Tag: Guinée Actualité

Logements sociaux communautaires : l’appui d’Afriland First Bank Guinée à l’armée guinéenne

Pour accompagner les forces armées guinéennes en dotant chaque militaire d’un toit, Afriland First Bank Guinée a lancé il y a près d’un an, le concept : ‘’logements sociaux communautaires’’. L’idée est de construire avec la main d’œuvre locale des bâtiments écologiques en briques de terre stabilisée et surtout à moindre coût soit 100 000 000 GNF pour une maison plafonnée de trois chambres, un salon et un magasin. Deux bâtiments de ce type sont construits pour l’armée dans le cadre d’un projet pilote.  Le premier bâtiment est situé au camp Alpha Yaya Diallo, le second au camp Samoréya à Kindia.

« L’armée est un corps extrêmement important parce que c’est elle qui veille à notre sécurité. Et pour que ces combattants puissent être tranquilles dans leur esprit une fois au champ de guerre, il faut que leurs familles restées au pays soient dans un logement décent. C’est pourquoi nous avons pensé qu’en offrant à chaque militaire de l’armée guinéenne un logement décent, c’est une manière de contribuer à sécuriser nos frontières. »  A laissé entendre le DG de Afriland First Bank Guinée qui rappelle de passage que cette œuvre correspond aux objectifs de son institution dont la vocation est de lutter contre la pauvreté en Afrique et restaurer la dignité africaine.

« Nous devons améliorer les conditions de vie et ce projet sociocommunautaire rentre dans cette dynamique là.  Nous allons faire un transfert de compétence et nous allons également permettre aux guinéens d’avoir un habitat décent. Et en retour, nous allons financer cela. Donc l’idée pour nous, c’est de créer une chaîne vertueuse qui permette de propulser le développement de notre pays », a-t-il précisé.

Pour sa part le directeur de cabinet du ministère de la défense nationale colonel David HABA a salué la volonté de Afriland First Bank d’accompagner l’armée guinéenne dans le domaine de l’habitat social.

« Le projet de donner un habitat décent aux militaires Guinéens c’est une initiative de Afriland First Bank. C’est un projet qui s’inscrit parfaitement dans le sillage des objectifs que le Président de la République s’est fixé. À savoir : améliorer les conditions de vie des Guinéens et en particulier des militaires. Ce bâtiment témoin que vous nous montrez nous rassure que vous êtes capables de donner un logement décent aux militaires Guinéens. C’est pourquoi je prends la parole au nom du ministre de la défense nationale pour vous dire sincèrement merci! Je sais qu’avec cette maison, nous avons la preuve, nous armée de Guinée que c’est possible d’avoir un logement décent écologique et à bon prix.» espère  Colonel David HABA.

Plus loin, il ajoute ceci: «….J’ai puisé de votre discours deux points essentiels : le premier c’est que vous réalisez le bâtiment avec des matériaux locaux. Donc, il y a là l’idée de protection de l’environnement derrière et en même temps pendant la réalisation du bâtiment vous travaillez en transmettant les compétences à des Guinéens et à des militaires aussi. Ça veut dire qu’après vous on est capable de réaliser la même chose. Je vous dis donc sincèrement merci! » conclut le directeur de cabinet du Ministère de la Défense Nationale qui a promis de partager auprès de la hiérarchie militaire les enjeux de cette initiative dans la perspective d’un partenariat avec Afriland pour aider chaque militaire à disposer d’un toit décent à moindre coût.

Le projet est également ouvert aux populations. Il y a quelques mois deux autres logements sociaux communautaires avaient été offerts à deux des familles les plus vulnérables de Kassa par Afriland First Bank Guinée.

Thierno Ousmane Diallo, RTG

Amadou Traoré rend visite à la sélection guinéenne

Amadou Traoré a rejoint, pendant la trêve internationale, la Guinée de Kaba Diawara, des suites de nombreux forfaits sur blessure. Passé par les équipes de jeunes de l’Equipe de France (U17 et U19), l’ailier des Girondins de Bordeaux a encore le choix de sa sélection A, et n’a à ce jour pas encore fait de choix définitif. Actuellement blessé, il est juste allé découvrir l’ambiance d’une sélection avant de pourquoi pas opter pour la Guinée.

La Guinée avait un match vendredi contre l’Afrique du Sud, mais le jeune bordelais – en fin de contrat en juin – ne l’a pas disputé car il n’était pas à 100%. Depuis, d’ailleurs, il a été autorisé à revenir en Gironde pour « soucis physiques », lui qui est blessé depuis de nombreuses semaines maintenant, et qui était d’ailleurs le dernier joueur encore à l’infirmerie. Il s’agissait plutôt d’une prise de contact avec le Syli National.

Amadou Traoré a livré sa réaction, confirmant qu’il avait bien la choisi la Guinée comme sélection nationale.

Ça fait beaucoup de sensations. Toute ma famille est de la Guinée, mon père, ma mère, et tous mes frères. Ça me fait très plaisir de porter ces couleurs parce que cela faisait très longtemps que ma famille m’en parlait. Je suis content. Cela fait un moment que la Guinée me suit. Ils contactaient mon frère, et ils l’avaient appelé pour lui dire qu’ils avaient envie que j’intègre la sélection. Moi, au début, comme j’étais avec l’Equipe de France, cela voulait dire qu’il fallait faire un choix, il fallait réfléchir… Même pour la Coupe d’Afrique des Nations, ils m’avaient appelé. Mais au jour d’aujourd’hui, venir à ce moment-là, je pense que c’était le bon moment

C’est notamment l’ancien attaquant des Girondins, aujourd’hui sélectionneur, Kaba Diawara, qui a fait les démarches.

Kaba a appelé mon frère, c’était lui le contact. Ils ont parlé, j’ai aussi parlé avec Kaba, il a tenu le discours de la jeunesse, etc, ça m’a satisfait. Je me sens très bien aujourd’hui, il y a une bonne ambiance. Tout le monde est heureux, tout le monde sourit, tout le monde est dans le projet sportif : ils veulent tous gagner, ils ont tous faim, c’est ce qui est bien

L’actuel ailier bordelais s’est confié sur ses ambitions en sélection.

J’ai envie d’amener la Guinée au plus haut niveau, gagner des titres, comme la Coupe d’Afrique des Nations plus tard. Il y a plein d’ambition, même les qualifications pour la Coupe du Monde… Gagner le plus de matches possibles ! J’ai envie de montrer que la Guinée est là

Par Girondins4ever.com

Guinée-Conakry : le gouvernement hausse le ton face aux menaces de sanctions de la Cédéao

L’organisation sous régionale a donné un ultimatum d’un mois à la junte pour se prononcer sur le calendrier de la transition.

Dans une interview accordée, samedi, à Guinéenews, le porte-parole du gouvernement de la Guinée, Ousmane Gaoual Diallo, a souligné que les Guinéens sont « déçus » en lisant le communiqué des chefs d’États de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) qui étaient réunis à Accra au Ghana, le vendredi 25 mars, pour un nouveau sommet extraordinaire sur le Mali, la Guinée et le Burkina Faso.

Le gouvernement guinéen a fait comprendre à la Cédéao qu’« on n’évolue pas vers la démocratie sous le diktat » et a invité cette organisation à « ne pas considérer la Guinée comme un pays en guerre ou un pays en crise ,» car ce sont les crises qui ont abouti à la situation actuelle en Guinée.

Lors du sommet du 25 mars, la Cédéao a donné un délai d’un mois, jusqu’au 25 avril prochain, plus précisément à la junte de la Guinée, pour qu’elle présente un calendrier « acceptable» pour la transition.

« Cela n’engage que ceux qui ont parlé. La Guinée n’était pas représentée à cette réunion. Ceux qui ont donné ce calendrier-là, en sont responsables. La Guinée continue d’évoluer au rythme de son peuple et en tenant compte des impératifs de sa situation », a répondu le porte-parole du gouvernement de la Guinée.

Concernant les sanctions économiques et financières brandies par l’organisation à l’endroit de la Guinée, si le calendrier n’est pas présenté d’ici un mois, la junte guinéenne a estimé que c’est la population locale qui va en souffrir.

« Le seul effet que cela représente, c’est d’asphyxier la population. Est-ce la mission de la Cédéao de créer des conditions de précarité et de pauvreté pour les peuples de la sous-région ? Donc nous, nous continuons à travailler dans le sens et dans rythme dictés par le contexte de notre pays », a répondu la junte.

Les chefs d’États de la Cédéao réunis à Accra au Ghana, vendredi 25 mars, en sommet extraordinaire à huis clos ont examiné la situation au Mali, au Burkina Faso et en Guinée.

Si les sanctions ont été maintenues à l’encontre du Mali, il faut mentionner qu’en ce qui concerne le Burkina Faso et la Guinée, ce sont des ultimatums qui ont été donnés aux militaires au pouvoir.

En ce qui concerne la Guinée, la Cédéao a demandé la finalisation d’un chronogramme acceptable de la transition au plus tard le 25 avril 2022.

« Passé ce délai, des sanctions économiques et financières entreront immédiatement en vigueur », a prévenu l’organisation.

par AA.com.tr

Guinée Conakry : 18 morts dans l’éboulement de la mine d’or artisanale

Au moins 18 personnes ont perdu la vie dans l’éboulement d’une mine d’or artisanale à Kounsitel dans la préfecture de Gaoul (nord-ouest de la Guinée), d’après un bilan réactualisé fourni par une source officielle.

Le premier bilan du sinistre qui a eu lieu mardi faisait état de 10 morts.

« Jusqu’à ce matin, nous étions à 18 corps retrouvés et une dizaine de blessés », a indiqué jeudi Ousmane Diallo, ministre de l’Urbanisme et de l’habitat et porte-parole du gouvernement.

Originaire de la localité, le porte-parole du gouvernement a indiqué qu’une cellule de crise a été mise en place pour la coordination des activités de secours et d’assistance.

« Le site où l’accident s’est produit, l’accès avait été interdit à la population. Mais les gens ont profité de la nuit pour descendre dans les trous pour creuser », a déploré le porte-parole du gouvernement.

L’exploitation artisanale de l’or dans la préfecture de Gaoul est suspendue depuis juin 2021 par les autorités locales suite à l’afflux en grand nombre d’orpailleurs après l’annonce de la découverte de deux nouvelles mines à Kounsitel.

Par AA.com

En Guinée, de belles perspectives pour la bauxite

C’est un minerai qui entre dans la composition d’un métal du quotidien qui vaut désormais de l’or. La bauxite est à la base de l’aluminium, dont le prix atteint des sommets sur les marchés. La Guinée est le premier pays exportateur de ce minerai au monde et il vient de connaître des changements politiques majeurs.

Sans ce minerai, pas d’aluminium. Il est essentiel à sa fabrication et l’une de ses sources a bien failli se tarir brusquement. C’était la crainte, en tout cas, des marchés qui, avec le coup d’État du 5 septembre dernier en Guinée, ont imaginé le pire : une rupture de la chaîne d’approvisionnement.

Le pays détiendrait le quart, voire même, selon certaines sources, le tiers des réserves mondiales de bauxite. C’est le deuxième producteur mondial, juste derrière l’Australie. La chute d’Alpha Condé et l’avènement de la junte au pouvoir ont provoqué une montée en flèche du cours de l’aluminium. Au lendemain du putsch, le prix du métal avait atteint son plus haut niveau depuis 10 ans. À la Bourse de Londres spécialisée dans les métaux, la tonne se négociait à 2 950 dollars le 13 septembre 2021. Les actions des principaux producteurs chinois, russes et australiens gagnaient entre 2 et 14%.

Si en 2020, la Guinée a exporté 82,4 millions de tonnes de bauxite, les chiffres pour l’année 2021 ne devraient pas être moins élevés, selon une source au sein de l’industrie minière guinéenne. Aucune donnée officielle encore, mais la production n’a pas fléchi.

Le scénario catastrophe – le blocage de la chaîne d’approvisionnement – n’a finalement pas eu lieu. La transition guinéenne qui s’est installée depuis n’a pas rebattu les cartes de l’exploitation minière. Résultat, une nette stabilité des cours de la bauxite depuis 2016, qui s’achète entre 28 et 32 dollars la tonne. Ni augmentation, ni baisse du prix d’achat, mais cela pourrait changer à l’avenir.

Le secteur minier devrait connaître un développement intense dans les prochaines années, avec l’exploitation de nouveaux sites. Surtout, la demande russe pourrait être affectée par les sanctions européennes. Le deuxième producteur d’aluminium au monde est entré en guerre contre l’Ukraine. Si la production mondiale de ce métal baisse, les besoins de bauxite et son prix pourraient connaître la même évolution.

par RFI

Affaire Air Guinée: visé par une enquête, l’opposant Cellou Dalein Diallo s’explique

Visé par une enquête pour corruption présumée dans l’affaire Air Guinée, Cellou Dalein Diallo, le chef de l’UFDG, principal parti du pays, a tenu à s’expliquer lors d’une conférence de presse jeudi 17 février. Il a tenté de se défendre contre ceux qui, dit-il, veulent attaquer sa « réputation et son honneur ». Il est aussi revenu sur la propriété qu’il occupe à Conakry et dont l’État réclame désormais la restitution.

Accueilli par les applaudissements d’une poignée de militants, sous le hangar du siège de l’UFDG, c’est aux journalistes que Cellou Dalein Diallo était venu parler. Longuement. Pendant près d’une heure. Sur la vente d’Air Guinée, il estime qu’il n’est pas le principal responsable. Il était ministre des Transports à l’époque.    

« J’ai signé bien sûr mais j’ai vérifié que les prix étaient bons pour la Guinée. Mais l’opération de liquidation d’Air Guinée s’est passée au ministère des Finances et c’est lui qui a fixé les prix. »

« Pourquoi ce harcèlement judiciaire d’un leader politique ? »

Pour sa propriété de Conakry, acquise sous l’ancien président Lansana Conté, il précise : « Je ne me suis pas emparé d’un domaine public de l’État. C’était un domaine privé de l’État – il est important de faire la différence – qui m’a été donné dans le respect de la règle et des procédures. »

Il y a eu un transfert de propriété, assure-t-il, et il exhibe même une copie de son titre foncier. Il dénonce aujourd’hui un acharnement. « Ce harcèlement judiciaire d’un leader politique, il faut s’interroger : pourquoi il y a ce harcèlement ? »

Le leader de l’UFDG devait retrouver jeudi soir ses avocats pour préparer sa riposte.

Par RFI

Guinée : détournement de deniers publics, le Col Doumbouya frappe fort

Le président de la transition guinéenne, le colonel Mamadi Doumbouya met de l’ordre dans l’administration. Dans un décret, lu à la télévision nationale dans la soirée du 14 février 2022, le président guinéen saute plusieurs hauts cadres pour des faits de détournement de deniers publics, faux et usage de faux en écriture publique et complicité pendant par devant la CRIEF et devant certaines juridictions d’instances.

Selon nos informations, les sommes détournées vont dans des centaines de milliards de FCFA. Tous ces actes auraient été posés au temps de l’ex-président Alpha Condé.

Trouvez ici la liste des cadres limogés :

1-Mamadou Diouldé Diallo, Directeur Général de la Société des Eaux de Guinée.

2- Dr Moussa Konaté, inspecteur général de la santé, ancien Directeur Général de la Pharmacie Centrale de Guinée (PCG).

3- Mme Condé Marie Touré, Directrice Générale de l’Agence Nationale de l’Assainissement de la Salubrité publique (ANSP).

4- Dr Sandy Kola Tolno, Directeur Général de l’Hôpital de l’Amitié Sino-Guinéenne.

5- Seydouba Sakho, Maire de la Commune de Matam.

6- Amadou Sebory Touré, Directeur Général du Fonds de Sauvegarde de l’Environnement.

7- Moussa Kabassan Keita, Directeur Général de l’Office National de Contrôle Sanitaire des Produits de Pêche et de l’Aquaculture.

Par TogoMedia24

N’Zérékoré : le ministre du (MEP-UA) aux élèves “tout élève qui pense qui va se prêter à ce jeu…”

En séjour dans la région de N’Zérékoré, le ministre de l’enseignement pré-universitaire et de l’alphabétisation, a assisté ce mardi 15 février  à la montée des couleurs au lycée collègue Alpha Yaya Diallo, situé à la banlieue de la commune urbaine de N’Zérékoré. Accompagné des cadres de son département, du préfet Col Sékou KEITA, de l’inspecteur régional, du directeur préfectoral de l’éducation ainsi que  leur staff, le ministre de l’enseignement pré-universitaire et de l’alphabétisation  a expliqué que sa visite à l’intérieur du pays ne constitue pas seulement de constater l’état des écoles mais d’apprécier les valeurs que ces écoles en ont. Guillaume Hawing,<<<Nous très content, très joyeux d’être là ici ce matin dans cette école historique. Qui porte le nom d’un grand homme, un homme qui a marqué l’histoire de notre pays, Alpha Yaya Diallo. Nous nous retrouvons ici dans cette cour, c’est comme à la coutumière, partout nous passons, nous assistons à la montée des couleurs dans l’une des écoles symboles. Comme Alpha Yaya Diallo, je sais que le choix n’a pas été fortuit. Je remercie aux autorités éducatives de N’Zérékoré.

Nous ne sont pas sortir seulement pour voir l’état des écoles. Nous sommes aussi sortir pour apprécier les valeurs des différentes écoles. Ici j’ai remarqué, j’ai regardé entre les toits, je n’ai vu aucun élève avec un téléphone, ça, ça m’a impressionné >>, dit M. Guillaume.

En ce qui concerne l’état des lieux, le ministre de l’enseignement pré-universitaire et de l’alphabétisation dit le constat n’est pas reluisant, << ici aussi le constat n’est pas tellement reluisant. Jusqu’à présent les élèves continuent à venir. Il était 7 h 45, il n’y avait même pas 10 élèves autours du mât. Chers élèves, venez à l’école très tôt. Le sérieux commence là, la ponctualité et si jusqu’à 8h 30, 9 heures certains élèves sont encore en route pour venir à l’école. Moi je me demande si c’était des élèves ou autres personnes. Parce que un bon élève, un élève soucis pour son avenir, son devenir, très tôt, il quitte la maison pour venir à l’école. >>

Avant de quitter les lieux, le ministre de l’enseignement pré-universitaire et de l’alphabétisation a martelé que << tout professeur qui viendra vous voir pour de telle combine, dénoncer le à la direction, il ira en prison. Acceptez d’échouer dignement. J’apprécie encore un IRE, un DPE, ou un ICE, il laisse les élèves travailler consciemment, il freine toute sorte de fraude avec deux admis ou 10%,  5% ou  4% qu’ autre qui à 80%, 100% avec des manœuvres dilatoires. Et cette année nous avons dit ceci: tout élève qui pense qui va se prêter à ce jeu, il sera d’office éliminé, surtout avec le téléphone. On prend le téléphone avec un  élève, il est éliminé et ta session de l’année est ajourné. Donc, tu perds deux ans sans aller à l’école>>, a martelé le ministre

Bruno LAMAH

N’Zérékoré : un incendie ravage tout sur son passage!

Un incendie d’origine inconnue s’est déclaré effectivement dans un bâtiment composé de plusieurs boutiques au quartier Gböyéba non loin du marché central ici  dans la commune urbaine de N’Zérékoré, faisant des dégâts matériels importants. Selon les témoignages,  le feu est parti d’une boutique avant d’ ébranler  finalement les autres boutiques,  qui ont finalement été consumé avec leur contenu et d’autre décoiffée sur.

Interrogé Kerfala Doré, secouriste, reviens sur comment il a été informé de la situation. << J’étais dans mon magasin, j’ai reçu un coup d’appel pour me parler de l’incendie. Directement, j’ai fermé ma boutique pour me rendre apporter secours. Quand je suis arrivé, j’ai trouvé tous les magasins étaient en ferme. On s’est mis à l’éteindre. Le service de sapeurs pompiers qui est inactif. Depuis le début jusqu’à maintenant, on a pas vu les sapeurs pompiers. Pour le moment, on maîtrise le feu>>, a dit kerfala Doré.

De son côté, Mamady Camara, se dit très déçu de l’attitude des autorités<< ce qui nous ait déçu, comment un petit coin comme ça, en cas d’incendie, ils doivent venir à temps pour porter secours. Sinon, ça là, ça ne peut pas dépasser l’État Guinéen quand-même. Ils attendent que tout se brûle avant de venir nous sauver.>>

Pour Doura Condé, << aujourd’hui c’est déplorable à N’Zérékoré. Comment avec une population de plus de 800000 hab, on a pas un véhicule citerne de sapeurs-pompiers? C’est la jeunesse de N’Zérékoré qui est venue aujourd’hui éteindre le feu dans la ville ici. Donc il y a eu des gaspillage ici, donc on ne peut pas imaginer le coût des dégâts matériels importants incendiés ici.  >>

Pour terminer, Doura Condé, lancé une invite à l’endroit des autorités, << C’est de venir au secours des victimes. Actuellement, les puits sont taris ici. Il y a pas de sapeurs pompiers dans la zone de  N’Zérékoré, il y a pas de sécurité pour la population. Mais si  c’est pour interpeller les taximotard ou les interventions là, ils sont les premiers à intervenir sur le terrain. >>

En attendant la détermination de la cause de cet incendie, les secouristes, ont reçu à éteindre le feu, mais seulement le  dégât  matériel est très important.

Bruno LAMAH

N’Zérékoré : la DPE a-t-il imposé une contribution de 100 000 à chaque établissement scolaire pour la réception du ministre ?

C’est «archi-faux», rétorque M. Yozile Kolamou, directeur préfectoral de l’éducation par intérim de Nzérékoré. Selon ces accusations portées sur Facebook, la DPE aurait imposée une contribution aux écoles de la préfecture pour préparer la réception du ministre de l’éducation nationale et de l’alphabétisation. Ces publications n’ont pas laissé indifférent aux cadres de la DPE, le directeur préfectoral de l’éducation a fait une sortie médiatique ce mercredi, 09 février 2022 pour apporter un démenti et menace de porter plainte contre X pour diffamation calomnieuse.

Selon le directeur préfectoral de l’éducation, M. Yozile Kolamou, « récemment nous avons reçu une circulaire de la part de monsieur le ministre, dans laquelle il invite tous les DPE  à organiser la semaine nationale de mérite scolaire qui aboutirait à des gammes  d’activités. Donc la première était d’organiser le concours  miss mathématique. A ce niveau on ne peut pas organiser cette cérémonie-là, placé sous la présidence de monsieur le gouverneur, sans mobiliser sur le plan humain les chefs d’établissements et les élèves concernés. Donc par rapport à cela, nous avons dit lors de notre réunion avec les chefs d’établissement  de s’invertir activement pour la réussite de  l’organisation. Mais on n’a imposé à personne de payer de l’argent. On a les preuves  et aussi la réunion en fait foi, » a-t-il confié. 

Très remonter contre ses ‘’détracteurs’’, le DPE, se dit être surpris  de ces  accusations sur les réseaux sociaux qui visent  selon lui de le nuire.  « je suis désagréablement surpris de voir sur le réseau social Facebook, qu’on dise que la DPE a organisé suite à l’arrivée de monsieur le ministre des contributions pour son accueil. C’est des gens qui ne m’aiment pas. C’est des détracteurs, c’est des gens qui ne veulent pas que la vision du CNRD et de son excellence monsieur le  ministre  soit réalisée ici à N’Zérékoré. Tantôt ils me disent que je suis sévère. Mais comment on peut gérer l’avenir des élèves qui seront les futurs dirigeants dans la complaisance. En tout cas à mon niveau, je resterai vent et debout pour combattre ces paresseux qui passent par tous les moyens pour me détruire. Mais ils  ne pourront rien par la grâce de Dieu».

 Pour terminer, le directeur préfectoral de l’éducation par intérim de Nzérékoré, se réserve le droit de  porter plainte contre X pour diffamation calomnieuse. « Je ne peux pas admettre ça qu’on fasse de mensonge sur moi. Donc nous sommes dans cette optique pour que les  délations-là  finissent.  Je suis en train de mener les enquêtes quiconque qui aurait dit ça,  il   répondra à la justice. Mais ce n’est pas moi qui ait dit ni mon entourage qui a demandé de l’argent pour l’accueil de monsieur le ministre. On n’a jamais pensé à ça et  on n’a jamais dit   de collecter l’argent. C’est ‘’ archi-faux’’ et je mets quiconque à défi de me brandir ces preuves la» a-t-il martelé.

Bruno LAMAH