Advertisements

Une petite ambiance de fête règne en Guinée depuis le coup d’envoi de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football, malgré l’absence de la Guinée à la biennale du football continental qui se dispute du 14 janvier au 5 février prochain au Gabon.

Contrairement aux précédentes éditions où la Guinée prenait parfois part à cette compétition, la capitale, Conakry, depuis la haute banlieue jusqu’au centre- ville, est moins animée, cette année.

L’on ne voit nullement, par exemple, les animations musicales au niveau des grands carrefours routiers, ni les taxis de transport commun auréolés du drapeau tricolore ou encore les supporters se ruer au marché Madina, un des plus grands du pays, pour acheter des maillots du Onze guinéen.

A chaque match, les supporters du ballon rond se réunissent, soit en famille, soit dans les bureaux, soit dans les vidéos-clubs, pour suivre la prestation de leurs équipes préférées respectives.

Advertisements

A Conakry, en raison de l’élimination du Syli national à la CAN 2017, les supporteurs guinéens sont partagés entre les équipes des pays voisins en lice : la Guinée Bissau, le Sénégal, le Mali et la Cote d’ivoire.

Mais de manière générale, les Guinéens supportent beaucoup plus la Guinée Bissau et le Sénégal. L’une, parce que c’est sa première participation à cette biennale du football continental mais aussi en raison du nul arraché contre le Gabon.

L’autre, en raison de la performance des Lions lors des éliminatoires. Les Guinéens apprécient également le Sénégal pour la simple raison que certains de ses joueurs portent des noms guinéens.

Dans les rues de Conakry, l’on rencontre fréquemment des Guinéens arborant le maillot du Sénégal.

Logée dans la même poule que le Zimbabwe, le Malawi et le Swaziland aux éliminatoires, la Guinée a été éliminée de la CAN Gabonaise en raison entre autres des problèmes internes minant sa sélection.

Conséquence, les joueurs guinéens sont contraints de regarder le déroulement du tournoi à la maison.

AB/of/APA