Advertisements

Le secrétaire général du comité de suivi du Forum de coopération sino-africaine (Focac) et directeur général des affaires africaines du ministère chinois des Affaires étrangères, Lin Songtian, a mis l’accent récemment à Conakry sur “la confiance politique mutuelle, l’amitié des peuples et la grande complémentarité entre les deux économies” dans la coopération entre la Chine et la Guinée.

Au cours d’une conférence de presse à Conakry, au terme d’une visite de travail, Lin Songtian a affirmé avoir constaté avec fierté le changement dans les infrastructures en Guinée. Il a énuméré la construction de l’hôtel de Kaloum de plus de 300 chambres par une entreprise chinoise, le Barrage hydroélectrique de Kaléta (340 MW) et celui de Souapite (500 MW) en phase de construction, avant de noter que l’investissement chinois en Guinée est estimé à 3 milliards de dollars.

Advertisements

Il a invité les deux parties à oeuvrer ensemble afin de mettre en valeur les ressources bauxitiques de la Guinée, ainsi que ses potentialités hydroélectriques et agricoles, pour impulser le développement socio-économique en Guinée.

Le gouvernement chinois, fidèle aux engagements pris au sommet du FOCAC en décembre 2015 à Johannesburg, en Afrique du Sud, est prêt à encourager les entreprises chinoises à s’implanter en Guinée et à investir dans les projets de développement conformément aux lois guinéennes, at-il indiqué. Avec la coopération et l’investissement des entreprises chinoises, la Guinée connaîtra la création des milliers d’emplois et des ressources financières pour son industrialisation.

Pour ce faire, dit-il, la Chine est prête à coopérer avec tous les autres partenaires américains, britanniques, français, pour accompagner le développement socio-économique de la Guinée.

“Toutefois, nous appelons tous ces partenaires internationaux à suivre l’exemple chinois en Guinée, à savoir développer les ressources naturelles et en même temps les ressources humaines, pour que la Guinée puisse assurer un jour son développement autonome et durable”, a expliqué M. Lin.

Il a souligné la nécessité de développer les ressources naturelles en Guinée au bénéficie du peuple guinéen qui, depuis plus de 50 ans, n’arrive pas à profiter des ressources de son sol et de son sous-sol.

Le diplomate chinois a rappelé par ailleurs que la Chine et la Guinée sont de “vieux amis” et de “nouveaux partenaires”. La Guinée a été le premier pays africain sub-sharien à reconnaître l’indépendance de la Chine et la Chine a été le premier pays à nouer des relations de coopération avec la Guinée. Nouveaux partenaires, parce que les deux pays viennent d’entamer une nouvelle coopération économique mutuellement bénéfique.

L’ambassadeur Lin a mentionné de passage que la Guinée est confrontée à trois types de problèmes pour son développement socio-économique, des infrastructures (routes, chemins de fer, transport aérien etc.), de la qualification des ressources humaines et d’investissement.

A propos de son entretien avec le président guinéen Alpha Condé, il a noté que le président Condé lui a fait part de son ambition pour le développement de la Guinée, avec notamment la Chine.

Le président Coné a affirmé que les premiers partenaires de la Guinée n’étaient pas les Chinois, mais le pays a finalement compris qu’il fallait se tourner vers la Chine pour assoir les bases réelles de son développement social et économique durable, selon M. Lin.

“Le président m’a confié qu’après avoir lu le livre “sortir de la pauvreté” du président Xi Jinping, il s’est rendu compte que l’exemple de la Chine peut aider la Guinée à sortir de la pauvreté”, a-t-il ajouté.

Il a salué la vision du président Alpha Condé, président en exercice de l’Union africaine, qui est déterminé à assurer l’indépendance économique des pays africains.

“Le président Condé m’a dit que sans indépendance économique, les pays africains seront toujours dépendants des autres”, a-t-il témoigné, précisant que la paix est nécessaire pour permettre au pays du continent africain d’amorcer leur décollage économique.

Répondant à une question sur la convertibilité des deux monnaies chinoise et guinéenne, M. Lin dira qu’avec un tel niveau de coopération économique et commerciale entre la Guinée et la Chine, il sera nécessaire d’arriver à cette convertibilité des valeurs monétaires.

Dans la même lancée, il dira que le yuan RMB chinois commence à devenir une devise de réserve pour nombre de pays africains comme l’Afrique du Sud, le Nigéria ou le Kenya, et qu’il est aussi très largement utilisé en Asie, en Europe et Amérique.

C’est pourquoi il atteste qu’avec tout le potentiel de la coopération sino-guinéenne, la coopération financière et monétaire est très importante, qui permettra de résoudre le problème du manque de devise en dollars ou en euro pour la Guinée, tout en facilitant l’investissement et le commerce.

Source: Agence de presse Xinhua