Advertisements

Les députés de la commission environnement de l’assemblée nationale poursuivent leur périple en moyenne Guinée. Ils ont conféré le lundi 19 février 2018 avec les autorités administratives de la région de Mamou. Objectif échanger sur la problématique de la dégradation environnementale et s’enquérir des réalités sur le terrain. C’est un projet financé par le programme des nations unies pour le développement.

Le changement climatique constaté dans le pays notamment en moyenne guinée préoccupe le gouvernement, les parlementaires et les partenaires au développement. C’est pourquoi une délégation parlementaire constituée des députés membres de la commission environnement et ressources naturelles, a effectué une visite de terrain à Mamou pour sensibiliser les citoyens sur l’importance de la protection des forêts et fleuves. La région administrative de Mamou regorge 19 forêts classées et 10 forets n communautaires mais aujourd’hui certaines d’entre elles sont menacées à cause des feux de brousse et de la coupe abusive du bois. Pourtant un nouveau code forestier interdisant la déforestation a été voté récemment à l’assemblée nationale mais en vain.

Advertisements

Les sources des fleuves Konkouré et Bafing ont été également visitées par la délégation.  Là aussi, des menaces pèsent sur ces fleuves.

De son côté, le gouverneur de la ville de Mamou Amadou Oury Lemi Diallo a invité les citoyens de sa région à mettre un terme aux pratiques impactant négativement sur la faune et la flore.

Dans la préfecture de Labé l’environnement est moins dégradé par rapport aux autres préfectures visitées.  Le seul problème constaté est la fabrication des briques cuites par des paysans.

Malgré quelques difficultés, le barrage Toury continue à alimenter la région de Labé. Le long du barrage a été reboisé à plus de 6 milles plans en 2017 par les services en charge de l’environnement et certaines ONG. Le gouverneur de la préfecture de Labé s’insurge contre la dégradation de l’environnement. Selon lui l’État devrait appliquer strictement la loi pour mettre un terme à ce fléau.

 

Bouba DIALLO