Advertisements

Suite à l’attaque des terroristes en Côte d’Ivoire dans la plage de BASSAM au cours de ce mois de Mars 2016, les habitants de N’zérékoré et ceux des villages environnants s’inquiètent en tenant de divers propos et rumeurs qui envahissent la cité.

Ces rumeurs nous ont intéressé à tendre notre micro à quelques habitants de la zone pour recueillir leurs analyses.

Advertisements

Selon certains citoyens, « pour protéger la Guinée et éviter la pénétration des terroristes, il faudrait renforcer la sécurité au niveau des frontières. »

Mr kolié Francis membre d’une ONG locale évoluant dans le domaine de la prévention des conflits en Guinée Forestière est un de nos contacts.

Selon ses analyses « N’zérékoré est une ville multiethniques et proche de la Côte d’Ivoire. Donc pour ne pas être surpris par un ennemi, on ne souhaite pas Dit-il, le mieux est de passer des messages au niveau des chefs de quartiers et mobiliser les jeunes à faire des patrouilles dans les quartiers.

En suite Rajoute Mr Kolié, faire des sensibilisations dans des Eglises et Mosquées de veiller de près sur les foules qui se dirigent dans ces lieux de culte. Pour ses mots de la fin, il souligne que le gouvernement Guinéen doit renforcer et équiper les services de sécurité tout comme dans la capitale et à l’intérieur du Pays. »

Pour d’autres, « la pauvreté fait de certains guinéens de complice des ennemis. »

Mr Bah Amadou un commerçant au grand marché de N’zérékoré se prononce sur cette hypothèse. Dans ses analyses il indique que « certains services de contrôle des personnes et des biens matériels ne font pas leur travail comme ça se doit pour des raisons que, ces services laissent passer de nombreux passagers et des colis contre les muettes sans un contrôle stricte au niveau de ces étrangers. A cet effet souligne Mr Bah, il faut que tous les Guinéens prennent conscience en mettant l’intérêt de la nation au 1er plan… »

Toujours dans notre micro trottoir, nous avons contacté Mme Elisabeth Haba la représentante d’une association locale de la place. Selon elle « le contrôle doit s’effectuer à tous les niveaux, surtout chez les jeunes filles ambitieuses d’argent car l’ennemi peut facilement passer par une fille à travers de l’argent pour accomplir sa mission dans un pays. Donc poursuit-elle il faut que les filles soient contrôlées de près par les services de sécurité jusqu’à dans les gros sacs qu’elles accrochent à leurs épaules même devant les salles de spectacles et des dancings… »

Nous ont confié ces différents intervenants sur leur place lors de notre micro trottoir.

Pour terminer, il est important de noter que la peur et la méfiance se réinstallent entre les habitants de la ville de N’zérékoré à cause de la notion de terroriste et la réapparition d’Ebola dans sous-préfecture de Koropara située à 45km de la capitale Régionale.

Photo et texte par YVES CLAVER/ N’zérékoré pour GUINEEPLUS