Tag: Dadis Camara

Procès 28 septembre en Guinée: Dadis Camara prêt à demander pardon si….

En Guinée, le procès du massacre du 28 septembre 2009 se poursuit au tribunal criminel de Dixinn. Moussa Dadis Camara qui comparaissait pour la quatrième fois hier lundi 19 décembre n’a pas reconnu son implication dans ces massacres. « Je n’ai jamais envoyé des éléments au stade du 28 septembre » a catégoriquement nié l’ancien président de la transition guinéenne. Il explique que la gendarmerie et la police ont une mission régalienne de maintien de l’ordre et son intention n’a jamais été d’envoyer des troupes à ce moment-là dans l’enceinte sportive. Dadis Camara estime que les vrais commanditaires de ces actes doivent demander des excuses. L’ex-chef de la junte guinéenne répondait ainsi à Toumba Diakité qui lui demandait de faire amende honorable et de s’excuser auprès du peuple guinéen.

« Ceux qui ont commis les actes, qu’ils les reconnaissent d’abord »

« J’ai dit clairement, ceux qui ont commis les actes, qu’ils les reconnaissent d’abord. Une fois qu’ils reconnaissent leurs actes, je serai le premier à demander pardon. Mais si ceux qui ont commis des actes ne veulent pas reconnaître, moi je vais venir demander pardon aux victimes ? » a-t-il lancé au juge. Rappelons que Toumba Diakité, a été son aide de camp. L’ancien chef de la junte guinéenne, espère être acquitté au terme de ce procès. Avec ce dénouement en sa faveur, il ne rechignera pas à demander pardon aux victimes. « Je respecte la mémoire des victimes et je suis prêt ; lorsque monsieur le président, la sentence va tomber, si je suis acquitté et j’estime que je serai acquitté, je serai le premier à demander pardon aux victimes mais il faut que la justice soit faite d’abord » a déclaré Dadis Camara. L’homme est persuadé que ces massacres ont été « savamment orchestrés pour l’évincer du pouvoir ».

par Kewoulo

Procès du 28-Septembre en Guinée : Moussa Dadis Camara perd son calme puis se mure dans le silence

En Guinée, Moussa Dadis Camara a comparu devant la justice pour la cinquième fois mardi 20 décembre. L’ancien chef d’État est l’un des principaux accusés dans les tueries du 28 septembre 2009, lorsqu’un meeting de l’opposition a été écrasé dans le sang, tuant plus de 150 personnes et plus d’une centaine de femmes ont été violées. La parole était aujourd’hui aux parties civiles et les échanges ont été très vifs.

Guinée – Procès du 28 Sept: « Vous n’êtes pas un bon avocat », Dadis Camara pète un câble à la barre

L’ancien président de la République de la Guinée, Moussa Dadis Camara est toujours à la barre dans le cadre du procès des événements tragiques du 28 septembre 2009. A l’audience de ce mardi 20 décembre 2022, le capitaine a eu un accrochage avec l’un des avocats de la partie civile.

Ambiance très électrique ce mardi au Tribunal de première instance de Dixinn. Les débats ont été très houleux entre certains avocats et Moussa Dadis Camara. Après son accrochage hier lundi avec l’un des procureurs, c’est avec Maître Amadou DS Bah que l’ancien patron du Conseil national pour la démocratie et le développement (CNDD) a bataillé ce mardi.

Visiblement agacé et perturbé par les questions de l’avocat de la partie civile, Le capitaine Moussa Dadis Camara a pété un câble. La goutte d’eau qui a fait déborder le vase, c’est le commentaire émis par l’avocat sur un ancien discours de Dadis. Il a estimé que l’ancien président avait délivré un « discours creux » et cherche à faire de la diversion à la barre.

« Vous n’êtes pas un bon avocat »

Avec le ton très levé, comme à son habitude, Moussa Dadis Camara a répliqué à Maître Amadou DS Bah. « Vous n’êtes pas un bon avocat. Vous ne pouvez pas me manquer de respect », a lancé le capitaine Dadis. Dans la foulée, ses avocats sont rapidement montés au créneau pour dénoncer des « propos déplacés et offensants » de Maître Amadou DS Bah contre leur client.

Dadis Camara s’est plaint auprès du président du Tribunal et a menacé de ne plus répondre aux questions de l’avocat. « Je vais garder mon droit de réponse par rapport à cet avocat », a-t-il dit.

« Nous ne sommes pas dans un bistrot où tout est permis »

Face à la situation conflictuelle, le président du Tribunal est intervenu pour calmer les ardeurs. « Nous sommes dans un Tribunal. Nous ne sommes pas dans un bistrot où tout est permis », a rappelé Ibrahima Sory 2 Tounkara.

Selon le président du tribunal, les propos tenus par l’avocat de la défense ne sont pas offensants. « Discours creux, ce n’est pas un propos offensant. Ça ne veut rien dire. On peut répondre simplement à ça », a-t-il dit, en rappelant à Dadis qu’il ne peut pas dicter les règles du jeu.

Pour Maître Lanciné Sylla, l’un des conseils d’Aboubacar Diakité dit « Toumba », Moussa Dadis Camara comparaît comme un simple accusé, au même titre que ses co-accusés. Pour l’homme de droit, il n’est donc pas question de le traiter différemment et avec faveur, parce qu’il a été ancien président.

par BeninTV