Situation de Kourémalé, à la frontière entre la Guinée et le Mali. © GOOGLE MAPS
Advertisements

C’est un week-end agité, qu’ont vécu les populations de Kourémalé, une localité frontalière entre la Guinée et le Mali. Une fête de mariage a dégénéré, d’abord en un face à face avec les forces de l’ordre, avant des jets de pierre et une soudaine montée de violence qui ont fait au moins un mort et des dizaines de personnes blessées.

A l’origine, un cortège de mariés maliens drainant, derrière, une importante foule – un mini carnaval, en quelque sorte – qui voulait déborder en territoire guinéen. Les forces de sécurité guinéennes se sont opposées et ont proposé aux carnavaliers un autre itinéraire, plus sécurisé. Cela n’a pas été du goût des Maliens et la tension est montée d’un cran entre les deux parties.

Des jets de pierre ont alors commencé à pleuvoir sur les forces guinéennes ce qui amena des curieux d’en face à répliquer. La bagarrequ’en est suivie a fait un bilan entre deux et quatre morts, selon un bilan contradictoire, une soixantaine de blessés ainsi que d’importants dégâts matériels dont des boutiques et cafés vandalisés et incendiés et des véhicules calcinés des deux côtés de la frontière.

Advertisements

Une source médicale, contactée sur place, a expliqué que la plupart des blessés l’ont été par les jets de pierre mais aussi par balles de fusil de chasse et d’armes blanches.

Le préfet de Siguiri et le gouverneur de la région de Kankan, en Guinée, se sont rendus sur les lieux et le calme « serait revenu », explique une source sécuritaire qui a annoncé un déploiement massif des forces de défense et de sécurité, tant du côté guinéen que malien.

 

 

PAR RFI