Advertisements

Dans le cadre de la recherche et du maintien de la paix en région forestière, une zone considérée comme à haut risque, l’église, à travers le Mouvement des intellectuels et cadres catholiques de Guinée (Miccg) et l’appui d’Osiwa a lancé ce mardi 17 octobre 2017 à N’Zérékoré, un projet de prévention et de résolution des conflits qui tient compte des mécanismes traditionnels ou locaux.

C’est dans la salle de conférence de la Maison du paysan de N’Zérékoré que cette nouvelle méthodologie de prévention et de résolution des conflits a été présentée en présence du gouverneur de région, Lancei Condé, de Monseigneur Raphael Balla Guilavogui, évêque du diocèse de N’Zérékoré ainsi que des représentants des différentes communautés. «L’Eglise qui est en Afrique a été envoyée en mission depuis la remise de l’exhortation post-synodale, l’engagement de l’Afrique par le pape Benoit XVI. Cette mission invite les chrétiens, les intellectuels et les cadres catholiques en particulier, à approfondir leur vocation en s’organisant en association ou mouvement afin de poser au sein de l’église et de la société des actes dans le sens de la réconciliation entre les personnes et les communautés et à promouvoir pour tous la justice et la paix dans la vérité », a rappelé à guineenews.org, Emmanuel Sagno, Secrétaire général du mouvement des intellectuels et cadres catholiques de Guinée et coordinateur du projet. Et d’ajouter : «ce projet a pour objectif général de promouvoir la culture de la cohésion sociale et de la paix à travers les mécanismes traditionnels ou locaux de prévention et de résolution des conflits. Il couvrira les préfectures de Lola, N’Zérékoré et Yomou. Aussi, dans quelques mois notre pays s’apprête à organiser les élections communales et communautaires, ce projet est donc une aubaine pour notre région pour le renforcement de la cohésion sociale et la culture de la paix. Car, on se rappelle que c’est en 1991, autour des élections communales, que nous avons connu la triste réalité des premiers conflits politiques à N’Zérékoré qui ont causé de nombreuses pertes en vies humaines et des dégâts matériels importants.»

Advertisements

De leur côté, Monseigneur Raphael Balla Guilavogui évêque de N’zérékoré  tout comme le gouverneur de la région de N’Zérékoré, Lancei Condén, a insisté dans son intervention sur la préservation de la cohésion sociale et de la paix en Guinée forestière et surtout à l’approche des élections de proximité « qui sont plus complexes que la présidentielle.» « Il faut que dans notre quotidien, chacun en ce qui le concerne, hommes politiques, autorités administratives, religieux ou citoyens de toutes obédiences ethniques ou religieuses, nous ayons un langage sain. C’est-à-dire, blanchi de tout propos teinté de haine et de l’intolérance, de division, de communautarisme pour une paix durable et un développement harmonieux dans notre région », dira en substance  le prélat, Monseigneur Guilavogui. Il faut rappeler que cette nouvelle approche de prévention et de résolution des conflits en région forestière sera axée sur des mécanismes traditionnels comme le « Kanala » ou cousinage à plaisanterie, l’arbre à palabre, la valorisation des pactes d’entente ou de non-agression, les rites traditionnels de réconciliation et de renouvellement des actes et autres.

Moctar FICOU / VivAfrik