Le délestage pénalise les affaires en Guinée
Advertisements

La Guinée redécouvre les coupures d’électricité à cause du manque de fonds de l’Etat. Ces délestages ont des conséquences négatives sur l’activité économique des petites et moyennes entreprises.

Actuellement l’Etat guinéen doit plus de 300 milliards de francs guinéens, soit environ 27 millions d’euros, au principal fournisseur de carburant “Star Oil”.

La construction du barrage de Kaleta avait amélioré la situation mais le gouvernement n’a plus assez d’argent pour acheter suffisamment de carburant et alimenter les groupes électrogènes durant la période d’étiage.

Advertisements

Après quelques années de stabilité dans la fourniture d’électricité en Guinée, les ménages et les petits métiers replongent de plus belle dans l’obscurité. Depuis des semaines, certains quartiers de Conakry sont quasiment privés de courant.

Depuis la semaine dernière, des manifestations contre la pénurie d’électricité ont été signalées dans plusieurs quartiers de Conakry, notamment dans la commune de Matam.

“Actuellement le courant commence à faire défaut. Cela joue à la fois sur le travail et au plan économique. Cela nous retarde dans notre travail”, a déclaré Amery Laurent, pour qui, ses activités ont chuté de moitié à cause de la pénurie d’électricité.

Récemment, le ministre guinéen de l’énergie et de l’hydraulique a déclaré que l’État était endetté auprès des fournisseurs de carburant à hauteur de plus de 300 milliards de francs guinéens.

Pour plus de précisions, écoutez le reportage en cliquant sur l’image principale.

 

 

Par DW