Advertisements

La grande société guinéenne de palmier a huile et hévéa en abrégé SOGUIPAH basée dans la région forestière plus particulièrement dans les sous-préfectures de Diécké et Bignamou  augmente légèrement le prix de la production du coagulum au 15 de chaque mois cette fois ci le prix est fixé à deux mille sept cent cinquante  (2750) du franc guinéen   une grande inquiétude et  véritable d’espoir des  planteurs  selon certains  «  la soguipah fait semblant de payer  nos productions  et pourtant…»

Depuis 1988 la grande société agricole  guinéenne de palmier à huile et

Advertisements

est installée  dans les sous-préfectures de Diécké et Bignamou  compte plus de trois mille huit cent cinquante (3850) environs de travailleurs et plus de dix mille (10000) hectares d’hévéa en production pour la plantation industrielle et mille trois cent (1 .300) pour la plantation familiale  et aussi   s’ajoute celle des planteurs  privés avec un rendement moyen de deux cent cinquante (250) à trois cent (300) par an.

Malgré cette réussite  agricole guinéenne, les conditions de vie des planteurs de palmier à huile et hévéa de la guinée forestière  reste précaire  et defavorable, on se rappelle  de 2010 à 2011 le  prix de latex ou coagulum était onze mille à douze mille (11-12) par kilogramme  ce prix à permis aux planteurs d’initier  beaucoup de projets de construction ,envoyer leurs enfants à l’extérieur pour les études, l’extension de leur plantation l’électrification des villages … mais aujourd’hui  la situation est très grave le mois passé le prix  d’un kilogramme était à  deux mille six cent sept (2607) franc guinéen par kilogramme  alors que les planteurs du pays voisin le Libéria sont bien payé  à la différence de cinq mille à sept mille par kilogramme selon notre source. «  Ce qui est surprenant est que nous ne sommes pas associé à la fixation des prix  et le calendrier du payement n’est pas respecter on recevait nos salaires à partir du six et le sept pour les planteurs familiales et le dix pour les privés  mais actuellement nous gagnons nos solde a partir du 15 mais dans des conditions très atroces dans les locaux de l’agence  BICIGUI  de Diécké  nous demandons à madame mariama Camara la directrice générale de cette entreprise de prendre sa responsabilité » déclaration d’un vieux planteur sous l’anonymat.

Il faut retenir que Mariama camara est à la tête de la soguipah depuis plus de vingt ans et plus mais rien ne va au sein des planteurs même ses propres travailleurs ou règne de véritable inégalité et réalisation communautaire inexistante.

(+224) 621073040/623380023

Sangbalamou Jean Pierre pour guineeplus.net