Tag: Elections 2020

Vive tension à Macenta : le siège de l’UFDG saccagé ainsi que les magasins et boutiques.

Après N’Zérékoré et certaines localités du pays, la ville de Macenta a renoué dans la soirée d’hier lundi, 19 octobre à un   violent  affrontement entre les partisans de Cellou Dalein Diallo et du président Alpha Condé dès  après la déclaration de ”victoire” à la présidentielle du 18 octobre par le président de l’UFDG. Selon nos informations, c’est après cette annonce de Cellou Dalein Diallo que ses partisans à l’image des autres villes sont sorties dans les rues de Macenta pour manifester leur victoire. Chose qui n’a pas plus au camp adverse qui a aussi sortie pour contrer le mouvement des d’opposants.

Après quelques temps d’affrontements, les services de sécurité ont réussi à les dispersés. Aux dernières nouvelles, nous apprenons le saccage du siège de l’UFDG, les boutiques et magasins de certains militants du principal parti d’opposition et aussi des blessés. Une information confirmée par le maire de la commune urbaine de Macenta, Gnènègo Guilavogui << effectivement,  j’ai eu des coups d’appel en disant que le siège de l’UFDG est saccagé, le marché qui prétend être saccagé. Directement j’ai appelé le préfet, le commissaire central et le colonel du camp. Les autorités ont déjà pris les dispositions nécessaires qu’il faut pour garantir la sécurité des populations et de leurs biens>>, a-t-il dit.

Pour l’heure, un calme precaire est revenu ce matin dans la ville. mais en attendant la publication des résultats provisoires de la présidentielle, l’inquiétude reste grandissante au sein de la population de Macenta.




Bruno LAMAH

Violence post-électoral: Mamadou Cellou Dalein Diallo annonce 3 morts par balle.

Alors que les partisans célébraient pacifiquement la victoire de leur candidat, les forces de défense et de sécurité ont réprimé dans le sang ce moment de liesse et de partage populaire.

En effet, cet après-midi, sur ordre du pouvoir, les forces de défense et de sécurité ont tiré à balles réelles sur la foule à Conakry entraînant plusieurs blessés et la mort de trois jeunes garçons à savoir :1- Thierno Nassirou Sylla, 13 ans, élève.2- Mamadou Saidou Diallo, 14 ans, élève.3- Abdoulaye Diomba Diallo, 18 ans, élève.

Je présente mes condoléances aux familles des victimes et condamne avec la plus grande fermeté ces nouveaux crimes à mettre à l’actif d’Alpha Condé.

Conakry, le 19 Octobre 2020

Déclaration de Cellou Dalein Diallo : le gouvernement qualifie ”d’irresponsable et antidémocratique” et menace de poursuivre à la justice le président de l’UFDG.

Le Gouvernement se félicite du calme général dans lequel les Guinéens se sont rendus aux urnes, ce dimanche, 18 octobre, pour accomplir leur devoir civique.

 Quelques heures seulement après le déroulement du vote, alors que les opérations de compilation et de centralisation des votes sont encore en cours et que meme des procès-verbaux de vote de zones à accès difficile ne sont pas encore arrivés à la Commission Administrative de Centralisation de Vote (CACV) correspondante, le Gouvernement regrette profondément la déclaration du candidat de l’UFDG proclamant une prétendue victoire au scrutin présidentiel du 18 octobre 2020. 

Le Gouvernement dénonce avec la plus grande fermeté un acte irresponsable, antidémocratique et anti républicain qui sape les rôles dévolus aux institutions de la République dans le processus électoral et dont le seul but est de semer la confusion, de manipuler l’opinion publique et d’attenter sérieusement à la paix sociale.

En agissant ainsi, en violation flagrante des règles qui encadrent le processus électoral guinéen et ce, malgré les mises en garde de la Communauté Internationale, le candidat de l’UFDG espère ainsi provoquer une situation de chaos généralisé aux conséquences dangereuses et imprévisibles.

Le Gouvernement informe et rassure l’opinion que les opérations de dépouillement, de compilation et de centralisation des résultats du scrutin du 18 octobre sont toujours en cours au sein des organismes habilités à cet effet, notamment les Centres de Centralisation des Votes (CACV) et qu’il est impossible, à ce stade du processus, d’avoir ni les tendances, encore moins les résultats du vote.  

Conformément à la loi, le Gouvernement rappelle que la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) est la seule institution compétente à proclamer les résultats provisoires et que les éventuels griefs qui pourraient être retenus et formulés contre la régularité du processus, sont portés devant la Cour Constitutionnelle qui connait et traite du contentieux électoral avant de proclamer les résultats définitifs de l’élection.

Le Gouvernement se réserve tout le droit d’engager des poursuites judiciaires contre l’auteur de ladite déclaration d’autoproclamation, le candidat de l’UDFG, pour lui faire répondre de son acte devant la loi. 

Le Gouvernement appelle l’ensemble des candidats, les partis politiques et les coalitions de partis politiques en lice, ainsi que tous les médias à la plus grande responsabilité et invite toutes les institutions de la République, notamment la Haute Autorité de la Communication (HAC), à jouer pleinement leurs rôles.

Le Gouvernement rassure les populations, que sans interférer ni se départir de sa neutralité dans le processus électoral, il assurera, dans les conditions et formes prescrites par la loi, sa fonction régalienne de préservation et de maintien de l’ordre public.

Le Gouvernement invite le peuple de Guinée à la plus grande retenue, à la prudence et au calme afin d’éviter au pays de rompre avec l’équilibre social et la paix civile, indispensables au développement et au bien-être de chacun et de tous.

Le Gouvernement
Transmis par la Cellule de Communication du Gouvernement

N’Zérékoré : échauffourée entre les partisans de Cellou Dalein Diallo et d’Alpha Condé !

Après que l’opposant Cellou Dalein Diallo s’est autoproclamé  vainqueur à la présidentielle du 18 octobre, ses partisans à l’image des autres  villes de la Guinée ont pris d’assaut les rues pour manifester leur victoire. Dans la capitale de la région forestière, N’Zérékoré ils étaient très nombreux à sortir  dans la soirée de ce lundi 19 octobre 2020,  lendemain de la présidentielle manifesté leur victoire disent-ils dans les quartiers de Boma, commune rurale de samoe, au grand rond point et au quartier Mohomou dans la commune urbaine de N’Zérékoré. Mais Peu après leur sortie, les partisans de l’actuel locataire de sekoutoureya sont sortis pour les contrer.

Les deux se sont affrontés à coté du stade du 3 avril où une moto d’un des manifestants a été incendiée. Il a fallu l’intervention des forces  de l’ordre  qui sont  postés  un peu partout dans la ville pour les  disperser  à coup de  gaz lacrymogènes. 

Pour l’heure, un calme précaire règne sur la ville mais les grandes artères restent occuper par les forces de defense et de securité. Nous y reviendrons !

Bruno LAMAH

Urgent: Cellou Dalein Diallo se proclame vainqueur du scrutin présidentiel

Dans une courte déclaration rendue publique ce lundi, 19 octobre 2020 au QG de son parti, le président de l’UFDG et candidat de l’Alliance Nationale pour l’Alternance et le Démocratie, Cellou Dalein Diallo, s’est dit vainqueur de l’élection présidentielle.

“Madames et messieurs de la presse nationale et internationale, je vous ai conviés pour délivrer devant vous un message que j’adresse à mes compatriotes. Mes chers compatriotes, malgré les anomalies qui ont entaché le bon déroulement du scrutin du 18 octobre et au vu des résultats sortis des urnes, je sors victorieux de cette élection dès le 1er tour. Je saisis cette opportunité pour remercier particulièrement les membres de l’Alliance Nationale pour l’Alternance et la Démocratie, des nombreux mouvements et associations qui ont soutenu ma candidature et tout le peuple de Guinée pour cette marque de confiance. J’invite tous mes compatriotes épris de paix et de justice à rester vigilants et mobilisés pour défendre cette victoire de la démocratie. 

Je vous remercie..

Présidentielle en Guinée: tension autour de la collecte et de la compilation des voix

En Guinée, au lendemain de l’élection présidentielle au cours de laquelle le pouvoir et l’opposition s’accusent mutuellement d’intimidations à l’encontre de leurs représentants, c’est désormais la compilation et la publication des résultats qui cristallisent les tensions. Le gouvernement met en garde les partis politiques qui souhaiteraient publier eux-mêmes les résultats qui leur remontent des bureaux de vote en affirmant que seule la CENI est habilitée à proclamer les résultats provisoires, mais l’opposition répond que les résultats sont affichés donc publiques et procède à sa propre centralisation.

Pour le pouvoir, l’opposition, et la CENI, la nuit a été longue. L’organe de gestion des élections procède à la centralisation des résultats. Les procès-verbaux sont rassemblés au niveau des commissions locales. Et ce n’est qu’à la réception du tout dernier PV qu’elle devra publier les résultats provisoires sous 72 heures. Il faudra donc compter plusieurs jours avant d’avoir un résultat officiel.

Parallèlement, l’opposition procède à sa propre compilation, car elle estime que la CENI est « inféodée au pouvoir ». Le gouvernement l’accuse de vouloir semer le trouble en diffusant de « faux résultats » et en se proclamant vainqueur avant que la CENI n’achève son travail.

Le Premier ministre s’invite dans la bataille

De son côté, le RPG, le parti au pouvoir n’est pas en reste. Le Premier ministre Ibrahima Kassory Fofana qui est aussi directeur de campagne du président Alpha Condé juge « quasiment impossible » une victoire de l’UFDG selon ses propres tendances et se prononce sur le résultat du bureau où a voté Cellou Dalein Diallo dans une publication sur Facebook supprimée depuis. 

Dans une seconde déclaration, il affirme qu’il n’y a pas eu d’arrestations de membres de l’opposition ni à Yomou, ni à Siguiri, et qu’il n’y a pas eu de vote de mineurs à Kankan.

Enfin dans une décision lue à la télévision nationale, la Haute Autorité de la Communication a annoncé que le site d’informations Guinée Matin a été suspendu pour un mois, pour avoir diffusé « en direct » sur sa page Facebook des opérations de dépouillement du bureau de vote.




Par RFI

Guinée/présidentielle 2020: le taux de participation estimé à plus de 75%

Le taux de participation des citoyens à l’élection présidentielle de dimanche est estimé à plus de 75%, selon Mamadi 3 Kaba, porte-parole de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), interrogé par un correspondant de Xinhua.

Après la fermeture de tous les bureaux de vote aux environs de 18H00 GMT, la phase de dépouillement se poursuit toujours sur place et dans les bureaux de centralisation des résultats du scrutin électoral.

Durant cette phase, les votes des citoyens seront comptés et notifiés dans les procès-verbaux dont une copie sera envoyée au site central de la CENI, une copie destinée aux partis politiques, une copie à afficher au bureau de vote, pour informer les citoyens inscrits dans de la circonscription électorale.

Selon M. Kaba, le vote s’est globalement déroulé sans incident majeur ni anomalie, avec une large mobilisation des électeurs dans les circonscriptions électorales.

Mamady 3 Kaba a précisé que plus de 11.000 observateurs électoraux nationaux et internationaux, dont ceux de l’Union Africaine et de la CEDEAO, ont été déployés à Conakry ainsi que dans les différentes régions de la Guinée.

D’après la loi électorale, la CENI dispose de 72 heures pour la publication des résultats provisoires, après la réception du dernier procès-verbal en provenance des 38 Commissions administratives de centralisation des votes (CACV).

Plus de 5 millions d’électeurs sont inscrits pour voter dans environ 15.000 bureaux de vote. Au total, 12 candidats dont 2 femmes sont en compétition pour cette élection présidentielle du 18 octobre.




par Xinhua

N’Zérékoré : le député Tokpa Jean victoire kolié ” ce qui nous préoccupe c’est… !

Député de la mouvance présidentielle en séjour en région forestière, honorable Tokpa Jean victoire kolié, interrogé après avoir voté, dans l’après-midi de ce dimanche, a livré ses sentiments  avant de saluer le calme qui règne autour du scrutin présidentiel. Il a aussi demandé à la population de voter en faveur de la réélection du président de la république pour lui permettre dit-il de finaliser ses chantiers.

<<C’est un sentiment de joie. Nous nous sentons déjà victorieux. Parce que nous avons vu combien il y avait de l’engouement lorsque notre champion est venu ici en N’Zérékoré. Nous avons vu combien les populations sont sorties massivement. Aucun candidat n’a été accueilli de la sorte ici. Et nous pensons que cela sera traduit dans les urnes par les militants et sympathisants et toutes les populations de N’Zérékoré. Donc en partant voter je me dis que je suis en train d’accomplir un devoir citoyen qui va n’est pas permettre à la Guinée de continuer de bénéficier de toutes les potentialités qui regorgent le professeur Alpha Condé en vue de l’aider, de le soutenir et permettre à ce qu’il puisse continuer et terminer les grands chantiers qu’il a commencé pour le bonheur du peuple de Guinée>>, dit-il Pour terminer, le plus jeune député de l’hémicycle guinéen, honorable Tokpa Jean victoire Kolié, lance un message de paix à la population de N’Zérékoré. << Ce que je voudrais demander à la population et à nos militants c’est d’aller voter dans la sérénité, dans la tranquillité.

On  doit aller voter et retourner à la maison. On ne doit pas céder à la provocation. Parce que ce qui nous préoccupe c’est de faire en sorte que notre candidat puisse gagner. Le professeur Alpha Condé puisse être victorieux au soir de ce 18 octobre. Nous ne devons pas nous mêler à toute action  qui puisse compromettre la paix. Parce que la violence ça nous profite pas. C’est nous qui gouvernons et c’est nous qui voulons continuer à gouverner. Alors nous devons faire en sorte que les populations soient rassurer et les populations sont mieux rassurer que dans la paix>>, a-t-il souhaité.

Il faut noter que le processus électoral s’est déroulé sans incident dans la capitale de la  région forestière. Espérons que ce  calme en cadre le processus jusqu’après  la publication  des résultats.

Bruno LAMAH

Présidentielle du 18 : le journaliste Foromo Gbouo LAMAH sensibilise les jeunes pour une élection apaisée sans violence dans son quartier!

Foromo Lamah journaliste

Dans le souci de sauvegarder la paix et de la quiétude sociale dans le quartier Bellevue pour une élection apaisée sans violence en N’Zérékoré, le  Mouvement Plus Jamais ça à Bellevue(MPJCB) piloté par notre confrère Foromo Lamah journaliste  a organisé hier vendredi,  16 et samedi 17 octobre 2020  une journée de paix, de prières  et de pardons  dans le quartier Bellevue, Commune Urbaine de N’Zérékoré.  8 mois après les violents affrontements à relents communautaire (Kpèlè-konia), lors du double scrutin législative couplée du référendum. Les jeunes dudit quartier ne comptent plus revivre les mêmes événements de 1991 pendant les premières élections communales et 2020. <<   L’objectif de  notre mouvement  dénommé, ‘’ PLUS JAMAIS ÇA A BELLEVUE’’ que j’ai eu a créé,  est parti d’un constat que nous avons fait à la veille de cette élection présidentielle où la tension était très vive dans certaines localité du pays notamment la Haute et la Moyenne Guinée. Aussi la psychose qui s’est emparé toute  la ville de N’Zérékoré   qui n’est rien d’autre que le départ massif des citoyens dans les villages. C’est vue cette situation qui créée  un climat de peur et de méfiance entre les communautés  que  nous avons décidé d’abandonner nos boulots pour sensibiliser les citoyens à  rester sur place afin voter pour le candidat de leur choix dans la paix et dans la quiétude sociale. 

Cette journée a été l’occasion pour les leaders religieux que nous avons invité de prier pour le quartier afin que l’élection puisse se passer dans les conditions les meilleures. >>

Poursuivant, Foromo Gbouo LAMAH dit être surpris de la mobilisation et la détermination des jeunes de tout bord<< j’ai été très étonné et très surpris de la mobilisation des jeunes du quartier notamment nos amis Konia qui ont envoyé des engins roulants  pour faire la caravane de Paix dedans. Et qui avaient le même souci que nous. Comment ramener la paix dans le quartier ?  Est-ce que les autorités sont informées ?  Directement j’ai appelé le maire Moriba Albert DÉLAMOU qui les ai signifié qu’il est déjà informé et il accompagne le mouvement. Mais nous les avons aussi rassuré que nous venons vers eux avec un cœur plus clair que l’eau de roche. C’est ainsi que ils ont accepté de nous suivre dans la démarche. On a fait le carnaval, ensuite nous avons tenu notre meeting suivi d’un match de gala où nous avons fait passer les messages de paix et de quiétude sociale. >>Pour terminer, Foromo Gbouo LAMAH citoyen du quartier Bellevue, rassure la population et les autorités que l’élection présidentielle passera sans violence dans le quartier, il invite donc les autres jeunes des quartiers à emboîter le pas. <<  Sans la paix, il n’y a point de développement. Je  prends donc ici l’engagement avec mon équipe  et les collègues d’autres quartiers de la commune à travailler étroitement avec  les autorités  pour l’instauration d’un climat de paix définitive dans la cité.J’invite par la même occasion l’ensemble des jeunes  de N’Zérékoré en particulier et ceux de notre très chère région en général  à s’unir davantage  autour d’un même objectif qui est celui de l’entente et de l’amour entre les communautés pour une franche et loyale collaboration afin de développer notre région qui est le grenier de la Guinée. >>

Il faut noter que la journée d’hier s’est passée sans incident et la jeunesse a  organisée cet après midi un match de gala  pour rassurer les citoyens que l’élection se passera sans violence.


À suivre !

Bruno LAMAH

GUINEE CONAKRY – L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE RÉVEILLE LA HAINE ETHNIQUE

Après une campagne électorale marquée par un regain de violences dans les fiefs de l’opposition et du parti au pouvoir, dont un mort à Conakry, environ cinq millions d’électeurs sont appelés à voter ce dimanche 18 octobre 2020. Les guinéens éliront à nouveau un homme ou une femme qui prendra les destinées des 12 à 13 millions d’habitants durant les cinq prochaines années. Plus exactement, ce sera cinq ou six ans. Cinq si l’on respecte la constitution légitime. Il faut en revanche ajouter une année supplméentaire selon la nouvelle constitution controversée adopté dans des conditions ubuesques.

En lice, 12 candidats (dont deux femmes) pour un seul fauteuil. Les projecteurs seront tournés vers le président sortant, candidat à sa propre succession. Candidature illégale puisque la Constitution de 2010 empêche l’exercice du troisième mandat. 

C’est dans ces violences que Mamadou Saïdou Diallo, 14 ans, élève en classe de 8ème année, a été tué.

Un challenger est également à surveiller: Cellou Dalen Diallo, ancien premier ministre de Lansana Conté. Le rififi a lieu principalement entre ces deux candidats. Rififi le mot est tendre, car leur chamaillerie tue des guinéens, en traumatisent d’autres et font bruler la flamme de la haine. 

Le parti au pouvoir chahuté par la foule

Mardi 29 septembre 2020 vers 15h30, une prétendue attaque attribuée aux militants du principal opposant Cellou Dalen Diallo a peut-être eu lieu après le meeting tenu par Ibrahima Kassory Fofana, premier ministre et directeur de campagne d’Alpha Condé (le Président en exercice).

Cette scène s’est déroulée au stade Elhadj Saîfoulaye à Labé, situé dans le quartier Konkolah. Alors que le premier ministre quittait les lieux, sa délégation a subi une attaque violente par plusieurs individus incontrôlés. Conséquence, sept véhicules ont été caillassés et l’une des voitures s’est encastrée contre un mur en cherchant à éviter les casseurs.

Voici la version officielle du gouvernement de Guinée Conakry: «Mardi, 29 septembre 2020 – C’est avec une grande amertume que le Gouvernement apprend l’attaque dont a été l’objet le cortège de son Excellence Ibrahima Kassory Fofana, Premier Ministre de la République de Guinée et Directeur de campagne du candidat du RPG Arc en ciel».

Cette version a été fortement nuancée par le représentant de l’Etat dans la région, le préfet de Labé, Elhadj Safioulaye Bah. Dans l’émission les GG sur les ondes Espace FM de Guinée Conakry, le préfet s’est très clairement exprimé:

«Le premier ministre n’était nullement ciblé. Depuis le matin, dès 8 heures, la population s’est rassemblée au stade. Une forte animation et beaucoup de personnes y étaient. L’événement s’est très bien passé, jusqu’au départ. C’est là que les jets de pierres ont eu lieu, uniquement à la fin du cortège. Je ne dirai même pas le mot «cortège» car il n’y avait quelques véhicules. Le véhicule de notre premier ministre n’a pas été atteint. A priori, il n’était pas visé. Il faudrait que cela se sache !»

Le préfet ose continuer: «Il y a des personnes qui sont incontrôlées, peut-être qu’ils ont eu des promesses qui n’ont pas été tenues et qu’ils ont réagi en fonction de cela. En tous les cas, s’il s’agissait d’un sabotage, dès le matin, ils auraient saboté cela. Nous avons ouvert une enquête pour essayer de trouver ceux qui sont auteurs des jets de pierres et les raisons qui les ont amenés à faire cela

Le parti d’opposition ethniquement pris à partie

Ce dimanche 11 octobre, c’est le cortège de l’opposant, leader de L’UFDG, Cellou Dalein Diallo qui a été attaqué à Kankan, fief du pouvoir traditionnel d’Alpha Condé.

L’accès à la ville a été bloqué dimanche par un groupe de militants «RPG ARC en Ciel». Ces jeunes ont barricadé l’entrée principale de Kankan par des troncs d’arbres entrecoupés et entreposés ça-et-là sur la chaussée.

Le cortège de Cellou Dalein Diallo a décidé finalement de rebrousser chemin pour éviter des affrontements. Mais cette fuite n’a pas suffi et ce qui s’en suit est anormal, surtout si l’on précise que toutes les violences dont nous allons vous parler ont eu lieu alors que le « Ministre de la défense nationale » et le « Ministre de l’administration du territoire et des affaires politiques » sont tous les deux présents à Kankan.

Mais leur présence n’a en rien dissuadé ou gêné les loubards. En effet, les jeunes du RPG ne se sont pas limités à bloquer le cortège du Président de l’UFDG. Ces racailles s’en sont pris (encore !) aux militants massivement mobilisés pour accueillir leur leader.

Beaucoup d’entre eux ont été bastonnés et blessés. Leurs motos ont été volées ou calcinées. Mais pas que. Les boutiques et magasins des commerçants issus de la même communauté ont été pillés et saccagés.

Pourquoi tant de violence ?

Au-delà des luttes de pouvoir, c’est la triste mais logique conséquence des discours à relent ethnique qui fleurissent dans les discours d’hommes politiques guinéens. Qui plus est, des types dangereux car extrémistes bénéficient des largesses du pouvoir. Parmi ces extrémistes, nous devons citer au moins ceux du mouvement RPG (auteur de ces violences) notamment Talibi Dabo de la coordination régionale du RPG, ainsi qu’Oumar Diakité lui-même maire RPG de Kankan, sans oublier Moussa Dian Condé du syndicat des transports. A eux trois, leur haine et leur rage rempliraient tous les fleuves de Guinée Conakry !

Cette haine basée sur l’ethnie est grave. Il faut être sérieux. Tant d’exemples nous montrent à quel point des personnes partageant un même territoire et une même langue, sont capables de rentrer dans une logique de génocide. Nous n’en sommes pas là. Mais la situation ne se limite pas à ces exemples dans les fiefs de chacun, elle s’étend à l’ensemble du territoire de Guinée Conakry.

Par exemple, à Conakry, la capitale guinéenne a été la scène de violents affrontements ce jeudi 8 octobre 2020 faisant un mort. Idem deux jorus plus tard, cette fois à Yattaya Fossidet, dans la commune de Ratoma.

Des accrochages ont éclaté entre des partisans du RPG Arc-en-ciel et de l’UFDG, entraînant un mort et des dégâts matériels, selon nos confrères de Guineematin.com. Plusieurs partisans de l’UFDG quittaient la T6 pour se rendre à Sonfonia, via Yattaya. A l’arrivée de leur cortège à cet endroit, où des partisans du RPG Arc-en-ciel battaient campagne, les choses ont très mal tournées.

Suite aux échanges peu amicaux, les deux camps se sont affrontés à l’aide de jets de pierre. Les opposants du président en place ont pris le dessus sur leurs adversaires. Ils ont saccagé le stand du RPG Arc-en-ciel, installé au niveau de ce rond-point, incendiant le groupe électrogène et les matériaux de sonorisation qui étaient sur les lieux. Après leur passage, certains militants du parti au pouvoir ont mené des représailles, en s’attaquant à des commerces situés dans les alentours et appartenant aux partisans de l’UFDG.

C’est dans ces violences que Mamadou Saïdou Diallo, 14 ans, élève en classe de 8ème année, a été tué.

Élections mis à part, ces violences sont avant tout une tragédie pour toute la Guinée Conakry. Chacun peut penser comme il veut pour analyser le présent, mais quelles seront les suites ? Qu’est-ce qu’il y a après ? Les responsables politiques ne semblent pas se rendre compte ni admettre leur responsabilité dans ce déferlement de haine. Dimanche, l’élection présidentielle aura lieu. En espérant qu’aucun guinéen, qu’il est 14 ans ou plus, ne sera à son tour victime des démons politiques guinéens.


Par L’œil de la Maison des Journalistes