Advertisements

Le fait s’est produit ce vendredi 19 février 2016 dans les environs de 16h près de la BICIGUI situé au grand marché de la commune Urbaine.

Ces magasins de vente des matériaux de construction des bâtiments qui appartenaient aux frères Libanais héritiers de leur papa évoluant dans ce métier depuis le régime de l’ex président Lansana Conté, sont partis en fumée sans aucune aiguille épargnée.

Tous choqués de cette perte, Mr Assène et ses jeunes frères n’ont pas pu s’exprimé devant les journalistes regroupé dans ce lieu sauf leurs grandes pleures sans limite dans cette soirée.

Advertisements

Approchés par quelques journalistes, certains employés de ces Libanais ont livré des témoignages liés à la cause de cet incendie:

Selon Mr Sory Traoré un des moniteurs “le feu est parti d’un coup de circuit du courant électrique local distribué par les groupes électrogènes privés que de nombreux commerçants utilisent à travers la ville. Mais c’est par négligence de la part des propriétaires que tous ces biens ont été brûlés car ces Libanais ont d’abord voulu géré cette affaire à l’interne par peur de ne pas êtres volés par des loubards.

Débordés par la flamme Dit-il, ces détenteurs ont crié au secours…! Mais c’était trop tard de sauver les biens. Dans ses versions, notre contact indique que ce sont les bouteilles de gaz qui contenaient ces magasins qui ont aggravé la situation par suite de leurs explosions intensives, c’est pour cette raison que ces (4) magasins contigus sont restés en cendre…” Nous a confié Mr Traoré un des employés de ce magasin.

Dans nos constats fait sur place le plus regrettable dans cette histoire, c’est le fait que dans cette marée d’homme des groupes de jeunes ont jeté des pierres contres les agents des forces de sécurité, des sapeurs pompiers et des journalistes. Selon ces jeunes dans leur crie d’injure “ces agents d’intervention étaient venus en retard après le dégât”.

Il faut souligner que dans cet accident, aucune perte en vie humaine n’a été enregistrée mais des dégâts matériels importants et quelques blessés légers du coté des civiles par suite de ces jets de pierres et la casse des para-brises de la citerne des sapeurs pompiers.

Photo et texte par YVES CLAVER /N’zérékoré pour GUINEEPLUS