Iphone
Advertisements

Ils y a environ cinq ans, ils refoulaient du monde. Aujourd’hui, la situation est tout autre : les cybers café de la capitale guinéenne sont de moins en moins fréquentés par la clientèle.

Notre rédaction s’est intéressée à ce sujet. Après avoir interrogé gérants et clients, il ressort que la floraison des téléphones de haute marque (iPhones) en est la véritable cause.

« Depuis que j’ai acheté ma tablette, plus besoin d’aller au cyber. Maintenant, je reste dans ma chambre pour me connecter et échanger avec mes amis. J’effectue aussi mes recherches à travers ma tablette. Elle me sert presque toutes les options que je recherche au cyber » témoigne Mamadou BARRY, étudiant en licence II communication dans une université de la place.

Advertisements

Face à la nouvelle donne, les gérants des cybers café, tentent de se maintenir. Pour y arriver, certains y adjoignent d’autres activités. C’est le cas de Mohamed KOUROUMA, responsable d’un cyber en haute banlieue de Conakry : « ces derniers temps, la clientèle a considérablement baissé. Puisque les téléphones permettent pour la plupart, à se connecter. Cela a vraiment joué sur nos activités.

Pour sauver la face, j’ai aussi acheté des appareils informatiques, des tablettes et autres articles que je revends à mes rares clients. C’est à travers ça que je parviens à payer la location du site et autres dépenses » explique-t-il.

Nous avons rencontré à Cosa dans la commune de Ratoma, un client dans un cyber. Malgré qu’il dispose d’une tablette, il continue à fréquenter les cybers. Il se dit déjà, nostalgique : « je viens toujours au ici pour me connecter. Je dispose d’une tablette. Mais venir au cyber est presqu’un rituel pour moi. Malheureusement, je constate que les gens se font rares. Alors que c’est un excellent lieu de rencontre. J’ai fait beaucoup de connaissances ici. Aujourd’hui, hélas » regrette Moussa TRAORE.

Malgré tout, quelques cybers résistent encore à la « concurrence »puisque pour le moment, les clients viennent toujours pour scanner des documents. D’autres par contre, ont tout simplement mis la clé à la porte.

Boubacar DIALLO