Advertisements

Conakry (Guinée), Les populations autochtones guinéennes et ivoiriennes ont bouclé, samedi, 13 août 2016, dans la sous-préfecture de Tounkarata préfecture de Lola, la cérémonie de redynamisation du Pacte de non-agression et de cohabitation pacifique, rapporte le correspondant régional de l’AGP à N’zérékoré.

Elle a été organisée par l’Union Conjointe de la Mano River, avec un appui financier du Conseil Danois pour les Réfugiés (DRC).

Advertisements

Durant deux jours, les représentants de Plongba, Plonhalié, Nyaguilé, Guisiré, Koptuplé et Sipilou de la Côte d’Ivoire et ceux de Bossouta, Kinita, Kirita, Gbèkènana et Kokota de la République de Guinée, pour un total 100 participants, se sont rencontrés dans la sous-préfecture de Tounkarata, préfecture de Lola, avec pour idéal «enrichir une page de l’histoire de leur vie, en procédant au renforcement des liens traditionnels séculaires qui ont toujours existés entre les peuples Kono de la Guinée et les Yakouba de la Côte d’Ivoire».

C’est ainsi que le point focal de l’Unité Conjointe de la Mano River à Lola, Djona Doré a, au nom de l’ex-secrétaire exécutive de l’Union du Fleuve Mano (UFM), Hadja Saran Daraba Camara, dégagé tous les contours liés à la réussite de la retrouvaille.

Conformément à l’agenda, le président de la Commune Rurale (CR) de Tounkarata, Papa Mili Nanamou a salué la tenue d’un tel événement dans sa localité.

Pour sa part, Michel Faya Milimono de la DRC a dit, que le projet de renforcement des capacités de résilience des communautés et autorités frontalières doit continuer à appuyer les efforts du gouvernement guinéen.

Bondo Mathurin et Conda Nanamou, respectivement représentants de la Côte d’Ivoire et de la Guinée, ont vivement témoigné tous les vœux pour redynamiser les structures existantes.

A la lecture du Protocole d’accord qui a mis en exergue le renforcement des liens de fraternité existants le long des frontières communes aux deux pays, et le respect des clauses du Pacte, donc le 1er date de 1994 entre les deux communautés, le sous préfet de Tounkarakata, Nyana Mato Sonomou a tenu à la restitution des conclusions, dès le retour des participants dans leurs différentes localités.

(AGP/AIP)