mois saint de ramadan dans la terreur. Cette année par la grâce de Dieu les 30 jours du mois de carême, ont été jeûnés dans la paix par la population  musulmane et la quiétude sociale. Je voudrais profiter de cette occasion pour dire aux musulmans de Guinée en général aux musulmans de la région forestière notamment de N’Zérékoré d’adorer Dieu et son prophète. De cultiver la paix et la coexistence pacifique, pour se pardonner et de se donner la main. Dieu a tout donné à cette région, nous devons rester reconnaissant vis-à-vis de  lui. Et la première reconnaissance que nous devrions en  lui, c’est de l’adorer, de cultiver la paix, et d’avoir pitié les uns et les autres. Et de faire en sorte qu’il ait de bonheur. Donc je pris Dieu et je souhaite pour toute la population de la forêt, pour toute la population de la Guinée le bonheur tant attendu>>, a exprimé le gouverneur de la région administrative de N’Zérékoré.Dans la même adresse, le gouverneur de la région administrative de N’Zérékoré, a remercié les autorités sanitaires pour les efforts qui ont permis de vite maîtriser les deux virus mortels.

Et à la population d’avoir observé les mesures barrières contre l’épidémie d’Ebola et la pandémie de covid19. << Je remercie d’abord les autorités sanitaires d’avoir mis les bouchées doubles pour lutter efficacement contre les deux pandémies que N’Zérékoré a connu. Mais, il faut reconnaître que le gouvernement guinéen a pris les taureaux par les cornes. Aujourd’hui, ces deux pandémies sont maîtrisées. Nous sommes sur le compte à rebours.

Dans quel jour nous allons sortir définitives des deux pandémies. Merci à la population d’avoir respectée les mesures barrières sanitaires, merci à la notabilité, merci aux femmes et merci aux  jeunes d’avoir respectés les règles de sécurité sanitaire. Ce qui fait que aujourd’hui, nous sommes en train de sortir de ces deux pandémies que tout le monde s’est levé comme un seul homme pour lutter contre ces deux pandémies>>, a souligné le gouverneur Gharé.

Il faut noter que les prières de  la fête de Ramadan qui marque la fin du carême musulman ont  été effectuées dans 52 lieux de prières dont la grande mosquée de la ville.

Journée internationale de la liberté de la presse: voici le message du président de l’Association des professionnels de médias en Guinée Forestière (APROMED/GF).

Les journalistes guinéens à l’image de leurs confrères du monde,  ont célébré ce lundi 03 mai 2021 sous fond d’indignation la journée internationale de la liberté de la presse. À N’Zérékoré, cette journée qui a pour thème cette année ” l’information comme un bien public’  n’a pas été célébrée dans les  différentes rédactions. Rencontré,  le président de l’Association des Professionnels de Médias de la Guinée Forestière, s’est réjoui de la  journée de ce 3 mai. Il a aussi égrainé quelques manquements dans l’exercice de la profession et aussi interpellé les décideurs  à ouvrir un couloir de dialogue avec les soldats de l’information.

Selon, Niouma Lazare Kamano, président de l’association des professionnels de médias de la Guinée Forestière(APROMED GF) << Aujourd’hui, le constat à N’Zérékoré dans  la région forestière, il y a des manquements qui sont enregistrés en longueur de journée dans l’exercice du métier de journalisme. Il y a de ces  journalistes qui sont agressés par le plus souvent par les agents de force de l’ordre. Si nous prenons le cas de notre confrère de la radio baobab FM, qui, sous un terrain de reportage a été victime d’un abu d’un agent de sécurité. Et ça c’était  au vu et au su de tout le monde. Donc, quelques pas l’exercice de ce métier en région est confronté à ces problèmes.  Au delà, avoir de l’information est tout à faire un autre problème auprès des décideurs politics et administratifs. Il est très difficile au jour d’aujourd’hui d’avoir  des informations. Quand vous partez vers les responsables, ils sont peu qui acceptent de données l’information>>.Pour Facely Konaté, Vice Président de l’APROMED/GF, et Directeur régional de la radio Espace Forêt,<< cette journée vise à rappeler aux gouvernants la nécessité de respecter leur engagement en faveur de la liberté de la presse. Et en tant que professionnels des médias, elle nous interpelle sur notre rôle  dans la société et nous amène à réfléchir sur les questions relatives à la liberté de la presse et à l’éthique professionnelle>>, a indiqué M. Konaté.

Soulignant des manquements au sein de la corporation, Niouma Lazare Kamano, président l’APROMED/GF<< certains de nos confrères  journalistes pensent qu’ils sont au dessus de la loi. Alors que nul n’est au dessus de la loi.  Quand nous sommes journalistes, n’oublions pas que nous sommes aussi citoyens comme les autres. Mais on a constaté aujourd’hui en Guinée et particulièrement en région forestière quand on se dote du mentor de journaliste. On croit être au dessus de tout le monde et cela n’est pas normal. Mais quelques fois il y a des journalistes qui ne vont pas en profondeur dans la collecte de l’information. Et pour être crédible, il faut avoir les informations crédibles. Donc, je les invite d’abord à la formation,  de respecter l’éthique et la déontologie dans l’exercice du métier.  Si nous voulons être esclave de ce  métier, il faut qu’on se  soumette à l’éthique et à la déontologie.

Je demande humblement aux décideurs, ils soient politiques ou administratifs d’ouvrir les couloirs de dialogues avec les journalistes. C’est-à-dire, de les données les informations qu’ils ont besoin. Si il s’agit d’informations publiques. Ils n’ont pas le  droit de garder l’information par devers eux. Ils sont là pour le peuple et le peuple à besoin de savoir ce qui se passe. Et aussi c’est d’être compréhensif, c’est de comprendre ce journaliste à un contrat social avec ce public qui l’écoute. Donc, il a le droit de relayer une bonne information auprès des citoyens. Et surtout aux forces de l’ordre qui trouvent des journalistes comme des Becs noirs tandis que ceux-ci ne sont pas des Becs noirs pour eux. Ils sont là, à la recherche de l’information.  Si toutefois un journaliste est dans ce plein droit de rechercher l’information, ils  doivent les laisser exercés leur métier sans qu’ils ne soient inquiétés>> a-t-il plaidé.
Il faut noter que cette journée devrait amener les acteurs de l’information à réfléchir et agir pour l’amélioration des conditions de vie et de travail des journalistes.