TPI de N’Zérékoré : ‘’ La loi ne fait aucune obligation ni aux…’’ procureur !

M. Sidiki Camara, procureur de la république
M. Sidiki Camara, procureur de la république

Près d’un mois après sa prise de fonction  à la tête du parquet de N’Zérékoré le 11 janvier dernier,  M. Sidiki Camara, procureur de la république près le Tribunal de Première Instance  de N’Zérékoré,   a conféré ce lundi 31  janvier 2022 dans la salle d’audience de la justice de Zaly avec les officiers de police judiciaire (OPJ) de son ressort, pour une prise de contact et aussi  les présenter sa feuille de route. Selon M Sidiki Camara, procureur de la république près le TPI de N’Zérékoré, <<  on a convoqué la réunion pour que ces OPJ là, viennent qu’on puisse échanger sur les questions de procédure. Parce que le travail préliminaire est fait par l’officier de police judiciaire. Donc, il est important, qu’ils soient outillés. Il est important qu’on mette à sa disposition tout ce qu’il faut pour qu’il fasse un procès-verbal. Parce que c’est sur la base de ce procès que nous procureurs, nous exerçons, les poursuites dont nous sommes chargés de faire. Et si ce travail n’est pas bien fait à la base, ce qui va être fait, comme fondation va être sous un sable mouvant et tout ce qu’on va construire là-dessus risque de s’écrouler>>.

Commissaire, Oumar Mansaré, en service à la direction régionale de la police de N'Zérékoré
Commissaire, Oumar Mansaré, en service à la direction régionale de la police de N’Zérékoré

Une rencontre hautement saluée  par les participants. Pour le  Commissaire, Oumar Mansaré, en service à la direction régionale de la police de N’Zérékoré << c’est la première fois que nous assistons à ces genres de prise de contact. Ça nous édifie davantage de travailler main dans la main dans une impartialité totale. Et surtout à respecter les règles et les principes des lois de notre pays. Ça nous permet de bannir les anciens comportements et épousé le nouveau dans toute impartialité. Et les irrégularités qui étaient de part et d’autre entre nous et les chefs de quartier. Je crois beaucoup vont cesser de le faire. Surtout ce qui concerne le cas des convocations où les chefs de quartier s’oppose souvent à l’interpellation de leur citoyens>>, a dit commissaire Mansaré.

Ibrahima Khalil KEITA,  officier de police judiciaire
Ibrahima Khalil KEITA,  officier de police judiciaire

Pour sa part, Ibrahima Khalil KEITA,  officier de police judiciaire, à sa sortie de la salle d’audience, a salué la tenue de la rencontre << vous savez la justice souvent, avant,  il avait de la bafouille au niveau de la police judiciaire et aussi au niveau de la justice. Mais avec la rencontre, nous avons été très fière de lui(procureur). Parce que il a donné point par point au niveau des convocations, comment nous avons des difficultés dans les quartiers avec les chefs de quartier, les autres agents et les élus locaux, chacun à vue la feuille de route qui doit faire pour pouvoir éviter de l’amalgame entre nous>>

En ce qui concerne l’immixtion de certains chefs de quartiers dans les procédures  judicaire, le procureur prévient. « La loi ne fait aucune obligation ni aux officiers de police judiciaire, aux procureurs et aux juges de mettre sous couvert chef de quartier. Nous le faisons parce que nous voulons les aider. Mais, ils n’ont pas le droit de s’interposer. On ne doit pas concourir à la fuite d’un malfaiteur. Si on le fait, on peut être poursuivi pour recel de malfaiteurs. Donc quand les convocations arrivent, ils les acheminent aux destinateurs. Et il appartient à leurs destinateurs de répondre» a martelé M. CAMARA.

Pour ce qui est de  l’autopsie dans les hôpitaux, et la réquisition faite au niveau des opérateurs téléphoniques pour les cas d’arnaque, le procureur de la république près le TPI de N’Zérékoré, a promis décrire à ses différents services afin de faciliter le travail des officiers de police judiciaire.

Bruno Lamah