Advertisements

Le directeur commercial d’Orange Guinée, Mamadou Lamine Koné, et sa femme, Ndèye Awa Niang, ont été attraits devant la barre de la Cour d’appel de Dakar. Poursuivis pour les délits de blanchissements de capitaux et de complicité sur une somme de 800 millions de F Cfa, ils encourent des peines respectives de 2 ans et un an ferme.

Mamadou Lamine Koné et Ndèye Awa Niang ne sont pas encore sortis de l’auberge. Condamnés par le premier juge à trois (3) ans de prison pour le mari et deux (2) ans pour la femme, le parquet de la Cour d’appel qui a infirmé la première peine, a requis respectivement deux (2) ans et un (1) an ferme.

En effet, M. Koné travaillait comme directeur commercial au sein de la société Orange Guinée depuis 5 ans. Il percevait un salaire mensuel de 2,1 millions de Fcfa plus des avantages. Quelques temps après, un trou important a été constaté dans les comptes de ladite société.

Advertisements

Suite à cela, un audit interne, qui a été effectué par la Cellule nationale de traitement de l’information financière (Centif), a fait état d’un manquement d’une somme de 800 millions de F Cfa. Sans attendre que cette affaire soit élucidée, le Directeur général a pris la poudre d’escampette pour se réfugier d’abord à Freetwown avant de rallier les Etats-Unis.

Suite à une plainte déposée contre lui par la Sonatel, les enquêteurs se sont rendus compte que le Sieur Koné a fait plusieurs transactions dans les différents comptes de ses épouses, dont Mame Awa Niang, sa première épouse, à hauteur de 96 millions de Cfa.

Pour se défendre, Mamadou Lamine Koné de déclarer qu’il a aidé son épouse à faire son business. «Sachez que j’ai acheté un bus, un terrain, mais aussi je voulais acheter une villa, avec l’aide de mes deux épouses qui avaient cotisé, respectivement, 16 millions et 27 millions de F Cfa. Mais, le projet n’a pas abouti», s’est-il défendu.

Il reconnait par ailleurs d’avoir fait tous ces versements dans les comptes de ses épouses, mais nie avoir touché à l’argent de l’entreprise. «J’ai une autre activité parallèle avec un Guinéen qui me faisait gagner de l’argent», a-t-il révélé. Ils seront fixés sur leur sort le 30 janvier prochain, livre le journal “l’As”.

 

Source PressAfrik