Advertisements

Le patronat et le syndicat des banques de Guinée sont parvenus à un accord permettant de suspendre la grève observée dans les établissements bancaires du pays depuis une semaine, a appris APA mardi dans un document officiel.

Au terme d’intenses tractations au siège de la Primature, avec  implication du chef de l’Etat, Alpha Condé, le Premier ministre, Mamadi Youla, a finalement pu arracher un accord entre l’Association des professionnels des banques (APB) et la Fédération syndicale autonome des banques et assurances de Guinée  (FESABAG).

Du relèvement de la valeur monétaire du point d’indice, par exemple, les parties conviennent du relèvement du niveau général des salaires comme suit :

Advertisements

-Du 1er janvier au 30 juin 2017 à 9.000 points;

-Du 1er juillet au 31 décembre 2017 à 10.000 points.

« Soit une augmentation moyenne de 16,9% sur l’année 2017. Cette augmentation aura une incidence de l’ordre de 5% sur le niveau des salaires de l’année 2018 », lit-on dans l’accord.

En conséquence, les employés ont accepté de reprendre le travail dès ce mardi matin.

Selon le leader syndical, Abdoulaye Sow, le mouvement de débrayage observé depuis le 23 mai dernier dans les différents établissements bancaires du pays est suspendu jusqu’au 4 juillet prochain. Le temps pour le patronat d’examiner le reste des points de revendication.

A défaut, a-t-il menacé, les employés n’excluent pas de relancer le mot d’ordre de grève.

Dans une brève allocution, le locataire de la Primature a fait un appel aux acteurs. « Nous nous réjouissons de la réouverture des banques ce mardi et j’en appelle à un esprit de collaboration, de coopération constructive entre les acteurs du secteur bancaire ».

Le 23 mai dernier, le syndicat a appelé à une grève générale illimitée dans tout le pays. Ce mot d’ordre de grève a largement été suivi à Conakry et à l’intérieur du pays.

A travers cette grève, le syndicat entendait exiger une hausse des salaires et des primes.

Malheureusement cette grève, qui a duré une semaine, a pénalisé les clients. Non seulement elle coïncide avec la fin du mois mais aussi au début du Ramadan.

AB/od/APA