Category: Monde

Monde Actualité en direct, en photo sur l’info politique, sociale, économique, sportive et plus sur Guineeplus.net.

CAN 2021. Les Fennecs battus au bord de l’élimination

Ça va mal pour le tenant du titre ! Accrochée en match d’ouverture, l’Algérie a été battue à la surprise générale par la Guinée Equatoriale pour son deuxième match (0-1).

Les coéquipiers de Ryad Mahrez joueront leur qualification lors d’un dernier match compliqué face à la Côte d’Ivoire. Ce groupe E, dans lequel la Guinée Equatoriale est 2e, est loin d’avoir livré son verdict.

Le rêve pour la Guinée Équatoriale, le cauchemar pour l’Algérie. Après 35 matches de suite sans défaite, toutes compétitions confondues, les Fennecs sont tombés. Et, à la surprise générale, c’est la Guinée Équatoriale qui a fait plier les champions en titre, sur la plus petite des marges (0-1), grâce à un but d’Orozco Fernandez.

Dans cette édition 2022 de la Coupe d’Afrique des Nations, l’Algérie est plus que jamais en danger. Encore incapable d’inscrire le moindre but, la voilà dans l’obligation de s’imposer face à la Côte d’Ivoire, dans un choc d’ores et déjà très prometteur du groupe E.

Sur un coup franc pourtant mal tiré, Orozco Fernandez a profité d’une déviation au premier poteau et d’un oubli défensif pour punir l’Algérie (0-1, 71e). Le héros du match s’est ensuite fendu d’un geste déterminant dans sa surface, pour repousser sur sa ligne (86e).

Son but, le seul de la rencontre, vient un peu plus accabler des Fennecs bien mal au point dans cette Coupe d’Afrique des Nations.

Avec un petit point pris, ils sont bons derniers du groupe E et sont très heureux d’avoir vu la Côte d’Ivoire être accrochée par la Sierra Leone quelques heures plus tôt (2-2). Après le miracle de la Guinée Équatoriale, c’est au tour de l’Algérie d’en produire un.

Ivan Edu (Guinée Equatoriale), Homme du match

‘’Je suis très heureux de cette distinction, à chaque match, j’essaie de donner le meilleur de moi-même parfois ça marche comme aujourd’hui, parfois c’est non. Ce soir au-delà de ma personne, c’est le groupe qui est allé chercher cette victoire, c’est l’équipe qui a gagné le match et ce titre’’.

Juan Obiang, coach de la Guinée Equatoriale 

‘’Je suis ravi de cette victoire contre une grande et belle équipe de l’Algérie, ce n’était pas un match facile mais nous avons réussi à construire notre victoire. La qualification au prochain tour, n’est pas encore acquise et dès demain nous allons nous projeter sur le match contre la Sierra Leone, l’objectif, c’est d’aller chercher un très bon résultat. Ce soir, j’ai une pensée pour tous les Equato-guinéens vivant au Cameroun et notre population qui nous soutient et nous pousse à aller de l’avant’’.

Djamel Belmadi, sélectionneur de l’Algérie :

‘’Ce n’est pas le résultat escompté et pourtant, nous avons tout fait, nous nous sommes procuré plusieurs occasions mais le ballon n’est pas entré. Nous sommes en situation d’échec, c’est un moment de vaches maigres. Le football, ce n’est pas toujours des raisons rationnelles mais soyons en sûrs, nous nous battrons pour rester dans cette compétition. Ce sera contre une grande équipe de la Côte d’Ivoire qui est constituée de joueurs évoluant dans les plus grands championnats. Au sujet de l’adversaire, la Guinée Equatoriale, elle a défendu avec beaucoup d’envie, de détermination et nous n’avons pas su trouver la faille, c’est une situation d’échec’’.

CAN 2021. Tunisie – Mali : fin de match rocambolesque et défaite des Tunisiens, le résumé

TUNISIE – MALI. Le Mali s’est imposé dans le premier match du groupe F de la CAN 2021 grâce à un but d’Ibrahima Koné. Début de compétition très difficile pour la Tunisie.

Les Aigles du Mali confirment les statistiques, en remportant leur premier match en phase de groupes de la Coupe d’Afrique des Nations TotalEnergies, Cameroun 2021 face à la Tunisie (1-0) mercredi après-midi à Limbe.

Les poulains de Mohamed Magassouba peuvent remercier leur gardien Bosso Mounkoro quia réalisé un excellent match avec plusieurs arrêts dont un penalty à un quart d’heure de la fin de la rencontre.

En première mi-temps, les deux équipes se sont concentrées en milieu de terrain avec une maitrise équitable sans vraiment mettre en danger les deux gardiens.

Wahbi Khazri côté tunisien ou encore Messadio Haidara côté malien se sont essayés mais sans toutefois réussir à mettre le cuir au fond des filets.

Les Maliens débutent fort la seconde période et ouvrent la marque dès la 47’. Skhiri touche le ballon de la main dans la surface de réparation, penalty sifflé par l’arbitre de la rencontre Janny Sikazwe et transformé par Ibrahima Koné.

55’, Wahbi Khazri exécute un coup franc direct des 20 mètres, boxé en corner par le gardien Mounkoro. Dix minutes plus tard, Dylan Bronn tente sa chance des 35 mètres, mais le keeper malien sort le ballon en corner.

75’le stéphanois Wahbi Khazri conclu un joli travail collectif avant que le ballon ne touche la main d’un défenseur malien. Après vérification de la VAR, le referee zambien siffle un penalty. La sentence est exécutée par Khazri, mais très bien sortie par le gardien des Aigles du Mali.

A quelques minutes de la fin de la rencontre, l’attaquant malien est expulsé suite à une « semelle » sur Bronn.

Malgré cela, les Tunisiens ne reviennent pas au tableau d’affichage alors que les Maliens enregistrent leurs trois premiers points dans la compétition pour leur 12e participation dans la plus grande messe du football africain.

La fin du match a été entachée par la décision controversée de l’arbitre de la rencontre d’interrompre le match quelques secondes avant la fin du temps réglementaire.

Les joueurs maliens sont revenus sur la pelouse pour disputer le temps restant, mais les Tunisiens ont préféré ne pas revenir pour se pencher immédiatement sur le match prochain.

Réactions d’après-match :

Ibrahim Bosso, gardien du Mali (Homme du Match)

La force de notre équipe a été la solidarité. On s’est donné la main pour cette victoire collective. C’est très important de bien débuter. Le fait d’arrêter ce penalty à booster l’équipe. »

Mohamed Magassouba, entraîneur du Mali :

« Nous on voulait reprendre pour jouer les minutes restantes mais la Tunisie ne voulait pas reprendre, l’arbitre a sifflé alors la fin de la rencontre. Nous avons démystifié le match, on a géré avec une gestion rationnelle l’occupation de terrain, les transmissions. Naturellement l’objectif c’est de décrocher la timbale, on le dit avec humilité, un vœu pieux”

Mondher Kebaier, entraîneur de la Tunisie :

« L’arbitre a sifflé à la 85 mn après à la 89 mn, c’est lunaire. Il nous a privés de concentration. On ne voulait pas reprendre parce que les joueurs avaient déjà pris leurs bains, déconcentrés et démoralisés face à cette situation ubuesque. »

CAN 2021. Le Nigéria dicte sa loi à l’Égypte

Les Super Eagles offrent une prestation séduisante, et poussent les Pharaons à une défaite d’entrée 1-0.

Gros coup dur pour les Pharaons avec la sortie sur blessure au genou de Tawfik. L’Égypte est contrainte d’évoluer à 10 durant quelques minutes avant l’entrée d’Abdelmonem. Un avantage qui va profiter aux Super Eagles qui vont faire tourner le ballon et conserver la possession de balle. Le ballon du match est changé à deux reprises, pas assez gonflé au goût de l’arbitre et des joueurs.

Le pressing haut du Nigeria sera récompensé à la 30e minute de jeu. Simon centre dans la surface et son ballon est dégagé par la défense directement sur Aribo. Le joueur remet de la tête vers Ihenacho qui contrôle de la poitrine et marque d’une somptueuse demi-volée du gauche, inscrivant sur le coup son 12e but en 38e sélection avec le Nigeria.

L’Egypte peine à exister, les Super Eagles montent en puissance, à l’image d’un Simon très actif à gauche, c’est donc logiquement qu’ils conservent l’avantage au score à la pause.

Salah et les siens sont forcés de réagir à la reprise du match, Aboul-Fetouh est remplacé par Ashraf à la 46e minute, puis Hassan Trezeguet par Sayed Zizo. Mais c’est le Nigeria qui va une fois de plus mettre la pression dans une nouvelle offensive à la 62e minute.

Iheanacho est servi dans l’axe à l’extérieur de la surface. Il décide d’enchainer directement d’une frappe du gauche, directement contrée puis captée dans les airs par El-Shenawy.

Les Egyptiens essaient de réagir à la 67e sur une contre-attaque rapide. Marmoush centre pour Salah qui cherche à s’illustrer d’une reprise du gauche contrée, mais l’attaquant de Liverpool est signalé hors-jeu. Le Nigeria réussi à maintenir son avantage, jusqu’au coup de sifflet final.

Une victoire qui permet aux Super Eagles de prendre provisoirement la tête de la poule D avec 3 points. Rappelons que Les Pharaons étaient invaincus depuis leurs 16 derniers matches de phase de poules en Coupe d’Afrique des Nations : 12 victoires et 4 nuls. Leur dernier revers à ce stade de la compétition remonte à 2004 face à l’Algérie (1-2).

CAN 2021: Mané délivre le Sénégal à la dernière seconde

Les Lions de la Teranga, finalistes lors de la dernière CAN TotalEnergies, se sont offert leurs trois premiers points de cette édition 2021 au bout du temps additionnel de leur rencontre face au Zimbabwé. La rencontre qui avait lieu sur la pelouse du Stade de Kouekong à Bafoussam a été conclu après un penalty sifflé par l’arbitre Mario Escobar et executé par Sadio Mané.

Les protégés d’Aliou Cissé, favoris de la compétition n’ont pas pu trouver la faille durant plus de 90′ face au Zimbabwé qui a bloqué toutes les issues, ont finalement réussi à déverouiller le match à la 90+5 grâce à Sadio Mané sur penalty après une main d’un défenseur zimbabwéen.

En première période, le Sénégal qui domine les débats surtout au milieu et en attaque, n’arrive pas à déverouiller les différentes situations.

Sadio Mané, Idrissa Gueye ou encore Keita balde ne trouvent pas le chemin des filets malgré plusieurs incursions face au gardien zimbabwéens Petros Mhari.

La meilleure occasion est à l’oeuvre du parisien, capitaine des Lions Idrissa Gueye qui rate de peu face au keeper du Zimbabwé (37′). Le sénégalais qui pouvait contrôler le ballon avant de le mettre au fond des filets, a préféré partir en première intention pour rater un but tout fait.

Durant le dernier quart d’heure de cette première mi-temps, les zimbabwéens reviennent dans le jeu et profitent du manque de détermination des sénégalais avec quelques occasions, pauvres, mais présentes par l’intermédiaire de Musona à gauche.

Après la pause citron, les sénégalais haussent le ton dès le début avec une tête de Pape Cisse qui frôle de peu le poteau droit du gardien zimbabwéen après un corner, très bien boté par le défenseur du Bayern Munich, Bouna Sarr.

Sénégalais et Zimbabwéens se disputent le milieu de terrain et les deux entraineurs jouent les contres pour espérer ouvrir la marque. 75′, sur un long ballon de la défense après un corner zimbabwéen, Mouhamadou Diallo, l’attaquant du RC Strasbourg sert Sadio Mané dans les six mètres, mais le gardien Petros Mhari coupe la trajectoire du ballon et freine l’action des Lions de la Teranga.

Il aura fallu les dernières secondes de la rencontre pour assister à l’unique changement au tableau d’affichage lorsque Mané délivre les siens en exécutant un penalty sifflé à la 90+5 après une main dans la surface de réparation zimbabwéenne.

Les sénégalais se lancent avec une victoire dans le tournoi pour prendre la tête du groupe B composé également de la Guinée et du Malawi dont l’affrontation est prévue à partir de 17h00.

Par CafOnline

Reims-PSG fait un carton en Espagne !

Les débuts de Lionel Messi avec le Paris Saint-Germain ont réalisé une audience record en Ligue 1.

C’est donc ça l’effet Lionel Messi. L’arrivée de l’attaquant argentin en France a été synonyme de coup de projecteur immédiat pour la Ligue 1. La preuve: dimanche soir, la rencontre Reims-PSG a été le programme TV le plus suivi en Espagne.

Mundo Deportivo fait en effet le point sur les audiences: l’affiche de clôture de la 4e journée de Ligue 1 a été suivie par 2 214 000 téléspectateurs , avec une part d’écran de 18,5 %. Le match était diffusé en clair sur Telecinco, et l’entrée de Messi à la 66e minute a encore fait grimper l’audimat, avec 2 924 630 spectateurs devant leur télévision pour la fin de rencontre, et une part de marché de plus de 22%.

Des chiffres qui doivent laisser rêveurs certains diffuseurs en France, surtout qu’il faut ajouter les (nombreux) spectateurs qui ont suivi la rencontre sur Twitch, sur la chaîne d’Ibai Llanos, un streameur proche de Messi (il avait été invité pour la présentation à la presse de l’Argentin à Paris).

Ibai annonce qu’il a relevé un pic à 500 000 spectateurs sur son stream, avec au total plus de 2 millions de connexions. « C’est de la folie absolue avec uniquement des gens d’Espagne », a-t-il réagi via Twitter. C’est l’effet Messi, on vous dit.

Il n’est bien sûr pas dit que la Ligue 1 réalise de telles audiences durant la saison, bien au contraire. Mais à titre de comparaison, au moment des débuts de Messi (vers 22h27), il y avait en Liga une belle affiche entre le champion en titre, l’Atlético, et le vainqueur de la Ligue Europa, Villarreal. D’un coup reléguée au second plan.

Par Sport.fr

Football : Didier Deschamps dévoile une liste de joueurs sans Olivier Giroud pour les qualifications du Mondial 2022

Quatre nouveaux joueurs ont été sélectionnés en équipe de France pour commencer leurs carrières sous le maillot tricolore. Olivier Giroud, présent au Mondial 2018 et à l’Euro 2021, n’a pas été retenu.

Rapidement confirmé à son poste après l’échec de l’équipe de France de football à l’Euro, Didier Deschamps se retrouvait face à des choix forcément très observés au moment d’énumérer les heureux élus, jeudi 26 août, depuis le siège de la Fédération, à Paris. Le patron des Bleus a choisi de se passer des services d’Olivier Giroud pour la reprise des qualifications au Mondial 2022 début septembre, le sélectionneur offrant une première convocation à Aurélien Tchouaméni, Jordan Veretout, Moussa Diaby et Théo Hernandez, frère de Lucas, présent au dernier Euro.

« C’est simplement un choix sportif du moment, par rapport à une liste de 23 [joueurs] et de la concurrence », s’est justifié le sélectionneur à propos de Giroud, nouvel avant-centre de l’AC Milan (34 ans) qui s’éloigne de l’équipe de France à quinze mois de la Coupe du monde au Qatar.

Avec le forfait d’Ousmane Dembélé, l’absence de Marcus Thuram sur blessure, les pépins physiques en défense et au milieu, les deux secteurs se retrouvent renforcés par les quatre nouveaux arrivants.

4️⃣ nouveaux joueurs dans la liste de Didier Deschamps pour le rassemblement qui débute lundi ! 👋 @TheoHernandez,… https://t.co/7GD8kdT4k5— equipedefrance (@Equipe de France ⭐⭐)

Pas de grande surprise

S’il y a « toujours des pages qui se tournent » à chaque grande compétition, comme il l’a glissé dans un entretien accordé en juin à L’Equipe, le technicien basque n’a pas été l’auteur de coups de tonnerre de la fin d’été à l’annonce cette liste, qui reste sans grande surprise pour les qualifications à la Coupe du monde en 2022.

L’élimination des Bleus en huitièmes de finale de l’Euro par la Suisse, à la fin du mois de juin à Bucarest, est à peine digérée que les champions du monde français doivent basculer sur les qualifications pour le Mondial 2022, contre la Bosnie le 1er septembre à Strasbourg, en Ukraine, le 4, et face à la Finlande, trois jours plus tard à Lyon.La liste des 23 joueurs sélectionnés en équipe de France

Gardiens : Hugo Lloris (Tottenham, Angleterre), Mike Maignan (Milan AC, Italie), Steve Mandanda (Marseille).

Défenseurs : Lucas Digne (Everton, Angleterre), Léo Dubois (Lyon), Théo Hernandez (Milan AC, Italie), Presnel Kimpembe (PSG), Jules Koundé (Séville, Espagne), Dayot Upamecano (Bayern Munich, Allemagne), Raphaël Varane (Manchester United, Angleterre), Kurt Zouma (Chelsea, Angleterre).

Milieux : N’Golo Kanté (Chelsea, Angleterre), Paul Pogba (Manchester United, Angleterre), Aurélien Tchouaméni (Monaco), Corentin Tolisso (Bayern Munich, Allemagne), Jordan Veretout (AS Rome, Italie).

Attaquants : Karim Benzema (Real Madrid, Espagne), Kingsley Coman (Bayern Munich, Allemagne), Moussa Diaby (Bayer Leverkussen, Allemagne), Antoine Griezmann (FC Barcelone, Espagne), Thomas Lemar (Atlético Madrid, Espagne), Anthony Martial (Manchester United, Angleterre), Kylian Mbappé (PSG).

Le Monde

Pour les 20 ans de « Koh-Lanta », TF1 recrute vingt vétérans dans une version « all stars 2021 »

Soirée historique sur TF1, ce mardi 24 août. Pour les 20 ans de son émission « Koh-Lanta », TF1 ouvre une saison mettant en lice vingt vétérans du jeu présenté par Denis Brogniart, dix femmes, dix hommes.

Vingt sur vingt. Pour les 20 ans de son émission « Koh-Lanta », TF1 a choisi de faire s’affronter vingt candidats. Et de baptiser cette édition 2021, en toute modestie : « Koh-Lanta : la légende ». Première étape ce soir à 21 h 05.

Les vingt « aventuriers » qui prendront part à cette édition sont tous des vétérans de « Koh-Lanta ». Dix hommes et dix femmes soigneusement sélectionnés parmi les 392 hommes et femmes qui ont concouru depuis vingt ans. Avec un léger avantage à ces dernières, qui comptent quatre vainqueures – celles des saisons 5 (Clémence Castel), 7 (Jade Handi), 8 (Christelle Gauzet) et 21 (Alexandra Pornet) – pour deux vainqueurs (celui de la saison 12, Ugo Lartiche, et celui de la saison 14, Laurent Maistret).

Mais TF1 a aussi choisi des seconds couteaux, finalistes malheureux d’éditions précédentes, « qui ont encore et toujours envie d’en découdre, affirme la chaîne, pour enfin conquérir le titre qui leur a échappé ». Ainsi de Claude, 41 ans, trois fois présent, trois fois finaliste, trois fois battu sur le poteau : « J’ai envie d’affronter les meilleurs et de finir sur les 20 ans », explique-t-il. Des candidats emblématiques des vingt et une saisons écoulées, pour capter le vaste public de toutes générations qui a suivi l’aventure depuis le samedi 4 août 2001. En seconde partie de soirée sera proposé un documentaire sur « l’histoire des héros », où ces derniers racontent ce qu’il est convenu d’appeler « l’aventure de leur vie ».

Denis Brogniart est toujours aux manettes de l’émission-culte produite par Alexia Laroche-Joubert et sa société Adventure Line Productions (ALP), et dont la date de diffusion a été déplacée cette année au mardi – pour permettre aux téléspectateurs les plus jeunes de passer la soirée devant le poste, n’ayant pas école le lendemain.

Dans deux îles différentes

Cette année, destination la Polynésie. Loin du tourisme de masse et du coronavirus – qui n’avait pas encore connu la nouvelle flambée actuelle lors du tournage l’hiver dernier, tient à souligner l’animateur. Ce dernier annonce une surprise pour les candidats, qui se verront séparés d’emblée dans deux îles différentes, l’une pour les hommes, l’autre pour les femmes. Même si, tient-il à rappeler, « nous avons été des pionniers en matière de parité, dès la première année ».

Autre vertu revendiquée, en ces temps de dérèglement climatique et de pollution tous azimuts : la préservation de l’écosystème. « Nos équipes nettoient les plages de fond en comble avant et après notre passage, assure Denis Brogniart. Nous sommes très attentifs à être les hôtes les plus propres et les plus respectueux possibles des lieux et des gens qui nous accueillent. »

Der des ders ou début d’une nouvelle ère ? « Ni l’une ni l’autre, balaie l’ancien journaliste sportif. En 2022, nous repartirons vers de nouvelles aventures avec vingt nouveaux aventuriers. “Koh-Lanta” est un peu comme une vieille dame reliftée de manière intelligente année après année, elle entame sa troisième décennie avec toujours autant d’enthousiasme. » Et de succès, espère-t-on à TF1. Quelque six millions de téléspectateurs suivent les aventures des « koh-lantais » chaque semaine. « C’est comme si j’étais le commandant de bord d’un gigantesque navire qui emmène ses innombrables passagers à la découverte de lieux où ils ne sont jamais allés. »

La mort de Charlie Watts, discret et populaire batteur des Rolling Stones

«Géant tranquille», «homme élégant» et «grand architecte de la musique»: le taiseux Charlie Watts, batteur et véritable «roc» des Rolling Stones, est décédé mardi à Londres à l’âge de 80 ans, a annoncé son agent, suscitant de nombreux hommages dans le monde de la musique. 

«C’est avec une immense tristesse que nous annonçons le décès de notre cher Charlie Watts», a indiqué dans un communiqué son agent, Bernard Doherty, précisant qu’il était «décédé paisiblement dans un hôpital de Londres plus tôt dans la journée, entouré de sa famille». 

«Charlie était un mari, un père et un grand-père très apprécié et aussi, en tant que membre des Rolling Stones, l’un des plus grands batteurs de sa génération», a estimé M. Doherty.

Un porte-parole de l’artiste avait annoncé début août qu’il ne participerait pas à la tournée américaine du groupe, prévue pour l’automne, pour des raisons médicales. «Charlie a subi une intervention couronnée de succès», mais ses médecins estiment qu’il a besoin de repos, avait-il indiqué à l’époque, sans autre précision.

Le batteur, qui avait fêté ses 80 ans en juin, était membre des Rolling Stones depuis 1963. Avec le leader Mick Jagger et le guitariste Keith Richards, Charlie Watts faisait partie des plus anciens membres du célèbre groupe de rock, qui a vu défiler Mick Taylor, Ronnie Wood ou encore Bill Wyman.

Avec son visage impassible et son talent unanimement reconnu en matière de rythmique binaire, il offrait sur scène un contrepoint aux déhanchements frénétiques de Mick Jagger et aux pitreries électriques des guitaristes Keith Richards et Ronnie Wood.

C’était «l’homme le plus élégant et d’une si brillante compagnie», s’est ému en ce «jour très triste» le chanteur Elton John, offrant dans un tweet ses condoléances à Shirley Shepherd, la femme de Watts depuis 50 ans, et à leur fille Seraphina, avec qui il passait une vie sereine dans leur haras pour pur-sang arabes du Devon, dans le sud de l’Angleterre.

«Stable comme un roc»

«Dieu bénisse Charlie Watts, tu vas nous manquer», a salué sur Facebook le batteur des Beatles, Ringo Starr, gratifiant la famille du défunt d’un «peace and love».

«C’était un gars adorable», a ajouté dans une vidéo diffusée sur Twitter l’autre Beatles Paul McCartney. «Mes condoléances aux Stones, ce sera un coup dur pour eux, car Charlie était un roc, et un batteur fantastique, stable comme un roc», a-t-il ajouté.

Le groupe Kiss, le chanteur d’Oasis, Liam Gallagher, ou encore Tom Morello, guitariste du groupe Rage Against the Machine, font partie des nombreux autres artistes à avoir salué le départ de Charlie Watts, cet «incroyable musicien» et «l’un des plus grands architectes de la musique» que le rock’n roll a connu.

Né le 2 juin 1941 à Londres, cet autodidacte en batterie avait commencé à jouer à l’oreille, en regardant les joueurs dans les clubs de jazz londoniens. «Je ne suis jamais allé dans une école pour apprendre à jouer du jazz», avait-il confié. «Ce n’est pas ce que j’aime. Ce que j’aime dans le jazz, c’est l’émotion.»

Tout au long de sa carrière avec les Rolling Stones, celui qui tenait ses baguettes à l’envers en frappant avec le gros bout continue en parallèle le jazz. Il enregistre plusieurs disques sous son nom avec un quintette (Charlie Watts Quintet) puis un dixtuor (Charlie and the tentet Watts).

Adoubé comme le douzième meilleur batteur de tous les temps par le magazine Rolling Stones, Charlie Watts ne s’émouvait qu’assez peu d’une éventuelle séparation du groupe légendaire, reconnaissant avoir eu plusieurs fois envie lui-même de le quitter.

En 2004, M. Watts avait été soigné pour un cancer de la gorge à l’hôpital Royal Marsden de Londres, dont il s’était remis après quatre mois de lutte, dont six semaines de radiothérapie intensive.    

LES ÉVALUATIONS DRAMATIQUES DU LAURÉAT DU PRIX NOBEL LUC MONTAGNIER

Depuis un an et demi, l’humanité est plongée dans les ténèbres profondes du coronavirus. Un virus qui se dévoile maintenant qui a été produit dans le laboratoire de Wuhan, il a causé des millions de morts et ruiné la vie de milliards de personnes dans le monde.

Mais un virus fabriqué, c’est-à-dire une arme biologique, est un crime horrible contre l’humanité, et évidemment ceux qui ont commis ce travail criminel doivent être punis de manière exemplaire.

De tous les virologues éminents de la planète, qui ont exprimé l’opinion que le virus n’a pas été créé par des mains humaines en laboratoire ou ont gardé le silence, il était l’un des rares, Nobel de médecine qui a isolé le virus du sida, le professeur français Luc Montagnier, qui a eu le courage et sans crainte de dire la vérité, et sans aucun intérêt. Au contraire, il a également risqué sa propre vie, ayant contre lui des forces planétaires énormes et puissantes. L’autre professeur français, Jean Bernard Fourtillan, qui a également dit la vérité, a été enfermé dans un hôpital psychiatrique. Alors que disait Montagnier il y a plus d’un an? “Une manipulation est faite autour de ce virus… le coronavirus de chauve-souris, quelqu’un a ajouté des séquences, notamment du VIH, du virus du SIDA… Ce n’est pas naturel. C’est le travail de professionnels, de biologistes moléculaires… Un très travail précis et minutieux”.

Et qu’ont dit alors vos collègues virologues ? Le professeur français Jean François Delfraissy, chef du conseil scientifique qui conseille le gouvernement français sur la “pandémie”, a déclaré : “L’hypothèse que le virus ait été produit dans un laboratoire de Wuhan est une théorie du complot qui n’a rien à voir avec la vraie science. Tout le monde dans la communauté scientifique s’accorde à dire qu’il s’agit d’un coronavirus”. Le professeur français Olivier Schwartz, chef du département virus et immunité à l’Institut Pasteur en France, a déclaré: “Les études sur les gènes du virus montrent clairement qu’il ne s’agissait pas d’un virus artificiel en laboratoire. “Le professeur Luc Montagnier se propage. théories fantastiques”.

Alors, vous comprenez qui avait raison, qui disait la vérité qui se révélera de toute façon dans toutes ses dimensions car “Rien de caché sous le soleil” selon l’ancien proverbe grec.Et aujourd’hui, que dit le prix Nobel de médecine Lic Montagnier des “vaccins” expérimentaux qui ne sont même pas homologués et qui ont déjà fait des milliers de morts et des millions de dégâts dans le monde? Dans une récente interview, il a déclaré ce qui suit : «Les vaccins provoquent des mutations. Ailleurs, il dit : Il n’y a aucune chance de survie à long terme pour quiconque a reçu l’un des «vaccins» COVID-19. Il n’y a aucun espoir et aucun remède possible. Nous devons être prêts à incinérer les cadavres».Ces affirmations sont sans aucun doute choquantes et certainement terrifiantes, étant donné que selon les données officielles, environ 1 milliard de personnes dans le monde ont déjà été vaccinées. En fait, s’ils sont vérifiés, il y aura un meurtre d’une ampleur incroyable qui fera ressembler les deux guerres mondiales à une miniature.D’autres professeurs de renom, des professeurs de renommée mondiale et des milliers de médecins du monde entier vont dans le même sens que lauréatdu prix Nobel français. En particulier, le professeur germano-thaï de l’Université allemande de Mayence, Sucharit Bhakdi, s’adressant à la population mondiale, le supplie par les mots suivants: “Ne croyez pas… ne croyez pas ce mensonge. Ne croyez pas au nom de Dieu. Et pour l’amour de Dieu, renseignez-vous avant de vous faire vacciner, vous et vos proches. Parce que si vous avez été vacciné une fois , ces lymphocytes , si ça se reproduit, ils deviendront encore plus actifs. Donc ça explique pourquoi le deuxième vaccin est toujours pire que le premier car c’est l’amplificateur, non? Et à Dieu… Ne le fais pas un troisième ou quatrième fois, car si vous le faites, vous contribuerez à la décimation de la population mondiale”.

En outre, Dolores Cahill, professeur à l’Université irlandaise de Dublin et ancienne vice-présidente du comité scientifique de l’Initiative pour les médicaments innovants (IMI), a déclaré il y a des mois: «Un grand pourcentage de ceux qui ont reçu le vaccin à mRNA mourront en février jusqu’à un an plus tard … des études animales nous ont montré que jusqu’à 50% mourront. Surtout jusqu’à 80% des personnes âgées de 45 à 80 ans auront de graves complications de santé ou mourront».

L’ancien vice-président de Pfizer, le Dr. Mike Yeadon, a également déclaré ce qui suit: «Il est trop tard pour sauver quiconque a été vacciné avec l’un des vaccins Covid-19. Des milliards sont condamnés à une mort certaine, immuable et pénible. Toute personne qui a reçu l’injection mourra sûrement prématurément et 3 ans est une estimation généreuse du temps qu’elle peut espérer survivre».

Donc, à la lecture de toutes ces affirmations, il n’est pas possible d’aller se faire vacciner si vous avez évidemment des fonctions cérébrales de base. La question, cependant, est : l’a-t-il ? Malheureusement il y a des gens qui ne l’ont pas, car même s’ils apprennent ces affirmations, ils vont se faire vacciner. Et pourquoi cela se produit-il? Pourquoi est-il si effrayant de subir un lavage de cerveau et une propagande médiatique systémique dans la plupart des pays que cela leur a fait perdre la tête sous le régime du terrorisme de la mort par coronavirus et a brièvement rejeté toute autre opinion et évaluation scientifique. Ici aussi je dois souligner que la divergence d’opinion et uniquement dans la communauté scientifique médicale est une raison suffisante pour ne prendre aucun des “vaccins” COVID-19, dont la mortalité, par ailleurs, est très faible, à 0,15%, et ne fiable justifie en aucun cas une vaccination de masse universelle. Bien sûr, il y a des gens qui ne savent rien de cela – ce qui n’est pas justifié aujourd’hui car vous devez faire quelque chose au sujet de votre état biologique -et donc se font un plaisir de se faire vacciner.

En conclusion, je voudrais souhaiter ceci : tous ces grands scientifiques se trompent sur les effets tellement dramatiques et cauchemardesques de la vaccination, c’est-à-dire d’en faire trop, ou d’avoir un antidote dans le futur qui détoxifie les personnes vaccinées.

Dans tous les cas, les gens devraient cesser d’aller dans les centres de vaccination et les vaccinations devraient cesser MAINTENANT.

Curriculum vitae

Isidoros Karderinis est né à Athènes en 1967. Il est romancier, poète et journaliste. Il a étudié l’économie et a terminé des études de troisième cycle en économie du tourisme. Ses articles ont été publiés dans des journaux, des magazines et des sites Web du monde entier. Ses poèmes ont été traduits en anglais, français et espagnol et publiés dans des anthologies poétiques, des magazines littéraires et des chroniques de journaux littéraires. Il a publié huit recueils de poésie et trois romans en Grèce. Ses livres ont été traduits et publiés aux États-Unis, en Grande-Bretagne, en Italie et en Espagne.

Social media

Facebook: Karderinis Isidoros

Twitter: isidoros karderinis

Linkedin: ISIDOROS KARDERINIS

SOURCES

https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2020/04/17/le-coronavirus-fabrique-a-partir-du-virus-du-sida-la-these-tres-contestee-du-pr-luc-montagnier_6036972_4355770.html

https://www.thestar.com.my/news/regional/2020/04/21/experts-accusation-that-covid-19-virus-originates-in-lab-is-false-and-wrong https://www.marseillenews.net/toutes-les-personnes-vaccinees-contre-le-covid-mourront-previent-le-virologue-francais-%E2%8B%86.html

https://www.facebook.com/100013353545767/videos/1178172692637838 https://www.brighteon.com/10be15cc-987e-44b9-83b5-1db88e60ae36

https://www.lifesitenews.com/news/exclusive-former-pfizer-vp-your-government-is-lying-to-you-in-a-way-that-could-lead-to-your-death?fbclid=IwAR1rlw01K76wxNFHjZj2ycE0G_366uFowXDvKEM0ic8BYFH2_a88qxNot5A

NBA : Joël Embiid, objectif MVP

Joël Embiid a encore frappé un grand coup sur la planète basket-ball dans la nuit de mercredi à jeudi face à Brooklyn. Face à la franchise des Nets, le pivot camerounais a offert la victoire à Philadelphie, qui avait un bilan égal à celui de son adversaire du soir, avec une prestation XXL : 39 points, 13 rebonds en 33 minutes seulement.

Difficile d’arrêter Joël Embiid cette saison ! Enfin épargné par les blessures, ou du moins gêné par les pépins physiques, le pivot de Philadelphie réalise bel et bien une saison de MVP ! Du haut de ses 27 ans, le natif de Yaoundé a franchi un nouveau cap dans sa vie de basketteur. Inarrêtable, puissant, physique, inspiré, il mène les 76ers en haut de la conférence Est avec un superbe bilan de 38 victoires pour 17 défaites seulement. Et forcément, le débat concernant le titre de MVP est alimenté jour après jour puisque le trophée de meilleur joueur de la saison prend évidemment en compte le bilan de la franchise.

Depuis fin décembre et le début de la saison, Embiid tourne à plus de 29 points de moyenne et 11 rebonds par match. Des statistiques tout simplement impressionnantes. Mais le pivot le sait, il est obligé de frapper fort lors de grosses affiches pour pouvoir être un candidat crédible au trophée de MVP. Ainsi, il a profité de la nuit de mercredi à jeudi pour régler des comptes et envoyer un message à la Ligue. Face à Brooklyn, deuxième de la conférence Est avec le même bilan que Philly à l’entre-deux, Embiid a planté 39 points et gratté 13 rebonds en l’espace de 33 minutes seulement. Certes, les Nets étaient diminués : Aldridge, Griffin, Durant et Harden absents, mais le Camerounais a fait un travail colossal dans la raquette, en faisant vivre un cauchemar à DeAndre Jordan. Cette rencontre est à l’image de sa saison, où il semble impossible à stopper grâce à sa domination absolue dans la raquette. Il devrait d’ailleurs retrouver Brooklyn, l’un des plus gros favoris au titre de champion NBA dans les paris de basketball, en play-off pour les finales de conférence dans quelques mois.

Si Stephen Curry est en feu ces derniers temps et va sans doute gagner des voix dans la course au titre de joueur de la saison, Embiid reste en concurrence avec James Harden, écarté ces derniers matchs en raison d’un problème aux ischion-jambiers, et Nikola Jokic, l’autre pivot dominant de la Ligue. Toutefois, le Serbe aura forcément un moins bon bilan avec les Nuggets, une chose importante à prendre en compte.

Mais le Sixers sait qu’il ne doit pas baisser le pied et a déjà commencé sa campagne électorale pour remporter ce trophée, qu’il n’a jamais encore soulevé. Ainsi, après le match de titan face aux Nets, Embiid s’est offert une déclaration forte devant la presse : « En ce qui concerne le MVP, je ne vais pas me jeter des fleurs, mais j’ai été dominant toute la saison. Quand je reçois le ballon, soit je subis une faute, soit je marque. Ou quand je décide de ne pas prendre le tir, je prends ce que la défense me donne. Donc j’ai le sentiment que je suis bien placé dans la course. Le trophée est à moi. » Arrogant mais objectif sur sa saison, Embiid tourne à une moyenne de 13,1 lancers francs par match et pourrait battre un record de 60 ans détenu par Wilt Chamberlain (12,6 lancers francs de moyenne sur une saison). Et si le Camerounais remporte le trophée de MVP, il aura d’autres ambitions tout aussi grosses pour les play-offs. En effet, alors que les Sixers ont de grandes chances d’obtenir la première place de la conférence Est, une finale de conférence sera l’objectif minimum avec, pourquoi pas, une finale NBA à disputer !