Vol de moto : un présumé voleur battu à mort à N’Zérékoré.

Advertisements

Un présumé voleur de moto a échappé de vindicte populaire ce vendredi, 13 décembre 2019 au quartier Nakouyakpala commune urbaine de N’Zérékoré.

Il s’agit d’un jeune nommé Kémoko Sidibé étudiant diplômé, âgé de  26 ans, domicilié au quartier Gboyéba dans la commune urbaine de N’Zérékoré qui a frôlé la mort au quartier Nakouyakpala.  Accusé par ses collègues d’avoir volé une moto  jeudi, 12 décembre 2019,  Kémoko Sidibé, a été appréhendé par ses amis dans la matinée de ce vendredi, 13 décembre en ville, et conduit au quartier Nakouyakpala où, le présumé voleur a été battu à mort.

Advertisements
Madame Doris Théa
Madame Doris Théa

Seny Doris Théa est  la responsable du quartier,  « depuis hier je ne suis pas bien portante.  je dormais sous le manguier. Quand j’ai attendu les klaxons des motards venus vers moi, directement, je me suis réveiller. Ils sont venus déposer ce présumé voleur sur la route qui traverse chez moi. Au moment que je voulais en savoir de plus, c’est en ce temps,  ils étaient-là en train de le  bastonner et passer la moto sur lui en  disant   que Kémoko Sidibé (présumé voleur) aurait volé la moto d’un entre eux. Comme je ne connaissais personne dans le groupe et j’ai tellement eu peur, parce que le jeune était presque mort, il ne bougeait plus. Directement,  j’ai appelé le maire pour l’informer qu’un jeune vient d’être lynché par un groupe de jeunes taximètres en colère venus  de la ville. Entretemps, les taximètres ont pris la fuite et le maire a alerté les services de sécurité. Après, le présumé voleur s’est redressé et quand le maire est venu sur les lieux, il a vu que  Kémoko Sidibé  n’était pas mort, ils l’ont mis  dans le véhicule des sapeurs-pompiers pour le conduire à l’hôpital», a expliqué madame Seny  Doris Théa presidente du conseil de quartier nakouyakpala.

En outre, madame Doris Théa, invite la population de N’Zérékoré à la responsabilité, « ce que je demande à la population c’est d’être responsable, d’éviter la vindicte populaire, de se référer toujours à la justice.  Et de ne plus envoyé les présumés voleurs ici. S’ils arrêtent un voleur, ils n’ont qu’à le confier  au service de sécurité ou à la justice et non l’envoyer dans nom quartier. Il faut que ça  soit clair,  car   cela gâte l’image du quartier.»

Il faut noter que le présumé voleur qui a été lapidé par un groupe de taximètre en colère est sous  soins intensif à l’hôpital régional de N’Zérékoré.

A suivre !

Bruno LAMAH

Advertisements