A Conakry, sur l'axe du prince, à Hamdalaye, des jeunes affrontent les forces de l'ordre, le 20 février 2017, en Guinée. © RFI/Coralie Pierret
Advertisements

CONAKRY, 28 février — Suite à deux semaines de grève des enseignants en Guinée, ayant perturbé l’évolution des cours dans les écoles et s’étant soldée par sept morts à Conakry, le président guinéen Alpha Condé a remanié lundi son équipe gouvernementale, a rapporté la télévision nationale.

Ainsi, au centre d’une polémique sans précédent, le ministre de l’Enseignement pré-universitaire et de l’alphabétisation, Ibrahima Kourouma a été limogé et remplacé par Ibrahima Kalil Konaté, enseignant et directeur communal de l’éducation de la commune urbaine de Matoto.

Advertisements

De même, le ministre de la Fonction publique, de la Réforme de l’Etat et de la Modernisation de l’administration, Sékou Kourouma, a été remplacé par Billy Nankouma Doumbouya, un administrateur civil et conseiller principal dudit département ministériel.

Par ailleurs, Mme Christine Sagno, ministre de l’Environnement, des Eaux et Forêts, a été remplacée par Mme Aïssatou Baldé, économiste de formation.

Ce léger remaniement concerne également le ministère du Commerce, de l’Industrie et des Petites et moyennes entreprises (PME), et le ministère de l’Hôtellerie, du Tourisme et de l’Artisanat, avec la nomination de plusieurs hauts cadres dans les différents services.

Ce réajustement du gouvernement répond, dit-on, à une exigence des enseignants guinéens et des élèves qui ont réclamé récemment le départ des ministres de la Fonction publique et de l’Enseignement pré-universitaire, à cause de leur mauvaise gestion de la crise qui affecte depuis plusieurs mois le système éducatif guinéen.

 

Source: Xinhua