Estrées-Saint-Denis. Les élèves du collège d'Estrées-Saint-Denis ont donné plus de 900 ouvrages scolaires destinés aux jeunes Guinéens. DR.
Advertisements

Huit heures, ce dimanche, Michel Bélikian s’envole pour Conakry, la capitale de la Guinée, en Afrique. Dans quelques heures, le président de l’association Guinée-ô, basée à Gouvieux, débutera son séjour d’un mois à Conakry, pour réceptionner les 90 000 livres collectés dans 14 établissements scolaires de l’Oise. Fin novembre, ils seront distribués aux écoles de la capitale guinéenne. Alors que la ville a été désignée capitale mondiale du livre en 2017, Guinée-ô s’est mis en ordre de marche, « pour renforcer l’éducation de la jeunesse guinéenne », à travers le livre.

« Après la réforme scolaire, les ouvrages n’étant plus adaptés aux nouveaux programmes en France, c’était l’occasion de les donner à une population particulièrement jeune en Guinée, estime Michel Bélikian. On ne trouve pas de livres, là-bas. Certains ont de la chance quand leurs parents peuvent acheter un simple cahier », confie-t-il. Cet ancien pilote d’avion de l’IGN (Institut national de l’information géographique et forestière, dont la flotte est basée à Creil) a séjourné plusieurs mois en Guinée-Conakry. En 2013, il décide de venir en aide à cette population rurale, en fondant cette association, reconnue d’Intérêt Général. Non subventionnée, elle s’appuie sur la générosité de ses donateurs. Ainsi chaque année, elle fournit aux Guinéens des moyens de transport ou du matériel médical.

Advertisements

Début 2016, une dizaine de bénévoles de Guinée-ô lance son tour des écoles dans tout le département, à bord d’une camionette. « Les élèves ont pris leur mission à coeur. Ils ont chargé eux-mêmes les ouvrages. C’est une façon de leur montrer qu’à quelques milliers de kilomètres d’eux, des enfants de leur âge rêvent simplement de pouvoir tourner les pages d’un livre » poursuit Michel Bélikian.

Une fois rassemblés, les 30 tonnes de livres sont ensuite embarquées dans cinq containers de 12 m de long. Puis ils ont pris la route du port d’Anvers (Belgique), à destination de Conakry. «L’épouse du président Alpha Condé nous met un terrain à disposition pour stocker les livres. C’est un gage de sécurité pour le matériel. Dans quelques semaines, ces ouvrages trouveront une seconde vie dans les mains des petits Guinéens ».