Advertisements

La capitale guinéenne est secouée depuis quelques jours par une grève lancée par une faction dissidente du syndicat des enseignants de Guinée. Les cours sont paralysés dans plusieurs écoles de la capitale.

Ces violences ont déjà causé la mort d’au moins, deux personnes. Mardi, un jeune a été tué à Cosa dans la commune de Ratoma.

Advertisements

Suite à cette mort, le ministère de la Sécurité et de la Protection Civile a publié hier  un communiqué.

Selon ce communiqué lu par le porte-parole dudit ministère, le  jeune Saifoulaye Bah est décédé suite à un projectile qu’il a reçu au dos à un endroit non loin de Cosa, alors qu’il était en fuite.

Selon le ministère de la Sécurité, au moment des faits, la présence d’un «individu encagoulé, en possession d’une arme PMAK» a été constatée. Cet individu, dit-on, a pu échapper aux  agents qui étaient à sa poursuite.

«Des recherches sont en cours pour son interpellation», a dit le porte-parole de la police avant d’ajouter que le procureur en est déjà saisi.

Toujours selon le communiqué, âgé de 15 ans, le défunt était un apprenti ferrailleur. Son corps serait toujours à la morgue.

Epuis par rapport à cette situation, dans une décision publiée hier soir, la Haute autorité de la communication (HAC) a adressé un avertissement à la radiodiffusion télévision guinéenne (RTG) de Koloma La RTG pour avoir relayé lundi dans son journal de 20h 30, des propos tenus par le ministre de l’Education nationale et de l’Alphabétisation, Ibrahima Kalil Konaté. Des propos dans lesquels le Ministre ‘’K au carré’’ a révélé  l’identité d’une mineur victime de viol. Pour la HAC, ces propos constituent au terme des articles 5 et 6 de la loi fondamentale, une violation de la dignité de la personne humaine et de la sacralité de l’homme et au terme de l’article 119 de la loi L/002 sur la liberté de la presse, un outrage à la pudeur.

Bouba DIALLO