Advertisements

Ce vendredi, 26 janvier 2018,  s’est tenue dans la salle de conférences de la nouvelle chancellerie du Ministère de la Justice, la traditionnelle cérémonie de présentation des vœux de nouvel an de la famille judiciaire au  Ministre d’Etat, Ministre de la Justice, Garde des Sceaux, Me Cheick SAKO.

Une cérémonie au cours de laquelle, le Ministre d’Etat, a répondu successivement aux préoccupations des professionnels de la justice, en étalant ses ambitions pour le secteur de la justice et les nouveautés qu’il compte engager pour cette nouvelle année dans la plus grande sérénité.

L’évènement a réuni autour du Ministre d’État toute la famille judicaire.

Advertisements

Étaient présents, à cet égard, les responsables des services centraux de son département, le personnel de son cabinet, les représentants des cours et tribunaux (Cour Suprême, Cours d’appel, TPI), les associations de professionnels de la justice (Fédération Syndicale Professionnelle de la Justice, Association des magistrats, Association des greffiers, Ordre des avocats, Chambre nationale des huissiers, Chambre des notaires, Association des commissaires-priseurs) et les représentants des partenaires techniques et financiers (PARJU).

Prenant la parole à cette cérémonie, le Secrétaire Général de la Fédération Syndicale Professionnelle de la Justice, monsieur Mamadou Matho Camra a déclaré que chaque année a sa part de bonheur, de joie mais aussi de tensions, de conflits et de drames, car ainsi va la vie. Il a relevé, après s’être réjoui de l’inauguration de la nouvelle chancellerie, qu’elle annonce de nouvelles perspectives et espérances. Il a ainsi rappelé que les travailleurs de la justice, placés sous l’autorité du Garde des Sceaux, ont uni leurs voix à la sienne pour lui souhaiter ainsi qu’à sa famille et ses proches collaborateurs une excellence année et le prie de bien vouloir transmettre à Monsieur le Président de la République les prières et les souhaits que ses projets et ses efforts pour le rayonnement et l’émergence de la Guinée soient couronnés d’éclatants succès.

Pour sa part, le représentant du Président de la Chambre des Huissiers de Justice, présentant ses vœux, a tout d’abord formulé des prières pour le repos de l’âme de leur regretté confrère Maitre Mohamed KONATE, huissier de Justice et des magistrats, greffiers, avocats, notaires qui ont disparu pendant l’année écoulée.

Il  citera par la suite les avancées significatives ainsi que les changements survenus dans le secteur de la justice depuis l’avènement du Ministre d’Etat, Maitre Cheick Sako. Il a ainsi fait observer que sous sa houlette, des avancées significatives ont été enregistrées par le département de la justice, ce qui fait de lui l’un des meilleurs Ministres si non le meilleur de la gouvernance actuelle du pays. Il a, pour illustrer son propos, relevé les réformes actuelles du secteur de la Justice, la présidence de la Guinée à l’OHADA marquée par la tenue des 44e et 45e sessions du Conseil des Ministres de cette institution au cours desquelles plusieurs actes ont été signés et ont tous fait référence à la ville de Conakry.

Maître Aboubacar Camara n’a pas occulté les difficultés  que rencontre la profession d’huissier. Il a ainsi noté que force est de constater qu’en dépit des efforts inlassables du Ministre d’État, les huissiers de justice de Guinée se trouvent toujours confrontés à l’épineuse problématique de l’exécution des décisions de Justice. Il a profité de cette cérémonie pour rappeler à l’attention du Ministre d’État, le projet de statut des huissiers de Justice de la république de Guinée, toujours en souffrance au niveau de son Cabinet.

Quant à la Présidente de la chambre des notaires, formulant ses vœux, a relevé que chaque année qui passe rappelle surement et insidieusement que nous sommes de passage sur cette terre et que nous avons également une pensée pieuse pour nos devanciers.

Elle a également rappelé à monsieur le Ministre d’État, que les notaires ont à cœur leurs problématiques d’actualité, articulés autour de la question du code de la famille qui tarde à voir le jour. Elle a relevé, à cet égard, qu’il n’est pas superflu de rappeler que l’adoption de cette loi sécuriserait davantage les justiciables guinéens. Elle a aussi souligné que la réflexion sur le foncier ne doit pas incomber au seul Ministère de la ville et de l’Aménagement du territoire.

L’intervention du commissaire-priseur, Monsieur Almamy Seny Camara consistera spécialement à présenter, à l’occasion de la nouvelle année, des vœux de bonne et heureuse année 2018, à monsieur le Ministre d’État, à sa famille, à tous ceux qui lui sont chers et aux personnels de la Justice. Il a prié Dieu le tout puissant, qu’il guide nos pas vers la réussite pour le bonheur de la Justice.

Pour donner une couleur mosaïque à la présente cérémonie, le Chef de Mission du PARJU a, au nom de l’Assistance Technique et en son nom personnel, profiter de l’occasion qu’offre cette cérémonie et la nouvelle année, pour présenter au Ministre d’État, aux membres de sa famille et l’ensemble de ses collaborateurs ses vœux de bonne et heureuse année 2018. Il relevé qu’après la phase 1 du PARJU qui a permis de mener de nombreuses missions d’expertises, des activités en matière de recrutement et de formation, des dotations en matériels informatiques et bureautiques, mobiliers de bureau et en véhicules automobiles, la phase 2 permettra essentiellement de consolider ces acquis et de s’orienter résolument vers la construction des TPI de Kindia, Mamou et Kankan.

Le Bâtonnier de l’ordre des avocats de Guinée, Maitre Mohamed Traore, a, dans son allocution de circonstance, rappelé les relations entre son barreau et le Ministre de la Justice. Il a salué les efforts déployés, en personne par le Ministre d’État lors de la signature de la convention entre le barreau de Versailles et celui de la République de Guinée pour ne citer que cela.

Le Bâtonnier dénoncera certaines faiblesses dont est confronté l’appareil judiciaire actuel en République de Guinée.

Prenant à son tour la parole le Président de l’Association des Magistrats de Guinée fera un bilan structurel du fonctionnement de sa corporation tout en faisant des recommandations pertinentes pour l’amélioration du secteur de la justice (formations, conditions matérielles, moralité, infrastructures etc….)

A son tour, le Ministre d’Etat, a tout d’abord remercié ses collaborateurs pour ces vœux et a prié pour le repos de l’âme des illustres disparus dans différentes corporations judiciaires (Magistrats greffiers, huissiers, avocats, Notaires).

 

Avant de présenter sa nouvelle vision d’une justice guinéenne plus compétitive, respectueuse et accessible pour 2018, il a profité de l’occasion pour inviter les uns et autres, dont le personnel de son cabinet, a un travail  professionnel et de résultat.

Poursuivant son intervention le Ministre d’Etat a apporté des réponses aux questions et interrogations de chaque intervenant, en rappelant ce qui a été fait et ce qui reste à faire. En outre il est revenu sur le concept de réforme, qui, d’après lui, doit être permanent pour que la justice évolue dans l’excellence.

Il a ensuite insisté sur la nécessité absolue de lutter contre les cas de concussion et de corruption en demandant au Conseil Supérieur de la Magistrature plus de sanctions et de rigueur dans le traitement des plaintes.

Il a aussi prôné le rétablissement et le renforcement de la confiance entre la justice et la population.

Il a enfin exprimé sa détermination à faire en sorte que certains textes majeurs comme le code civil, le code de l’enfant, la loi sur le terrorisme soient votés en 2018 à l’Assemblée nationale.

Pour conclure ses propos, le Ministre d’Etat a remercié tous les acteurs du monde judiciaire pour leur confiance et les mots aimables prononcés à son encontre. Il a assuré qu’il sera leur porte-parole auprès de Monsieur le Président de la République à qui il transmettra leurs différentes doléances.

 

MINISTERE DE LA JUSTICE